Place Lafargue et rue Saint James

Puisqu’une fois dans le cinoche, on avait plus qu’Ă  faire demi tour, on a marchĂ© dans les rues sans dessus dessous après la grande braderie. Descendu la rue Ste-Cath un peu tristement (Abscence del Hijito?) jusqu’Ă  la place Fernand Lafargue oĂą j’avais vu sur le net que Zazou faisait de bonnes glaces. Normalement j’Ă©vite drastiquement les glaces, ces derniers 15 jours j’ai un peu craquĂ©, mais je vais me reprendre : les glaces de zazous ne m’ont pas donnĂ© envie de me taper le cul par terre.

En arrivant place Fernand Lafargue que je n’avais revu que de jour jusqu’Ă  hier : J’avoue que j’ai Ă©tĂ© vraiment frappĂ©e, voir estomaquĂ©e comme aurait dire ma mère, de voir la foule qu’il y avait sur cette place un soir d’Ă©tĂ©. 20 ans en arrière, il n’y avait pas un chat! A part Ă  l’Appolo! Toute la place est investie par des restaus, tous plus tentants les uns que les autres : on a fait le tour et on avait vraiment envie de tous les essayer!

014-fontaine-lafargue-lna

En 2015

J’ai Ă©tĂ© intriguĂ©e par cette fontaine Ă  cĂ´tĂ© du glacier. Cette photo que j’ai trouvĂ©e sur le net lui rend un meilleur hommage, car hier le sol Ă©tait vraiment très sale tout autour. Vous voyez dans le fond la devanture d’un vieil hĂ´tel des familles, souvenir prĂ©cieux du Bordeaux encore très rĂ©cent qui disparait pour le plus grand bonheur des touristes qui trouvent ma Belle Endormie tellement plus chouette maintenant qu’elle est toute toilettĂ©e, liftĂ©e, maquillĂ©e.

A la place de l’hĂ´tel, un restau de « wok » qui a l’air plutĂ´t bon, mais j’avoue que mon cĂ´tĂ© romantico-nostalgique avait un faible pour le vieil hĂ´tel oĂą aucun touristes ne se seraient jamais pointĂ©! Et le restau avec verres en plastique et assiette en carton est un peu cheap et en tous cas très branchĂ© « gaspillage » et très peu « rĂ©duisons nos dĂ©chets », ce que je n’apprĂ©cie pas du tout. Il attire en tous cas le touriste avec affichĂ© en gros « demi de bière : 2€ » Quoi qu’il en soit : la place est très vivante et attrayante et j’ai bien envie d’essayer le bar japonais.

PlaceLafargue

Place Fernand Lafargue, ancienne Place du Vieux Marché (en 2015 encore)

Le charme dĂ©suet de la place vide… Quelques magasins autrefois, dont « la Chouette » pour ceux qui ont connu les annĂ©es 80, premier magasin « jeune » de la place…

L’immeuble de l’hĂ´tel a Ă©tĂ© ravalĂ©, et le restau Ă  wok a pris sa place, c’est vrai que c’est joli… et plus commercial… Moins romantique…

lafargue

2016

De la place Lafargue on passe Ă  la rue St James. Alors lĂ , pour le coup, voilĂ  une rue qui est complètement sortie de sa « confidentialitĂ© »! Il y a 20 ans toute noire et dans son jus, les parisiens en faisaient souvent des scènes de films! Plusieurs fois je me rappelle de cette rue sombre, bloquĂ©e pour un tournage se passant au 18ième ou 19ième siècle! Il y avait notamment un très antique devanture de magasin que je trouvait très belle. Le moins qu’on puisse dire est que cette rue Ă©taient plongĂ©e dans un profond sommeil d’un point de vu touristique et commercial… 2 ou 3 vieux troquets… Rien de spĂ©cial. En dehors du fait de marcher vers la majestueuse, magnifique, imposante : grosse cloche!

Bonendroi

Faussement authentique et vraiment trop cher

Alors la rue Saint-James… Soupir… Je persiste et signe : elle Ă©tait très belle avant enveloppĂ©e dans son voil noir et mystĂ©rieux. En tous cas moi je l’aimais… Mais mais mais il fallait la rĂ©veiller… Le monde dans son Ă©dition du 4 avril dernier (2016 donc) Ă©crit :

« Pas de doute, Bordeaux n’est plus la mĂŞme : en deux dĂ©cennies, la ville a lâchĂ© ses haillons sombres pour un costume de pierre blonde, de grands Ă©quipements. La reconfiguration des places, des rues et la mise en service du tramway ont transformĂ© l’usage de la citĂ© pour en faire aujourd’hui une destination très prisĂ©e des touristes du monde entier – le New York Times l’a rĂ©cemment classĂ©e deuxième ville Ă  visiter en 2016. »

grosse cloche

Cliquer pour agrandir.

La rue Saint-James. On prononce « Jame » : James est une variante française ancienne de Jacques. Dans le sud-ouest c’est un prĂ©nom qui est encore (rarement) donnĂ©. Cette rue Ă©tait et est encore une voie de pèlerinage vers Saint-Jacques-de-Compostelle. Il y a dans Bordeaux Ă  plusieurs endroits des coquilles saint-Jacques dorĂ©es qui balisent le chemin.
Mais revenons Ă  nos moutons : la rue est un mĂ©lange de vieux et de tout-nouveau-tout beau-extremely-hypster… (le bobo c’est fini, le nouveau bobo c’est le hypster). Comment dire ? La rue est devenue 100%commerçante et certains commerces, attirants, sont très chers, alors que tu peux trouver la mĂŞme chose au Bricoflex du coin pour moitiĂ© prix… On y trouve aussi des magasins Ă  gadgets bobos que El Hijiot adore visiter (j’achète pas, beaucoup trop cher pour ce que c’est!). Certains bar ou restaus sont vraiment attirants. Pas encore essayĂ©, suis un peu rebutĂ©e par le cĂ´tĂ© Ă  la fois parisiens-nĂ©o-bordealais (très prĂ©sent dans notre bonne vielle « belle endormie qui vient de se rĂ©veiller ») et le cĂ´tĂ© supra touristique de la rue! OK c’Ă©tait beaucoup moins frappant au printemps… Donc la rue St-James en Ă©tĂ© c’est un peu comme la rue du Port Ă  LR  : un gros chouilla trop touristiques!! Un chouilla trop invisti par les parigos?
vintage-bar-bordeaux
Alert :Mahie en overdose de tourisme et de vintage!!
Bon sincèrement : la rue est beaucoup plus jolie qu’avant, jeune et sympa… Mais j’avoue Ă  un moment j’ai Ă©tĂ© très tentĂ©e de bifurquer dans une rue oĂą il n’y aucun magasin et oĂą il doit encore y avoir des crottes de chiens et des gens moins frĂ©quentables…
perpendiculaire SaintJames
Rue perpendiculaire Ă  la rue St-James, est-ce que quelqu’un si aventure si il n’y habite pas?
Je vais te dire dire un truc : je prie les mains jointes pour que cette rue et  le maximum de rues ne soient jamais atteinte par tout cette belle modernitĂ©. Ben si. J’avoue.
james

Tu vois le truc qui me fait bizare c’est que tout ça  : c’est neuf et ça veut faire vieux et authentique, genre « since 1892 ». Alors oui c’est joli et j’aime m’y balader, j’aime beaucoup mieux que ce soit piĂ©ton et tout ça… Mais je ne suis pas Ă  100% sĂ©duite. Manque d’authenticitĂ© pour moi, malgrĂ© l’indĂ©niable propretĂ© et « agrĂ©abilitĂ© » de la rue.

Sur un Ceci est un exercice je tombe sur :

« La rue Saint-James vend son âme au diable

Cette renaissance ne fait pas que des heureux. Benoit, président de Rythme-tisse, une association de percussions qui possède son local dans la rue depuis 13 ans a bien compris le processus et s’agace qu’on écorche le nom de la rue Saint-James, qui est le chemin de Saint-Jacques de Compostelle.

 « On finira par me faire comprendre que je suis de trop pour le standing du quartier» concède t-il ajoutant « Ça se dĂ©popularise au profit d’un politiquement correct mort et morne, y-a plus de vie, ça va devenir très propre, sans vague, parfait pour faire venir des paquebots quoi !, mais y’aura plus rien de vivant, d’émotionnel, d’un peu intense, peut-ĂŞtre d’un peu risquĂ© aussi ». »

Rah… Je ne peux qu’ĂŞtre d’accord avec cette analyse!!! Elle rejoint complètement la mienne. Mais mais mais  : en mĂŞme temps c’est la vie! Le Bordeaux de ma jeunesse n’Ă©tait pas non plus le Bx de la jeunesse de mon père! Quoi qu’il y a sĂ»rement eu BEAUCOUP  moins de changements entre 1940 et 1990, qu’entre 1985 et 2016! Ca s’accĂ©lère!  C’est la vie, c’est le changement! Et la rue est superbe!

Pour la rue Saint-James nouvelle mouture : un pouce!

l-eglise-saint-eloi-rue-saint-james

Et double pouce pour le fait qu’elle soit piĂ©tonne et pour la chaussĂ©e devant la grosse cloche! (A droite, l’Ă©glise Saint-Eloi, Ă©glise ou se rassemblent les cathos plus que cathos, messe en latin etc.)

Et voilĂ ,moi qui n’avait rien Ă  dire sur la rue St-James je vous ai livrĂ© un de mes post les plus longs!

Ah si, un clin d’oeil : souvenir d’un temps oĂą les pisses froid trouvaient que la rue Ă©tait infrĂ©quentable, en face de la grosse cloche, discrètement, se trouve une des rares salles de shoot en France! Remarque elle a Ă©tĂ© installĂ©e cette annĂ©e je crois. Amen. A deux pas (allez : 10)de l’Ă©glise intĂ©griste, c’est un pied de nez. Un retour Ă  la rĂ©alitĂ©, hors des paillettes. On en aperçoit la porte juste derrière l’arche de la Grosse Cloche, Ă  droite.

Je vous souhaite une belle soirée et de belles promenades!

Cliquez lĂ  pour plein de photos de commerces de la rue dans un post 100% positif.