La rumbita que baila Barcelona

Turism killAffichette qu’on peut voir √† Barcelone

Depuis cet √©t√©, ou m√™me ce printemps, Bordeaux s’est « entouristifi√© » au maximum. D’une mani√®re un peu trop « pesante » voir « oppressante », ou en tous cas l√©g√®rement aga√ßante.

Plusieurs fois depuis le printemps je me suis dit « On se croirait √† Barcelone ». Et c’√©tait pas un compliment. Pauvre barcelonais victimes du succ√®s ahurissant de leur ville.

Je suis all√©e √† Barcelone dans les ann√©es 80, c’√©tait une ville dont les jolis quartiers n’√©taient pas vraiment mis en valeur : une des places historiques √©taient le repaire des « drogadictos » entre autre, on y croisait pas de touristes, sur cette place. J’ y suis retourn√© dans les ann√©es 2000 avec mon mari et mon fils et Barcelone √©tait une ville tellement touristique qu’on ne croisait QUE des touristes sur la place des drogu√©s (d’aucun diront que c’est mieux comme √ßa… Faut voir, y’avait peut-√™tre une alternative moins rrradicale) et j’y ai m√™me crois√© des gens que je connaissais de France. El Marido aime beaucoup Barcelone, il y a de la famille. Moi je n’avais pas √©t√© emball√©e dans les ann√©es 80, je n’ai pas √©t√© emball√©e + que √ßa dans les ann√©es 2000, m√™me si j’avais beaucoup aim√© certaines choses. Le tourisme m’avait sembl√© un peu trop pr√©sent (oui je sais : j’en faisais parti mais… j’ai toujours visit√© l’Espagne , moi, je le fais pas parce que c’est LA destination √† la mode). Bref quand j’ai vu le tournant qu’√©tait en train de prendre Bx, √ßa m’a fait pens√© √† Barcelone o√Ļ les jeunes √©taient visiblement d√©poss√©d√©s du vieux quartier qui avait toujours √©t√© le quartier de tout le monde, des jeunes, des vieux, des familles… des drogu√©s…

CZLfLQfVIAAjiKG.jpgLe tourisme tue les quartiers

Pour devenir un quartier super propre, avec des boutiques ultra l√©ch√©s et des appartements calibr√©s pour les touristes… J’avais √©t√© mal √† l’aise avec √ßa… Et notre appart en plein centre de ce vieux quartier √©tait le d√©but de ce processus de main basse sur les apparts qui auraient du √™tre lou√©s aux habitants √† un prix correspondant √† leur salaire… Et au lieu de √ßa sont lou√©s √† prix d’or √† la semaine ou √† la nuit au touristes, qui, la gueule enfarin√©e, d√©peuple un centre ville de ceux qui en font la vie. Les commerces s’adaptent pour vendre au touristes et se faire un max de tunes. Etc.

C’est ce que j’observe √† Bx en moment avec une certaine « horreur » : place Pey Berlan cet apr√®m √©tait install√© un « kiosque Souvenirs de Bx »… Eu l’impression soudain d’√™tre √† Dysney Land… Apr√®s les tuk-tuck qui trimbalent le consommateur-touriste dans les petites rues, √† la d√©couverte des autochtones en train de faire leur course, apr√®s les segway ridicules qui roulent cahin-caha sur les places des quartiers autrefois dit malfam√©s¬† ūüė¶ (et qui ne l’√©taient que pour les trouducs…) mani√®re assez voyante et intrusive de visiter une ville.

Ah Mahie, mais t’es jamais contente!!!¬† Si si, je suis contente, j’habite une ville que j’adore, mais j’ai quand m√™me le droit de r√Ęler contre la connerie de masse ūüė¶ Y’a pas assez de villes de part le monde? On croirait que tout le monde doit aller √† Bordeaux ou √† Barcelone en moment! Est-ce que les gens ne sont que des moutons? N’ont-ils pas envie de visiter Poitier, Limoges ou Carcasonne?

barbara-nicolau.jpg

Vos selfies font augmenter nos loyers

Pourquoi je parle (encore) de √ßa? Parce que ce matin j’ai lu dans « le journal » que la maire de Barcelone voulait interdire en ville les Segway et autres trotinettes √©lectriques (business extra florissant de Barcelone), au d√©but, comme vous, comme le journaliste je me dit « Ben qu’est-ce qui lui prend? Et puis j’ai continu√© √† lire : A Barcelone ces moyens de transport¬† sont massivement utilis√©s par les touristes et envahissent le centre-ville : « des centaines de segways conduits dans le d√©sordre le plus total. Imaginez le cauchemar lorsque tout ce petit monde se retrouve concentr√© sur les Ramblas, surtout qu’√©videmment personne ne parle ni espagnol, ni catalan. […] A Barcelone, mais aussi dans les √ģles Bal√©ares, √† Venise, mais √† Rome, Milan, Dubrovnik, Majorque ou San S√©bastien : partout en M√©diterran√©e et dans les villes les plus visit√©es, le ras-le-bol se fait sentir. En Catalogne, on a m√™me forg√© un mot-valise qui d√©crit parfaitement le fait que les habitants se sentent assi√©g√©s par des hordes de Britanniques avin√©s ou des groupes compacts de Chinois qui occupent tous l’espace public : ce mot c’est la touristophobie. » (France Inter)

protests_afp.jpg

Et puis √† midi sur √† la t√©v√© espagnole √† la maison, y’avait un sujet sur la turismofobia… Tu m’√©tonnes. Dans cet article tr√®s int√©ressant (en espagnol) on nous dit que c’est un ph√©nom√®ne qui se produit quand l’√©quilibre ou la capacit√© d’accueil d’une destination touristique est rompu parce que les visiteurs et la population locale partagent des ressources limit√©es et un m√™me espace publique. »

barcelona-legt-aantal-bezoekers-aan-banden.jpg

Bordeaux n’en est pas √† manifester dans les rues pour demander crier que la ville n’est pas √† vendre comme √† Barcelone et sur la photo ci-dessus dans le (ex?)populaire quartier de la Barceloneta. Mais mais mais… Je sens le m√™me malaise na√ģtre. A travers la presse r√©gionale,¬† √† travers des groupes FB qui aimeraient voir les toursites s’int√©resser √† d’autres villes fran√ßaises… Qui ont certainement autant de charme que la notre…

Tout cela me laisse extrèmement perplexe.

A lire également (en espagnol) : https://elpais.com/ccaa/2017/08/07/catalunya/1502117326_168155.html