Miroir… Mon beau …Miroir…

Certains matins, plutĂŽt rares quand mĂȘme, je fais comme ma mĂšre. Quand j’Ă©tais gamine : je la regardais dans notre petite salle de bain baignĂ©e de soleil, devant les miroirs qui Ă©taient dans les portes de l’armoire : elle tendait doucement la peau de son visage, pour tenter de retrouver son beau visage de jeune femme. Elle remontait ses paupiĂšres, essayait l’espace d’une minute de voir Ă  quoi elle ressemblerait si son visage ne s’affaissait pas, inexorablement. Je la trouvais trĂšs belle ma mĂšre. Mais quand elle tendait sa peau comme ça entre le mascara et le coup de brosse, elle avait un visage inquiĂ©tant, tendu, pas beau… Elle Ă©tait mieux avec son sourire et ses yeux doux, ridĂ©e. MĂȘme si ses lĂšvres Ă©taient selon elle trop minces… Heureusement qu’elles n’aimait pas les toubibs, et encore moins les artifices! MĂȘme avec de l’argent, mĂȘme avec la mode, elle ne serait jamais tombĂ© dans le miroir aux alouette du collagĂšne.

humour

Je suis heureuse de ne pas ĂȘtre comme cette ancienne actrice bimbo des annĂ©es 80 que je viens de voir Ă  la tĂ©lĂ©. Je l’ai toujours « suivie » avec une « tendresse » particuliĂšre (ou serait-ce avec un « cynisme » particulier? Un intĂ©rĂȘt voyeur?) parce que nous Ă©tions pendant un an dans le mĂȘme collĂšge. Moi en sixiĂšme, elle en pensionnat en 3iĂšme. Je suis heureuse de ne pas ĂȘtre une actrice et que la mode n’est pas Ă©tĂ© au botox quand ma mĂšre avait 50 ans. La bimbo blonde, a du se tendre le visage bien des fois devant le miroir avant de se faire injecter quelque chose dans les rides autour de la bouche, celles qui partent du nez. Son visage est Ă©trangement bouffi et figĂ©. Je suis heureuse de ne pas avoir Ă  me poser la question : « je vais voir un chirurgien esthĂ©tique ou pas? » Parce qu’il faut bien avouer, ces visages de femmes, figĂ©s, gonflĂ©s, tendus, Ă©trangement douloureux d’un beautĂ© qui ne reviendra pas… Ca glace.

Allez, poutous et galettes! Prenez soin de vous les amis, et de vos jolis rides d’expression!