Retour au nord de Copenhague

_vlx1649.jpg

Comme je le disais dans mon post pré-précedent, c’est pas pour la déco de cet intérieur que j’avais gardé la photo ci-dessous, mais pour le tableau et lui seul.

tableau

Un grand portrait de Hanne Wilhelm par Vilhelm Lundstrøm (1941)

Ensuite, cela m’a intrigué de découvrir qui était le propriétaire de la maison… Je voulais savoir si le tableau était un original ou une reproduction dans une maison bobo à la mode. Si il était d’un peintre connu, ou d’un peintre « du dimanche »… Si c’était une reproduction, ce pouvait être une  maison « style vintage » années 2010 et des poussières. A la manière des années 50. Je suis curieuse, j’aime chercher, me renseigner, savoir.  J’ai donc appris qu’il s’agissait de la maison du designer/architecte danois Finn Juhl.

Le célèbre danois (dont j’ignorais le nom jusqu’à présent) y  a vécu du début des années 40, jusqu’à sa mort en 1989. La maison a alors été transformée en musée. Ce qui explique qu’il y manque un peu de « vie »! Mais bon les maisons dans les magazines de déco sont toujours un peu comme ça : trop bien rangées.

_vlx1575.jpg

J’aime bien les étagères « Shelf System » (1952), que l’on peut adapter aux différentes tailles des livres et des objets grâce à un système de rainures. J’aime surtout qu’on puisse passer le balais dessous. J’aime bien ne pas rencontrer d’obstacles quand je nettoie par terre.

J’aime beaucoup la luminosité de cette maison et les grands espaces. Mais les meubles ne me plaisent pas… Je ne suis absolument pas fan, même si j’apprécie le design et les belles matières…  C’est pas mon style.

 

_vlx1603.jpg

Exemple : j’admire le design et le beau bois de ces chaises (Egyptian Chair », 1949, mais en même temps : je n’en veux pas chez moi!! Idem le petit meuble derrière : trop froid.

_vlx1618.jpg

J’ai vu des meubles exactement comme ça à la foire à la brocante de Bx samedi dernier. Je ne les avais pas trouvé top! J’avoue que je m’étais même demandé quelle mouche avait piqué le brocanteur de peindre les tiroirs comme ça! Je me suis dit que ça gâchait les meubles! En tous cas, j’avais pas étésuper séduite… Et je le suis toujous pas! Faut que je retourne voir ce stand d’un « oeil expert » Y’avait plusieurs meubles de Finn Juhl apparement. « Chest of Drawers » (1961). Très modernes pour l’époque!!!

the-open-plan-layout-of-finn-juhl-s-home-in-ordrup

J’aime la bibliothèque pleine de livres, le tapis rose… La cheminée, le sol clair et toutes ces fenêtres, portes fenêtres… Je suppose, que quelque part je me sent un peu chez moi, que cette maison me rappelle celle de mes parents, celle de mon oncle et ma tante aussi… Le design des années 50/60, c’était « leur époque »… Certains tableaux de mon père font écho à certains tableaux de cette maison danoise…

finn_juhl_galleri_3-1024x542.jpg

La maison vue de l’extérieur : une simplicité totale.

view-from-the-garden.jpg

Je vous souhaite « à toutes et tous », comme dirait l’autre, un excellent weekend de 3 jours!

 

Si maman si…

Tour_pey_berland

Cette semaine j’ai beaucoup pensé à ma mère. J’avais envie de l’appeler, de lui parler, qu’elle me serre dans ses bras. Qu’elle me donne des conseils par rapport à l’éduc’ nat’… (Elle était prof).

C’est vrai, ce fut une semaine déprimante. J’attendais un coup de fil qui n’est pas venu. Et c’est déjà vendredi. J’ai tourné en rond, le chat m’a suivi. Hier j’ai été prendre l’air à Bordeaux : marcher dans « ma » rue Ste-Cath, admirer la vierge tout dorée de Pey Berlan : c’est ce dont j’avais besoin. J’avais besoin aussi de prendre un café en terrasse, mais j’ai pas eu le temps car j’ai trop magasiné et parce que quand je bosse pas je dois récupérer El Hijito et son cartable de 10 kilos à la sorti du collège afin que ses genoux (Osgood-Schlatter) ne souffre pas trop…

Cathédrale_de_Bordeaux_Tour_Pey_Berland_2017b

Je regarde les pigeons dans le parc de la résidence, la longue chevelure verte des arbres qui danse dans la pluie… Et je voudrais prendre les mains de ma mère dans les miennes, voir ses doigts ridés, les taches et les veines sur le dessus de ses mains bronzées, son alliance incrustée de ne jamais avoir été enlevée, et entendre sa voix.

C’est pas la forme olympique.