Crescendo

LUNDI

Il Ă©tait prĂ©vu que j’aille faire signer ma convention de stage au CDI du collège, ce que j’ai fait avec d’autant plus de plaisir que cela me dispensait d’aller au « centre » avant l’après-midi. J’ai discutĂ© un moment avec la documentaliste qui m’accueillera et je pense que ça se passera bien. Touch wood and croise les doigts.

L’après-midi, j’ai rejoint mon groupe qui s’Ă©tait Ă©toffĂ© (bouhaha) de 3 nouveaux… Comme on Ă©tait dĂ©jĂ  trop…Ca ne m’a pas fait plus plaisir que ça de les rencontrer. Lorette, m’a ccuilli par un tonitruant et rieur « Bonjour Mahie! ». je crois qu’elle pète complètement les plombs maintenant qu’elle est Ă  la fois en confiance et dĂ©sabusĂ©e.

L’arrivĂ©e des 3 nouveaux bouleverse « l’organisation ». Elvire doit reprendre depuis le dĂ©but avec eux et ne sait pas quoi faire de nous… Nous voilĂ  parti en salle informatique pour faire nos courriers etc. Il y a dĂ©jĂ  lĂ  un groupe d’ados qui raconte leurs aventures sexuelles ou autres. Grosse migraine. J’arrive Ă  m’Ă©chapper avant 17h.

MARDI

Elvire nous avait tous donnĂ© rdv Ă  9h30 Ă  Cap MĂ©tiers (On ne dit jamais non Ă  une petite balade!). On a marinĂ© dans le hall jusqu’Ă  10h10 Ă  attendre les retardataire. j’en ai profitĂ© pour parler avec une documentaliste qui n’avait pas une minute car elle s’occupait d’un groupe. Je lui ai parlĂ© de mon projet en 3 minute et elle m’a donnĂ© le mail de la DRH. Au dĂ©but du mois Elvire avait tenté  de nous organiser une « visite guidĂ©e » de ce centre d’information ouvert au publique, mais on lui avait rĂ©pondu « pas avant janvier »… Qu’Ă  cela ne tienne s’est-elle dit : Puisque c’est ouvert Ă  tous, nous ferons donc une visite individuelle en groupe… Cela aurait probablement Ă©tĂ© possible si elle n’avait pas jouĂ© la bergère… Au bout d’un moment le gars qui lui avait dit non au tĂ©lĂ©phone nous a repĂ©rĂ© et proprement virĂ©. Elvire n’acceptant pas sa dĂ©faite nous a fait encore mariner une heure dans le hall espĂ©rant un quelconque revirement. J’ai sonnĂ© la retraite Ă  11h. Faut savoir dire stop.

L’après-midi au centre n’Ă©tait pas top. A 14h30 je me suis rappelĂ© que je devais appelĂ© la directrice d’une certaine mĂ©diathèque pour prendre RDV. Elle m’a dit de passer dans l’aprèm. Après encore quelques papotage avec EmĂ©ralda et Brigitte. J’ai profitĂ© de l’occas’ pour dire adishatz et aller chercher Titi au collège avant d’aller Ă  la mĂ©diathèque. Bonne conversation avec Madame Bib, elle m’a donnĂ© des idĂ©es, des pistes Ă  explorer, des idĂ©es de candidatures Ă  envoyer aussi.

MERCREDI

Nous avions tous rdv au forum de l’emploi SNCF Ă  Darwin (ancienne caserne rive droite lĂ  oĂą atrefois c’Ă©tait la zone).  Contrairement Ă  mon habitude de prendre le bus depuis le dĂ©but de cette « aventure » (car quand mĂŞme s’en est une!) j’ai pris ma Titine et j’ai  rĂ©cupĂ©rĂ© EsmĂ©ralda en chemin pour se faufiler dans les petites rues de BX avant de prendre le pont de Pierre et les quais en zone Ă©trangère (au delĂ  du Pont de Pierre c’est le Nord!). Je savais d’avance (pour avoir regarder sur internet la veille) que rien ne m’intĂ©resserait dans ce forum… C’Ă©tait le cas  de tout le monde en fait. On a fini avec les filles autour d’un cafĂ© dans le cafĂ© de darwin… Et pis avec EsmĂ©ralda on est reparti dans les bouchons.

L’après-midi j’ai presque « prĂ©textĂ© » ma visite Ă  un organisme de formation des bibliothĂ©caires pour prendre la fuite et aller me paumer du cĂ´tĂ© du Campus Carreire, un coin de Bx que je ne connaissais pas du tout… Après avoir un peu tournĂ© et demandĂ© 6 fois mon chemin, j’ai grimpĂ©, Ă  l’aide d’un ascenseur, au troisième Ă©tage d’un batiment assez vintage ou j’ai dĂ©gotĂ© la personne que je cherchais et qui avait l’air aussi ravie de me voir que Robinson quand il trouve Vendredi : la fin de la solitude! Bref, elle m’a conseillĂ© de faire un D-U « Techniques et mĂ©diations documentaires«  qui est dĂ©jĂ  commencĂ© depuis dĂ©but sept. donc ça serait pour sept 2017, mais pourquoi pas! Je le note dans mes tablettes, ça peut ĂŞtre intĂ©ressant pour mon projet (que je ne dĂ©taillerai pas aujourd’hui).

JEUDI

Nous avions RDV au forum de l’emploi de Bègles…. Alors lĂ  j’ai longtemps hĂ©sitĂ© Ă  prendre ma voiture pour aller Ă  Bègles ou pas… Parce que Bègles c’est… Comment dire? Une ville du 19ième siècle avec des rues construites avant que les automobiles (pas les Playmobil) n’existent et la circulation y est comment dire? SurrĂ©aliste? Oui c’est ça surrĂ©aliste! La plus part des rues ne peuvent laisser passer qu’une voiture et pourtant elles ne sont pas en sens interdit. Donc ce matin comme j’avais pas envie de marcher 40 minutes ou de prendre 5 bus diffĂ©rents, j’ai pris ma voiture et : J’ai fait marche arrière dans une rue pour laisser passer un type qui arrivait en face. J’ai rouler sur plein de trottoirs pour croiser des gens, et aussi je me suis un peu perdu avant d’allumer Waze. J’adore l’agglo. Sauf Bègles. Bègles c’est… Bizarre. J’ai aussi vu un bus rouler sur un trottoir pour me laisser passer… Bon le forum Ă©tait essentiellement tournĂ© vers la….. Formation ou l’aide Ă  la personne ou le BTP… Alors après avoir causĂ© avec mes « camarades » et fait 3 tour pour ĂŞtre sĂ»re , je m’en repartie vars chez moi, oĂą je me suis occupĂ© des courses, du mĂ©nages etc.

L’après midi nous devions nous retrouver au « centre »… Pour faire le point sur nos aventures avec Elvire.  Salle informatique rĂ©quisitionnĂ©e par un autre groupe. 14 entassĂ© dans notre micro salle. Le tour de table ou chacun s’exprime 10 minutes pendant les quelles les autres se demandent pourquoi ils ne sont pas chez eux en train de mater une sĂ©rie avec leur chat ou d’Ă©crire des lettres de candidatures… Vers 3h30 Brigitte me dit dans l’oreille (tout le monde a changĂ© de place depuis l’arrivĂ©e des nouveaux), Brigitte me dit « Un de ces 4 ça va aller au clash… » Oh ben tiens, tu crois pas si bien dire… La tension monte, monte monte.  Le clan des no-futur est virulent et toujours autant dans le refus de TOUT. Les uns se plaignant que tel organisme ne les appelle pas quand il y a une annonce qui pourrait les intĂ©resser, les autres  disant qu’ils n’attendent rien de cette formation et qu’ils aimeraient qu’on arrĂŞte de leur demander de faire des efforts et patata et patati : bref les mecs (et une nouvelle) font du surplace intĂ©gral et voudraient visiblement qu’on leur donne tout cuit le boulot de leurs rĂŞves : une sorte d’emploi fictif Ă  la mairie de leur ville, serait probablement parfait pour eux. Elvire s’agace un peu. Goldorak devient tout rouge et menace et dĂ©forme ce qu’elle dit… Une des nouvelles se met Ă  crier qu' »Elvire n’a jamais dit ça! ». Et puis s’en est trop pour Pol qui finit pas les traiter tous  de monolithe qui ne trouveront plus jamais de boulot avec leur mentalitĂ© de connards… Bref on a eu presque 2 heures de pur bonheur ou j’ai vraiment cru que Jean-Pierre allait essayer d’en coller une Ă  Pol la rock-star qui marche sur les tables (faut bien, y’a pas de place pour accĂ©der Ă  sa place) sous les yeux plus qu’Ă©namourĂ©s de Lorette.

Le nouveau (appelons-le ZinĂ©dine, comme Zidane)  a essayer de dĂ©tendre l’atmosphère plusieurs fois et ça a marchĂ©. cela dit je ne suis pas sĂ»re du tout qu’il ait fait exprès! Azima, la nouvelle continuait Ă  parler très fort en disant qu’il fallait se calmer. Bref : on est tous très content de ne pas y aller demain parce que demain on est en « autonomie ». Ca veut dire que notre formatrice Ă  un autre groupe dont elle se serait bien passĂ© peut-ĂŞtre du coup on nous fait croire que c’est pour qu’on soit autonome un jour par semaine. ca tombe bien : la guerre a commencĂ©!

Brigitte sera en formation la semaine prochaine et elle a dit « Bon les gars, j’espère que je vous retrouverai tous entier lundi en 8! »

VoilĂ !

demain je vois une documentaliste très importante dans mon projet.

Bisous et roudoudous, prenez bien soin de vous!

PS : excusez l’orthographe je suis trop vannĂ©e pour me relire!