C’est quoi ton job Mahie?

Sur le site de l’éducation nationale un professeur documentaliste c’est ça :

« Le professeur-documentaliste est un professeur certifié, c’est-à-dire être titulaire du concours national du Capes section documentation. » Dans mon cas non, puisque je suis contractuelle. Mais en dehors du concours, j’ai le même niveau d’étude. Les professeurs documentalistes, sont des profs, au même titre que les profs de math ou de latin. Cependant nous faisons 30 heures, quand les autres profs font 18 heures… Cherchez l’erreur!  Il faut avouer que les profs documentalistes ne sont pas très valorisés dans l’éduc nat. où on a tendance à les confondre avec des surveillants de luxe 😦

Pourtant  « le professeur documentaliste est à la fois un spécialiste de l’information-documentation et un enseignant. » dit le site du ministère.

« Responsable du fonds documentaire, il met à disposition des ressources et en facilite les usages, en s’appuyant sur le socle commun, les programmes d’enseignement et les différents dispositifs pédagogiques. Il contribue à la diffusion de l’information utile au sein de l’établissement et assure une veille informationnelle pour l’ensemble de la communauté éducative. »

On participe a des prix de lecture des collégiens. On organise des clubs de lecture, de médias. On reçoit les classes et leur faisons des cours/ateliers sur la recherche documentaire et ses pièges, l’orientation professionnelle. On fait venir des intervenants. Organisons avec les autres profs des travaux mettant en jeu une ou plusieurs disciplines.

On doit former les élèves « à un usage raisonné et critique des ressources physiques et numériques disponibles et contribue à développer leurs compétences documentaires et informationnelles. »

« Engagé dans les apprentissages liés au numérique, le professeur documentaliste maîtrise notamment les éléments clés de l’éducation aux médias et de l’information et les met en œuvre avec les élèves. »

Et c’est vrai que nous faisons tout cela! Et plus! Car quand nous ne sommes pas occupées à préparer nos interventions, à gérer les documents, les relations avec les profs et 1000 et une chose … Nous sommes « surveillantes de luxes »! C’est à dire que pour beaucoup d’élèves et de profs et de CPE : le CDI c’est la succursale bien chauffée et accueillante de la salle de permanence! Alors comme seulement la moitié, et parfois moins, des heures du CDI, n’est réservée à des séances « privées » avec une classe, le reste du temps on voit débouler des ados mal dégrossis qui ne viennent là que pour au mieux papoter, au pire se conduire comme des connards. Bien sûr la majorité des gamins sont ok, mais il en suffit de très peu pour transformer une belle matinée en matinée de merde. heureusement il y aussi des gamins adorable (très peu aussi! lol) qui font oublier la misère que nous font certains!

Bref : ce n’est pas un métier de tout repos. On est toujours sur le pont et quand on est seule comme je l’étais aujourd’hui : on ne peut pas aller pisser, car un CDI, ça ne ferme pas pendant la récrée!

Bien. Bon. Aujourd’hui j’ai pas trop kiffé le truc. J’avoue qu’en plus des 50 kilomètres journaliers que je me tape pour aller au collège, le peu de considération général pour la profession m’agace. Ex : une AVS (assistante de vie scolaire) rentre et me dit « Elles sont pas les dames du CDI? » Ca fait un peu « dame pipi » je trouve. Et à qui ça viendrait à l’idée en parlant de la prof de maths de dire « Elle est pas là la dame qui fait les maths? ».

Bah.

Je suis dans ce collège jusqu’au 17 février.

Je serais pas fâcher si on m’appelait pour travailler en médiathèque. Je vais renvoyer une salve de Cv tiens!

Bisous!

 

22 commentaires sur « C’est quoi ton job Mahie? »

  1. Merci pour ton témoignage « de l’autre côté de la barrière », Mahie.
    Quand j’étais ado, j’aimais bien aller au CDI. C’était un endroit bien plus calme que la « salle de perm’ » pour travailler mes cours (oui, j’étais studieuse !), mais c’est vrai que, parfois, la documentaliste nous reprenait quand on chuchotait un peu trop fort avec les copines… 🙂
    Je ne savais pas que les documentalistes avaient un statut de prof… C’était pas comme ça, il me semble, “ de mon temps  » (?)
    Bonne continuation, en tout cas !

    1. Aujourd’hui encore on dirait que tout le monde ignore que les documentalistes sont des profs ! C’est fou! « Le professeur documentaliste gère le centre de documentation et d’information (CDI) au sein d’un établissement :collège, lycée, lycée professionnel. Ce statut existe depuis la création du CAPES de Documentation en 1989, date à laquelle le documentaliste bibliothécaire devient professeur documentaliste.

      1. Merci pour les précisions ! Du coup, en 1989, j’étais encore en primaire. Donc, lors de mes années collège et lycée, les documentalistes avaient déjà ce statut. Je confesse mon ignorance… 😉 Il faudra que je demande à ma mère à l’occasion si elle était au courant 😀

  2. Bonjour la dame qui fait le blog !

    La seule fois où j’ai mis les pieds (et le reste) au CDI, c’était en seconde avec mon copain Guiral pendant l’heure de sport. Le prof (de sport) nous avait dit « Vous voulez que je vous demande la définition du verbe courir ? », et nous n’avions pas attendu qu’il nous la demande…

    1. Bah il y a des moments sympa comme quand on fait une séance avec un classe où on les initie à la recherche documentaire en général ou sur un sujet précis… Quand on fait des ateliers « orientation » avec les fiches de l’ONISEP… Ou on prépare des « interviews » parce qu’ils vont rencontrer un intervenant extérieur… Ca c’est chouette, c’est quand le CDI est réservé à une classe.
      Aussi j’aime le côté bibliothécaire : se renseigner sur les bouquins, recevoir les commandes, les cataloguer tout ça 🙂 Mais la moitié du temps c’est assez nase 😦

    1. Et je suis super heureuse d’avoir un taf! 🙂 ! Surtout que je l’aime ce taf! Ce que j’aime pas c’est les psychopathes qu’on y trouve… j’ai appris qu’un élève qui me pose problème est en fait sur le point de se faire expulsé pour avoir martyrisé (pour de vrai) un copain dans les vestiaires 😦 😦 ambiance 😦 et pour avoir menacé avec un couteau ceux qui le dénonceraient 😦 ambiance… de taf pas tout a fait comme les autres…

  3. Ça a l’air chouette (si ce n’est le manque de considération !), ça n’existe pas du tout en Belgikistan. Courage jusqu’au 17, toute expérience est bonne à prendre pour mieux sentir vers où tu veux (ou pas) te diriger ensuite !

    1. Tu es sérieuse, ça te paraît chouette (excepté le manque de considération) ?
      Je trouve toujours intéressant l’avis des uns et des autres, en ce qui me concerne j’aurais tenu une semaine avec beaucoup de difficulté. Heureusement qu’il y a des positifs comme toi qui trouvent ça chouette.

      Bleck

      1. Je tiens avec difficultés j’avoue… Beaucoup « d’incivilités », de foutage de gueule des gamins… Et une migraine assurée tous les jours! mais un salaire! Et ce salaire est un peu mieux que le smic alors je crache pas dessus!

        1. J’ai été un commercial pauvre, pas de séminaire pour moi, des réunions où si j’ai survécu c’est en faisant le sot, l’authentique sot pas le con qui déconne, l’imbécile.

          Bleck

      2. Bleck, je trouve ça chouette que les élèves soient « formés à un usage raisonné et critique des ressources physiques et numériques disponibles etc. », qu’il y ait un apprentissage de la lecture de médias, des ateliers pour apprendre à se documenter et à choisir une orientation professionnelle… pour moi ça manque dans nos écoles belgikistanaises !
        Après, sur le terrain, c’est moins sexy : le fait d’être considéré comme un sous-prof par ses collègues (et donc par les élèves… ), servir de surveillant, faire face à des élèves pas forcément faciles à vivre, ne même pas pouvoir s’absenter pour pisser, etc. 😦

    2. Comme j’ai besoin d’un salaire, je continuerai dans cette voie, puisque c’est la seule qui s’ouvre vraiment à moi depuis longtemps, et la seule ou j’ai vraiment envie d’aller d’ailleurs! Il est logique que je fasse le taf qui correspond à mes diplômes 😉

  4. Merci pour la description, je dois avouer que je ne connais rien qui corresponde à ce genre de position, ici ou en Suisse (mais la Suisse peut avoir changé en 20 ans). Je suis désolée qu’on vous manque de respect à ce point alors que vous avez les mêmes diplômes, je trouve ça incroyable! Ici, à l’université (Canada + US), on a aussi les profs qui sont « tenured » ou « tenure-tracked » (contrats permanents) comme moi, qui sont relativement bien payés, ont des vacances, des assurances, etc., et les « lecturers/instructors, » profs qui ont les mêmes diplômes mais des contrats de merde, un semestre à la fois, aucune assurance, pas de vacances, pas d’argent pour aller aux conférences, les classes les plus grandes, etc. Entre eux, ces deux groupes ne se respectent pas beaucoup, mais heureusement les étudiants ne savent en général pas qui a quel contrat donc de ce côté-là, il n’y a pas plus de manque de respect pour les lecturers. Bon courage à toi 🙂

    1. Ha et dans la salle des profs tu entends de ces trucs de la part des agrégés sur les contractuels… J’ai failli me fritter avec une prof dès le premier jour! 😀
      Enfin aucun système n’est parfait…
      L’éducation nationale embauche des contractuels à tour de bras au lieu de rendre les concours plus accessibles. Du coup les contractuels ne bénéficient pas de la formation qu’on ceux qui on réussi le concours… Etc etc… c’est complètement idiot.
      Bon courage à toi dans tes démarches actuelles 🙂 Bisous!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s