Aujourd’hui, Je pourrais Ă©crire sur ma tĂŞte.

Aujourd’hui, la tête lourde comme une pierre. La pluie trempe le carrelage de la terrasse et les arbres font danser leur tête comme des performeuses un peu stones qui agiteraient leur chevelure sur le rythme saccadé d’une musique new age. Le thé vert (compagnon mi-pathétique, mi-poétique de la blogueuse rêveuse, solitaire) fume sur la table de pin brut. Les paupières sont lourdes, les gestes lents et pourtant l’esprit vif (se félicite la prétentieuse). La tasse représente un mouton basque déguisé en Ché. Les spéculos , divine invention belge, fondent dans la tasse, puis dans la bouche. Plaisir heureux malgré sa banalité.

Nombre de mots : 103
Sur le vif : oui
éléments du réel : oui
En accord avec le thème : un peu

J’ai trouvĂ© ce petit thème chez Asphodèle et il me plait.

Les règles sont : écrire sur le vif, ne pas écrire plus de 100 mots, rapporter des éléments réels de sa journée sans en inventer et sans se référer à un jour antérieur, écrire sur le thème de la date correspondante. La liste des thèmes et le règlement sont ici.

En revanche je n’ai pas encore trop compris comment s’inscrire… Mais je sais que ceux-lĂ  y participe :

Valentyne (la Jument Verte) ,   Jean-Charles-Fred Mili (Histoires et Nouvelles) ,  Marlaguette (Destinée de pacotille),   Jacou (Les mots autographes) ,  Dominique (Un esprit sain dans un corps sage) , Martine27 (Mon carnet à malices)  Croc (Des mots et des images  ,  Martine (Littér’auteurs), Rebecca Zartarian-Arabian (éponyme),  Nadael (Les mots de la fin), Prudence Petitpas (éponyme),  MarieJo64. Eva  (Randonnez-vous dans ce blog) depuis le 1er mars). Ghislaine53. Passion Culture.