Qué dia!

Il y a des jours oĂč la pluie ne me plait pas. Lundi il faisait 30°, en montant dans mon pot de yaourt noir et cabossĂ© (voiture) El Hijito me dit, en sortant du collĂšge en plein cagnard Ă  16h00 :

« D’un cĂŽtĂ© j’aime bien l’Ă©tĂ© parce que ça va ĂȘtre les grandes vacances, tout ça…

… Mais de l’autre, il fait trop chaud, on sait pas comment s’habiller, la nuit on peut pas se couvrir, et puis il faut ouvrir la fenĂȘtre pour dormir et j’aime pas ça et puis il y a les moustiques, et puis en français on a fait « Cyrano » dans l’amphithĂ©Ăątre de la cour et on crevait de chaut et j’ai super soif et… JE PRÉFÈRE VRAIMENT L’HIVER!!! »

J’ai souri : ça c’est bien mon fils! Tel mĂšre, tel fils!!!

Pourtant j’ai bien aimĂ© cette journĂ©e Ă  30°, pour une fois, ça ne m’a pas dĂ©rangĂ©. Hier les nuages sont arrivĂ©s et la tempĂ©rature Ă  un peu baissĂ©.

Ne pas bosser est une vĂ©ritable prise de tĂȘte. Je m’Ă©tais vite habituĂ©e, Ă  bosser. Je me retrouve Ă  tourner en rond entre le mĂ©nage, les courses, les impĂŽts, PĂŽle, les lettres de candidatures, un dossier pour la DĂ©dĂ© EucĂ©, etc… L’incertitude…. DĂ©prime, dĂ©prime, dĂ©prime, de ne plus avoir un salaire qui rentre pour faire face, entre autre aux impĂŽts qui viennent de nous tomber dessus pour l’annĂ©e 2016 (dĂ©mĂ©nager ça complique pas mal les choses) Du coup lundi ma toubib m’a prescrit un mĂ©doc pour le stress et l’anxiĂ©tĂ©. J’en prends un hier soir et puis je le gouguelise : le mĂ©doc devrait ĂȘtre retirĂ© ! Selon le magazine « Prescrire » : « L’Ă©tifoxine (Stresam), un anxiolytique, n’est pas un mĂ©dicament Ă  proposer aux patients : ses effets sur l’anxiĂ©tĂ© sont mal cernĂ©s et ses effets indĂ©sirables graves sont peu prĂ©visibles. » Bon je vous passe le reste de l’article. Mais j’en ai conclu qu’il valait mieux boire une biĂšre que de se doper avec ce truc… Retour au recyclage pharmaceutique dans les prochains jours.

IMG_20170518_121133[2].jpgDu coup j’ai achetĂ© un Ă©niĂšme parapluie…

Cette nuit il pleuvait comme vache qui pisse avec un petit air frais dehors et dedans une chaleur poisseuse, pas possible d’ouvrir : la pluie serait arrivĂ©e directement sur le lit… Nuit de crotte intĂ©grale. 6h30 mon tĂ©lĂ©phone sonne : s’affiche le nom de la documentaliste que j’ai remplacĂ©e avant les vacances…. Nan mais c’est pas vrai… 2 minutes aprĂšs j’Ă©coute le message : apparemment sont tĂ©lĂ©phone m’a appelĂ© tout seul : bruit de frottement, de pas etc…

7h30 je prends mon pot de yaourt noir et cabossĂ© pour aller Ă  mon « ancien collĂšge » pour assister Ă  une matinĂ©e de cours d’espagnol en observatrice : 5Ăšme, 4Ăšme, 3Ăšme… Je veux voir comment ça se passe, avant de dĂ©cider ou pas, si je peux demander Ă  faire des remplacements en espagnol.

Je veux me garer au mĂȘme endroit que d’hab pour prendre le tram : arrivĂ© lĂ -bas : STRESS l’endroit est squattĂ© par un cirque!!! Je dois trouver une autre place fissa si je veux pas arriver en retard au collĂšge. Je manque de me faire emboutir par un pot de yaourt vert en changeant de file sans mettre mon cligno. Je trouve une place mais suis tellement Ă©nervĂ©e que je m’y reprend Ă  10 fois pour mon crĂ©neau (et bing devant et bing derriĂšre, bing bing prends ça!) (D’haitude je suis la reine du crĂ©neau, faut le savoir!) Il pleut des tonnes, je meurs de chaud. Entre le tram et le collĂšge je trace. J’arrive lĂ -bas : 4 Ă©tages Ă  monter : je passe la premiĂšre heure de cours Ă  ruisseler… Je suis crevĂ©e, stressĂ©e, assoiffĂ©e, Ă©nervĂ©e d’ĂȘtre stressĂ©es comme ça, Ă©nervĂ©e de ruisseler comme ça… Je me maudis d’ĂȘtre toujours comme ça : en transe…

IMG_20170518_122153[1]

Les deux profs qui m’ont accueilli Ă©tait adorables. Les Ă©lĂšves aussi. Ce qui me prĂ©occupe c’est l’organisation de la « sĂ©ance pĂ©dagogique »…  Faut voir… Faut voir. D’ailleurs je ne sais mĂȘme pas si avec ma licence on me proposerait des replacements… Je crois que oui.

AprĂšs 2 cafĂ©s et la pression qui ne redescend pas (pourquoi suis-je sous pression tout le temps comme ça?) je sors du collĂšge en trombe sous une pluie battante et sans parapluie (je l’ai laissĂ© sur le siĂšge passager) pour attraper le tram, direction les quais… J’ai rdv avec Meilleure Copine dans sa cantine habituelle. Tellement contente de la voir. Elle a jamais plus d’une heure : faut arriver Ă  manger et Ă  se raconter vite vite notre vie entre la salade et le cafĂ©…

Pas de longue promenade dans les rues avant de revenir Ă  l’appart. Dans le tram je lis le 20 minutes en entier en 20 minutes (ou moins?).

J’ai une lettre de motive Ă  faire, toujours un questionnaire Ă  remplir pour la DĂ©dĂ© EucĂ©… Plein de trucs Ă  faire qui me dĂ©prime…

IMG_20170518_124321[2]

La pluie redouble de force si c’est encore possible, oui c’est encore possible. j’ai atant envie de faire les courses que de me donner un coup de marteau sur un orteil et pourtant c’est ce que je pars faire avant de rĂ©cupĂ©rer El Hijito!

Bonne fin de journĂ©e Ă  ceux qui me lisent! Bisous et keep calm (il me faudrait vraiment un de ces mugs : Keep calm and vote Macron 😀 !!! Keep calm and drink tea… Etc….) Allez les amis : Keep calm and read my blog!

Invitation Ă  la promenade

IMG_20170516_125006

Songe Ă  la douceur, mon amie, ma soeur…

Pas de sƓur, pas d’amie, pour s’assoir avec moi aujourd’hui

Songe Ă  la douceur

D’aller lĂ -bas vivre ensemble !

OĂč ça?

Je suis trĂšs bien ici.

Dans ma ruelle secrĂšte, Ă  l’ombre

30°, un petit vent, à peine une brise

Une vieille table de bistrot

Un croque, une part de tarte, un espresso

L’iris triste, regarde le ciel

Songe Ă  la douceur

Du café,

De la pĂąte Ă  tarte qui croustille

A la douceur, ùcre, des géraniums

En Ă©quilibre instables, au troisiĂšme Ă©tage

Sur la façade blanche de soleil

La douceur du tram qui passe comme un rĂȘve

Transparent et silencieux

Au bout de la rue, derriĂšre les arbres qui bruissent

D’un silence langoureux et prĂ©cieux

La tasse est vide, la serviette se soulĂšve dans l’air chaud

Et fluide.

Mon amie, ma soeur…

A la douceur.

baudel2

Vincent et Mona

Ha, ils se sont bien trouvĂ©s ces deux lĂ ! N’est-ce pas qu’ils sont trendy tous les deux ensemble? Vincent et Mona… Super couple!3408134_

Mona a eu une Ă©poque un peu trash… Un peu borde-line…

18300923_10154950263693889_6788236905705066391_n

Vincent, artiste peintre incompris, est trĂšs pote avec un tatoueur qui le tatoue gratis contre des toiles…

Vincent

13413127_1369119556437780_5570222526403851065_n.jpg

Sur son compte Instagram, le graphiste japonais Shusaku Takaoka s’inspire de la sociĂ©tĂ© actuelle pour crĂ©er des juxtapositions de visuels amusantes et dĂ©calĂ©es en se servant de tableaux hypra connus, d’images de films, de pubs…

13423751_1369119506437785_230797861288175360_n

Vous pouvez en voir plein d’autres lĂ … https://www.instagram.com/shusaku1977/

Bisous et roudoudous, passez une bonne soirée!

 

 

Grosse cloche va…

Le ciel bleu d’Aquitaine cette aprĂšs-midi avec de gros bouts de coton hydrophile dedans.IMG_20170508_160413La grosse cloche vue depuis le dernier Ă©tage du parking Victor Hugo.

IMG_20170508_162813Les gamins viennent sur le quais avec leur maillot pour se « baigner » dans le miroir d’eau… Et regarder les spectacles de rue. (Sauf que lĂ  j’avais pas envie de photographier le spectacle mais les spectateurs.)

Ai perdu toutes les photos de mon « tĂ©lĂ©phone » , y’en avaient qui Ă©taient dedans depuis peut-ĂȘtre 10 ans 😩 (PassĂ©es d’un Ă  l’autre…) Du coup, crotte, y’avaient des photos de la foire Ă  la brocante et une ‘tite vidĂ©o… Crotte crotte et recrotte…

IMG_20170508_160203

Bx fourmille de vie et de touristes. C’est comme ĂȘtre en vacances soi-mĂȘme que de se promener. Je savourais aujourd’hui, avec mes hommes, la douceur de vivre de notre capitale girondine. Je souhaite que sa tranquillitĂ© dure encore et toujours.

J’espĂšre qu’on va arrĂȘter de parler politique un peu, partout, j’ai vraiment besoin d’une pause de ce cĂŽtĂ© lĂ .

Bises, poutous et roudoudous! je vous souhaite une excellente semaine!

Retour au nord de Copenhague

_vlx1649.jpg

Comme je le disais dans mon post prĂ©-prĂ©cedent, c’est pas pour la dĂ©co de cet intĂ©rieur que j’avais gardĂ© la photo ci-dessous, mais pour le tableau et lui seul.

tableau

Un grand portrait de Hanne Wilhelm par Vilhelm LundstrĂžm (1941)

Ensuite, cela m’a intriguĂ© de dĂ©couvrir qui Ă©tait le propriĂ©taire de la maison… Je voulais savoir si le tableau Ă©tait un original ou une reproduction dans une maison bobo Ă  la mode. Si il Ă©tait d’un peintre connu, ou d’un peintre « du dimanche »… Si c’Ă©tait une reproduction, ce pouvait ĂȘtre une  maison « style vintage » annĂ©es 2010 et des poussiĂšres. A la maniĂšre des annĂ©es 50. Je suis curieuse, j’aime chercher, me renseigner, savoir.  J’ai donc appris qu’il s’agissait de la maison du designer/architecte danois Finn Juhl.

Le cĂ©lĂšbre danois (dont j’ignorais le nom jusqu’Ă  prĂ©sent) y  a vĂ©cu du dĂ©but des annĂ©es 40, jusqu’Ă  sa mort en 1989. La maison a alors Ă©tĂ© transformĂ©e en musĂ©e. Ce qui explique qu’il y manque un peu de « vie »! Mais bon les maisons dans les magazines de dĂ©co sont toujours un peu comme ça : trop bien rangĂ©es.

_vlx1575.jpg

J’aime bien les Ă©tagĂšres « Shelf System » (1952), que l’on peut adapter aux diffĂ©rentes tailles des livres et des objets grĂące Ă  un systĂšme de rainures. J’aime surtout qu’on puisse passer le balais dessous. J’aime bien ne pas rencontrer d’obstacles quand je nettoie par terre.

J’aime beaucoup la luminositĂ© de cette maison et les grands espaces. Mais les meubles ne me plaisent pas… Je ne suis absolument pas fan, mĂȘme si j’apprĂ©cie le design et les belles matiĂšres…  C’est pas mon style.

 

_vlx1603.jpg

Exemple : j’admire le design et le beau bois de ces chaises (Egyptian Chair », 1949, mais en mĂȘme temps : je n’en veux pas chez moi!! Idem le petit meuble derriĂšre : trop froid.

_vlx1618.jpg

J’ai vu des meubles exactement comme ça Ă  la foire Ă  la brocante de Bx samedi dernier. Je ne les avais pas trouvĂ© top! J’avoue que je m’Ă©tais mĂȘme demandĂ© quelle mouche avait piquĂ© le brocanteur de peindre les tiroirs comme ça! Je me suis dit que ça gĂąchait les meubles! En tous cas, j’avais pas Ă©tĂ©super sĂ©duite… Et je le suis toujous pas! Faut que je retourne voir ce stand d’un « oeil expert » Y’avait plusieurs meubles de Finn Juhl apparement. « Chest of Drawers » (1961). TrĂšs modernes pour l’Ă©poque!!!

the-open-plan-layout-of-finn-juhl-s-home-in-ordrup

J’aime la bibliothĂšque pleine de livres, le tapis rose… La cheminĂ©e, le sol clair et toutes ces fenĂȘtres, portes fenĂȘtres… Je suppose, que quelque part je me sent un peu chez moi, que cette maison me rappelle celle de mes parents, celle de mon oncle et ma tante aussi… Le design des annĂ©es 50/60, c’Ă©tait « leur Ă©poque »… Certains tableaux de mon pĂšre font Ă©cho Ă  certains tableaux de cette maison danoise…

finn_juhl_galleri_3-1024x542.jpg

La maison vue de l’extĂ©rieur : une simplicitĂ© totale.

view-from-the-garden.jpg

Je vous souhaite « Ă  toutes et tous », comme dirait l’autre, un excellent weekend de 3 jours!

 

Si maman si…

Tour_pey_berland

Cette semaine j’ai beaucoup pensĂ© Ă  ma mĂšre. J’avais envie de l’appeler, de lui parler, qu’elle me serre dans ses bras. Qu’elle me donne des conseils par rapport Ă  l’Ă©duc’ nat’… (Elle Ă©tait prof).

C’est vrai, ce fut une semaine dĂ©primante. J’attendais un coup de fil qui n’est pas venu. Et c’est dĂ©jĂ  vendredi. J’ai tournĂ© en rond, le chat m’a suivi. Hier j’ai Ă©tĂ© prendre l’air Ă  Bordeaux : marcher dans « ma » rue Ste-Cath, admirer la vierge tout dorĂ©e de Pey Berlan : c’est ce dont j’avais besoin. J’avais besoin aussi de prendre un cafĂ© en terrasse, mais j’ai pas eu le temps car j’ai trop magasinĂ© et parce que quand je bosse pas je dois rĂ©cupĂ©rer El Hijito et son cartable de 10 kilos Ă  la sorti du collĂšge afin que ses genoux (Osgood-Schlatter) ne souffre pas trop…

Cathédrale_de_Bordeaux_Tour_Pey_Berland_2017b

Je regarde les pigeons dans le parc de la rĂ©sidence, la longue chevelure verte des arbres qui danse dans la pluie… Et je voudrais prendre les mains de ma mĂšre dans les miennes, voir ses doigts ridĂ©s, les taches et les veines sur le dessus de ses mains bronzĂ©es, son alliance incrustĂ©e de ne jamais avoir Ă©tĂ© enlevĂ©e, et entendre sa voix.

C’est pas la forme olympique.