Il est 5h… Bordeaux s’éveille

Vendredi à 8h30 j’ai pris un café chez Auguste, au bar. Ça devait faire un quart de siècle que je n’étais pas rentré à l’intérieur. Vu de l’extérieur, je savais bien que ce n’était pas la peine d’y entrer… je continuerai à me contenter de la terrasse. Auguste était un bar d’étudiants qui jouaient au tarot… Maintenant c’est un peu trop chic. C’est bien, hein… Mais bon  « c’était mieux avant! » (et j’emmerde ceux que ça défrise que je dise ça). C’était un café/bar 1900 qui partaient un peu en lambeaux avec sa moleskine rouge usée et ses grands miroirs dépolis… Maintenant c’est assez chic.

IMG_20170616_085523.jpg

IMG_20170616_090037.jpgY’avait un vieux tzigane qui jouait sur un violon pourri, c’est plus le genre de la maison….

IMG_20170616_085944J’ai pris la rue Gintrac qui longe la vieille fac de médecine/pharma pour aller jusqu’aux Capu (Les Capucins LE marché de Bx) j’ai acheté de l’herbe à chat, du manchego, des trucs comme ça. Et puis je me suis dirigée vers la flèche.

IMG_20170616_090351.jpg

J’ai photographié cet immeuble de cette rue « modeste » où on trouve des épiceries africaines. En le regardant je me suis rappelé du temps où toutes les façades étaient noires et où les gens de passages disaient que Bordeaux c’était moche et noir. Dans mon coeur Bordeaux était déjà la plus belle de toutes. J’ai fait cette photo pour me rappeler un jour, peut-être bientôt de comment c’était avant la gentrification, avant que les américains, les anglais, les parisiens décident que Bx est la plus belle ville du monde.

IMG_20170616_091610.jpg

Qaint-Mich’ est encore pour quelques années un quartier populaire, avec un misérable marché aux puces, des vieux immigrés assis au pied de la flèche qui papotent : des noirs, des arabes. Mais peu à peu les troquets pas chers et sympas où on boit du thé à la menthe sont remplacés par des petits restaus « tendances ». Quand je suis arrivée en 84, c’était encore le quartier espagnol 🙂 Doux souvenirs des pensions de familles où j’allais manger avec mon frère et de ce restau en terrasse où on mangeait encore pour « rien » dans les années 90. Rien, ça veut dire que les étudiants y mangeaient, côtoyant de vieux ouvriers.

IMG_20170616_091921

En arrivant au pied de la flèche après avoir jeté un coup d’oeil aux puces, je suis tomber sur un autre homme de bronze tout nu : ça m’a fait l’effet de trouver un oeuf en chocolat dans l’herbe à Pâques!

IMG_20170616_092859.jpg

Je me suis demandé si papa l’aurait bien aimé. On ne peut pas savoir. Moi je l’adore. Je pense que mon père ne l’aurait pas aimé. Mais il pouvait me surprendre souvent. Va savoir. Et j’ai pensé à ce poème de lui que j’ai retrouvé l’autre jour. Il l’avait plus que probablement écrit après avoir fini les bozars de Bx et été reçu au concours d’entrée de ceux de Paris. A la fin des années 40, quelle date je ne sais pas.  Vous allez voir que l’amour d’une ville c’est parfois une histoire de famille 😉

Adieu Bordeaux ma ville immense

Au grand ciel triste comme mes yeux

Adieu Garonne chantant toujours

Le Printemps, le soleil, le midi, l’amour

Passe ta route majestueuse

Adieu la Flèche… Adieu Ste Croix

Pierres d’or sur font d’azur

Adieu mes toits et mon accent

Adieu coteaux, riches de vins et de couleurs

Comme nos vieux vignerons et nos fiers châteaux

Adieu Bordeaux, adieu ma ville

Soleil, vins, gaité, adieux souvenirs…

Je pars sans retour

Je m’en vais au pays mauvais

Où les lumières rouges cachent les étoiles

Où l’eau rapide coule toujours sale

Où les gens tristes sont toujours pâles

Ils marchent vite comme le progrès

Progrès des machines d’acier

D’acier froid comme la mort

La mort des hommes

La mort…

Personnelement je me serais passé des strophes sur la mort qui n’apporte rien. mais bon : quitter Bordeaux… C’est la mort pour mon père! Et Paris ne lui fait guère envie! Je ne sais pas pourquoi il avait se pressentiment qu’il ne reviendrait jamais!? Quand j’y habitais de son vivant il n’ai jamais venu me voir… je ne suis pas certaine qu’il y soit retourné plus d’une fois : pour la soutenance de doctorat de Mi Hermano n°2, ce que je continue à trouver vexant : fallait-il passer un doctorat pour avoir le droit à sa présence dans une ville où il avait tant aimé grandir?

Ma promenade n’est pas terminée. Je continuerais peut-être demain.

Un abrazo. prenez soin de vous.

Sous le soleil exactement

Y’a pas à dire, une fois les 30° dépassé… C’est pas super top… Je sais qu’il y en a parmi vous qui adorent ça… Et qui ne comprendront pas que je me sente comme une serpillère en fin de vie… Mais voilà : c’est la triste réalité! (Nièce n°1 comprendra, on est fait sur le même modèle en ce qui concerne la résistance à la chaleur!)

Oiseau-Cabosse3.jpg

Hier déjà c’était la fournaise! Malgré cela j’ai retrouvé deux de mes adorables nièces pour déjeuner à l’ombre des arbres, à la terrasse d’un petit restau bio très bon, dont j’ai déjà parlé… Nièce n°1 (par ordre d’arrivée dans la famille) passe en M4 et se prépare à parti pour le Canada l’année prochaine, enfin : elle cherche un stage. Nièce n°4 (toujours par ordre de naissance 😉 ) venait d’apprendre qu’elle était reçue dans une très prestigieuse école, qui porte le nom du plus prestigieux musée de France 🙂 On en était toute émue et heureuse.

photo3jpgPhoto du web, j’avais oublié mon téléphone. C’était frais et bon.

C’était un moment sympa et chaud (l’éventail est notre meilleur ami!!). On se disait « Ha qu’est-ce qu’on est bien à Bordeaux! » avec nièce N°1! Bon sang ne saurait mentir! 😀 Nièce n°4, elle, va s’envoler avec joie vers Paris! Ou elle retrouvera nièce n°2 qui file le parfait amour dans un pays du nord avec un gars de du sud… Et nièce n°3 qui est à Paris aussi en ce moment… Quant à neveu, si vous voulez le savoir, il s’apprête à déménager dans la même commune que moi avec des potos… Bien sûr qu’il passe en L2. la question ne se pose même pas! (Fin de l’intermède familial!).

bordeaux-qui-sont-ces-hommes-de-bronze-installes-dans-la-ville.jpg

Inspirées de la propre anatomie de l’artiste Antony Gormley, 16 (ou 20 selon les sources! ) sculptures en bronze sont installés (Notre quotidien local ) dans le centre ville de Bx et sur le fronton des monuments. (« Sir » Antony Gormley est un sculpteur anglais, né 1950).

Après ce repas sympa (Nièce n°1 à craquer pour un dessert que nièce n°4 et moi avons gouté avec délice : c’est pas notre faute si le serveur à apporté plein de cuillères!!!) j’ai fait un tour et suis repassé devant la statut d’un homme tout nu que nièce n°4 avait pris pour un vrai bonhomme recouvert de boue! Le bonhomme est en bronze mais met quand même les gens mal à l’aise. Je me suis arrêtée au coin de la rue pour observer quelques instants les réactions des passants. je crois que la plus part pensant que c’est une « statue vivante » (attraction assez commune dans les villes touristiques)…

Je comptais aller à leur rencontre aujourd’hui, mais vu la fournaise, ça attendra demain et 6° en moins! 🙂

20170310-164557-largejpgPhoto du web du Comptoir des Chats

J’espère que ces statues seront respectées et qu’aucun petit malin ne le détériorera. J’adore la statue, j’adore le concept, j’adore! Quel est le concept me diras-tu? Hé bien celui qui correspond le mieux à ton esprit! Na… Autrement Google est ton ami…

Après ça j’avais fort besoin d’un deuxième café, alors je suis allée le prendre dans le bar à chats qui se trouve dans une rue perpendiculaire à la rue St-James. Je n’y avais jamais été. verdict : patrons accueillants et sympathiques. Muffins et cookies en train de cuire donnant une odeur familiale et irrésistible au local. Une dizaine de chats bien propres et bien poli… Une musique agréable, un décors cosy. Une clim mobile pour avoir un peu moins chaud… 30 minutes d’apaisement en buvant une boisson fraiche (thé glacé en occurrence pas terrible : je soupçonne l’ajout de grenadine dedans et je n’aime pas boire sucré si ce n’est pas du vin!!! :D).  Oui : j’ai pas pris de café car j’étais quelque peu ruisselante de sueur. Un endroit relaxant apaisant. J’y a lu quelque pages d’un vieux bouquin d’Almodovar, dans le texte. Je ne dois lire plus qu’en espagnol, ça fait parti de mon nouveau projet! 🙂

bordeaux-cat-cafe-le-comptoir-des-chats-window-1.jpg

De retour à l’appart, je me suis aperçu que quelqu’un (la statue?) m’avait mis un grand coup de bambou sur la tête 😦 Voilà pourquoi je n’aime pas la chaleur… Et bien qu’yant évité les trottoirs au soleil, javais un beau coup de soleil dans le décolleté 😦 Grrr Je ne bouge pas aujourd’hui mais toute cette chaleur me donne envie de vomir 😦 Pour de vrai… Pfff….

Je vous souhaite une après-midi chez Picard et je vous fait plein de gros bisous! Prenez soin de votre peau blanche et faites plouf dans la piscine pour moi!!!

 

 

 

Sans chemises, sans pantalons!

Il y a des jours où j’oublierai tout, le manque d’eau sur la planète etc et où je me damnerai pour une piscine dans le parc de l’immeuble!

32°…

mais revenons à ce matin vers 9h30, El Marido et moi prenons notre petit déj’ tranquillement quand on entend un gros boum dans la cuisine du dessus 😦 j’ai beau n’être qu’en caleçon d’homme et petit top type pyjama : ni une ni deux on monte! Notre vieux Jorge (presque 100 ans) ouvre à l’instant sa porte pour nous annoncer que Luisita (presque cent ans) vient de casser la margoulette. La pauvre ça lui arrive de plus en plus… El Marido la relève. Son mari retourne se recoucher et El Marido retourne en bas. Je m’installe avec Luisita au salon, elle pleure… Lui remonter le moral… C’est quasi impossible, elle en a marre de cette vie. Elle tient à peine sur ses guiboles, pèse le poids d’un oiseau. On discute. Elle veut rester chez elle « jusqu’à la fin » je la comprends bien. On papote un long moment jusqu’à ce que je sois sûr que ça va. Je fais un peu l’infirmière aussi. Sa fille va bientôt arriver. Mais sa fille marche avec deux béquilles… Elle ne peut pas beaucoup l’aider. heureusement elle a une autre fille, avec un mari…

Je suis rentrée. Son beau fils monte l’escalier avec 2 packs d’eau.

1ère douche.

Je pars voter. Une fois sur place je ne suis plus trop sûre de pour qui je m’étais décidé! Oui je sais c’est bizarre… Du coup je me goure (entre deux bulletins verts, ça peut arriver!) c’est pas bien grave. Je me rattraperai au second tour!!

La journée est chaude. On ne fait pas grand chose. On joue à puissance 4. El marido gagne. Il gagne toujours, toujours, toujours… Enfin pas toutes les parties. Mais sur 10, toujours.

Un peu de jardinage balconesque. Et puis on descend faire un tour dans le parc de notre château. Je mets très facilement son harnais au chat et il se laisse porter jusqu’au parc facilement. Non il ne marche pas ! lol Il ne descend pas les escaliers tout seul. C’est un prince. Bon il a la trouille disons le tout net 😉

Une fois dans le parc il aime principalement faire du sur place. Passer là où je ne peux pas passer… Bref : c’est lui qui commande! Ce qui me fait vraiment regretter que ce ne soit pas un petit chien tout sympa et obéissant. Youri (c’est mon chat), ne fait que soufflet (en mode : je vais te manger si tu continues à tirer sur cette laisse!) mais quand je le prends dans le bras sans me soucier de son air méchant il se calme aussitôt.

Bref : se promener avec le chat, c’est spécial.

En revenant vers la porte P (la nôtre. c’est un peu comme le jour J ou le D day) je vois Luisita assise à son balcon avec sa fille, on se fait des grands coucous et du coup j’oublie l’arrosage automatique et plof prends toi ça dans la tronche : 2ème douche.

Une fois arriver au 2ème étage Youri (c’est mon chat) s’allonge par terre comme une limace. C’est sa façon de nous dire qu’il crève de chaud lui aussi.

3ème douche, au savon d’Alep.

Je sors un éventail.

Demain j’essaye de me lever le plus tôt possible pour profiter des heures à18° : entre 5h et 8h : il fera entre 17° et 18°…

Bonne soirée et pensez bien : ennemis n°1 = moustiques ! Soyez prudents! Bisous, bonne soirée et take care!

 

Dans tes classeurs de lycée…

Hier je suis allée à mon entretien CAAC (Commission d’Accueil et d’Accord Collégial), sur les boulevards. L’air était saturé de pollution et les véhicules pollueurs, lâchant une fumée noires étaient vraiment trop nombreux 😦 Beaucoup de circulation. Je me focalisais quand même sur les terres plein central (comment se forme le pluriel? Je vous laisse me faire des suggestions!) où les fleurs sauvages sont laissées à leur petite vie fragile et où les roses trémières foisonnent 🙂 J’aurais bien pris des photos, mais la circulation était hyper dense et j’avais besoin de toute ma concentration…

Arrivée vers 14h30 pour 15h  à Sainte-Clothilde je me retrouvais avec une cinquantaine de wannabe-profs, certains avaient l’air de sortir du bac, d’autres étaient plus vieux que moi… Je repérais aussitôt Simon (je l’appelle Simon parce qu’il ressemble à Yves Simon ;-), un jeune prof de math  contractuel avec qui j’avais sympathisé lors de mon premier remplacement et raconté des conneries à la cantine.

J’avais adoré ce film 🙂

Chouette on peut papoter en patientant! Dans une grande salle à côté on dirait du speed dating : Je vois du coin de l’oeil le directeur de Saint-Glinglin et puis le directeur de Sainte-Gudule… Il doit y avoir la moitié des chefs d’établissements d’Aquitaine dans la salle! On passe avec 2 ou 3 chefs. Quand mon heure arrive, je dois passer avec le directeur de Sainte-Gudule et deux chèfes. Il est super content de me voir (moi aussi), on discute un moment et je me rappelle que son parfum, probablement Barbouze de chez Fior est vraiment très « entêtant ». Je commence à avoir le torticolis en le regardant et puis il me laisse avec les deux chèfes, parce qu’il me connait déjà et n’a pas le droit de participer à l’entretien.

L’entretien se passe super bien, les nanas sont hyper sympas : elles me demandent mes motivations pour bosser dans l’enseignement catholique etc… Tout se passe crèèèèème… J’en ressors toute contente et pleine de projets… Difficile de remettre bien mes idées en ordre entre tous mes projets… Je me lance des défis, pas forcément réalisables, je m’en rends bien compte, à mon âââge… Mais bon… Comme disait l’autre : mieux vaut « vivre debout que survivre à genoux »… Et si on a pas de projet autant mettre la clé sous la porte (vous comprenez la métaphore…) Bref, je suis rentrée pas les boulevards fleuris et néanmoins super pollué. Contente d’avoir fait la connaissance de la secrétaire avec qui j’avais été en contact (en ai profité pour papoter avec elle aussi, ainsi qu’avec le directeur de l’ISFEC pour lui demander conseil).

J’ai fait un petit détour par un quartier où je n’étais jamais passé de ma vie (enfin si mais y’a un bail) et j’ai été assez sciée : « the » quartier super cossu, vraiment joli et probablement très agréable à vivre ! A deux pas du parc Bordelais…  Le très chic quartier de Caudéran, mazette… C’est pas tous les jours que je me promène par là!

caudéran.jpg

On y voit des « maisons » comme celle-ci… je m’y vois parfaitement jouer à la comtesse… Comme un poisson dans l’eau…

https://www.google.fr/maps/@44.8524466,-0.5964483,3a,72.9y,102.93h,95.34t/data=!3m6!1e1!3m4!1soNkdZfacxU9SBFu_-GodQg!2e0!7i13312!8i6656

Mais arrêtons de rêver et allons faire « la ménagère » à Inter… C’est moins glamour mais il faut remplir le frigo…

Je vous fais de grosses bises et vous souhaite une bonne soirée!

 

 

 

Cantaré, y al caminar despertaré, al mundo entero !

Aujourd’hui Le Fiston fêtait son anniv’ avec ses copains, dans sa chambre, avec des pizzas… Il pleuvait des tonnes d’eau, ils n’ont pas pu aller jouer au frisbee dans le parc… Moi j’en ai profiter pour repeindre des chaises qui datent de chez mes parents et qui commençaient à faire la gueule. La deuxième couche c’est pour demain.

IMG_20170603_185033.jpg

Je sens que ce « framboise » va tout à fait me plaire le matin au petit dej’ 🙂

Petit-bonheur innocent du jour : je suis en voiture, lapluie d’orage tombe comme la misère sur le pauvre monde, je roule sur la grosse grosse avenue qui est près de chez moi et je monte le son, à fond (poum-poum-poum!) :

Si un jour vous voulez me surprendre et me faire super plaisir en même temps : mettez moi du Boney M, vous serez sûr de votre effet! Ça marche aussi avec Nina Simone, Etienne Daho, Niagara ou Visage cela dit. Les 45 tours chéris de mon adolescence. (Daho c’était plus la fac).IMG_20170603_191526[1]

Quand j’étais gamine, peut-être comme vous, j’avais un tourne disque ou on pouvait entasser les disques, qui tombaient tout seul sans qu’on ai besoin d’y toucher, c’était super, le top de la technologie! Il y avait aussi l’option pour que le bras du tourne disque se remette infiniment au début du disque. C’est comme ça que je pouvais écouter 30 fois de suite Gaby ou Tu…

IMG_20170603_191631[1]

Je ne peux plus les écouter. De toutes façons ils sont rayés. Et puis quand j’ai envie il y a le web…

J’étais raide dingue d’Umberto! C’est la première fois que je comprends les paroles! J’ai trouvé une version en espagnol 😉 ça change! (Je sais : c’est de la daube. Mais de la daube romantique). J’avais 14 ans. Le même âge que Le Fiston. Il n’écoute pas de musique lui. Chez moi, entre mes frères et moi mes parents en avant plein la tête! 😀

Voilà voilà… Je ne renie rien. J’aime toujours autant les chansons de mon adolescence, tout pareil.

Et vous? Vous restent-ils des vieux 45 tours dans un coin? Vous arrive-t-il de les écouter?

La pluie s’est finalement arrêté. Je vous souhaite une belle soirée et un bon weekend. Prenez soin de vous 😉