La danse d’Isadora

1915Isadora Duncan, 1915

Une femme libre et joyeuse dansant au bord des vagues c’est un peu comme ça que je me suis sentie quand ce matin, la radiologue après avoir examinĂ© ma mamo et effectuĂ© une Ă©cho m’a dit,  que l’infection (oui parce qu’il y avait un gros gros abcès voyez-vous) avait complètement disparue et que tout allait parfaitement bien pour moi! Pffiiiiiiou…!!! Pfiiiiou! Pfiiou! Mais alors : Pfiou!!! Y’a des nouvelles qui vraiment vous soulagent. Contrairement Ă  d’autres. (Parce que parfois Ă  une Ă©cho j’ai appris de très mauvaises nouvelles dans la passĂ© et ça c’est pas cool du tout, voir atroce). J’Ă©tais contente que ce soit LA radiologue, elle a beaucoup plus de douceur et d’empathie que ces messieurs en gĂ©nĂ©ral.

Pour fĂŞter ça j’ai Ă©tĂ© faire un tout au Galeries Farfouillettes oĂą j’ai testĂ© TrĂ©sor de LancĂ´me (Bon, je m’en suis un peu arrosĂ©, l’air de rien). Je n’ai jamais eu ce parfum, je crois que ça sera mon prochain. Ensuite j’ai choisi un superbe foulard tout doux pour l’anniv’ de Mi Amiga et j’ai marchĂ© au soleil et regardĂ© combien de magasin avait baissĂ© le rideau ces derniers temps Ă  PĂ´. C’est la sinistrose.

Il faisait beau, chaud et je portais la petite veste en jean que j’ai achetĂ© rue du commerce Ă  Paris en 2001. Et lĂ  je me suis soudain demandĂ© Ă  partir de combien d’annĂ©es un vĂŞtement devient « vintage »? Parce que cette veste elle est tellement bien que je pourrais l’avoir achetĂ© hier, et pourtant elle commence Ă  dater. En fait ‘ai pas eu le temps de m’apercevoir qu’elle avait Ă©tĂ© ringarde et elle est redevenue Ă  la mode!

Bon allez, au boulot, faut que je fasse un nu pour l’anniv’ de la miss.

Bisous, poutous et galettes, spécialement aux vendéens et aux vendéennes.