« Rien de tranquillisant comme un zéro perpétuel en math ou en orthographe : en excluant l’éventualité d’un progrès, il supprime les inconvénients de l’effort. » Daniel Pennac

Il y a d’habitude sur la blogo, un accord tacite entre blogueurs/blogueuses qui fait qu’on ne souligne pas les fautes d’orthographe de nos « collègues », leurs erreurs de syntaxe ou l’utilisation approximative du vocabulaire français. C’est tant mieux. Ne juge pas et tu ne seras pas jugé. Ca m’arrange. Et puis c’est aussi un peu une question de … Politesse.

inspecteur

Cependant je sais bien que beaucoup sont sans concession, c’est pourquoi pendant des années El Marido a relu chaque billet que j’écrivais avant que je ne clique sur « publier ». Puis il s’est lassé de me lire ou je me suis lassé de lui demandé de me relire. Et je me suis dit, que finalement à force d’écrire et de me corriger à l’aide du correcteur orthographique je devais bien faire des progrès…

Au collège j’ai toujours eu zéro en dictée et des notes entre 15 et 20 en rédaction… Il y avait aussi les profs qui enlevaient le nombre nécessaire de points (« pour l’orthographe ») afin que je plafonne à 9/20). J’ai eu ainsi des copies rendues avec 17/20 moins 8 (pour l’orthographe) = 9/20.

J’en ai tellement entendu sur mon orthographe que je devrais être vaccinée, mais je ne le suis pas…

Je reste assez susceptible sur le sujet. Pourquoi? Parce qu’un bon nombre de nos contemporains juge qu’une personne qui fait des fautes n’est « pas très sérieuse »… Dixit Daniel qui commente aujourd’hui sur ce blog :

« Dis donc Mahie « la littéraire » ce ne serait pas un luxe de corriger les fautes d’accord dans les 2 dernières lignes de ta présentation : …qui confient ……vous laissent entrer. Hippie ou pas ça fait pas sérieux. »

J’avoue, cela me renvoie directement derrière mon pupitre quand je me faisais tancer par un prof qui jugeait mes capacités intellectuelles à l’aune de mon niveau en orthographe. La plus part du temps j’étais d’ailleurs incapable d’écrire « orthographe » correctement.

Je ferai des fautes toute ma vie, c’est ainsi et pourtant j’en fais sûrement 100 fois moins que quand j’avais 20 ans! Je vous raconte :

Arrivée en première année de fac  d’espagnol, le prof de littérature française m’a dit qu’il ne me donnerait jamais l’UV si je ne faisais pas très vite de TRES gros progrès…

J’ai donc pris des cours d’orthographe (gratuits) avec une copine de fac d’un de mes frères… Elle était tellement sur le cul de mes lacunes… Je ne connaissais pas beaucoup de règles fondamentales. Je n’étais vraiment pas, mais alors pas du tout au point… Bon bref, j’ai fait énormément de progrès et j’ai eu mon UV.

Puis j’ai été prof de français en Espagne. Je vous laisse imaginer que je n’écrivais JAMAIS ou presque au tableau! Je me rappelle même certains de mes étudiants relevant une faute ça ou là quand par malheur j’écrivais un truc… Hum. Là encore pour apprendre les règles du français aux espagnols j’ai fait des progrès énormes. Et je suis arrivée à un très bon niveau.

J’ai du relire un nombre hallucinant de fois mon mémoire de maîtrise (lettres modernes, pas espagnol)  pour lequel j’ai eu une mention « très bien » (ça fait plus sérieux!) je n’ai pas eu les « félicitations » à cause de… quelques fautes qui se promenaient encore…

Ce que je ne comprends pas, c’est que je fasse toujours et encore ces fautes stupides, dites « d’inattention ». Je ne comprends pas pourquoi je les fais. Je ne sais pas. Et depuis que je n’enseigne plus, je crois que je fais de nouveau des fautes que je faisais avant… Comme si mes progrès n’avaient pas voulu se fixer.

Il parait que sur les 21 petits enfants qu’a eu ma grand-mère nous avons tous des problèmes d’orthographe. Certains sont bien bien dyslexiques et d’autres évitent même carrément d’écrire…

Une mauvaise orthographe, c’est honteux. On m’a toujours dit que ça faisait « pas sérieux ». C’est un peu comme une tache de sauce tomate sur un beau pull en cachemire. Voire même pire pour certains. Qu’est-ce que je peux y faire? Les fautes que je fais… Bah… Sont toujours idiotes. Je ne peux rien y faire. C’est comme si mes yeux ne voulaient pas les voir. Si quelqu’un d’autre les fait elles me paraissent énormes. Je corrige plutôt bien les textes des autres!

C’est comme ça, c’est la vie.

Avoir une mauvaise orthographe c’est une sorte de malédiction mais c’est quand même moins grave que d’autres défauts, comme l’avarice ou la messquinerie… Je me console comme ça. Et puis comme dans ma fratrie il y a un « vrai » dyslexique, mon problème n’a jamais été pris au sérieux avant que je quitte le nid… Il y a longtemps.

Pour reprendre un post de Jeanne, ça fait parti des cicatrices de la vie : t’as pas une bonne orthographe , t’es forcément un peu débile… Rah.

Si Daniel il avait pensé ouvrir les vannes  du barrage des grands complexes refoulés!!… Sûrement pas.

Et je vais finir ce billet, comme j’ai finis pendant des années mes courriers à mes amis ou ma famille :

Ne regarde pas les fautes, je sais qu’il y en a probablement plein et je te prie par avance de m’en excuser.

Poutous et galettes charentaises à tous.

24 commentaires sur « « Rien de tranquillisant comme un zéro perpétuel en math ou en orthographe : en excluant l’éventualité d’un progrès, il supprime les inconvénients de l’effort. » Daniel Pennac »

  1. Mahie, je vois quelques fautes dans tes billets mais jamais je ne te ferais de remarque ! Tu écris très bien et les fautes d’orthographe ou d’accord, ce n’est pas si important. Ce qui compte c’est de bien s’exprimer, de bien communiquer tes idées et tes sentiments et ça, tu le fais très très bien. Le français est une langue difficile et tu dis toi-même qu’il y a des problèmes de dyslexie/dysorthographie dans ta famille. Pas plus tard que la semaine dernière, j’ai dit à mes stagiaires que le pluriel de bureau prenait un s !

  2. premier contact en signalant les fautes d’orthographe c’est une belle faute de savoir vivre 🙂
    Je fais aussi les toujours les mêmes fautes d’accord, d’ inattention et parfois des erreurs vraiment grossières.
    Je dis que tant que ça n’entrave pas la compréhension, ça n’est pas grave dans le contexte de blogs ou échanges ou on cherche surtout à faire connaissance ou partager.
    Quand il arrive que je tombe sur une coquille au détour d’un roman, c’est plus embêtant parce que ça nuit à la fluidité de la lecture et je me trouvé débarqué d’un coup du monde fictif construit page après page, mais ça reste bref.

    1. Une faute nuit à toute lecture, de romans, de rapports d’ingénieur, de blogs, mais comme tu dis ça reste bref. Ça me gêne plutôt dans un roman quand je pense qu’il existe des personnes qui voudraient bien exercer leur métier de correcteur et qui peinent à trouver du travail alors que visiblement il y a de quoi faire.

  3. Alors oui il y a des fautes, oui je les vois et oui elles me font mal aux yeux. Mais tu as signalé plusieurs fois que tu avais des problèmes avec l’orthographe donc je ne dis rien. Finalement ça ne change rien au texte même si parfois il faut relire une phrase deux fois. Moi aussi j’étais extrêmement mauvaise à l’école. Je ne comprenais rien aux conjugaisons et les règles de grammaire m’étaient complètement inaccessibles. Et un jour j’ai eu un déclic. Tout me semblait facile. Je sais que je laisse passer quelques erreurs mais c’est surtout parce que je ne me relis jamais. Par contre, moi j’aime quand on me corrige 😉
    Courage Mahie, ceci est ton blog et tu y fais ce que tu veux !

      1. Je suis trop fainéante d’une part et d’autre part, je suis tellement critique envers moi-même que rien de ce que j’écris ne trouverait grâce et j’effacerais tout. 😉

  4. J’ai fait des progrès avec ça depuis que je suis sur le net. Au début les fautes me faisaient mal aux yeux, maintenant je ne les vois plus, ou plutôt elles ne font que m’effleurer, elles n’ont plus d’importance. Je pense à un photographe en particulier, les photos sont magnifiques mais il y a une faute à chaque ligne, je pense qu’il est dyslexique. Mais qu’importe, ce sont les photos qui importent, et pour les textes, c’est le fond qui compte. Le reste est secondaire. Et quand j’estime que ça le mérite j’envoie un mail en privé à l’auteur, jamais dans les commentaires.

    Moi j’avais des points en moins pour le soin dans les petites classes, je me suis toujours débrouillée pour faire des taches partout, et pour l’écriture dans les grandes. A tel point qu’en terminale je tapais mes dissertations de philo à la machine. 🙂

  5. Je préfère de très très loin suivre un blog intéressant, fut-il parfois agrémenté de quelques fautes, plutôt que de m’ennuyer à mourir en faisant semblant de m’intéresser à un autre, garanti 100% sans fautes, mais qui ne me fait pas vibrer.
    Je suis d’accord avec les commentateurs précédents qui ont tout bien résumé.
    Et effectivement, prendre contact uniquement pour signaler qu’il y a des fautes sur un blog … je trouve ça plutôt mal venu. Stop la violence 🙂

  6. J’ai remarqué quelques fautes, elles ne me gênent pas au point de n’avoir plus envie de te lire ou même de te les signaler. Et puis j’en fais parfois aussi alors…

    Et je suis tout à fait d’accord avec le Terminal A qui est elle même d’accord avec les autres, donc ce Daniel est en minorité ;)))

  7. Notre rapport à l’orthographe est compliqué car on exige de nous la perfection et personne n’est parfait, nous avons nos forces et nos faiblesses mais de là à complexer, non Mahie, non ! Aux débuts de mon blog, j’étais presque tyrannique avec ça, et puis je me suis rendue compte, que, même en me relisant, moi aussi je pouvais laisser de grosses coquilles, ça m’a rendue plus humble et moins tranchante ! J’aime qu’on me dise là où j’ai fait une faute mais certains se permettent même de me signaler des fautes là où il n’y en a pas !!! Maintenant, je ne fais plus attention à ça, comme beaucoup l’ont dit avant moi, c’est le fond qui m’importe sur un blog et tant pis s’il y a des fautes, franchement…
    En revanche, un livre est « censé » nous montrer l’exemple, il n’y a jamais de fautes dans un livre, soi-disant… Il n’y avait (c’était avant) ! Certaines maisons d’édition n’ont pas (plus) de correcteurs et laissent parfois des fautes énormes, là je trouve que c’est impardonnable, car on attend d’un livre qu’il soit parfait au moins sur la forme, ça coûte assez cher), les gens qui lisent pour améliorer leur orthographe sont lésés eux aussi, on doit le signaler. Mais un blog ? Non, nous ne sommes pas des professionnels de quoi que ce soit, nous ne vendons rien et a priori c’est pour le plaisir que nous bloguons, nous suivons les blogs chouchous pour ce qu’ils nous apportent. Et ceux qui ne sont pas contents de ceci ou de cela, eh bien, qu’ils ne lisent plus, point barre ! De gros bisous, fôteuse va !!! 😀

    1. Ce n’est pas parce que nous ne sommes pas des professionnels qu’il ne faut pas soigner ce que l’on fait, être exigeant avec soi-même. Mahie n’est pas une peintresse professionnelle mais je trouve qu’elle donne beaucoup de soin à ses œuvres.

  8. sujet sensible
    je te rejoins Mahie , ce n’est pas un gros défaut et ceux qui sont vraiment outrés par les fautes peuvent passer leur chemin , nous ne sommes pas des écrivains professionnels
    moi je fais des fautes de frappe , j’oublie des mots 😉
    quand c’est un courrier officiel , je relis , relis ..
    ça prend un temps fou
    j’aime le commentaire d’Asphodèle , c’est bien résumé

    bonne balade à Bordeaux Mahie

  9. Je fais moi-même tellement de fautes quand j’écris en français que je serais bien la dernière à dire quoi que ce soit à propos des fautes d’autrui, surtout des copines 😀 Le français est une langue hyper merdique, et qu’on écrive « ces bouquins » ou « ses bouquins » on finit toujours par comprendre la phrase (après tout, on n’entend pas la différence quand on le dit à haute voix alors pourquoi on se fait chier à l’écrire différemment??). J’ai écrit « dixaine » (ben oui, à cause de dix) pendant des années avant que E. me dise que ça s’écrivait « dizaine » et elle a eu bien du courage et je crois que c’est la seule erreur que je ne fais plus maintenant, en 12 ans de blog 😉

    1. Bah, on peut faire des fautes et ne pas se taire sur les fautes d’autrui. Signaler une faute à une personne ne veut pas dire qu’on se place sur un piédestal par rapport à cette personne.

  10. -1- Un bon cuisinier peut faire des remarques sur ma cuisine, me dire « fais pas comme ça, fais comme ceci ». Hier soir alors que je disais « […] à quelque autre occasion, un hiver […] », deux personnes m’ont fait remarquer qu’elles se demandaient si je disais « un hiver » ou « en hiver », ce qui n’est pas terrible pour moi qui prétend faire du théâtre ; leur remarque était juste même si finalement ça n’a pas dévié leur compréhension. Je pourrais donner d’autres exemples… Je fais rarement des fautes d’orthographe mais si on en voit une, pourquoi ne pas me la signaler ? Fini de parler de moi-moi-moi, pourquoi une autre personne, toi par exemple, n’accepterait pas de correction sur l’orthographe (gentille la correction, pas des coups de fouet) ? Ah il y a la susceptibilité ! Pas facile de « mettre un mouchoir dessus » (expression de feue ma grand-mère). Alors si tu veux, laisse tomber pour un temps l’orthographe et travaille sur ta susceptibilité. Con ceye d’ami.

    -2- Il y a des fautes amusantes. L’autre jour, j’ai lu sur un blog, de quelqu’un chez qui je n’avais jamais vu de fautes : « Elle est restée sur son pied d’Estale ». Je trouve ça amusant parce que j’imagine qu’il y aurait eu une personne qui se serait appelée Estale, une expression « pied d’Estale » venue d’une mythologie, comme le talon d’Achille. Je me demande si ce n’est pas sur ton blog qu’un jour j’ai écrit que j’avais trouvé une faute pleine de poésie, j’ai oublié quoi…

  11. @Tous : on dirait que Cristophe à fait mon secrétariat en répondant à vos commentaires, ça me fera mois de boulot 😉

    @Cristophe en particulier et à tous en général :

    En fait j’apprécie qu’on me signale mes fautes, en privé et quand on me connait déjà. Comme je le disais, El Marido m’a corrigé à ma demande pendant des années et même sans que je lui demande.
    J’aime qu’on me corrige avec bienveillance, si ce n’est pas fait à la manière d’un prof un peu méprisant.
    D’autre part personnellement, avant de cliquer sur « publier » je me relis parfois jusqu’à 4 ou 5 fois! Et je corrige, je corrige, vous pouvez pas savoir ce que je corrige! lol Mais je ne vois pas tout… J’ai un vrai problème (dyslexie, dysorthographie va savoir) et j’en suis consciente mais ici c’est mon espace à moi pas celui de ceux qui ont le devoir de me remettre dans le droit chemin de l’école.

    Que l’un de vous me fasse un petit message perso pour me dire : telle ligne t’as mis ça au lieu de ça, ne me dérangERAIT pas… MAIS comme je fais des fautes dans absolument TOUS les billets, j’ai pas envie de de recevoir à chaque fois 3 ou 4 ou 10 mails (puisque vous n’allez pas vous concerter n’est-ce pas) me signalant mes fautes… 😉 C’est pas tant une question de susceptibilité que de « laissez moi respirer »… Si tous mes lecteurs me signalaient toutes mes fautes ça deviendrait vite très lourdingue. Et puis ça virerait vite au pugilat : « Eh ben toi aussi t’en fais des fautes! T’en a faite une le 3 mars à la troisième ligne alors poupougne! » T’imagines l’ambiance…

    Et puis pourquoi l’orthographe? Pourquoi ne pas pointer également du doigt les lourdeurs de style, les fautes de syntaxe, les erreurs de vocabulaire, la niaiserie, la pédanterie, les billets qui ne nous intéressent pas. La mauvaise orthographe n’est pas le pire… A mon sens.

    2) Tu vois ton histoire de piédestal, c’est pas une faute « d’orthographe » c’est une faute de compréhension…

    L’écriture, l’orthographe, tout ça, c’est la science des ânes… Ne dit-on pas? Et moi je m’en fous royalement car j’ai l’habitude de lire à voix haute les lettres (ou mails maintenant) de personnes qui me sont très proches, pour les comprendre…

    1. Je n’avais pas l’intention de te remplacer, j’en suis incapable. Ce sont mes avis à moi qui ne sont pas les tiens à toi. d:-)

      Pourquoi l’orthographe ? Tout bêtement parce que ça n’a rien de suggestif.

  12. J’ai toujours eu de la chance avec l’orthographe alors que je n’ai jamais appris une seule règle de grammaire ! Je me souviens de mes notes en grammaire à l’école… un peu comme celles que j’avais en maths, tu peux imaginer 😉
    Pour autant, les fautes que je peux lire parfois chez les autres ne me dérange pas. Franchement, ça ne change rien au sujet et à l’histoire.
    Ouverture d’esprit et tolérance… et un peu d’imagination aussi. Quant aux jugements sectaires, ils ne méritent pas ton attention.

  13. Tiens, ben justement j’en ai fait une belle de faute ! Depuis que je vis dans un pays Anglophone, j’en fais de plus en plus… C’est peut-être lié.
    Donc, avant que Daniel ne me repère : les fautes que je peux lire parfois chez les autres ne me dérangENT pas 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s