Mon bus m’amène partout

J’ai tellement de chose Ă  raconter dans tous les sens que je vais pas y arriver… Faut que je fasse plusieurs posts. Des trucs vont passer Ă  la trappe c’est sĂ»r! Des photos sont dĂ©jĂ  passĂ© Ă  la trappe, effacĂ©es de la carte de mon tĂ©lĂ©phone au lieu d’ĂŞtre copiĂ©es… Moi qui me plante avec aplomb au milieu des rues de Bx pour vous faire de belles photos! J’en avais fait plein!

El Hijito  a une laryngite… Je lui ai trouvĂ© une toubib Ă  Bègles qui ne nous a pas fait attendre mais lui a prescrit un anti-tussif (bien que je lui ai racontĂ© tout au sujet de l’asthme de Titi, etc), ce n’est qu’en rentrant que j’ai eu un doute sur ce sirop et j’ai Ă©changĂ© quelques mails avec le Dr Roucoulette de BĂ©arn : « ce mĂ©dicament est contrindiquĂ© pour Titi »… Bon… Du coup je pense peut-ĂŞtre ne pas retourner chez cette  toubib… Pourtant je l’avais trouvĂ© « pratique ».

99442317

Porte Dijeaux, photo du web donc.

C’est bien mignon de dĂ©mĂ©nager (Oh oui c’est trop chouette 🙂 ) mais va falloir que je me refasse tout un carnet d’adresse mĂ©dicale et ça c’est pas rigolo. Quand je suis arrivĂ© dans le BĂ©arn, j’ai usĂ© 4 gĂ©nĂ©ralistes avant de tomber sur le 5ième, Roucoulette, qui est bon docteur mĂŞme si je trouve parfois bizarre de connaitre aussi bien sa vie privĂ©e… mais bon, il Ă©tait devenu quasiment un ami. C’est ça de passer sa vie chez son toubib…

Les travaux de l’appart n’avance pas très vite. El Marido a Ă©tĂ© malade avant que ça ne tombe sur Titi. Du coup mercredi (les hommes fiĂ©vreux) j’ai mis mon manteau, traversĂ© le parc et suis sortie par la petite porte secrète qui amène directement sur la « grande route » (avenue, boulevard, cours…) et hop j’ai de la chance le bus arrive en mĂŞme temps que moi (en mĂŞme temps il y en a un toutes les dix minutes). Les fois prĂ©cĂ©dente je m’Ă©tais arrĂŞtĂ© Ă  la Victoire sans me demandĂ© oĂą il allait après. Trop myope pour essayer de voir le plan affichĂ© au plafond, je demande Ă  mon voisin si le bus va jusqu’Ă  Gambetta (Une sorte d’intuition ou de rĂ©miniscence tu vois) et la paf « mon » bus, le mien, celui qui est Ă  5 minutes de la porte de mon immeuble va jusqu’Ă  Gambetta!  Du coup tu vois, lĂ  franchement : je suis aux anges! Je peux me la pĂ©ter grave… ouais je sais, tu vois pas en quoi c’est gĂ©nial mais c’est pas grave, c’est parce que tu ne connais pas le plaisir que j’ai Ă  descendre de mon bus Ă  Gambetta et de flâner avec un sourire bĂ©at (voir bĂŞtas) cours de l’Intendance (oĂą je n’ai pas rencontrĂ© George malgrĂ© le magasin Nespresso, autour des grands Hommes (dĂ©cidĂ©ment trop cher!). Ensuite le rue Porte Dijeaux, Zara Home, les Galeries, la rue Ste Cath très chic en haut avec son magasin Apple, très roots en bas (après 1 kilomètre 250) avec son marchĂ© africain. La rue Ste-Cath est divisĂ© en trois portions : du Grand-Théâtre au cours Alsace Lorraine c’est chic ou semi-chic, du cours Alsace Lorraine au cours Victor Hugo c’est plus populaire, et du cours Victor Hugo Ă  la Victoire c’est Ă  la fois plus Ă©tudiants et plus Ă©migrĂ©s les magasins n’ont plus rien de chic, les chalans n’ont pas beaucoup d’argent Ă  dĂ©penser. J’avais fait des photos du petit marchĂ© africain mais  fausse manip et hop!

bordeaux_ste-catherine

La rue St Cath en été. Photo du web donc.

Après ça j’avais vraiment bien marchĂ© et j’ai repris mon bus pour retournĂ© tout droit chez. Laissant derrière moi l’agitation bordelaise, les odeurs de parfums chics mĂŞlĂ©s aux odeurs de canelĂ©s devant chez Baillardran, les jeunes hipsters en skate Ă  fond la caisse dans les rues, les vĂ©los dans tous les sens, les voitures qui font n’importe quoi, les gens de toutes les couleurs et origines sociales. Ce gros meltingpot de la ville que j’adore. Et puis tous ces jeunes partout, tous ces Ă©tudiants. Bx est une ville pleine de jeunes et ça fait du bien de voir autant de gens jeunes! Ben oui c’est comme ça. Y’a des villes oĂą on voit que des vieux. Faut le savoir…

Bon ben je pourrais continuer comme ça longtemps et vous raconter que le chat va mieux mais faut que je m’arrĂŞte.

Bisous Ă  tous

A suivre : un spĂ©cial toubib! Je sens que vous en frĂ©missez dĂ©jĂ  d’impatience!