Je ne sais pas

sieste

Je ne sais pas comment dire les choses. Je ne sais pas comment faire. Je ne sais pas comment m’y prendre. Je ne sais pas… J’aurais dĂ», je n’ai pas su. J’aurai pu, je n’ai pas su. Je ne savais pas. Si j’avais su… Saurai-je mieux? Alors je dors. En Belgique on utilise (parfois, souvent, toujours?) le verbe savoir en lieu et place de pouvoir. Ça donne des quiproquos rigolos franco-belges :

Ouvrez donc cette porte mon amie!

Ah mais non je ne sais pas le faire!

Mais bien sûr que si enfin!

Mais non!

Alors je vais le faire!

Mais non vous ne savez pas le faire!…

On ne sait pas comment dire, comment faire et pourtant on devrait se forcer un peu à dire les choses. Surtout les bonnes. Vouloir c’est pouvoir, savoir c’est pouvoir…

Vous savez. Vous savez ? Vous voulez ? Vous pouvez ? Bien sûr on peut toujours.  Suffit de vouloir. Y’a rien à savoir…

160 mots..Dans le thème… 366 rĂ©els Ă  prise rapide, comme le plâtre.

Bisous et poutous.

 

Sac

etui

Sac Ă  main, qu’on porte sur l’Ă©paule. Sac Ă  dos. Sac de couchage. Sac de riz. Sac contre poche. Mise Ă  sac. Sac de plage. Je peux pas le saquer…  J’en ai eu un rouge, de la forme d’un petit Ă©tui Ă  jumelles, en cuir, que j’aimais Ă©normĂ©ment. Il contenait juste ce qu’il fallait : argent, lunettes de soleil, clopes, briquet, clĂ©s… C’Ă©tait il y a un sacrĂ© bail. Et le pauvre, je l’ai abandonnĂ© entre deux dĂ©mĂ©nagements trans-europĂ©ens. Au lycĂ©e j’ai eu un sac besace en toile mauve bordĂ© de cuir naturel : argent, carnet, clopes, briquet… Ce sont mes deux sacs fĂ©tiches. Depuis aucun sac ne m’a fait cet effet-lĂ . Oh il y avait aussi un sac super solide en gros cuir naturel, un bon gros sac de hippy… C’était avant la mort de ma grand-mère… J’avais une vingtaine d’annĂ©es. Je le recousais quand il fallait avec du fil au chinois, en passant l’aiguille dans les trous d’origine. Un jour il a du ne plus pouvoir tenir le coup. Depuis les sacs se sont succĂ©dĂ© sans m’émouvoir… Actuellement je n’ai rien qui casse vraiment des briques…Je jongle entre un vieux Paquetage dĂ©fraichi, trèèès dĂ©fraichi mais pratique et un plus rĂ©cent mais qui glisse sur mon Ă©paule, ça m’agace. Et puis un autre, en cuir… naturel, qui aurait pu ĂŞtre bien mais qui a le malheureux dĂ©faut de se renverser tout le temps, mal Ă©quilibrĂ©. J’en ai un autre de chez H&M qui serait gĂ©nial si il Ă©tait en cuir… Quel ennui.

Nombre de mots : je ne compte plus! En revanche c’est dans le thème et tout ça…

366 réels à prise rapide.

Je sais pas les amis si je vais continuer cette histoire de 366 Ă  prise rĂ©els…

Bisous, poutous, abrazos and hugs… Prenez soin de vous et arrĂŞtez de manger tous ces chocolats de Pâques!

Une pièce particulière

Comment appelle-t-on la pièce de vie principale? Pas la cuisine, hein… Ce que chez moi on appelle « le salon ». Est-ce un salon-salle Ă  manger? Un « living » (oĂą l’on vie…) Un grand salon? Un « petit salon » comme chez ma grand mère charentaise? ( Je prĂ©cise qu’il Ă©tait (est) petit et que c’Ă©tait aussi le seul, maintenant il y en a un grand… est-ce que mon frère dit toujours « le petit salon? Fin de la parenthèse familiale). Chez moi le « salon » oscille entre atelier « d’artiste », bureau et salle tv. Chez ma tante  il y a un « salon tĂ©lĂ© »… Pour ce fameux salon une amie italienne disait « la salle ».

Salon-atelier-bureau-salle-Ă -manger-Ă  tĂ©lĂ© c’est un peu long… L’appelle-t-on parfois « pièce Ă  vivre? mais je me vois mal rĂ©pondre Al Marido « Tu ne trouves pas ton tĂ©lĂ©phone? Il est dans la pièce Ă  vivre! » Faut trouver un mot plus court… Des suggestions?

146 mots! Dans le thème, sur le vif… c’est lĂ .

printemps

C’est le printemps ça me rend guillerette. J’ai sorti les sandales et j’ai enlever les collants!

Je vous fais de grosses bises, des poutous baveux et plein de hugs.

 

Tout ce qui brille n’est pas d’or.

Nuria-Mora-Smell-The-Flowers-06 Nuria Mora, artiste contemporaine espagnole.

Miroir aux alouettes…

Narcisse se penche sur la flaque et tombe amoureux de son reflet.

L’onde brille au soleil couchant comme des milliers de diamants.

La rosĂ©e sur la toile d’araignĂ©e scintille comme le plus beau des bijoux,

comme la bave de la petite limace dans le rayon clair de la lumière matinale.

Tout ce qui brille n’est pas d’or

Ta parole n’est pas d’évangile

Je dors sur mes deux oreilles et l’une siffle

Car on dit du mal de moi.

Acouphène.

Tout ce qui brille n’est pas d’or.

Dormir, brillante idée.

Nuria-Mora-Smell-The-FlowersNuria Mora

Hoy es viernes, os deseo a todos un buen fin de semana! 🙂

Besitos y putus Ă  todos.

L’itinĂ©raire

De chez moi aux bozars par exemple : Je sors du lotissement, je passe brièvement dans le centre du vieux village. Pour cela je passe sous un vieux porche du moyen âge, ou par lĂ . C’est en pente (faut avoir rĂ©visĂ© son dĂ©marrage en cĂ´te!). Je laisse l’Ă©glise rose derrière moi. Parfois je dĂ©pose El Hijito Ă  son collège qui est très ancien, au coeur de la citĂ©. Puis je ressors du village par un autre lotissement.  Je fonce avec Titine Ă  50km maxi. LĂ  oĂą encore l’annĂ©e dernière il y avait beaucoup de champs de maĂŻs, il y a beaucoup, beaucoup de maison en construction. Puis je vire pour attraper une minuscule rocade oĂą les bĂ©arnais appuient sur le champignon comme des guedins : 70km heure!  Je vois souvent les PyrĂ©nĂ©es enneigĂ©es au loin, sur ce parcours.

OulĂ  : 131 mots! (mĂŞme plus parce que j’en ai rajoutĂ©!)

Aujourd’hui litinĂ©raire : thème respectĂ©.

Sur le vif : oh yeah!

Les thèmes du jour sont là : clic

Bisous aujourd’hui c’est mercredi : le jour oĂą les mamans font le taxi! Donc , je file! Et puis aussi je vais boire un thĂ© avec Barbara, comme tous les mercredi!

Je range, tu ranges, il range. Je trie, tu tries, il trie… Nous organisons…

Aujourd’hui, journĂ©e productive : j’ai mis Ă  jour mon blog de dessins! Si vous ĂŞtes curieux et/ou voulez m’acheter quelque chose, je vous invite Ă  y faire un tour en cliquant sur ce dessin !

Les nanas

En attendant j’ai un peu zappĂ© « les dĂ©fis du jour » entre hier et le fameux repas pascal dans la belle famille et aujourd’hui avec tout ce rangement bloguesque…

Je vous fais de grosses bises et reprend un rythme « normal » demain?