En septembre

P1100128

La Conche, depuis le phare des Baleines, juillet 2013

Dans l’Ă®le de RĂ©, mon bel adorĂ©, je t’emmènerai, bientĂ´t. Au mois le plus tendre, le mois de septembre, oĂą l’on peut s’Ă©tendre, bien seuls. Regardant la plaque, des flots et les flaques, que les soirĂ©es laquent d’argent…*

VoilĂ  septembre enfin : enfin j’ai mis des chaussettes et des manches longues, enfin je dors avec une couverture, enfin j’ai pris un bain bouillant au lieu de rĂŞvĂ© du bain glacĂ© que je n’ai pas eu le courage de prendre quand il faisait chaud!

Enfin septembre, la vie qui reprend, des gens qui parlent dans le rue, le Vival qui est de nouveau ouvert, le boucher qui a relever son rideau de fer… Septembre et je respire, septembre, le mois le plus tendre, oĂą l’on peut s’Ă©tendre sur la plage, sans cramer, avec un jean, un maillot marin, une Ă©charpe. La main en visière regarder les surfers Ă  Lacanau ou au Porges, bientĂ´t. Enfin.

*L’Ă®le de RĂ© de Nougaro dont j’ai un peu modifiĂ© les paroles : mon bel = ma belle.

Bisous tout le monde.