Dans tes classeurs de lycĂ©e…

Hier je suis allĂ©e Ă  mon entretien CAAC (Commission d’Accueil et d’Accord CollĂ©gial), sur les boulevards. L’air Ă©tait saturĂ© de pollution et les vĂ©hicules pollueurs, lĂąchant une fumĂ©e noires Ă©taient vraiment trop nombreux 😩 Beaucoup de circulation. Je me focalisais quand mĂȘme sur les terres plein central (comment se forme le pluriel? Je vous laisse me faire des suggestions!) oĂč les fleurs sauvages sont laissĂ©es Ă  leur petite vie fragile et oĂč les roses trĂ©miĂšres foisonnent 🙂 J’aurais bien pris des photos, mais la circulation Ă©tait hyper dense et j’avais besoin de toute ma concentration…

ArrivĂ©e vers 14h30 pour 15h  Ă  Sainte-Clothilde je me retrouvais avec une cinquantaine de wannabe-profs, certains avaient l’air de sortir du bac, d’autres Ă©taient plus vieux que moi… Je repĂ©rais aussitĂŽt Simon (je l’appelle Simon parce qu’il ressemble Ă  Yves Simon ;-), un jeune prof de math  contractuel avec qui j’avais sympathisĂ© lors de mon premier remplacement et racontĂ© des conneries Ă  la cantine.

J’avais adorĂ© ce film 🙂

Chouette on peut papoter en patientant! Dans une grande salle Ă  cĂŽtĂ© on dirait du speed dating : Je vois du coin de l’oeil le directeur de Saint-Glinglin et puis le directeur de Sainte-Gudule… Il doit y avoir la moitiĂ© des chefs d’Ă©tablissements d’Aquitaine dans la salle! On passe avec 2 ou 3 chefs. Quand mon heure arrive, je dois passer avec le directeur de Sainte-Gudule et deux chĂšfes. Il est super content de me voir (moi aussi), on discute un moment et je me rappelle que son parfum, probablement Barbouze de chez Fior est vraiment trĂšs « entĂȘtant ». Je commence Ă  avoir le torticolis en le regardant et puis il me laisse avec les deux chĂšfes, parce qu’il me connait dĂ©jĂ  et n’a pas le droit de participer Ă  l’entretien.

L’entretien se passe super bien, les nanas sont hyper sympas : elles me demandent mes motivations pour bosser dans l’enseignement catholique etc… Tout se passe crÚÚÚÚÚme… J’en ressors toute contente et pleine de projets… Difficile de remettre bien mes idĂ©es en ordre entre tous mes projets… Je me lance des dĂ©fis, pas forcĂ©ment rĂ©alisables, je m’en rends bien compte, Ă  mon ùùùge… Mais bon… Comme disait l’autre : mieux vaut « vivre debout que survivre Ă  genoux »… Et si on a pas de projet autant mettre la clĂ© sous la porte (vous comprenez la mĂ©taphore…) Bref, je suis rentrĂ©e pas les boulevards fleuris et nĂ©anmoins super polluĂ©. Contente d’avoir fait la connaissance de la secrĂ©taire avec qui j’avais Ă©tĂ© en contact (en ai profitĂ© pour papoter avec elle aussi, ainsi qu’avec le directeur de l’ISFEC pour lui demander conseil).

J’ai fait un petit dĂ©tour par un quartier oĂč je n’Ă©tais jamais passĂ© de ma vie (enfin si mais y’a un bail) et j’ai Ă©tĂ© assez sciĂ©e : « the » quartier super cossu, vraiment joli et probablement trĂšs agrĂ©able Ă  vivre ! A deux pas du parc Bordelais…  Le trĂšs chic quartier de CaudĂ©ran, mazette… C’est pas tous les jours que je me promĂšne par lĂ !

caudéran.jpg

On y voit des « maisons » comme celle-ci… je m’y vois parfaitement jouer Ă  la comtesse… Comme un poisson dans l’eau…

https://www.google.fr/maps/@44.8524466,-0.5964483,3a,72.9y,102.93h,95.34t/data=!3m6!1e1!3m4!1soNkdZfacxU9SBFu_-GodQg!2e0!7i13312!8i6656

Mais arrĂȘtons de rĂȘver et allons faire « la mĂ©nagĂšre » Ă  Inter… C’est moins glamour mais il faut remplir le frigo…

Je vous fais de grosses bises et vous souhaite une bonne soirée!