La sculpture, street art/de rue de l’Ă©tĂ©

Depuis quelques mois Ă  Bx on s’est habituĂ© aux sculptures de Antony Gormley. J’ai Ă©tĂ© surprise de dĂ©couvrir Ă  travers les commentaires dans le journal local, qu’elles dĂ©plaisaient Ă  beaucoup de monde. En ce qui me concerne je les aime beaucoup. Je ne saurais dire pourquoi. Enfin je vais essayer : parce qu’elle surprennent, amusent, sont en une belle matière… Je ne sais pas, je les aime et puis voilĂ .

IMG_20170806_153630.jpg

Les gens les habillent, les peignent et les la fois suivante quand on repasse, elles sont de nouveau tout propre.

N°3 Capu.jpg

Non, elles ne sont pas toute identiques.

Apparemment c’est une mode la statue de rue. J’ai dĂ©couvert (sans y aller malheureusement) qu’un autre artiste sĂ©vissait dans une ville proche de la frontière française, Donostia (San SĂ©bastien) : Mark Jenkins

bar

C’est aussi surprenant, dans un autre genre…

porche

Mark Jenkins, (1970-….) est un street-artist amĂ©ricain,  connu pour ses installations de rue, commencĂ©es en 2003. Il a en particulier dĂ©veloppĂ© une technique qui consiste Ă  mouler des formes (le plus souvent des corps) avec du ruban adhĂ©sif transparent. Il vit actuellement Ă  Washington, D.C. mais travaille dans les rues du monde entier. (source wiki)

markjenkins0.jpg

A La Rochelle quand nous y Ă©tions en juillet, il y avait un peu partout dans les rues, suspendus en l’air, de drĂ´le de bonshommes en papier mâchĂ© peinturlurĂ©s. C’Ă©tait vraiment moche. Tellement que je n’en ai fait aucune photo, ce que je regrette, j’aurais pu vous les montrer! Si vous en avez, envoyez-en moi une je l’ajouterais!

Bon alors vous ĂŞtes plutĂ´t Antony Gormley ou Mark Jenkins? Moi je verrai assez un mix des deux : la technique et les bonhommes de Gormley et les positions Ă©trange de Jenkins. Le fait que les statues de Jenkins soient habillĂ©es avec de vrais vĂŞtement et des perruques, me les rend un peu trop rĂ©alistes… Et su coup me mettent lĂ©gèrement mal Ă  l’aise. Pas beaucoup. Mais j’aime mieux le bronze sans Ă©quivoque du premier.