Asómate !

Aujourd’hui j’ai passé quelques heures avec les guerres napoléoniennes et ce qui s’en suivi en Espagne… Le XIXème, Fernando II, les guerres carlistes etc… Pfiou… C’est passionnant mais au bout d’un moment on a mal au dos, à force d’être assise sur sa chaise…

Demain il faudra se promener et peut-être aller à la pistoche avec El Marido et celui qu’on appellera plus El Hijito (désolée mais il est grand maintenant) mais El Joven (quand c’est un  substantif cela ne veut pas dire « jeune » mais « jeune homme » ou « garçon »).

Je vous parlais dans le post précédent des sérénades, et du coup, je me rappelais de cette nuit d’août 1984… Voilà quelque chose que je peux cocher dans la check list des choses qui valent la peine d’être vécues : Un groupe de « tunos » a chanté la sérénade pour moi! Cependant ça fait trèèèèè longtemps que je n’y avais pas pensé. J’avais même presque oublié. J’avais 19 ans et je dormais, après avoir passé la soirée avec mes amis italiens, belges, français, à parcourir les bars et les clubs, comme tous les soirs… Les mandolines et les belles voix graves m’ont réveillé… Je suis allée à la fenêtre pour voir sous la fenêtre de qui se tenait la sérénade et j’eus un peu de mal à comprendre que c’était sous la mienne… Cependant il n’y avait pas de doute : à mon apparition les « tunos » avaient redoublé d’ardeur et j’avais reconnu le jeune homme qui les avait amenés jusque là. Bien sûr, j’étais très flattée, mais dire si ça m’avait fait plaisir… Je crois que « pas spécialement », ça m’avait fait rire et flattée, surtout flattée. A 19 ans j’étais blasée et trouvais très « normal » qu’on me chante la sérénade, même si je ne m’y attendais pas (il devait être 3 ou 4h du matin)…

Elle met pas de bonne humeur cette vidéo? 🙂

Ce qui m’intrigue le plus aujourd’hui en 2017 c’est « qui » avait amené la « tuna » pour me faire ce numéro de charme? Je me rappelle « très bien » (enfin autant que faire ce peux!)  de cet été là… Je me rappelle d’un type qui me courrait après… Mais était-ce lui? Était-ce un autre? Et bien je ne sais plus… J’avais pas mal de succès… Oh oui. Et d’arrogance aussi… Quoi qu’il en soit, je revois la scène mais pas la tête du garçon! Alors vous avez la réponse à la question « Est-ce qu’il est parvenu à ses fins avec cette sérénade? » : Non. J’ai écouté, j’ai ri. Ils ont chanté et rechanté, supplié pour lui, etc… Et je me suis recouchée! Sans états d’âme 😀 Sur la place il n’y avait que la tuna et le garçon et ses copains… Il était beaucoup trop tard pour qu’il y ait autant de monde que sur la vidéo!

C’est triste tout de même que je ne me rappelle même pas du garçon alors que je me rappelle si bien du reste… J’aimerais imaginer qu’il me plaisait un peu, au moins un peu… Mais très sincèrement, comment le savoir? Je ne m’en souviens pas. Seul les « tunos » restent inoubliables. Il faut avouer qu’ils ont sûrement plus de conquêtes en chantant sur les places et dans les rues que les gars pour qui ils chantent des sérénades…

Les rubans qu’ils portent à leur cape symbolisent leurs conquêtes justement et il y en a qui ont vraiment beaucoup de rubans! Bon c’est un peu macho, c’est vrai, mais c’est rigolo aussi.

« Asómate » ne signifie pas « assomme-toi », mais « penche-toi » (à la fenêtre).

 

 

13 commentaires sur « Asómate ! »

    1. Oui c’est vrai 🙂 je suis à deux doigts de chercher dans mes vieux journaux si j’avais noté quelque chose à ce sujet! 😀 j’ai bien une idée quand même sur l’identité du jeune homme… mais je n’en mettrais pas ma main à couper! ;-)…

    1. Cela ne m’étonne pas! 😀
      je ne connais pas grand chose au sujet des mariachis en dehors de la série La Hija del Mariachi! 😀
      Est-ce qu’à la base ce sont aussi des étudiants?
      A 11 ans, j’ai passé un mois d’août à coller les basques d’un « tuno » étudiant à Ségovie qui devait avoir 18 ou 20 ans, je ne sais si il se rendait compte que la petite était raide dingue de lui! lol Il m’avait bien promené dans la ville en tous cas!

  1. Ton PS me fait bien rire ! 🙂 Mais tu fais bien de le préciser pour les lecteurs non avertis 🙂 Et puis, pour mon c’est un petit clin d’œil à tous ceux qui croient que pour parler espagnol « il suffit de mettre des o et des a à la fin des mots français » (cliché que j’entends encore aujourd’hui, émis par des adultes, qui ont pourtant de l’éducation).

        1. Comme je le disais j’arrive même pas à me rappeler qui c’était à 100% 😀 Ce dont je suis certaine c’est que je ne suis pas sorti avec lui 😉 Nous étions dans la même résidence étudiante…
          Rien de croustillant à te mettre sous la dent! 😉 :p

          1. Non non on s’est mal comprises, je voulais dire : le fait qu’il t’ait raccompagnée n’était pas forcément une garantie que tu sois encore chez toi plus tard dans la nuit 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s