Vienne

Qu’est-ce que j’irai pas chercher comme raison tirĂ© par les cheveux pour vous replacer un peu de Khatia? Franz Liszt, pas comme Klimt Ă©tait hongrois, mais comme Klimt il Ă©tait viennois de naissance, nez Ă  Vienne.  (d’Autriche, pas du dĂ©partement de la Vienne ou de la ville de Vienne en France qui se trouve en Isère alors que Poitiers, pas loin de La Rochelle, se trouve dans la Vienne… Je vous raconte ça parce que quand j’Ă©tais petite ma grand-mère me racontais que pendant la guerre de 14-18, elle et sa famille avait sĂ©journĂ© Ă  Vienne (il y avait des photos de la famille devant la maison de Vienne, donc) et que toute cette embrouille autour de Vienne la ville, en Autriche oĂą quelque part en France je ne sais oĂą, n’ayant rien Ă  voir avec Poitiers… Ben ça m’embrouillais un peu. Vienne comme les viennoiseries.

Non mais sans dĂ©conner, ça me fait penser Ă  la prof d’anglais del Hijito qui ferai mieux de sorti avec le prof d’histoire c’est clair! Va falloir leur arranger un rdv. VoilĂ  ti pas qu’elle raconte aux enfants que « chocolatine » (le grand sujet de conversation des gens du sud-ouest) se dit chocolatine en Aquitaine Ă  cause de la prĂ©sence anglaise au moyen âge… Et qu’au lieu de dire pain au chocolat il disait « chocolate in » (the bread). Ha ha sacrĂ©s anglais! Quand El Hijito m’a racontĂ© cette histoire Ă  dormir debout, nous l’avons gentiment informĂ© qu’au moyen âge, le chocolat n’avait pas encore fait son apparition sur le « vieux continent » et que par ailleurs les « viennoiseries » devraient attendre le 19ième siècle pour faire leur apparition en France, voir le 20ième pour ĂŞtre vraiment populaire…

Ce sont deux autricheins August Zang et Ernest Schwarzer, qui les introduirent Ă  Paris dans les annĂ©es 1830, en ouvrant une Boulangerie Viennoise  rue de Richelieu et dont le succès a vite inspirĂ© une foule d’imitateurs.

Boulangerie_Viennoise1909

La Boulangerie viennoise en 1909 (quand Philibert Jacquet (les biscottes!) en était propriétaire).

Ah les sirs moyenâgeux entre de bouffer de la chocolatine m’ont bien fait marrer! Bon je sais vous aller me dire : et si le pain au chocolat n’Ă©tait pas une viennoiserie?

– Mon cul, rĂ©pondit Zazie. » Te rĂ©pondrait Queneau. Et de toutes façons le chocolat… N’est arrivĂ© en Europe qu’au 16ième siècle. Alors la prof d’anglais, comme je le disais tout Ă  l’heure aurait tout avantage Ă  sortir avec un prof d’histoire.

Parce que si on veut bien en croire le chocolatier Nicolas Berger, le pain au chocolat dĂ©riverait du morceau de pain oĂą on mettait un morceau de chocolat noir  pour le goĂ»ter des Ă©coliers . Il aurait ensuite Ă©tĂ© confectionnĂ© avec de la pâte feuilletĂ©e Ă  croissants. Mouais… Mouais.

Tout ça pour vous dire que : Vienne… Listz… Piano…

Bisous et poutous, cailloux, choux et genoux.

PS : bulletin santĂ©… Je crois que mon kinĂ© va rĂ©ussir Ă  rĂ©parer mes genoux! Youhou!

PS 2 : A force de parler de Vienne j’ai ce morceau dans la tĂŞte! ça rappellera des souvenirs Ă  certains!