Je cours aprĂšs le temps en claudiquant

Je cours aprĂšs le temps en claudiquant. J’arrive pas Ă  me lever tĂŽt. El Marido et El Hijito quitte l’appart vers 7h35. Je voudrais me lever mais je n’y arrive pas, je suis trop engloutie tout au fond de mon sommeil et de mes rĂȘves. Tous les soirs je me dis que je devrais me lever en mĂȘme temps qu’eux et tous les matins (avant l’aube) mon esprit plonge au plus profond de mon sommeil et refuse de faire surface avant que le jour ne se lĂšve que les bruits de la ville fassent leur chemin jusqu’Ă  mes trompes d’eustache.

mon-chat-et-moiFaut avouer que mes nuits ressemblent assez à ça.

Plus de 8 jours ont passés depuis la derniÚre fois.

Samedi matin j’avais dans ma boite aux lettres une lettre du directeur de l’Ă©tablissement de 3iĂšme cycle dans lequel j’avais postulĂ© qui m’informait que j’Ă©tais 2iĂšme sur la liste secondaire. Ca veut dire que je suis arrivĂ©e 3iĂšme sur leur liste, ce qui est pas mal… Mais qui n’est pas aussi chouette que d’ĂȘtre embauchĂ©e.

Dimanche j’ai Ă©tĂ© voir Victoria. El Marido et le Fiston ont Ă©tĂ© voir un film d’animation, fantastique… Contre toute attente j’ai adorĂ© ce film. Je croyais que Virginie Efira serait juste la mĂȘme que d’habitude et en fait je l’ai trouvĂ© super, vraiment gĂ©nial, je lui trouve une petite place dans le club privĂ© des acteurs que j’aime bien. Et j’ai trouvĂ© Vincent Lacoste qu’on avait dĂ©couvert ado boutonneux dans Les Beaux Gosses, absolument parfait: un vrai acteur! Plus un gamin… TrĂšs chouette! Ca m’a donnĂ© envie de faire leurs portraits.

Ensuite on a mangĂ© un hamburger moyen avec des frites moyennes dans un endroit moyen oĂč on attendu 35 minutes voir plus, pour avoir enfin notre plateau. Ce qui Ă©tait dĂ©cevant c’est que le lieu Ă©tait « prometteur ». DĂ©solĂ©e les gars de Upper Burger, on a pas trop apprĂ©ciĂ© qu’on nous cause limite trĂšs mal et qu’El Marido se prenne de la part du tenancier un grand coup de marmite dans le dos. On a Ă©tĂ© se consoler en buvant un cafĂ© by night Ă  la terrasse d’un cafĂ© ou les serveurs sont adorables et mettent un petit canelĂ©* avec le cafĂ© 😉 On Ă©tait bien bien bien… Pey Berlan by night c’est trop beau.

cathedrale.jpg

Lundi j’ai rappelĂ© la DRH pour l’avoir de vive voix et pouvoir papoter de mon entretien. Etc. J’avais le trac mais mon kinĂ© (avec qui je cause beaucoup) m’avait encouragĂ© Ă  ne pas me dĂ©courager de le faire en me disant que ça ne servirait Ă  rien. DĂ©jĂ  ça m’a servi Ă  ĂȘtre fiĂšre de l’avoir fait et puis elle m’a donnĂ© un nom qui pourra m’ĂȘtre utile et elle a Ă©tĂ© encourageante et sympa : un ĂȘtre humain, pas une horrible DRH! Elle voulait mĂȘme pas raccrocher presque!

Il me semble que tous les jours j’avais envie de vous raconter un truc et puis la semaine a passĂ© comme ça, Ă  travailler pour trouver un job, Ă  dessiner, Ă  faire du crochet, du mĂ©nage et encore du mĂ©nage et puis des courses.

Vendredi PĂŽlette m’a appelĂ© pour me donner en primeur une annonce de PĂŽle pour un poste d’aide documentaliste dans un autre Ă©tablissement de troisiĂšme cycle. Une annonce complĂštement diffĂ©rente de la derniĂšre Ă  la quelle j’avais rĂ©pondu. J’ai passĂ© l’aprĂšs midi entiĂšre Ă  refaire une lettre qui colle Ă  l’annonce et Ă  retravailler ce foutu CV. Ce matin elle m’a confirmĂ© que l’annonce n’Ă©tait toujours pas en ligne.

Dimanche matin on est parti en courant (vers le tram) au cinoche pour avoir la sĂ©ance moitiĂ© prix : El Hijito et moi avons Ă©tĂ© voir Comme des BĂȘtes et on a ri comme des bossus tout du long, tandis que le mari allait voir le Burton, je n’aime pas du tout Burton. Ensuite on est allĂ© manger marchĂ©s des Chartrons des burritos avec des biĂšres. Il y avait un monde fou, plein de soleil. Les gens Ă  Bx mangent principalement des huitres pour bruncher le dimanche. L’ambiance est assez chicos du cĂŽtĂ© des mangeurs d’huitres c’est vrai. Puis on a redescendu la rue Ste Cath noir de monde : les magasins sont maintenant ouverts le dimanche. Autrefois la rue Ste Cath le dimanche c’Ă©tait ça :

dans-les-annees-1950-en-plein-centre-ville-de-bordeaux.jpg

15 aout 1949, rue Sainte-Catherine. dans les annĂ©es 80-90, le dimanche c’Ă©tait toujours comme ça. Surtout le 15 aoĂ»t! Maintenant c’est comme ça :

dimanche.jpgPas tout Ă  fait comme un samedi.

Aujourd’hui lundi, je suis heureuse de mettre mes collants de laine et mes docs. Il ne fait pas chaud mais le soleil brille : c’est parfait.  Tout n’est pas parfait mais au moins l’est.

Prenez soin de vous, la vie est trop courte pour ĂȘtre triste!

*Oui c’est la bonne orthographe du CanelĂ© de Bx.