Quelle drôle d’ambiance ce matin.

On défend la démocratie, la France. L’ambiance est tellement étrange. Je crois que la grande majorité des gens n’ont jamais lu Charlie Hebdo. Tous les français n’étaient pas fan de ce journal avant hier. Je suis triste, vraiment triste que la liberté d’expression soit défendu aujourd’hui. Parce que j’ai peur qu’elle soit oubliée la semaine prochaine… Comme le reste… Une actu en chasse une autre… Il y aura quoi? Un avion qui s’écrase… Un élève chassé de son école, que sais-je…

Malgré Fukushima, la majorité des français votes pour des politiciens qui ne veulent pas fermer les centrales nucléaires. Malgré  Tchernobyl. Malgré la pollution, mes voisins continuent mettre du poison dans leur jardin pour occire les mauvaises herbes dont la présence leur importent plus que la disparition des hérissons, des tortues, de toutes la biodiversité. J’apprenais hier que ces désherbants qui nous intoxiquent tous à petit feu ne seront interdit en France qu’en 2022! C’est vrai, on a le temps…

Qu’est-ce qui est important? La disparition des abeilles ne fera jamais autant de bruit. Pourtant ça fera drôle quand dans quelques années il n’y aura plus de miel.

Cet attentat, ces assassinats sont tellement violents. Je ne sais pas si c’est la liberté d’expression bafouée qui est le plus important  dans cette histoire ou la liberté de rire bafouée. Comment réagirait la France si c’était le journal de Marine qui avait subit la même attaque? La liberté d’expression serait-elle autant mise en avant…

Aujourd’hui tout le monde est Charlie en France et dans le monde… Mais qui s’abonnera à ce journal pour le sauver et que la mort de ces 12 personnes, connues ou inconnues, pour que ces autres entre la vie et la mort à l’hôpital, ceux dont la vie est brisé, dont le cœur ne pourra plus jamais battre comme avant, ceux qui étaient dans les locaux et qui on vu l’insupportable, ceux qui ont perdu un père, un mari, un frère, une mère, une soeur?? Aujourd’hui tout le monde est avec « Charlie ». Je commence à trouver ce mot sans sens.

Demain une autre actualité chassera « Charlie ».

Tout est tellement étrange. J’aimerais me réveillé et que ce ne soit pas vrai.

J’ai été très émue par les mots de Christophe Alévèque ce matin sur Inter.

 

Publicités

10 commentaires sur « Quelle drôle d’ambiance ce matin. »

  1. justement après? il faudra être attentif, vigilent, tolérant mais pas laxiste, heureux mais pas benêt, bref chacun de nous va continuer à vivre, avec ses blessures, plus ou moins profondes mais fondamentalement je pense que notre manière de penser sera différente. j’ai compris hier soir que la démocratie n’est pas une évidence pérenne mais un bien très précieux qu’il faut protéger…
    je suis bombardée de chaine disant que… je ne répond pas, pas envie, par contre je rallumerai ce soir la bougie sur ma fenêtre, dans ma campagne ,elle est toute seule, peut être que au-delà de la signification de l’accompagnement à la mort cela pourra dire: ici on peut rentrer y’à de la lumière…

  2. Charlie Hebdo c’est mon adolescence et j’ai vieilli avec eux, ils allaient parfois loin mais justement, ils ont dénoncé toutes les dérives par le rire, il ne se sont mis aucune limite pour cela, malgré les menaces qui pesaient sur eux par ces intégristes (je ne fais pas l’amalgame, loin de moi cette pensée). Alors, ce qui a été assassiné en même temps qu’eux est un des piliers fondateurs de la démocratie, la liberté d’expression dont nous avons la chance de jouir, le droit de tout dire même le pire (le pire, pour certains). Charb, il n’y a pas longtemps avait dit « Je préfère mourir debout que vivre à genoux ». Il est mort assis, lâchement assassiné par la bêtise la plus bête qui soit. Et ça on ne doit pas l’oublier . « Je suis Charlie », c’est pour dire qu’avec eux c’est à notre liberté qu’on a touché, qu’on a ébranlée… Je ne pense pas que ce sera oublié si vite…que d’autres évènements même si l’immédiateté de l’information va faire en sorte que nous passerons très vite à autre chose, mais n’oublions pas que nous sommes en guerre, une guerre « hors sol » certes, qui gagne du terrain et que ces attentats ne vont peut-être pas s’arrêter là… En ce qui me concerne, ils vont me manquer car c’est un des rares journal que j’achetais… et qui me faisait rire, parfois juste sourire mais c’est déjà pas mal… Je pense qu’il y aura un avant et un après, en espérant comme Philippe Val qui l’a dit hier soir en pleurant que les journalistes, au lieu de dénicher du scoop à deux balles parleront dorénavant davantage de cette montée insidieuse de ces fous de dieu, ces tarés j’ai envie de dire qui mettent toutes les démocraties en danger ! Je suis triste mais aussi en colère devant tant de gâchis… Ce sont des hommes qui sont morts avec les dommages collatéraux que l’on sait mais c’étaient aussi des symboles et on ne touche pas impunément aux symboles…

  3. J’ai acheté et lu Charlie Hebdo assez longtemps, j’ai arrêté en 2007 je crois (c’était un peu avant l’éviction de Siné du journal), j’ai oublié les raisons précises de mon arrêt… Je me souviens que je ne faisais pas que regarder les dessins, je ne comprenais pas toujours tout ce qu’écrivait l’économiste Bernard Maris (l’un des assassinés d’hier), j’aimais aussi quitter la politique avec Dédé la science… Je disais autour de moi que Charlie Hebdo ce n’était pas que de la satire… Je ne sais pas ce qu’est devenu le journal ces dernières années.
    J’espère qu’il y aura un nouveau numéro de Charlie Hebdo dès mercredi prochain, et même il le faut ! Je pense que je vais l’acheter, par solidarité, et par curiosité pas forcément très saine…

  4. Je n’aurais pas écrire plus qu’Asphodèle… Les 50 ans et plus ont vu la naissance de Charlie. Certains ont suivi sa progression, d’autres pas mais ceux pour qui la liberté d’expression n’est pas qu’un mot ne peuvent être que CHarlie.
    Je suis triste, vraiment triste…

  5. @vous tous : Je suis d’accord avec chacun d’entre vous. Quelle tristesse. Quel bordel. Quel gâchis 😦
    Merci Aspho d’avoir mis des mots juste sur les sentiments qui nous agitent tous.

  6. Moi je n’hésite pas à faire l’amalgame entre les religions et ces meurtres par conviction. Les guerres associées aux religions ne se comptent pas.

    Les religions resteront, elles sont essentielles à l’homme qui ne parvient pas à s’en passer. Par le fait même, les simples d’esprit continueront à perpertrer de tels actes, il y aura toujorus quelqu’un pour les manipuler. Combien d’humains sont morts dans de telles circonstances?

    En attendant, vaut mieux en rire. L’oeuvre de ces auteurs / caricaturistes fera des petits. Le journal deviendra plus fort que jamais.

    Grand-Langue

  7. beaucoup de témoignages m’ont émus , la force et le courage de Patrick Pelloux
    la seule chose qui peut me réconforter c’est de partager avec mes amis , blogueurs , amis de la vie , des mots , des images et de savoir que le monde entier nous offre tant de messages

    le monde entier , c’est tellement énorme
    quand allons reprendre une vie normale , dans notre tête , ce sera long

  8. Je retrouve beaucoup de mes propres pensées dans ton billet.
    Oui, je crois moi aussi à la furtivité de cette conscience et de cet élan et cela me désole même si je sais et accepte que cela soit humain et même peut-être nécessaire, qui sait ?
    J’espère pourtant que, comme Seia, cela permettra tout de même à bon nombre d’entre nous d’inscrire cet impact dans le temps et par conséquent de modifier peut-être plus en profondeur les choses.
    C’est peut-être pour cela aussi que j’ai beaucoup aimé ton commentaire sur les abeilles (et bien que non « écolo », je crains que les conséquences liées à leur disparition soient bien plus graves que la simple absence de miel puisque d’après ce que j’ai pu comprendre elles jouent un rôle essentiel dans la pollinisation et donc à terme de notre propre survie). Il nous repositionne dans une perspective temporelle. Quel sera l’impact dans le futur de ce que nous considérons important aujourd’hui? Et inversement, quel sera l’impact dans le futur de ce que nous considérons comme un facteur négligeable ou marginal?

    En me lisant. tu auras compris que je considère moi aussi particulièrement complexe la notion de liberté d’expression et c’est sans doute la raison pour laquelle, me semble intéressante la distinction que tu fais avec la liberté de rire.

  9. Presque une semaine s’est écoulée depuis l’attentat, on a tout vu, tout lu, tout entendu.
    J’étais sur la route du retour dimanche, et j’ai suivi la marche à la radio, un peu inquiète à l’idée qu’un autre malade pourrait se sentir inspiré par cette foule immense … J’aurais aimé pouvoir participer à Bordeaux.
    Je n’étais pas abonnée à Charlie mais je le lisais régulièrement. Je vais l’acheter (si je le trouve) par solidarité comme beaucoup de gens mercredi.
    J’ai été très touchée, surtout par Patrick Pelloux. Par d’autres aussi bien sûr.
    Maintenant, il va falloir essayer de « reconstruire » l’esprit de Charlie Hebdo . Ce sera dur pour les survivants. Très dur de continuer. Quelle injustice de se dire que le prix à payer (par eux) pour continuer sera de ne pas pouvoir vivre vraiment « normalement », de mettre en quelque sorte leur vie en jeu à chaque numéro …
    J’espère que dans l’ombre tout sera mis en oeuvre au niveau national et international pour marquer à la culotte les hystériques de tous bords !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s