Woohoo!

Petit sondage express : quand je mets un morceau de musique vous l’Ă©coutez ou pas? Comme ça je saurai si je continue Ă  vous en mettre, ou pas! Remarquez celui-mĂ  est trĂšs bref  😉

Le pas ferme et assurĂ© ce matin je prends le chemin du tram, direction Bx, arrĂȘt pas trĂšs loin de chez moi : je m’oriente dans un quartier inexplorĂ© jusqu’Ă  un organisme de formation. Je suis contente que ce soit l’automne, il ne fait pas chaud, il pleuviote : le paradis!

J’ai pris le 20 minutes Ă  l’arrĂȘt de tram’, je sais que j’aurai le temps de le lire. ArrivĂ©e dans le hall, c’est encore plus le bordel que ce que j’imaginais : la fille a l’accueil est nouvelle et ne sais… rien (c’est vrai, elle est paumĂ©e). Deux nouvelles vagues de demandeurs d’emploi s’entrechoquent dans le hall, ceux qui viennent pour la « remobilisation » et ceux qui viennent pour la « rĂ©orientation »…

La moitiĂ© de tout ce monde n’a pas vraiment lu les SMS reçu vendredi et ne sait pas trop pourquoi il est lĂ . Commence un charmant ballet de danseurs stressĂ©s qui passent d’une salle Ă  l’autre, tandis que des formateurs Ă©nervĂ©s font la morale aux petits rats : « Qu’est-ce qu’il y avait sur le sms que vous avez reçu? » »Montrez-le moi! » « Pourquoi l’avez-vous effacĂ©? » « Si vous ne savez pas pourquoi vous ĂȘtes lĂ , comment voulez-vous que moi je le sache? ».

J’ai dĂ©pliĂ© mon 20 minutes et lu en dĂ©tails de la premiĂšre Ă  la derniĂšre page. Quand on aura besoin des « remobilisation » je suppose qu’on nous appellera… Je sais il aurait Ă©tĂ© plus simple que chacun passe Ă  l’accueil, donne son nom, et qu’on lui indique la salle oĂč il devait aller. Oui. C’est sĂ»r. mais c’Ă©tait pas du tout comme ça.

Finalement les remobilisation on Ă©tĂ© appelĂ© au bout de 20 minutes. On est montĂ© dans une salle et on s’est assis. Il y avait deux trĂšs jeunes qui faisait un peu tĂąches dans le groupe et ils ont dit qu’ils savait pas pourquoi ils Ă©taient lĂ  mais que c’Ă©tait parce qu’ils savait pas ce qu’ils voulaient faire… Allez hop, qu’elle dit la formatrice, vous redescendez en « RĂ©orientation ». LĂ  y’en a une qui arrive et qui s’excuse d’ĂȘtre en retard : « Vous venez pour quoi? » « Je sais pas bien, pour me rĂ©orienter! » « fallait passer Ă  l’accueil on vous aurait dit d’aller au rdc… Une autre arrive : mĂȘme chanson… j’ai recommencĂ© Ă  lire le 20 minutes au cas oĂč j’aurais ratĂ© quelque chose.

Finalement tout s’apaise et la fille, AurĂ©lie (ma conseillĂšre aussi s’appelle AurĂ©lie) Parfois j’ai l’impression que toutes les filles de 30 ans s’appelle AurĂ©lie ou Audrey. Pendant 1h la fille nous prĂ©sente en quoi consiste ce « module » de 8 semaines pour savoir si ça correspond Ă  nos attente etc et si on va ou non, confirmer Ă  notre Paulette (Emploi) que cela nous intĂ©resse… Et elle nous distribue un dossier Ă  remplir. LĂ  un monsieur avec un bonnet marocain sur la tĂȘte qui n’a probablement pas plus de 65 ans, je suppose mais qui parait en avoir 75, dit qu’il ne va pas pouvoir le remplir car il ne sait absolument pas lire et Ă©crire.

Je pense que ce monsieur n’a pas un conseiller Paul, trĂšs performant et qu’il est un peu dur d’oreille, car AurĂ©lie Ă  prĂ©ciser dans les 10 premiĂšres minutes que l’un des seuls prĂ©-requis pour faire cette formation Ă©tait de savoir… Lire et Ă©crire… J’avoue qu’Ă  ce moment lĂ  j’avais ressenti un grand moment de solitude… J’aurais prĂ©fĂ©rĂ© que le prĂ©-requis soit d’avoir un master, je me serais sentie plus Ă  mon aise…

Bon la suite demain , lĂ  je dois partir pour l’IRM de mon genoux gauche!

Bisous et roudoudous