Sous le soleil, sous le soleil!

Je sais pas quel temps il fait chez vous, mais  à  Bx la pluie commence à un peu trop s’installer… C’est pas que j’aime pas la pluie : j’adore la pluie, vraiment. Surtout quand je m’endors, la nuit. Surtout le soir, quand elle tape contre les vitres. Mais le matin quand je dois courir de la poste à la boulangerie dans des flaques comme des étangs : un peu moins… Tout les commerçants disent « Ah la la y’en a marre de cette pluie » Et moi j’opine du bocal : « Oh la la oui! ».

Ce matin j’ai repris mes bonnes habitudes, j’ai boycotté le parking payant à mes risques et périls! Maintenant la question est : où est-ce que je me gare gratis, si je veux prendre le tram à Peixoto pour aller dans le centre de Bx? Quelqu’un à la réponse? Ca m’arrangerait. je vois que plein de monde se gare entre les deux voies de circulation avant le tram, mais vu que y’a des lignes jaunes continue j’ai pas l’impression que ce soit des places de parking officielles. Faut que je fasse un tour à la mairie…

Mais c’est pas ce que je voulais dire. Tout à l’heure dans ma voiture alors que je repartais de la place de l’église, sur Nova ils ont mis ça (Chan Chan) et ça pouvait pas mieux tomber pour remplir mon coeur de chaleur!

Bisous à tous et plein de soleil!

De Alto Cedro voy para Marcané
Luego a Cueto voy para Mayari

El cariño que te tengo
No te lo puedo negar
Se me sale la babita
Yo no lo puedo evitar

Cuando Juanica y Chan Chan
En el mar cernían arena
Como sacudía el « jibe »
A Chan Chan le daba pena

Limpia el camino de paja
Que yo me quiero sentar
En aquel tronco que veo
Y así no puedo llegar

De Alto Cedro voy para Marcané
Luego a Cueto voy para Mayari

Ma traduction :

D’Alto Cedro je vais à Marcané
Puis de Cueto je vais à Mayari

L’affection que j’ai pour toi
Je ne peux pas te dire que ce n’est pas vrai
J’en ai l’eau à la bouche
Je ne peux pas m’en empêcher

Quand Juanica et Chan Chan
Tamisaient le sable sur la plage
Et qu’ elle secouait son derrière
A Chan Chan ça lui faisait quelque chose

Nettoie le chemin de paille
Parce que je veux m’asseoir
Sur le tronc que je vois
Et là je ne peux pas y arriver

C’est ma traduction et ça a été un peu laborieux ! Si quelqu’un à des sait comment traduire « jibe » ?

Publicités

29 commentaires sur « Sous le soleil, sous le soleil! »

  1. Merci pour la traduction de Chan Chan, je n’ai jamais su de quoi cette chanson parlait. Parfois c’est mieux de ne pas savoir mais là ça va. Pour « jibe » : popotin ?

    La pluie m’inquiète moins que les récentes températures « hautes pour la « saison » », la terre en a besoin, et cette pluie a un débit laissant à la terre le temps de l’absorber. Pour ma personne c’est juste un petit embêtement.

    1. Pour Jibe, faudrait-il encore que je sois certaine qu’il s’agit bien du derrière…
      Mais c’est dans ce genre de cas que la traduction est un exercice plus que difficile : les langage familier et l’argot ont tellement de sens « en plus » qu’il ne faut pas se planter en donner un coté cucu ou au contraire vulgaire… Bien cerné le mot et son contexte… Ne pas metter un mot trop littéraire non plus… Pfff… Pas quelque chose de connoté titi parisien… Ni quelque chose qui fasse « année 60 » ou « marseillais »… Comment choisir un mot du langage familier qui n’est pas déjà ses propres bagages et ne puisse donc pas s’adapter à Cuba?

        1. Coucou Mahie,
          Pour la traduction de « jibe », effectivement, c’est délicat.
          Le premier sens est « tamis, crible », mais ici, il s’agit d’un jeu de mots avec double sens, le 2ème sens étant bien entendu le popotin. Je me suis un peu creusé la tête, et puis j’ai trouvé une traduction proposée par ce site : http://www.lacoccinelle.net/260996.html qui me paraît tout à fait convenir. Pourquoi chercher absolument à faire compliqué ? 🙂
          Parfois (et même très souvent), on ne peut pas garder le jeu de mots de la langue d’origine. C’est le jeu de la traduction…
          Une petite discussion en anglais précisément sur les paroles de cette chanson ici : http://forum.wordreference.com/threads/sacudir-el-jibe.1401676/
          Bonne installation !

          1. La traduc de coccinelle ne me satisfait pas trop en fait 😉 Je suis difficile :p
            Je me dis que le mieux serait donc peut-être de conserver l’ambiguïté en disant  » comme elle secouait son tamis » « Chan Chan en était tout retourné »…
            Parce que c’est sûr que ça lui faisait pas de la peine comme ils disent dans coccinelle 😉

            1. J’aime bien ta version « Ça lui faisait quelque chose », parce que je crois qu’on aurait pu avoir « Le daba cosa » en espagnol à cet endroit 🙂
              Pour le tamis, si on le garde en FR, je trouve que le côté « sexuel » est moins évident, du coup… Mais bon…
              Pas évident car les vers sont très peu nombreux et très courts !
              Bon j’arrête d’embêter tout le monde et de polluer ton blog 😀

              1. Cela dit « dar cosa » c’est négatif selon ce que je lis ça et là…
                En México el regionalismo « me da cosa… » es utilizado para expresar que alguna situación, acción, o animal nos provoca diversas sensaciones al mismo tiempo, como son el rechazo, el miedo, el asco, (Rejet, peur, dégoût).
                Puede significar muchas cosas… Miedo, verguenza, asco (Peur honte dégout)
                Insécurité, anxiété…
                Alors qu’en français ça peut être positif ou négatif, c’est une émotion.

              2. Bon, puisque ça en intéresse certains, dont Madame la chef, je récidive 😛
                Voici un fil intéressant en espagnol sur l’expression « Darle cosa a alguien » qu’on a évoquée comme synonyme de « darle pena a alguien » : http://forum.wordreference.com/threads/darle-mucha-cosa-a-alguien-algo.1972760/
                Tu verras qu’effectivement il y a un sens premier (surtout en Amérique latine) de dégoût/répugnance, voire de peur, mais aussi un autre sens (et c’est celui que j’ai le plus entendu personnellement en Espagne) de sentiment de gêne (voir l’exemple donné par un intervenant, de la mère qui n’ose pas réveiller son enfant quand il dort à poings fermés).
                J’ai trouvé aussi des explications sur l’expression « dar pena », qui est celle qui est utilisée dans notre chanson, et plus particulièrement sur le sens particulier de « pena » au Mexique : http://forum.wordreference.com/threads/dar-pena.1100990/
                Dans certains pays d’Amérique centrale, pena = vergüenza (la honte, pour les non hispanisants).
                Conclusion, dans la chanson, ce serait peut-être plutôt que ça lui faisait honte de mater le postérieur de la dame en douce ? Honnêtement, ça ne me convainc pas trop…
                Et puis, je trouve vraiment la chanson obscure : de qui parle-t-on dans chacune des strophes ? Dans la première, c’est à la première personnes, dans la 2ème, à la 3ème personne et dans la dernière on s’adresse à quelqu’un ???? Et son histoire de paille et de poutre, j’ai pas tout compris non plus, hein 😀
                Bref, à moins d’avoir un Mexicain sous la main, voire de pouvoir poser la question directement aux auteurs, on est loin du compte à mon avis…

                1. Tes commentaires avec des liens hypertextes vont dans les spams, mais c’est pas grave je les récupère 😉
                  Je trouve aussi cette chanson bien obscure…
                  Cette histoire de nettoyer le chemin pour aller s’assoir… Me laisse un peu sur les fesses…
                  Les paroles sont assez inconsistantes… On se demande si le chanteur qui est cubain, pas mexicain 😉 n’en a pas oublié la moitié en chemin entre Cueto et Mayari! 😀 C’est une des chansons cubaines les plus connues.
                  Voilà ce qu’en dit Wiki et qui nous éclaire un peu sur le côté sans queue ni tête de cette chanson! 🙂

                  Cette chanson parle de deux personnages, Juanica et Chan Chan. Ils sont issus d’un ancien conte pour enfant du folklore campagnard cubain (dont l’origine se situe vers 1800) que Compay Segundo (le vieux chanteur cubain de la vidéo) avait entendu enfant, vers l’âge de 12 ans. Elle fait référence à plusieurs villes cubaines telles que Alto Cedro, Marcané, Cueto et Mayari. Il s’agit de localités de la province de Holguín, presque à la pointe de l’Est de Cuba (région connue comme El Oriente), Mayari étant une ville côtière. On peut y voir probablement une évocation des « trovadores », ces troubadours qui chantaient de ville en ville.

                  Compay Segundo dit lui-même : « Je n’ai pas écrit Chan Chan, je l’ai rêvé. J’ai rêvé de la musique. Il arrive que je me réveille avec une mélodie en tête, j’entends les instruments, tout est parfaitement clair. Je regarde par-dessus mon balcon et je ne vois personne mais je l’entends comme si on la jouait dans la rue. Je ne sais pas ce que c’était mais un jour je me suis levé avec quatre notes sensibles en tête, je les ai plaquées sur des paroles inspirées d’un conte de mon enfance, Juanita y Chan Chan, et regardez maintenant, on l’entend partout. »

                  Bonne journée et bises

    1. Ah non non non madame! moi j’ai pas choisi le Canada! Non non non! 😉
      L’installation va son petit train mais on est loin encore des « grands travaux prévus »!

  2. Peixoto… tu as regardé sur le parking du Casino, perso je choisirais les petites rues en face en direction des facs… ça fait marcher un peu, tout bénéf…

    Bleck

  3. Les grands esprits se rencontrent : j’ai décidé de me garer sur le parking du casino! Je marcherai quand il arrête de pleuvoir autant 😉

  4. Niaf niaf! Se garer à Pau c’était encore plus difficile! Je me payais des prunes fréquemment!
    Là je commence à prendre mes repères, c’est tout bon! 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s