Tomate esta botellita conmigo…

Après 9 jours à LR, j’avais un peu tout oublié…

Oublié d’aller chez ma nutritionniste… C’est reporté à septembre.

Oublié d’appeler l’ISFEC pour savoir si la formation au CAPES d’espagnol est maintenu ou pas…

Oublié qu’il faisait vraiment plus chaud à Bx qu’à LR, de manière général.

Oublié que mon Titi, revenu du Béarn aujourd’hui , était vraiment plus grand que moi… Qu’il est un peu revêche maintenant…

Oublié d’avancer dans mes révisions…

Oublié d’oublier ce qui ne m’intéresse pas…

Oublié de perdre du poids…

Tss…

En ce moment j’aime écouter « Despacito », le « tube de l’été »…  Mais je ne sais pas si vous avez vu le clip… Un peu atterrant dans le genre « machisme et femmes objets »…

Un poco de poesia entonces con El Ultimo Trago… Un poco de desesperación, también.

Petit exercice de traduction trèèèès rapide :

Tómate esta botella conmigo : bois cette bouteille avec moi
Y en el último trago nos vamos : et à la dernière gorgée on s’en va
Quiero ver a que sabe tu olvido  : je vois voir quel gout a ton oubli
Sin poner en mis ojos tus manos  : sans mettre tes mains dans mes yeux
Esta noche no voy a rogarte : cette nuit je ne vais pas te supplier
Ésta noche te vas de veras  : cette nuit tu t’en vas pour de vrai
Que difícil tener que olvidarte : comme c’est difficile de devoir t’oublier
Sin que sienta que ya no me quieras  : sans que je sente que tu ne m’aimes plus

Nada me han enseñado los años : les années ne m’ont rien appris
Siempre caigo en los mismos errores  : je retombe toujours dans les mêmes erreurs
Otra vez a brindar con extraños  : encore une fois trinquer avec des inconnus
Y a llorar por los mismos dolores : et pleurer sur les mêmes souffrances

Tomate esta botella conmigo : bois cette bouteille avec moi
Y en el ultimo trago, me besas : et à la dernière gorgée, tu m’embrasses
Esperamos que no haya testigos : attendons qu’il n’y ait pas de témoins
Por si acaso te diera vergüenza : au cas où ça te ferait honte
Si algún día sin querer tropezamos : si un jour sans vouloir on se croise
No te agaches ni me hables de frente : ne baisse pas la tête, ne me parle pas
Simplemente la mano nos damos  : donnons nous simplement la main
Y después que murmure la gente : et que les gens disent ce qu’ils veulent…

Nada me han enseñado los años : les années ne m’ont rien appris
Siempre caigo en los mismos errores  : je retombe toujours dans les mêmes erreurs
Otra vez a brindar con extraños  : encore une fois trinquer avec des inconnus
Y a llorar por los mismos dolores : et pleurer sur les mêmes souffrances

Tómate esta botella conmigo : bois cette bouteille avec moi
Y en el último trago nos vamos : et à la dernière gorgée on s’en va

Paroles (et musique ?) Jose Alfredo Jimenez Sandoval

Amen et bonne nuit.