TempĂŞte sur la rĂ©sidence

Surtout ne pas penser Ă  mon voisin en slip, j’adore les Doors, je ne veux pas en ĂŞtre dĂ©goutĂ© Ă  vie!

Merci mon dieu et tous les saints pour cette fraicheur soudaine et inespérée : mon cerveau recommence à fonctionner normalement!

Merci ma voisine du 4ème (oui celle du scandale de l’autre soir) de me ramener Youyou Ă  23h passĂ©.

Merci Ă  mon gros voisin (du 3ème) retraitĂ© rond comme ballon, jaune comme un citron d’arrĂŞter d’Ă©couter les Doors Ă  fond sur son « tourne disque » quand je monte lui demander aimablement de baisser le son.

Merci Ă  France tv de nous faire rire devant un tĂ©lĂ©film aussi neuneu que « meurtres Ă  La Rochelle » qui n’a ni queue ni tĂŞte mais nous montre ma jolie ville sous toutes les coutures.

Philippe-Caroit-et-Dounia-Coesens-dans-la-serie-Meurtres-a-La-Rochelle_width1024.jpg

D’ailleurs on regardait ce film quand la musique s’est mise Ă  faire vibrer les murs boum boum boum.  On pouvait se demander si ça venait directement de l’appartement d’Ă  cĂ´tĂ©, mais ça ne se pouvait pas parce que l’appart d’Ă  cĂ´tĂ© est tristement inoccupĂ© depuis l’Ă©tĂ©. Ça ne venait pas de l’appart d’en dessous, car « maman » est revenue de vacances alors fiston ne fume plus de « laurier » sur le balcon et n’Ă©coute plus du gros rap lourd qui tache. Ça ne venait pas du 3ème au-dessus, car nos charmant voisins ont presque 200 ans Ă  eux deux… Bref : ça ne pouvait venir que d’Hilario : le retraitĂ© marron comme un beignet de plage, fan des Doors… Celui qui  disait ne pas entendre la psychopathe du 4ème quand elle jouissait plus fort qu’une actrice porno (cela dit je doute qu’elles crient aussi fort) probablement pour se rĂ©server le droit d’Ă©couter Riders on the storm sans qu’on l’embistrouille. Non mais.

f5c8eea8bd6e9785fe333df971929f52.gif

Quoi qu’il en soit, je suis sorti 30 secondes sur le palier pour ĂŞtre vĂ©rifier si il n’y avait pas quelqu’un en train  de faire pĂ©ter la sono au 2ème droite, en face de chez nous. Mais non ça venait bien du 3ème droite, de chez Hilario (pour rappel nous sommes au deuxième gauche).

Bref, on a fini de regarder Meurtres Ă  LR bien Ă  l’aise, tout en disant que quand mĂŞme, le retraitĂ© rond comme un ballon, caramĂ©lisĂ© au soleil d’OlĂ©ron, il dĂ©passait un peu la borne des limites, comme le poisson qui mange le yaourt au chocolat sans se faire gauler.

20525457_10155226019748889_6500183737058937755_n.jpg

On va se coucher et je cherche partout Youyou. Pas de Youyou! 11h15 on sonne : qui vois-je dans l’oeil (de Sauron) la jeune (nouvelle) voisine du 4ème (celle du scandale de l’autre jour qui menace sur FB les enfants de dames pas contentes qui viennent ensuite tenir un siège devant la porte de l’immeuble Ă  23h…) avec dans les bras : gros Youyou! Diantre, m’exclame-je! Et j’ouvre. Youyou me regarde en souriant :  il n’est pas blessĂ©! Il n’est pas tombĂ© de la fenĂŞtre?! La Louisette (ça lui va bien mais ce n’est pas son nom) m’explique qu’elle a entendu gratter Ă  sa porte (au 4ème, faut tout vous redire) et que quand elle a ouvert, qu’est-ce qu’elle a vu ? Un chat! Un chat dans une rĂ©sidence! Ben ça c’est pas habituel… Etc etc… Heureusement il avait sa mĂ©daille avec mon numĂ©ro de tel alors elle m’a appelĂ©, mais j’ai pas rĂ©pondu (parce que mon tel est toujours en silencieux… Bravo!) et en suite comme je disais mon nom dans le message, elle est descendu en-bas pour regarder les noms sur les boites aux lettres! Et la revoilĂ , couverte de poils de chats, le nez qui coule et les yeux qui piquent et  gros Youyou. Bon je vous passe le quart d’heure sur gros You parce qu’après elle enchaĂ®ne sur « Mais d’oĂą cĂ©ti que ça vient cette musique? Parce qu’au dĂ©but je croyais qu’il y avait un concert en ville et pis ensuite j’ai compris que c’Ă©tait dans l’immeuble et est-ce que ce sont les « personnes âgĂ©s » qui Ă©coute la musique aussi fort?  » « Ah ben nan, je crois pas qu’i dit El Marido (apparu dans le plus simple appareil avec un caleçon), sont quand mĂŞme un peu vieux pour ça! Nan c’est Hilario, qu’on dit en coeur, le fan des Doors! ». Y’a El Joven qui rigole « C’est pas les vieux qui Ă©coute du rock! ». Elle demande si ça lui prend souvent (Ă  Hilario) par ce que lĂ  on peut pas dormir… (tu m’Ă©tonnes, son lit est juste au dessus de la sono d’Hilario) Patati, patata… Elle remonte et au passage sonne 3 ou 4 fois chez le gros ballon jaune comme un citron qui passe ses vacances dans son mobile-homme dans l’Ă®le d’OlĂ©ron.

giphy.gif

Mais c’est tellement fort, il entend pas, il ouvre pas. DĂ©pitĂ©e elle rentre chez elle avec la musique toujours Ă  fond. Oui, on a pas besoin d’ĂŞtre sur le palier pour entendre tout ce qui se passe dans la cage d’escalier. Sur le point d’aller me coucher, pas loin de minuit, vĂŞtue Ă©lĂ©gamment d’un caleçon d’homme et d’un petit top fleuri Ă  bretelles extrĂŞmement dans la tendance « imprimĂ©s fleuris » de l’Ă©tĂ©, je me dĂ©voue pour la cause commune de la cage d’escalier, et chaussant mes tongs je monte au 3ème et sonne chez Hilario : une fois, deux fois, 3 fois… lalalala, 4 fois, 5 fois lalalala… Et puis voilĂ  mon fringant beignet des plages au nom ibĂ©rique (en slip), retraitĂ© de la compagnie des chemins de fer (vert) qui m’ouvre la porte un doigt sur les lèvres comme un gros bĂ©bĂ© coupable. Il est dĂ©solĂ©. Je le suis aussi de l’avoir dĂ©rangĂ©. Merci, de rien, bonsoir, bonne nuit. J’ai entendu Louisette qui entrouvrait sa porte et, soulagĂ©e, la refermait discrètement.

Allez, je rentre. L’orage gronde et la sueur me dĂ©gouline dans les yeux, et je commence Ă  baisser le volet roulant de ma chambre : flatch! Il fait le volet en se dĂ©roulant d’un coup sec, Ă  fond, fermĂ©. Il va pas se rouvrir d’un coup de baguette magique celui-lĂ ! Il faudrait l’intervention d’un spĂ©cialiste! Haha comme je rigole. Je me disait justement le matin mĂŞme : « Il manquerait plus que la machine tombe en panne! » (rĂ©fĂ©rence Ă  nos finances).

VoilĂ .

Profitons des Animals, tant que ce n’est pas liĂ© Ă  l’image de mon voisin en slip…

Autrement hier j’ai vu le toubib qui m’a prescrit une radio du pouce. Ah oui je sais c’est drĂ´le une radio du pouce. Pourquoi pas du petit orteil? Bref pendant que j’attendais, y’avait une jeune femme avec un nourrisson, très petit, en train de lui donner le sein tchutchutchu, Ă  cĂ´tĂ© de moi. Pendant que le bĂ©bĂ© faisait ça : tchutchutchu, la fille qui avait de jolis pieds très bronzĂ©s et artistiquement manucurĂ© en « nacre naturel », leurs faisais prendre des poses photogĂ©niques (Ă  ses pieds) . Puis elle Ă  sĂ©lectionnĂ© son plus beau selfiefoot et la postĂ© sur FB : « Lol dans la salle d’attente en train de donner le sein à  Tancrède ».

Pis après avec El Joven on a mangé vite fait des nouilles dans un take-away sur place et on a repris le tram.

Je vous embrasse.

 

 

On n’est pas lĂ  pour se faire engueuler (Mr Hyde)

26 aoĂ»t, 29 degrĂ©s dans notre salle de sĂ©jour-bureau, 33° dehors. A chaque fois que tu veux t’atteler Ă  quelque chose tu transpires Ă  grosses goutte et abandonne… Reste la TV avachie sur le canapĂ©, la moquette : avachie comme le chat, ou l’ordi…

météo.png

C’est dĂ©cidĂ© un jour on repartira plus au nord… Parce que si, comme les climatologues le disent, les Ă©tĂ©s vont durer de plus en plus longtemps et seront de plus en plus chaud, jusqu’Ă  atteindre les tempĂ©ratures du Qatar… Moi je m’expatrie plus au nord, au Danemark, ou en Bretagne, ou Ă  LR.

Cette semaine a Ă©tĂ© une vraie semaine de merde.  D’abord il a fait chaud, très chaud. Ensuite mon fils ne veut rien faire de ses journĂ©es en dehors de Mario : il dort jusqu’Ă  midi et ensuite il dĂ©colle pas beaucoup de son ordi.  Bon c’est un ado vraiment super sympa, alors j’ai pas de quoi me plaindre et j’ai rien d’autre Ă  lui proposer vu que moi j’Ă©tudie Ă  mon bureau toute la journĂ©e… Mais… Vivement la rentrĂ©e. Au moins je pourrais aller Ă©tudier en bib et sortir d’ici! (Parce que je me vois pas laisser l’ado toute la journĂ©e seul. Il serait capable de se lever Ă  17h. Bref…) Mais vivement la rentrĂ©e!!!

Puis je ne sais ce que j’ai au pouce depuis presque un moi, je ne peux plus le plier et il est rouge et enflĂ© Ă  l’articulation. Je n’ai pas le moindre souvenir de lui avoir « fait » quelque chose. Ça m’emmerde (oui : ça m’emmeeeeerde) parce qu’un pouce, mine de rien ça sert tout le temps! Un pouce ça permet de « prendre » par exemple. Ou un un pouce ça permet de jouer Ă  la Wii avec son fils pour dĂ©compresser…  A force d’attendre que ça passe et que ça ne passe pas, je n’ai toujours pas vu de toubib… A Ă©crire dans agenda « prendre rdv toubib » (voilĂ  c’est fait rdv mercredi). Ensuite on a eu un gouffre dans nos comptes. Mais après quelques jours d’Ă©noooorme stress on a pu (par une opĂ©ration du Saint Esprit) le combler. Ensuite vendredi l’ISPE m’a dit que j’Ă©tais prise pour la prĂ©paration du CAPES et m’a annoncĂ© que l’inscription tout ça, ça ferait 1500€. Du coup j’ai abandonnĂ© l’idĂ©e de prĂ©parer le CAPES avec l’ISPE (bon je vais quand mĂŞme essayer de trouver un financement, mais faut pas non plus rĂŞver… Je verrai avec PĂ´le, et d’autres organismes cette semaine) Et puis alors que je tourne en rond avec mon fils dans l’appart entre mes cours et son Mario, j’ai pas eu d’appel pour faire un remplacement, alors que « thĂ©oriquement »,  Ă  partir de jeudi ils ont commencĂ© Ă  appeler « des gens ». En tous cas mes copines de l’acadĂ©mie de Versailles ont commencĂ© Ă  ĂŞtre appelĂ©es. Et puis je contacte un organisme qui me demande un papier que PĂ´le ne peut pas me donner, parce que leur ordi ne peut pas le sortir.

C8D.gif

Et puis je contacte une nana pour lui demander une certaine chose et puis elle ne me rĂ©pond pas, parce que je sais que ça ne l’arrange pas.  Et puis il fait chaud et on a pas un radis. Et puis la taxe foncière qu’on a pas payĂ© depuis deux ans va bien finir par tomber Ă  force qu’on leur demande tous les mois de nous dire ce qui se passe! Mais je la payerai pas leur foutue taxe : j’ai passĂ© des heures et des heures au tĂ©lĂ©phone et sur Internet Ă  vouloir que tout se passe bien au moment du dĂ©mĂ©nagement et dans les mois qui ont suivi et cette annĂ©e encore et El Marido s’est dĂ©placĂ©… Mais rien, rien, rien de rien… Ils n’ont rien voulu comprendre et n’ont fait que nous balader entre Pau, Montpellier, Bx etc , on reprend les mĂŞmes et on recommence pendant des mois!!!! Alors crotte! Merde! Une fois que je la recevrai leur taxe j’irai leur dire que non, non et non je ne veux rien entendre, Ă©couter ou comprendre : je paierai pas! Et puis une commentatrice (quasi fantĂ´me) de ce blog me demande si je n’ai pas honte de ne pas parler des attentats… Alors que quelques jours plutĂ´t alors que j’Ă©crivais sur un groupe FB fermĂ© de postulants au CAPES d’espagnol  « 1000 pensĂ©es pour les habitants de Barcelone et pour toutes les victimes et leurs familles… pour tous ceux qui Ă©taient si heureux sur les Ramblas et qui ont Ă©tĂ© touchĂ©s par la cruautĂ© et la barbarie… »Â  Une commentatrice me rĂ©pondait : « C’est complètement dĂ©placĂ© d’Ă©crire ça ici! » Ah… Bon… J’aurais cru qu’au contraire qu’entre hispanistes… Heureusement elle a Ă©tĂ© la seule Ă  trouver ça « dĂ©placĂ© ».

Mais enfin est-ce qu’on va me foutre un peu la paix? Est-ce qu’enfin je pourrais respirer proprement et arrĂŞter de passer la moitiĂ© de la nuit Ă©veillĂ©e et l’autre moitiĂ© Ă  cauchemarder?

Je vais prier saint Boris pour que tout s’arrange.

Je vous embrasse.

 

Les plus beaux escaliers du monde (Dr Jekyll)

Je ne savais pas qu’il y avait « toujours » eu un musĂ©e des Beaux-Arts rue Gargoulleau, au-dessus de la bibliothèque.  J’avais appris qu’un musĂ©e de Beaux-Arts Ă©tait installĂ© « Ă  la place » de la bibliothèque municipale bien après son transfert (de la bib) en 99 vers la nouvelle mĂ©diathèque.

facade-musee-beaux-arts-rochelle.jpg

Mais aujourd’hui, je repense Ă  ce beau bâtiment et je lis sur Wiki :

« Pendant la RĂ©volution, la municipalitĂ© hĂ©rite de l’hĂ´tel et en 1795, la bibliothèque municipal s’y Ă©tablit. Le musĂ©e des Beaux-Arts est installĂ© en 1845 au deuxième Ă©tage du bâtiment, au-dessus de la bibliothèque municipale. »

bmlr.jpg

C’est dommage que je n’y sois jamais allĂ©e « Ă  l’Ă©poque ». Je veux dire du vivant de mes parents. Ça m’Ă©chappe que mes parents, peintres, et ma mère faisant ses Ă©tudes d’Histoire de l’Art, ne m’y ait pas emmenĂ©… Ou peut-ĂŞtre que si? Peut-ĂŞtre l’y ai-je suivi lĂ , une fois, comme tant d’autres… En pensant Ă  autre chose? C’est possible.

La-Rochelle-façade.jpg

Pendant mon enfance et mon adolescence j’y passe beaucoup de temps, dans la salle jeunesse (porte du fond Ă  droite dans la cour), pendant que ma mère dans la salle rĂ©servĂ©e aux gens sĂ©rieux, au premier Ă©tage, qui Ă©tudient, bosse pour sa maĂ®trise, son DEA, son doctorat. Je suis envoutĂ©e par la bibliothèque. Je pourrais y vivre. Lire lire lire, dans cet endroit bien chauffĂ© l’hiver, cet endroit si beau,  si feutrĂ©, oĂą l’eau de la pluie glisse sur les vitres des immenses fenĂŞtres, donnant au fond sur un jardin secret. Souvent je finis l’après-midi Ă  l’étage. Je suis toujours la seule enfant ou ado Ă  y entrer, parce que ma mère y est, et qu’on sais que je suis  trèèèèès sage. Je m’assois Ă  cĂ´tĂ© d’elle en attendant qu’elle termine ses recherches du jour. Je regarde les magazines de dĂ©corations. Je me encore demande pourquoi les magazines de dĂ©co Ă©taient Ă  l’étage (la salle des chercheurs) au lieu d’être au rez de chaussĂ©e, dans la « salle adultes romans etc ». J’aime les chuchotements, le parquet ancien qui grince… Les fiches cartons dans leurs drĂ´les de tiroirs… J’adore la double porte pour entrer et sortir de cet Ă©tage. Je connais toutes les bibliothĂ©caires, les gardiennes du silence et du savoir.

Page_MBA.jpgLe musée actuel.

Spleen de ma ville natale après une semaine de contrariĂ©tĂ©s sans fin…

 

Venez avec votre boite Ă  chat

Une belle découverte : Mariana Yegros dite La Yegros est une chanteuse argentine

Hier on s’est toutes retrouvĂ© sur le parking du lycĂ©e Valin Ă  LR, lycĂ©e oĂą j’ai aussi passĂ© les Ă©preuves du bac. On avait tous nos « boites Ă  chats » Ă  la main, fallait ça. Mais pas les chats, pas encore.  Et puis on a commencĂ© Ă  discuter en avançant vers la salle d’examen. J’avoue que je ne m’attendais pas Ă  ce que ce soit si tĂ´t dans l’annĂ©e scolaire, on est mĂŞme pas septembre! J’ai Ă©tĂ© un peu prise de court. J’avais pas de papier sur moi et juste un vieux stylo encre des annĂ©es 90… J’ai vĂ©rifiĂ© que j’avais une cartouche bleue pleine dedans et elle Ă©tait pas pleine et je m’en suis foutu plein les doigts. Vraiment plein de bleu. Y’avait une autre cartouche bloquĂ©e dans le font du stylo, de rechange, mais j’arrivais pas Ă  la sortir et plus j’essayais, plus je m’en foutais plein dessus. J’ai eu l’idĂ©e de demander une grande cartouche Ă  une autre nana (ah oui : y’avait que des nanas) et puis j’ai pensĂ© : y’a plus personne qui Ă©crit avec ça! Pourtant des cartouches bleues Waterman j’en ai plein mon tiroir et je sais pas quoi en faire. Qui a encore envie d’Ă©crire avec ça? Après ils ont distribuĂ© les sujets et on parlait dans l’amphi c’Ă©tait n’importe quoi. C’est Ă  ce moment lĂ  que j’ai compris que mes voisins du dessus Ă©taient mort. La galère… Une voisine m’a racontĂ© dans quelles circonstances affreuses le vieux monsieur a tuĂ© sa femme et est mort après… Quelle horreur. J’Ă©tais vraiment sous le choc. Et puis j’ai vu les civières les emporter et lĂ  j’Ă©tais complètement bouleversĂ©e. El Marido a voulu rentrer chez nous, et je lui ai dit que surtout pas! Y’avait encore « la chose dedans » une espèce d’Ă©norme limace sanguinolente et vorace qui laissait des trainĂ©s de sang partout sur la moquette rose saumon de notre appart… Vision horrible.

voyage

Je me suis retournĂ© dans mon lit et j’ai entendu en bas sur le parking que les gens qui voulaient que la nouvelle voisine du 4ème descende pour rĂ©gler leurs comptes avec elle, Ă©taient toujours lĂ … Arme blanche… Fesses de bouc… Menaces de mort… La police, pas la police… Le père qui en a marre d’ĂŞtre lĂ , qui bosse demain. les voisins qui se mĂŞlent du mĂ©lo. C’est pas bien d’insulter les gens sur FB. Faut rĂ©flĂ©chir avant de taper n’importe quoi sur son clavier… Maintenant la dame veut des excuses : elle veut pas qu’on menace de mort ses filles sur la toile. Je me suis retournĂ©e encore. Mais ça c’Ă©tait bien rĂ©el, très rĂ©el : la nouvelle voisine du 4ème est une faiseuse d’embrouille, comme la prĂ©cĂ©dente.

Je vous embrasse.

dW7Xg

 

Comme un ouragan

thé

Ce matin El Joven et moi sommes allĂ©s au marchĂ© tĂ´t, histoire d’Ă©viter les 34° de l’après midi… J’ai eu du mal Ă  le sortir du lit, il remettait sa petite couverture douce en polaire sur sa tĂŞte Ă  chaque fois que je revenais voir si il avait l’air de sortir des bras de MorphĂ©e. Et puis il a mangĂ© ses tartines grillĂ©es tranquillement. Le cours qui mène au marchĂ© est complètement Ă©ventrĂ© de partout : ça va ĂŞtre magnifique quand ça sera fini. Enfin je l’espère. J’aimerais bien habitĂ© lĂ . C’est lĂ  oĂą il y avait la librairie espagnole quand j’Ă©tais Ă  la fac. Elle a disparu depuis biiiiiiien longtemps. Je me suis garĂ© dans une petite rue perpendiculaire ou il y a plein d’herbes folles depuis que la mairie a dĂ©cidĂ© de ne plus utilser de produits chimiques (god bless them).

Avons bu cafĂ© et thĂ© Ă  la menthe en terrasse Ă  St Mich. Avons vu passer le « petit train » avec ses 3 wagons de touristes… SĂ»rement qu' »on » leur expliquait qu’il ne fallait pas se rendre par ici tout seuls… El Joven m’a dit que je l’avais contaminĂ© et que maintenant lui aussi Ă©tait de mauvaise humeur quand il voyait des touristes. Je me suis dit qu’il faudrait que je la mette un peu en veilleuse : c’est bon pour personne de s’Ă©nerver comme ça « pour rien », ni pour lui, ni pour moi. Je lui ai dit « Oh tu sais les touristes, c’est rien finalement… Y’a plus grave que ça dans la vie, bien plus grave » et on s’est concentrĂ© sur un camion qui faisait une marche arrière très pointue au coin de la terrasse du bar Des Amis. « Tut tut tut tut tut… Il faisait. Et je me demandais combien d’entre nous Ă  la terrasse avait pensĂ© au dĂ©but (avant qu’il commence Ă  reculer) qu’il pourrait ĂŞtre un « camion bĂ©lier ».

Ensuite on est reparti vers le marchĂ©. Ça tapait dĂ©jĂ  fort. On s’est arrĂŞtĂ© Ă  la nouvelle boulangerie qui a ouvert en juillet. Je l’adore. J’aimerais bien habiter lĂ . On a achetĂ© une tradi Ă  90 cents et 3 petits pains Ă  burgers Ă  70 cents. C’est moins cher que dans mon quartier… Ensuite on a pris des tomates, des poivrons, des courgettes… Tout Ă©tait Ă  1€ le kilo, c’est moins cher que les supermarchĂ©s et beaucoup plus amusant et poĂ©tique.

Dans la voiture au retour Daniel B chantait « Vivre ou survivre », j’ai pensĂ© Ă  une autre blogueuse qui ne lit sĂ»rement plus mon blog depuis des mois. J’ai pensĂ© que la chanson Ă©tait très belle et très triste. Le soleil cognait fort dans mon cou. El Joven a ri quand je lui ai dit que je trouvais la chanson triste. C’est bien.

Cet après-midi j’ai traduit du Delphine de Vigan, c’est pas beaucoup plus gai. El Joven battait ses records Ă  Mario, avec des courses contre son propre fantĂ´me, des choses comme ça.

giphy.gif

Spafaut…

Plouf!

Aujourd’hui j’ai… Ă©tudiĂ© pour changer et puis en fin d’après-midi nous sommes allĂ©s Ă  la pistoche de ma commune, histoire de « faire » quelque chose de notre journĂ©e. Je culpabilise de voir El Joven toute la journĂ©e devant son PC… En mĂŞme temps je ne vais pas lui inventer des potes qui ne soient pas en vacances quelque part…

Je n’Ă©tais encore jamais allĂ© Ă  la piscine, « stade nautique », de ma commune : c’est très grand, et plutĂ´t (très) chouette. Bien plus grand que quand nous Ă©tions dans notre bled du BĂ©arn. LĂ  il y a un bassin dĂ©diĂ© pour les plongeons… (Ça soulage les autres, ceux qui ne veulent pas plonger…) Des pelouses agrĂ©ables avec des arbres pour celles qui comme moi veulent bouquiner bien bien Ă  l’ombre. El Marido Ă©tait rentrĂ© tĂ´t, nous Ă©tions donc tous les 3 Ă  faire « bain-bain »… Enfin surtout eux, parce que moi je reste pas longtemps dans l’eau de crainte de retrouver mes Ă©paules comme de grosses fraises, tomates ou cerises… Et mon crane comme une Ă©crevisse lĂ  oĂą l’eau sĂ©pare vicieusement les cheveux. 34° quand mĂŞme.

Je ne suis pas hyper fan des piscines : les sols glissants et pas super net des vestiaires, des maillots qui collent, de la frange plaquĂ© sur le front… Je regarde avec suspicion les enfants qui font forcĂ©ment pipi dès qu’ils sont dans la flotte…  Trop de soleil, pas assez de transats. Etc. Etc. Etc.

Mais bon j’avoue : cette piscine est chouette.

Bon j’avoue : en rentrant j’avais peur d’avoir attrapĂ© soit une verrue plantaire, soit une mycose…

Je suis pas fan des pistoches. Mais j’y retournerai probablement. C’est pas mal quand mĂŞme.

Allez, bonne soirée.

Je vous embrasse.