EMI CDI EPI CAPES CAPET et autres joyeusetĂ©es!

EMI : ExpĂ©rience de Mort Imminente ou : Éducation aux  MĂ©dias et Ă  l’Information pour les professeurs documentalistes en CDI : Centre de Documentation et d’Information et non pas en Contrat Ă  DurĂ©e IndĂ©terminĂ©. Chaque domaine a ses acronymes et souvent c’est source d’incomprĂ©hension entre les diffĂ©rents secteurs… Si je parle de BM je parle de BibliothĂšque Municipale (on en parle de moins en moins Ă  la faveur des MĂ©diathĂšques). alors qu’un concessionnaire auto ou un passionnĂ© de voiture comprendra BMW … Quand je parle de BO, je parle de Boucles d’Oreilles ou d’OpĂ©rateurs BoolĂ©ens (pour la recherche documentaire) ou encore de Bulletin Officiel, tandis que  Dr K. parle d’Odeurs Corporels (Body Odours) et  les cinĂ©philes de Bande Originale… Et les aficionados de rugby parlent du club de Biarritz, je crois.

vegetalisationMĂȘme place Gambetta il y en a de plantĂ©es contres les façades, c’est chouette.

Si je parle de coloc’, je pense Ă  une collocation, alors que mon frĂšre pense Ă  un colloque de profs en Chine et ma voisine aux CollectivitĂ©s Locales…

Dans l’Ă©ducation nationale j’ai vraiment beaucoup beaucoup d’acronymes Ă  apprendre et j’ai intĂ©rĂȘt Ă  les apprendre vite si je ne veux pas ĂȘtre Ă  la masse :

Si j’envisage sĂ©rieusement de passer le CAPES Ă  50 ans passĂ© (je crois que lĂ , sĂ©rieusement j’ai du mal Ă  avouer « 52 », ça commence Ă  faire « chute en avant »!) si j’envisage donc, de passer le CAPES, il faut que j’arrĂȘte d’ouvrir des yeux ronds d’incomprĂ©hension quand on me parle de l’ESPE…

L’ESPE c’est l’École SupĂ©rieure du Professorat et de l’Education. Elles succĂšdent aux Instituts Universitaires de Formation des MaĂźtres (IUFM). Mais leur fonctionnement est, je suppose diffĂ©rent, puisque ça a changĂ©… En revanche je nage un peu au milieu d’un ocĂ©an d’infos sur le sujet et par exemple je ne sais si je dois m’inscrire au CAPES (Certificat d’Aptitude au Professorat de l’Enseignement du Second degrĂ©) ou au CAFEP ( Certificat d’aptitude aux fonctions d’enseignement dans les Ă©tablissements privĂ©s sous contrat du 2nd degrĂ©)…

Euratlantique-13-mars-2011-005On a mis Titi dans le TGV hier, il me manque dĂ©jĂ …

C’est le MÊME concours : mĂȘmes Ă©preuves, en mĂȘme temps, mĂȘme jury, etc… Sauf que l’un ouvre les portes du public, et l’autre celui du privĂ©! Moi tout ce qui m’intĂ©resse c’est qu’aprĂšs on ne m’envoie pas en dehors de la Gironde…

Il faudrait donc que je fasse une annĂ©e de plus de fac un Master 2 MEEF (mĂ©tiers de l’enseignement, de l’Ă©ducation et de la formation).

Le master MEEF se prĂ©pare donc dans  les ESPE . Ça s’Ă©tale sur quatre semestres, et correspond Ă  l’acquisition de 120 crĂ©dits europĂ©ens, au-delĂ  du grade licence. Les inscriptions en master MEEF ont lieu dĂšs le mois de juillet. Certaines ESPE proposent des prĂ©-inscriptions dĂšs le printemps. Ah ah! Faut que je commence Ă  me bouger!
Le master MEEF est ouvert aux Ă©tudiants titulaires d’une licence et qui se destinent aux mĂ©tiers de l’enseignement, de l’Ă©ducation et de la formation, mais il est aussi accessible sous certaines conditions :

  • aux titulaires d’un M1 ou Ă©quivalent, (une maĂźtrise datant de 1998 me fait-elle passer directement en deuxiĂšme annĂ©e?)
  • aux titulaires d’un M2 ou Ă©quivalent,
  • Etc, etc, etc…

.Y’a pas Ă  dire faut que j’y passe! Faut que je me renseigne, me documente, tout ça!

Et pour finir un dernier acronyme : EPI (on en parle beaucoup dans les collĂšges) Enseignements Pratiques Interdisciplinaires! Il s’agit de travailler avec un autre prof sur un mĂȘme sujet et les mĂȘmes classes. Les profs n’ont pas l’air super emballĂ©. Mais je trouve que c’est sympa la collaboration prof de doc/autre prof. Cela fait parti de la derniĂšre rĂ©forme.

Autrement un EPI ça peut ĂȘtre de blĂ© ou de maĂŻs… Une mĂšche rebelle en coiffure ou un Équipier de PremiĂšre Intervention et j’en passe!

Allez voilĂ  cela suffit pour aujourd’hui, je sens bien que le sujet n’est pas trĂšs passionnant si on a pas la tĂȘte dedans! 😉

Gros bisous!

Vacances scolaires

Hier c’Ă©tait mon dernier jour au collĂšge de C. Tout le monde a Ă©tĂ© super sympa : la principale et la principale adjointe m’ont dit combien elle me regretteraient et combien elles avaient apprĂ©ciĂ©e mon implication immĂ©diate dans le CDI. Les autres avec qui j’ai travaillĂ© Ă©taient vraiment tristes aussi de me voir partir et avec la prof de SEGPA on a mĂȘme eu la larme Ă  l’oeil! J’en ai conclu que si j’avais Ă©tĂ© apprĂ©ciĂ©e, la personne que je remplaçais en revanche, n’Ă©tait pas apprĂ©ciĂ©e du tout (ce que m’a d’ailleurs dit sans dĂ©tour la principale !). Les Ă©lĂšves vont me manquer, ma collĂšgue et le fait d’avoir une collĂšgue aussi! J’Ă©tais vraiment toute tristoune! Je vais mĂȘme regretter les 50 bornes par jour! (Vous allez comprendre…)

autome

Mais j’Ă©tais encore Ă  mon bureau au CDI tranquillement entrain de faire la police ou alors de papoter avec ma collĂšgue, je ne sais plus… Quand j’ai reçu un appel de Miss Suzette du rectorat qui m’informait que j’avais un nouveau contrat jusqu’Ă  fin Avril ou dĂ©but Mai ou plus… Et c’est Ă  … Hum… 40km de chez moi! Bon, je ne me plains pas du tout car je suis vraiment contente d’avoir un autre remplacement 🙂 J’avoue que je prends tout Ă  fait goĂ»t Ă  ce mĂ©tier oĂč, depuis la premiĂšre fois depuis que j’ai arrĂȘtĂ© d’ĂȘtre prof de FLE, j’ai vraiment l’impression d’ĂȘtre Ă  ma place. MĂȘme plus. J’aime vraiment.C’est quand mĂȘme ce Ă  quoi me prĂ©parait mes Ă©tudes!

Dans un CDI, on fait un peu de tout : bibliothĂ©caire bien sĂ»r, mais aussi « dictionnaire ambulant », prof de math, de français, d’anglais, d’espagnol, etc.. , prof d’informatique, prof de recherche sur internet, prof d’orientation, formatrice aux outils numĂ©riques, aux rĂ©seaux sociaux… J’adore.

Hier j’ai appelĂ© le principal de ce nouveau collĂšge qui Ă©tait plus qu’happy d’avoir une remplaçante : il n’y croyait pas du tout (Je ne sais pas pourquoi car je ne connais pas vraiment le fonctionnement de l’Ă©duc nat’), ensuite j’ai eu la documentaliste que je vais remplacer, qui Ă©tait Ă©galement super happy de papoter avec moi et avec qui j’ai pris RDV pour le lundi de la rentrĂ©e lĂ -bas pour qu’elle me montre tout et me prĂ©sente les profs et tout ça. Je commence que le mercredi. Elle se fait oĂ©prer de je ne sais quoi, ce qui est prĂ©vu depuis un bail.

Bref je suis contente. Ce bahut est plus petit que celui que je viens de quitter et je serai donc seule au CDI, c’est moins drĂŽle car on a pas une collĂšgue sur qui compter et avec qui se partager ce qui n’est pas drĂŽle comme « faire la police »… Mais bon je suis super contente quand mĂȘme 🙂

Donc du coup hier soir j’Ă©tais pas triste, juste contente d’ĂȘtre en vacances 🙂 !!!

J’espĂšre juste que mon prochain remplacement ne sera pas Ă  60 bornes!!! VoilĂ  les nouvelles. Je vous fait de gros poutous et bonnes vacances Ă  ceux qui sont en Aquitaine!

En ce moment c’est comme Ă§a!

Je rĂ©ponds aujourd’hui aux questions que se pose Dr K. au sujet de ses lecttrices/teurs. Bien que je pense qu’elle aussi en sait pas mal sur moi 😉 Si ce post vous semble n’avoir ni queue ni tĂȘte
 C’est parce que je rĂ©ponds au questions qui se trouvent là !

Je vais avoir 52 ans dans une semaine. C’est une sacrĂ© aventure d’avoir52 balais. Ça veut dire que contrairement Ă  ce que peuvent imaginer les ados : je commence Ă  savoir pas mal de choses sur la vie, mĂȘme si, comme disait Gabin : Je ne sais peut-ĂȘtre rien !

https://www.youtube.com/watch?v=orDR4JA91F4

Y’a un gamin qui s’appelle Gabin au collĂšge, c’est une petite andouille qui se croit plus malin que tout le monde (Il sait, il sait, il sait…)

Pas beaucoup d’aventures ces derniers temps
 Tout est assez raisonnable. Bon c’est peut-ĂȘtre une aventure de commencer Ă  bosser dans l’éduc’ nat l’annĂ©e de ses 52 piges


La santé  n’est pas trop mauvaise : aprĂšs les injections d’acide hyaluronique que j’ai eu dans les genoux avant NoĂ«l, je n’ai plus de difficultĂ©s dans les escaliers J Enfin ça dĂ©pend des jours quand mĂȘme
 Faut avouer que je monte pas plus vite que la nonagĂ©naire du dessus.

Je me trouve quelque part dans Bordeaux MĂ©tropole  depuis un peu plus d’un an maintenant et je cesse de m’en fĂ©liciter, congratuler, rĂ©jouir


Ce qui me tracasse en ce moment c’est comment gĂ©rer les Ă©lĂšves (peu nombreux mais trĂšs intenses !!!) qui me  mettent les nerfs en pelote tous les jours
 Ce matin il y en a eu un en M2* qui a fini par se prendre une « observation » dans son carnet : « Passe l’heure Ă  bavarder et se promener, gĂšne ses camarades. impertinences rĂ©pĂ©tĂ©es, refus d’obtempĂ©rer, insolence » L  Pas faute de l’avoir prĂ©venu Ă  multiple reprises que ça allait tomber
 En M3 rebelote avec un autre : grosse grosse lassitude ! N’ai pas Ă©tĂ© jusqu’à lui prendre son carnet Ă  celui-lĂ . Il Ă©tait moins insolent. Mais la prochaine fois si il essaye de me faire tourner en bourrique (dĂ©clarer un autre nom que le sien, en en changeant toute les 5 minutes) ça sera le carnet sans sommation (avec avertissement Ă  l’entrĂ©e quand mĂȘme) ou alors refus de le prendre au CDI, je sais pas encore. En mĂȘme temps, officiellement, il ne me reste que 2 jours dans le ce collĂšge ! J’ai du mal Ă  accepter que je n’y retournerai pas.

Vacances : HĂ© bien je serai en vacances pour deux semaines vendredi soir : mais on aura pas un radis pour faire quoi que ce soit ! Ma paye de fĂ©vrier va intĂ©gralement servir Ă  payer les impĂŽts fonciers (1800€ )et encore ça n’y suffira pas du tout !!! L On se fera mensualiser dĂšs rĂ©ception de la feuille (je sais dĂ©jĂ  la somme parce j’ai demandĂ© aux impĂŽts mais on a pas encore reçu l’avis)
  On aurait bien voulu que ça ne se passe pas comme ça, mais quand on dĂ©mĂ©nage, les impĂŽts c’est toujours la m
 !

Ma belle-mĂšre ? HĂ© bien je n’en sais rien et ça c’est plutĂŽt une bonne nouvelle ! Comme on dit : « Pas de nouvelles : bonnes nouvelles !! »

Mon chat ne fait pas de bĂȘtises. Il vomit rarement. Miaule de moins en moins la nuit. La Minette que nous avions fait adopter par notre voisine avant de partir de Pau, a Ă©tĂ© adoptĂ©e par son arriĂšre-petite-fille et a dĂ©mĂ©nagĂ©e dans les Landes.

Les enfants : El Hijito : il va bien, il va avoir 14 ans bientÎt, est plus grand que moi et à une petite moustache qui le fait presque ressembler à Zorro !

Je rĂȘve de passer d’ĂȘtre rappelĂ©e avant la fin des vacances pour un autre remplacement : j’adore ĂȘtre prof documentaliste mĂȘme si c’est Ă©puisant, c’est super gratifiant ! Je rĂȘve de faire un replacement dans la CUB**

Mes dĂ©ceptions : c’est pas aussi rigolo de vieillir que je l’imaginais. Je voulais absolument monter en haut de la tour Pey Berlan et je ne peux pas L Je devrais aller chez le kinĂ© mais j’ai plus le temps


Le dernier bouquin sympa que j’ai lu : « Le journal d’Aurore » c’est une BD. J’aime bien les BDs, mais pas toutes !  J’aime Joan Sfar, Margaux Motin,  Riad Sattouf (Je lis en ce moment les Cahiers d’Esther)
 Bretecher bien sĂ»r (MĂȘme si elle Ă©tait plus dans l’air du temps il y a 30 ans
) SempĂ©, Marjane Astrapi !

Extrait du Journal d’Aurore : « 12 fĂ©vrier. On peut ruiner sa vie en moins de dix secondes. Je le sais. Je viens de le faire. LĂ , juste Ă  l’instant. J’arrive Ă  la porte de l’immeuble, une modeste baguette dans la main et la modeste monnaie dans l’autre, quand Merveille-Sans-Nom surgit devant moi. InopinĂ©ment. A moins de cinq centimĂštres (il est en train de sortir et je m’apprĂȘte Ă  entrer, pour un peu on s’explose le crĂąne, front contre front). Il pose sereinement sur moi ses yeux
sublimes. Je baisse les miens illico, autant dire que je les jette quasiment sous terre, bien profond, entre la conduite d’Ă©gout et le tuyau du gaz. Sa voix amicale rĂ©sonne dans l’air du soir :
– Tiens ! Aurore ! Tu vas bien ?
Je reste la bouche ouverte pendant environ deux
millions de secondes, avant de me décider et de lui hurler à la figure :
– Voua ! Merdi ! »

Le prochain voyage prĂ©vu ? No comment
 Grrr

Les problÚmes au boulot : Voir « ce qui me tracasse »

Le truc qui m’a fait rigoler rĂ©cemment : Ca devait ĂȘtre hier soir dans Quotidien avec Yann Barthes.

Mes projets pour la semaine : faire le plein d’essence parce que plus de 50 km par jour ça donne faim à ma voiture.

La derniĂšre recette que j’ai essayĂ©e : euh
 euh
 ??

Une rencontre sympathique : les profs avec qui j’ai sympathisĂ© Violette, ma collĂšgue, qui a eu les mĂȘmes profs que moi Ă  la fac mais pas en mĂȘme temps bien que nous ayons le mĂȘme Ăąge et MĂ©lusine une PE*** prof de Segpa**** qui a Ă©normĂ©ment d’énergie et d’imagination pour « tenir » les Ă©lĂšves les plus intenables du collĂšges. Elle a fait une maĂźtrise de Lettres Modernes dans les mĂȘmes annĂ©es que moi.

Et voilĂ ! Je fais de grosses bises Ă  tous ceux et celles qui auront lu jusqu’au bout!

*La deuxiĂšme heure du matin.

** Communauté Urbaine de Bordeaux

*** Professeur des Ecoles

**** Sections d’enseignement gĂ©nĂ©ral et professionnel adaptĂ©

 

Prof documentaliste

Dans la cour, 8h25, devant le marquage CDI, une vingtaine d’Ă©lĂšves. Un surveillant (mal poli qui ne m’adresse jamais la parole et mĂȘme rentre dans le CDI sans me calculer pour interpeler des Ă©lĂšves) annonce Ă  la cantonade que le foyer est fermĂ© (Alleluya! 😩 ) que (Oh chance!) le CDI est ouvert (ce qui est nouveau le mercredi, puisque ma collĂšgue ne travaille pas le mercredi.) Du coup une dizaine de grands benĂȘts, mal lĂ©chĂ©s, ( joggings brillants, casquettes, regards vides) quasiment sans cerveau, s’ajoute dans « mon rang ». Oui je sais, je deviens mĂ©chantes : c’est la faute aux migraines que je rapporte tous les soirs Ă  la maison… MAIS je sais parfaitement reconnaitre les « gandallos » qui vont foutre le bordel dans « mon » CDI et j’ai pas trĂšs envie de me laisser marcher sur les pieds : je les informe assez vertement et d’une voix forte (j’ai l’impression que je vais finir pas me casser la voix dans ce job) que si ils n’ont rien Ă  faire au CDI, si ils ne vont pas lire ou Ă©tudier ou « quoi que ce soit du mĂȘme genre » ils n’ont rien Ă  faire au CDI et filent en permanence « MAINTENANT!!! » Les « malfaiteurs » (1 d’eux m’a bousculĂ© et quasiment insultĂ© la premiĂšre semaine « Nan mais elle va se calmer celle-lĂ  » quand je lui demandais de s’excuser) filent. Mais la queue n’arrĂȘtent cependant pas de se nourrir de nouveaux arrivants! Je les compte jusqu’Ă  30  (J’ai trĂšs envie de n’en accepter que 25 quand je suis seule…) et envoie le reste se faire cuire un Ɠuf en permanence => Mur des lamentations : « Mais madùùùùme!!!!!….. Ça se fait pas! C’est injuste! » Blablabla… Je pars vers le premier Ă©tage suivie ma ribambelle d’ados, dont la moitiĂ© est vraiment mal embouchĂ©e. ArrivĂ©s en haut : SURPRISE! J’en ai 40! (C’est comme ça tous les jours!) J’en refoule 10 sans sentiments (Maaaaaiiiiiis maaaaaadùùùmme!!!) 5 minutes plus tard 2 reviennent et essayent encore de briser mon inflexibilitĂ© Ă  coup de regards larmoyants. Dommage la Mahie qui se fait avoir c’est fini!!! (Que je crois!!! vendredi je me suis encore faite bien rouler dans la farine!! Mais je sĂ©vis de plus en plus…). 5 minutes plus tard : rebelote, les mĂȘmes :  » Maaaaaadùùùùme, s’il vous plait……. » Je ne cĂ©derai pas : 31 Ă©lĂšves pour une seule documentaliste c’est dĂ©jĂ  beaucoup trop, surtout quand on sait qu’il y en a moins de la moitiĂ© qui vont rĂ©ellement lire ou Ă©tudier!  J’ai Ă  peine le temps  de me retourner « drin drin drin » j’ai l’intuition que c’est « la vie sco » qui veut m’envoyer d’autres .. Bingo! « Oui euh, est-ce que tu peux prendre 2 Ă©lĂšves de plus, parce que lĂ  ça nous force Ă  ouvrir une permanence de plus…. » La Mahie cassante  » Oui ben moi j’en ai dĂ©jĂ  31 et je suis seule, et en plus y’en a la moitiĂ© qui n’ont rien Ă  faire ici alors : non! Vous avez qu’Ă  ouvrir… Tut tut tut… Tiens elle a raccrochĂ©. Non mais Oh!!! Vous connaissez pas Raoul!? Je vais les Ă©parpiller façon puzzle moi les surveillants qui me calculent pas et ensuite veulent bourrer « mon » CDI  avec des gars qui on l’insolence de me dire en ricanant comme les Dalton « Ben nan, m’dame, j’peux pas lire : j’sais pas lire! Vous voulez pas me lire un livre? » La Mahie : « Tu continue Ă  te foutre de ma gueule comme ça et c’est une observation dans ton carnet! capito?!… J’ai l’air de gĂ©rer comme ça. Et oui, je gĂšre… Mais quand je rentre Ă  la maison avec encore 25 km et la rocade bordelaise je suis vannĂ©e, rĂ©tamĂ©e, je me couche Ă  9h…

Zzzzzzz

Et chez vous, un mercredi matin ça se passe comment?

Bisous et roudous, passez un bon samedi soir!

 

 

Une journĂ©e au CDI

8h08 j’arrive, j’ouvre, j’allume, je me fais un cafĂ©… Je respire avant le rush.

8h25 ça sonne… Soupir. 8h30 : la salle est rĂ©servĂ©e pour une demie classe de 5iĂšme qui dĂ©boule. Je leur fait leur premiĂšre sĂ©ance d’orientation : discussion autour des mĂ©tiers, prĂ©sentation des fiches ONISEP, carte mentale autour d’un mĂ©tier, etc…

2iĂšme heure : ma collĂšgue est toujours au cinoche avec plusieurs classes et prof. Je descends dans la cour les Ă©lĂšves en rang devant le marquage CDI. Y’en a moins de 30. C’est parti : on traverse le collĂšge et montons au CDI. ArrivĂ©s devant la porte, miracle : la multiplication des Ă©lĂšves a eu lieu… Ils sont au moins 45!  C’est beau la science. Bref, je lĂšve la voix pour les faire taire et se mettre en rang bien gentiment et joliment. Je commence Ă  les faire rentrer un par un en prenant leur carnet. A 30 je prononce (enfin : je gueule) les mots qui fĂąchent : « C’est bon il y en a 30 qui sont entrĂ©s, les autres vous  allez en permanence!! » LĂ  mur de lamentations « mais madame j’ai exposĂ© Ă  faire avec Eliette! », « Mais Madame je dois faire une recherche sur Internet! », « Mais Madame on Ă©tait les premiers en bas et ils nous ont doublĂ©! », « Mais Madame c’est pas juste », « Mais madame ça se fait pas! »LĂ  je suis devenue un mur froid et hostile et je ferme « ma » porte : « Allez, allez, en permanence! »

La troisiĂšme heure commence : j’ai une classe de 5iĂšme avec le prof d’hist-G qui est super sympa et que je commence Ă  bien connaĂźtre puisqu’on travaille ensemble quasiment tous les jours depuis que je suis arrivĂ©e sur les « discriminations ».

Ma collĂšgue a du se faire kidnapper au cinoche, elle revient pĂŽ. Tiens finalement la voilĂ  en fin d’heure (y’a eu des problĂšmes, le film a Ă©tĂ© retardĂ©).

4iĂšme heure : voilĂ  la VRP des maisons d’Ă©ditions qui arrive. Ma collĂšgue doit bosser sur un projet avec une prof d’anglais, c’est moi qui reçoit la dame : Des tonnes bouquins tous plus chouettes les uns que les autres Ă  regarder pendant une heure. Je fais une prĂ©selection pour ma collĂšgue, c’est elle qui fera une commande ou pas. Je pars manger au bout d’une heure, ma collĂšgue prend le relais et commande pour 150 € de bouquins. Le kif.

Cantine.

13h30 : 36 Ă©lĂšves « en permanence » au CDI 😩 Heureusement y’a plein d’Ă©lĂšves qui me prĂ©fĂšrent Ă  celle que je remplace. Ils me disent « Madame vous allez rester? Elle est parti Ă  la retraite Mme Pamplemousse? šParcer que c’est juste une vieille sorciĂšre! Vous vous ĂȘtes gentille! »Je leur dis : « Non, il ne faut pas dire ça! C’est vraiment pas sympa, je ne veux plus l’entendre, ok?! »

2iĂšme heure : une demie classe de je sais plus quoi viens travailler sur les chevaliers, le roi Arthur etc… Brouillon numĂ©rique. J’aime bien ce genre de sĂ©ances oĂč on les accompagne dans les mĂ©thodes de recherche, la mĂ©thodologie, l’utilisation de la bureautique, c’est cool.

3iÚme heure : enfin du temps pour recouvrir les nouveaux bouquins! Un graphiste vient parler de son métier à deux classes qui ont, en amont, préparé des questions à lui poser.

16h45 :ça sonne. tout le monde se barre sans ranger ni les chaises ni les tables 😩 J’ai beau pousser des gueulantes, tout le monde se barre en laissant le CDI comme ça. Je commence Ă  ranger les chaises, puis j’abandonne, je vais pas remettre 20 table en place toute seule, merde. Ma collĂšgue parle avec l’intervenant et 3 ou 4 profs.

16h55 : Je salue tout le monde et je me casse. Si tout est encore en bordel demain je ferai ranger par les Ă©lĂšves… Demain c’est mercredi, je suis en solo.

VoilĂ  donc une journĂ©e type. Quoique « normalement » il y a plus d’heures de perm’.

Je vous souhaite une bonne soirée et vous fais des bisous.

PS : bonne nouvelle mon contrat est prolongĂ© jusqu’au 6 mars.

Marcel

La tempĂȘte Marcel s’Ă©loigne, j’espĂšre. La nuit est tombĂ©e. DĂ©jĂ  dimanche soir, encore dimanche soir, encore une semaine qui va commencer…

Reprendre la route demain matin Ă  7h30, dans la nuit traverser BĂšgles jusqu’au pont François Mitterrand, rentrer dans le flots Ă©normes des voitures polluantes qui ne contiennent qu’un chauffeur, branchĂ© sur Inter comme moi ou sur d’autres radios, Ă  l’Ă©coute de la « matinale ». Quitter le flot et s’enfoncer dans la campagne noire, sous la pluie, les essuies glaces s’agitent. Heureusement le froid a disparu ces dernioers temps et il ne faut plus gratter la voiture avant de partir.

Plus besoin du GPS pour arriver jusqu’Ă  mon collĂšge. Plus besoin qu’un Ă©lĂšve me dise « Non c’est pas par lĂ  madame, lĂ  c’est les toilettes! » Oups…

Avec ce travail, je n’ai plus beaucoup de temps pour bloguer. Alors j’ai bloguĂ© peut-ĂȘtre les fois oĂč j’en avais ras la casquette de ce rythme. LĂ  je m’habitue. Bon ok les ados me donnent de bonnes migraines, mais je m’habitue.

Il y a des moments trĂšs sympa comme quand je filme une classe de 5iĂšme qui joue des scĂšnettes autour du thĂšme de la discrimination, aprĂšs que nous ayons prĂ©parĂ© ça ensemble depuis que je suis arrivĂ©e et que c’est le meilleur moment de la journĂ©e entre 8h30 et 9h30. Et puis ce week-end je monte ça avec un logiciel de vidĂ©os pour faire un joli petit film.

Il y a quand une autre classe de 5iĂšme les jouent devant moi et le prof d’hist-gĂ©o avec lequel je les ai encadrĂ© et que nous les notons et qu’il ya des trĂšs trĂšs bonnes notes.

Il y a le sourire de tel Ă©lĂšve qui me remet du coeur Ă  l’ouvrage quand j’ai passĂ© une mauvaise heure au CDI avec une bande de crĂ©tins.

c8c2bf6489e9e8f82c86c8107f2213ea.gif

Il y a ce groupe qui vient faire une recherche sur les personnages de la lĂ©gende d’Arthur et avec qui ça se passe trĂšs bien alors qu’avec le groupe prĂ©cĂ©dent on avait envie de se pendre.

101-mommie-dearest-quotes

Il y a ma collĂšgue qui me propose d’emmener une classe voir la traversĂ©e de Paris au cinoche avec un groupe d’Ă©lĂšves et moi qui dĂ©cline parce que ça fait parti de son projet : Moi pendant ce temps je prendrai une classe en sĂ©ance « orientation ». Ell est trop sympa et ça c’est vraiment trĂšs trĂšs cool de faire mon remplacement auprĂšs d’une personne aussi chouette.

Je suis de moins en moins « gentille », de plus en plus « inflexible ». Ils arrivent encore Ă  me manipuler les petits monstres : Maintenant je sais que quand des ados disent « On sera super sages », ça veut dire « On va ĂȘtre intenables mais please, laissez nous entrer, on est mieux lĂ  qu’en perm! ». Maintenant je sais que quand une gamine ricane bĂȘtement : elle ment. Qu’une fois sur deux quand tu demandes son nom Ă  un ado, il te donne celui d’un copain ou d’un ennemi… Faut se retenir de ne pas les taper parfois.

tumblr_lyn94saoau1r2d0qv

Mais bon, j’apprends, j’apprends, j’apprends… Et dans mon prochain remplacement on commencera tout de suite avec l’autoritĂ©, sans les sourires…Que veux-tu faut pas se faire bouffer. Les enfants ne sont pas nos amis. Ce sont les autres profs, Ă©ventuellement, nos amis.

Bon voilĂ . Autrement c’est rigolo de se faire appeler toute la journĂ©e « madame » j’ai pas l’habitude. L’autre jour une Ă©lĂšve m’a demandĂ© mon nom : j’ai pas eu le rĂ©flexe de dire « Mme Biquette » (Oui c’est bien madame Biquette je trouve, non? » J’ai dit que je m’appelais Marie. Bon en mĂȘme temps c’Ă©tait pas grave, parce que je suis pas sĂ»re qu’elle ait compris car c’est une Ă©lĂšve qui dit 3 mots de français, bon allez 10 ( elle vient d’un pays qui se termine en « stan », loin). Un Ă©lĂ©ve lambda aurait Ă©tĂ© surpris que je lui donne mon prĂ©nom.

Bref, je vous souhaite une bonne soirée et une joyeuse semaine. Bisous et roudoudous!