Faut pas ĂȘtre pressĂ©

Photo0673Depuis le parking de St Mac

Depuis que nous nous somme lancĂ© dans « l’aventure » du changement de maison et de rĂ©gion j’ai parfois l’impression d’aller au boulot quand je m’assoit devant mon PC.  Il faut Ă©crire plein de mails, passer plain de coup de fil, relancer, se renseigner, se documenter, ĂȘtre en contact avec les banques, les notaires, les agences immo…

Photo0679Une belle maison de mon bled

Encore ce matin un agent immo un peu en retard m’a appelĂ© sur le portable pour me propose r de visiter une trĂšs chouette maison Ă  Villenave d’Ornon… « Ah oui, je me rappelle trĂšs bien de vous, c’est gentil, mais en fait on a dĂ©jĂ  signĂ© la promesse de vente au dĂ©but du mois pour un appart! » « Ah bon, ben tant pis alors, je vous raye de mes tablettes! »

Photo0671Un joli stratifiĂ© pour l’appart?

A la banque c’est bien simple si je les contacte pas une fois par semaine ils pensent Ă  autre chose… Mon agente immo Mme Labiscotte, qui doit me fournir encore certains documents parait ĂȘtre toujours dans les nuages. Elle parle du nez comme c’est pas possible « Ah bonjour madame Mouton-Lavigne, j’allais justement vous appeler, parce qu’il faut que vous demandiez au notaire patati, papata, blablabla… » El Marido me demande : « Elle a dit quoi Labiscotte? » « Ben… Étrangement : rien. Pourtant elle m’a gardĂ© en ligne 10 bonnes minutes… » Étrange… J’aimerais bien qu’elle postule pour l’Ă©mission de Plaza ou des agents immo se battent pour vendre le meilleur appart au client! Ça me dĂ©tendrait de la voir brasser du vent pour des clients pointilleux!

Photo0666

Le chat dans le Monopoly c’est nouveau! Quand j’vous dis qu’il se passe un truc avec les chats…

Donc Ă  part ça on a fait faire plein de devis : changer les fenĂȘtres : on oublie! Entre 10 000 et 16 000€ ça va pas ĂȘtre possible. On a devis pour l’electricitĂ© Ă  6400€ et on en attend un autre. J’aimerais mieux qu’on descende Ă  5 000. Sur le sol pour l’instant y’a de la moquette et des dalles gerflor qui date de 1970… Faut tout recouvrir de stratifiĂ© ou de vinyl ou les deux (oui le planchĂ© c’est mieux mais c’est plus cher ) On a un devis Ă  8 000, un autre Ă  11 000, va falloir en faire un autre Ă  5 000 ça serait mieux!! J’ai de quoi m’occuper!

photo_20150911_101747Moquette grise, portes des piÚces et des placards marron foncé : va y avoir du boulot!

Allez les amis, sur ces bonnes pensées, je vous quitte pour aller faire le tajine du mercredi parce que je vais au restau et que je dois me préparer et je vous fais de gros poutous! Prenez soin de vous!

je sors

3 Questions Ă  la con ( dans le genre de celles de la radio vers midi)

camel

Tu te rappelles la premiĂšre fois que t’as fumĂ© une clope?

Ouaip, je m’en rappelle trĂšs bien : c’est ma cousine Miss Lo  qui m’a fait fumer ma premiĂšre clope dans ma chambre que je partageais avec elle pour des vacances. Elle fumait ses Peter S. en cachette et elle m’a fortement encouragĂ© Ă  en fumer moi aussi. C’Ă©tait pas joli joli de sa part car mes parents lui aurait donnĂ© le bon dieu sans confession! J’ai eu envie de vomir, de m’Ă©vanouir… Je devais avoir 13 ans? Mais on devient accro trĂšs trĂšs vite et que ne ferait-on pas pour ĂȘtre « grande ». Y’a quoi dans ces merdes qui fait ça? J’en ai quand mĂȘme fumĂ© jusqu’Ă  2005.

velo

Tu te rappelles la premiĂšre fois que t’as fait du vĂ©lo ?

Oh ben oui, c’Ă©tait en Ă©tĂ©. J’Ă©tais bien petite, c’Ă©tait chez  ma grand-mĂšre, sous le porche, sur le petit vĂ©lo archaĂŻque, mais encore trĂšs fonctionnel, qui avait appartenu Ă  mon pĂšre 40 ans avant! Mi Hermano El ArquĂ©ologo tenait le vĂ©lo et m’encourageait, et puis Ă  un moment il a dit « Je ne te tiens plus! » Et je roulais, ivre de bonheur! Du coup je suis fiĂšre de ne jamais avoir eu de petites roulettes Ă  mon vĂ©lo!

barbie

Tu te rappelles de ton jouet préféré?

Évidement ça dĂ©pend Ă  quel Ăąge… Y’a le nounours que j’avais depuis ma naissance, qui Ă©tait celui de Mi Hermano el Vaquero, qu’il m’avait donnĂ© Ă  la maternitĂ©. Il y avait les poupĂ©es pour lesquelles ma Yaya tricotait des petits vĂȘtements pendant les vacances. Il y a avait les Barbies… Il y avait les trucs que je fabriquais moi mĂȘme avec des Ă©chantillons de tapisseries style cuir que mon pĂšre rapportait du bureau…

Bon les amis nous voilĂ  plongĂ© dans la nostalgie, je sais pas si j’aime trop ça finalement! La prochaine fois on parlera du futur et des devis pour l’appart de Bx!

giphy

Bisous, poutous et plein de galettes charentaises!

538 mots de plumes lĂ©gĂšres

snow

Il est quatre heures du matin. C’est dĂ©cembre et le froid est vif Ă  600 mĂštres d’altitude. Les rues sont vides. Mes pas rapides font voleter quelques plumes de pigeons sur le trottoir. La neige commence Ă  tomber, Ă©paisse, lourde et va enfin embellir la ville de sa couverture de coton, recouvrir le cadavre du pigeon heurtĂ© par un bus rouge dont le pot d’échappement laisse sortir une fumĂ©e dĂ©goutante. J’ai sommeil, je frissonne, il faut que je dorme. J’arrive. J’ai encore cinq Ă©tages Ă  monter avant de retrouver mon lit, bien protĂ©gĂ©e derriĂšre notre porte blindĂ©e, bien fermĂ©e, au chaud. Je claque la porte gigantesque de l’immeuble, le clic du taquet rĂ©sonne fort dans le hall silencieux et je commence Ă  monter les marches du vieil escalier en bois, sous la lumiĂšre des ampoules un peu vacillantes. Je monte vite, sans m’essouffler, en faisant du bruit avec mes talons, pour avertir de mon arrivĂ©e, au cas oĂč. Je ne veux pas surprendre. Devant le 5B, l’entrĂ©e de mon nid, au cinquiĂšme Ă©tage, je trouve comme je m’y attends, un droguĂ© en train de se faire une piquouse. Dans l’ombre du renfoncement il est recroquevillĂ©, C’est El QuiquĂ©. Il me dit » N’ai pas peur, je vais partir! S’il te plait, n’appelle pas les flics! S’il te plait! Je pars dĂšs que j’ai fini! » Je dis « Ok, t’inquiĂšte pas » et je l’enjambe pour rentrer. « T’es folle de ne pas appeler les flics! » Carlos fait du cafĂ© dans la cuisine. La cendre de sa clope tombe par terre. « T’attends quoi, qu’il y en ait un en manque qui te plante son aiguille parce qu’il veut ton fric!? ». Avec Carlos on est dans une impasse… La poĂ©sie ça ne l’intĂ©resse pas. Les junkies ça ne l’intĂ©ressait pas. Les dessins, les manifs du 8 mars… La souffrance. Tout ça, ça ne l’intĂ©resse pas, ce n’est pas pour lui. « J’appelle les flics », il dit. Je lui dis que non. Que j’ai dit que je ne le ferai pas. Il s’assoit Ă  son bureau et se remet Ă  sa machine Ă  Ă©crire Ă©lectrique. « Laisse-moi voir si il est parti, je vais lui dire qu’il faut pas qu’il revienne ». Carlos me regarde avec un peu  d’hostilitĂ©, de mĂ©pris? J’entrouvre la porte, El QuiquĂ© est toujours lĂ , la plĂ©nitude a envahie son visage, il s’est endormi. Je referme doucement la porte « Il est parti » Je dis Ă  Carlos. « Youpi » il me rĂ©pond sur un ton maussade. « Ras le bol, la prochaine fois j’appelle les flics ! ». Je n’ai plus aucune Ă©nergie, un trop plein d’Ă©motions. Faut pas croire, il me fout une trouille d’enfer Ă  moi aussi El QuiquĂ©. Mais l’idĂ©e de le savoir errer dans la neige, avec ses godasses Ă©ventrĂ©es, avec sa vieille veste Ă©limĂ©e
 C’est presque un dĂ©chirement, une douleur. Je me traine jusqu’au lit : un matelas sur une planche posĂ©e sur des briques de chantier. Je m’enroule dans la couette, j’ai besoin de sa chaleur, je suis abandonnĂ©e sous la couette. Carlos rationne son affection, il est « pas d’humeur », il Ă©crit  sa thĂšse, il y passe ses nuits. Le chauffage Ă  gaz ronfle doucement et Ă©clair la chambre de sa lumiĂšre rouge. Mon pieds droit tombe dans un gouffre.

les plumesLe rĂšglement c’est lĂ  pour ceux qui veulent participer. Cliquez sur l’image

Les mots à caser étaient : Frissonner, vide, humeur, plume, embellir, enfin, sommeil, drogué, impasse, poésie, torture, plénitude, trop-plein, youpi, énergie, absence, temps, dénuement, bol, idée, déchirement, bus, besoin, rationner, abandonné

Les autres participants sont

Violette (Marina Chili), Jacou33, Mahie, Isa (Les tribulations d’une lectrice), Ghislaine, Mind The Gap, Adrienne, Pascal BlĂ©val, Brize, Valentyne, CĂ©lestine, Patchcath, Mart, SoĂšne, NadĂšge, Marlaguette, Marie de MĂȘme les SorciĂšres lisent, EmilieBerd, Martine27, Brindille33, Modrone-Eeguab, Nunzi. DimDamDom59. CĂ©riat. Carnets Paresseux, La Katiolaise. Lilou Soleil. RĂ©janie 13, Eva and Family, Janick. MONESILLE. L’OR ROUGE. MIJO.

4 questions Ă  la con que SĂ©ia relaye

Bien souvent quand j’Ă©coute France Inter qui est ma radio prĂ©fĂ©rĂ©e depuis ma naissance bien que je ne me considĂšre pas comme une bobo-gauchos. Mais c’est peut-ĂȘtre comme ça qu’on me voit? C’est possible : je vote(ais) Ă  gauche et je mange de prĂ©fĂ©rence sainement, mais n’est-ce pas le cas de tous les gens censĂ©s? (En mĂȘme temps je ne suis pas sĂ»re de revoter un jour. En prĂ©parant le dĂ©jeuner, j’Ă©coute/entends un animateur qui est partout en mĂȘme temps en ce moment et qui commence Ă  m’agacer, mais tant pis. J’entends un animateur qui pose les questions que SĂ©ia Ă  entendu ce matin et auxquelles elle nous demande de rĂ©pondre, comme si nous aussi on Ă©tait des people 😉

  • Je n’oublierai jamais dans ma chambre d’enfant… la danse que faisait l’ombre des branches de l’acacia sur mon mur la nuit et la corne de brume. (je ne ferme jamais les volets)
  • Je n’oublierai jamais Ă  l’Ă©cole : Les rĂ©crĂ©ations sous les tilleuls quand on jouait Ă  la marchande.
  • Je n’oublierai jamais  mon premier baiser : c ‘Ă©tait trĂšs bien et le dĂ©but de un año de amor.
  • Je n’oublierai jamais  mon premier sentiment de libertĂ© : quand j’allais faire du vĂ©lo sur le mail ou au bord de la plage, dans les parcs, la vitesse, le vent dans les cheveux.

Je pose la mĂȘme question que SĂ©ia : et vous? Que diriez vous?

Bisous et poutous, plein de belles promenades en regardant les arbres aux belles couleurs d’automne.

I went to the moovies

Ce que j’aime bien avec les mĂ©diathĂšques « nouvelle-gĂ©nĂ©ration » c’est qu’on peut y emprunter des films, comme dans les vidĂ©os clubs des annĂ©es 90. Sauf que le choix est vachement plus variĂ©.

Il y a quelques jours dans ma petite mĂ©diathĂšque de quartier, j’ai empruntĂ© « Vous allez rencontrer un bel et sombre inconnu » De Woody Allen. J’ai toujours aimĂ© les films de Woddy Allen : les appartements new-yorkais cosy, (celui-ci se passe Ă  London) le jazz, les sentiments, les malentendus, les tromperies, l’amour, tout ça : j’adoooooooooooooooooooooore!

J’adore les comĂ©dies romantiques en tous genre.

Mais quand un film regroupe, excusez-moi du peu : Antonio Banderas (je vous ai dit que je l’ai croisĂ© dans la rue en 89?)

antonio

Antony Hopkins (Oui le silence des brebis!!! Siiii!)  et Naomi Watts (Quoi t’en a jamais entendu parler? T’es sourd ou bien?) Alors, alors avouez, qu’on en a l’eau Ă  la bouche! Vouui….

naomi

Bref, j’ai tellement adorĂ© ce film (comme presque tous les Woody Allen que j’ai vu) que j’ai dĂ©cidĂ© d’en voir et d’en revoir plein, parce que, ça tombe bien, je les ai pas tous vu!

Ah oui : deux trois trucs sur le film : ça m’a fait drĂŽle de voir Antonio en « presque vieux », comme moi, « presque vieille »… Vieille quoi. Tu sais quand je me sens vieille? Quand je vais chez Ursula et que je vois ses filles : des ados comme des mannequins pour H&M, maquillĂ©es Ă  donf qui font sentir aux mĂšres qu’elles sont hors course… Rah… Fermons la parenthĂšse.

Antony Hopkins en vieux beau Ă  cĂŽtĂ© de la plaque : j’ai adorĂ©. LĂ  c’est dans le Silence…

silence

Et j’ai aussi dĂ©couvert Josh Brolin :

josh

Gemma Jones… (Mais si tu la connais forcĂ©ment)

gemma-jonesPas de gif, parce que ça rigole pas, non mais.

Lucy Punch (elle est anglaise, je la connaissais pas avant ce film)  elle est extra.

lucy

Voili voilou. Vous faites pas une overdose de chatons vous? Moi si franchement je trouve que les chatons Ă  toutes les sauces ça devient super gavant. Je comprends vraiment pas ce qui se passe avec les chatons. Tous les publicitaires en mettent absolument partout et sans aucune raison. TRES Ă©trange. Super flippant, non ? Ha ouais ça en fait flipper plus d’un! 😉

Allez bisous et chatonneries dans le cou!

cat

NananananĂšre!

Un peu de tout

Le chat tournicote autour de mon clavier, joue avec les stylos et m’empĂȘche de penser. Parfois j’aime bien qu’on m’empĂȘche de penser. Parfois pas.

cat

J’ai hĂąte de dĂ©mĂ©nager. J’ai commencĂ© Ă  remplir des cartons.

J’aime pas les ampoules qui mettent 10 minutes Ă  Ă©clairer normalement.

J’ai pas hĂąte que les chats ne puissent plus sortir!!! En tous cas pas facilement : on va pas mettre une chatiĂšre pour qu’ils aillent dans les parties communes : imagine comment on se ferait pourrir si ils faisaient pipi, caca ou vomito dans les escaliers! La honte…

giphy

On retourne Ă  Bx cette semaine du coup on s’est inscrit sur Blabla pour prendre des stoppeurs payant, parce que ça commence Ă  coĂ»ter cher ces petits voyages!

J’ai hĂąte de dĂ©corer mon nouveau chez moi.

Avec Titi on a écouter toute la journée le top 50 des années 90. Pourquoi pas. Ensuite Daft Punk. faut passer le temps quand on est en vacances.

J’ai hĂąte de voir si je peux m’inscrire au club de thĂ©Ăątre du soir ou si on me refoule au portillon : trop de monde dĂ©jĂ  ma p’tite dame!

Autrement je dessine. Mais quand c’est du format A3 faut photographier, ça sort mal… J’en ai rajouter sur le blog dessin.

HĂąte hĂąte hĂąte!

anigi

Gros bisous poutous, galettes charentaises et plein de massages Ă  tous!