Hommages ou profitages ?

barbies

« Les Deux Fridas de Frida Kahlo »Â  et   « Le Cri d’Edvard Munch »

Il y a vraiment des gens qui ont de drĂŽles d’idĂ©es, ou alors des idĂ©es drĂŽles? Je ne sais pas. Ces dĂ©tournements me font rires. Alors c’est une idĂ©e drĂŽle. En mĂȘme temps je ne trouve pas que ce soit vraiment de l’art. Plus, une plaisanterie. De quoi faire une expo? Pas de quoi faire une expo? De quoi faire  buzzz sur Internet? AssurĂ©ment puisque je ne peux pas m’empĂȘcher de partager mon Ă©tonnement avec vous.

J’avoue que je trouve que c’est trĂšs rĂ©ussi. Et le fait est que ça des expos et de l’artiste , Catherine ThĂ©ry (clique sur son nom pour aller sur son site) une artiste reconnue.

LĂ  (clique) je trouve cette analyse qui me surprend un peu : « En les plaçant (les barbies) dans les plus cĂ©lĂšbres peintures classiques, souvent Ă  la place des hommes, l’artiste française soulĂšve des questionnements quant Ă  la place de la femme dans la sociĂ©tĂ©, Ă  ses critĂšres de beautĂ©, d’intelligence, dans le prĂ©sent comme dans le passĂ©. » Hum… En regardant ces interprĂ©tations des « classiques », je ne pense pas Ă  tout ça personnelement. Ça me parait juste : drĂŽle. Mais si il faut y voir un message, alors, pourquoi pas… Ou : non.

The_Scream

Le Cri, Ɠuvre expressionniste d’Edvard Munch (1863-1944 norvĂ©gien) . Il en existe 5 versions (3 peintures, 1 pastel et une litho) rĂ©alisĂ©es entre 1893 et 1917. L’une des 5 versions a Ă©tĂ© vendue aux enchĂšres Ă  New York 119,9 millions de dollars. Au 2 mai 2012, c’est le record de vente d’une peinture aux enchĂšres.

les deux fridas portrait

Les Deux Fridas,  Frida Kahlo (peintre mexicaine, 1907-1954) 1939.

Tableau peint Ă  la suite de son divorce d’avec Diego Rivera, l’homme de sa vie, qui avait 21 ans de plus qu’elle, une sorte de « mentor » avec qui elle a eu un mariage plus qu’agitĂ© : la Frida  de droite reprĂ©sente celle qu’aimait Diego Rivera, une « Frida » traditionnelle en costume mexicain.  La « Frida » de gauche est « europĂ©enne », Ă©mancipĂ©e,  et reprĂ©sente la Frida que Diego n’aimait plus. Il l’avait abondamment trompĂ©, notamment avec sa sƓur. Elle l’avait trompĂ© en retour… Les histoires d’amour finissent mal, en gĂ©nĂ©ral.

J’aime beaucoup Frida Kalho, son oeuvre et sa vie me touche Ă©normĂ©ment. Quand j’Ă©tais Ă©tudiante ses peintures m’ont inspirĂ©es pour introduire dans mes aquarelles des Ă©lĂ©ments de ma vie, pour en faire des sortes de dessins symboliques plein de clĂ©s…

Pour en revenir aux barbies, je ne vois pas trop l’intĂ©rĂȘt artistique ou social de ces rĂ©alisations… Ca me fait rire, c’est joliment fait. Mais j’ai l’impression que c’est ce que l’on fait quand on a pas d’inspiration propre. Alors on copie, on pastiche, on fait des « hommages ». Un peu facile. Bref.

Aujourd’hui le soleil brille. « La France est en deuil ». Pour moi ce sont les familles des personnes dĂ©cĂ©dĂ©es qui sont en deuil. La France je ne sais pas. Mais moi je flippe vraiment, j’ai peur, c’est comme ça. Je n’ai pas l’impression que ça va s’arrĂȘter si simplement. J’ai la trouille pour nous tous. El Marido part Ă  Bruxelles cet aprĂšm. Pas envie qu’il prenne l’avion et transite dans les aĂ©roports. Tout en me disant qu’aujourd’hui la sĂ©cu devrait ĂȘtre au taquet.

Je vous embrasse tous et vous souhaite le meilleur.