Comme un ouragan

thé

Ce matin El Joven et moi sommes allĂ©s au marchĂ© tĂŽt, histoire d’Ă©viter les 34° de l’aprĂšs midi… J’ai eu du mal Ă  le sortir du lit, il remettait sa petite couverture douce en polaire sur sa tĂȘte Ă  chaque fois que je revenais voir si il avait l’air de sortir des bras de MorphĂ©e. Et puis il a mangĂ© ses tartines grillĂ©es tranquillement. Le cours qui mĂšne au marchĂ© est complĂštement Ă©ventrĂ© de partout : ça va ĂȘtre magnifique quand ça sera fini. Enfin je l’espĂšre. J’aimerais bien habitĂ© lĂ . C’est lĂ  oĂč il y avait la librairie espagnole quand j’Ă©tais Ă  la fac. Elle a disparu depuis biiiiiiien longtemps. Je me suis garĂ© dans une petite rue perpendiculaire ou il y a plein d’herbes folles depuis que la mairie a dĂ©cidĂ© de ne plus utilser de produits chimiques (god bless them).

Avons bu cafĂ© et thĂ© Ă  la menthe en terrasse Ă  St Mich. Avons vu passer le « petit train » avec ses 3 wagons de touristes… SĂ»rement qu' »on » leur expliquait qu’il ne fallait pas se rendre par ici tout seuls… El Joven m’a dit que je l’avais contaminĂ© et que maintenant lui aussi Ă©tait de mauvaise humeur quand il voyait des touristes. Je me suis dit qu’il faudrait que je la mette un peu en veilleuse : c’est bon pour personne de s’Ă©nerver comme ça « pour rien », ni pour lui, ni pour moi. Je lui ai dit « Oh tu sais les touristes, c’est rien finalement… Y’a plus grave que ça dans la vie, bien plus grave » et on s’est concentrĂ© sur un camion qui faisait une marche arriĂšre trĂšs pointue au coin de la terrasse du bar Des Amis. « Tut tut tut tut tut… Il faisait. Et je me demandais combien d’entre nous Ă  la terrasse avait pensĂ© au dĂ©but (avant qu’il commence Ă  reculer) qu’il pourrait ĂȘtre un « camion bĂ©lier ».

Ensuite on est reparti vers le marchĂ©. Ça tapait dĂ©jĂ  fort. On s’est arrĂȘtĂ© Ă  la nouvelle boulangerie qui a ouvert en juillet. Je l’adore. J’aimerais bien habiter lĂ . On a achetĂ© une tradi Ă  90 cents et 3 petits pains Ă  burgers Ă  70 cents. C’est moins cher que dans mon quartier… Ensuite on a pris des tomates, des poivrons, des courgettes… Tout Ă©tait Ă  1€ le kilo, c’est moins cher que les supermarchĂ©s et beaucoup plus amusant et poĂ©tique.

Dans la voiture au retour Daniel B chantait « Vivre ou survivre », j’ai pensĂ© Ă  une autre blogueuse qui ne lit sĂ»rement plus mon blog depuis des mois. J’ai pensĂ© que la chanson Ă©tait trĂšs belle et trĂšs triste. Le soleil cognait fort dans mon cou. El Joven a ri quand je lui ai dit que je trouvais la chanson triste. C’est bien.

Cet aprĂšs-midi j’ai traduit du Delphine de Vigan, c’est pas beaucoup plus gai. El Joven battait ses records Ă  Mario, avec des courses contre son propre fantĂŽme, des choses comme ça.

giphy.gif

Spafaut…

20 commentaires sur « Comme un ouragan »

  1. C’est drĂ”le, tu dĂ©cris une journĂ©e (matinĂ©e) toute calme et poĂ©tique, mais je sens comme une sorte de tristesse… Je ne sais pas si c’est ton texte ou l’arriĂ©re-plan des actualitĂ©s europĂ©nnes (ou simplement la mention du camion bĂ©lier). 😩

    1. Tu as bien senti… Mais c’Ă©tait une journĂ©e trĂšs triste Ă  cause des attentats qui nous Ă©branle tous, l’horreur de ces massacres d’innocents. La folie du terrorisme… Triste aussi Ă  cause de choses personnelles que je ne veux Ă©voquer ici.
      On ne dit pas tout sur un blog, pas tout…

  2. Vous n’avez pas honte de dĂ©nigrer ainsi ceux que vous appelez des  » touristes » ? il me me semble que vous habitez Bx depuis peu mĂȘme si vous y avez vĂ©cu avant. Pourqouoi tant de mĂ©pris mĂȘme si le folklore autour des touristes peut souvent ĂȘtre lourd. Et aucun mot sur les attentats en Espagne qui ont frappĂ© beaucoup de touristes (qui contribuent Ă  l’Ă©conomie du pays depuis fort longtemps) mais aussi des Espagnols et qui les ont en tout cas pour longtemps. J’aimais bien votre blog mais lĂ  je suis trĂšs déçue. Vous parlez aussi d’Ă©conomie d’Ă©nergie mais prenez votre voiture pour aller au marchĂ© dans une ville si bien desservie en transports en commun. Ne voyez aucune haine ou mĂ©chancetĂ© de ma part, juste un profond dĂ©couragement face Ă  l’Ă©goĂŻsme. DaniĂšle Fouquet

    1. Bonjour Daniele,
      Si j’avais pensĂ© mettre une de mes lectrices en colĂšre avec ce post…
      Commençons par le dĂ©but : je ne « dĂ©nigre » pas les touristes, je pense simplement que le tourisme de masse rend la vie des habitants des grandes villes touristiques difficiles en gĂ©nĂ©ral et notamment des plus pauvres qui ne profitent pas des retombĂ©s Ă©conomiques mais subissent l’augmentation des loyers et le changement de leur quartier. Ça ce n’est pas moi qui appelle les touristes des touristes et ce n’est pas une insulte. Je suis moi mĂȘme touriste quand je vais en vacances… Je dis part ailleurs aujourd’hui qu’il faut que je me calme sur le sujet… Que cette « colĂšre » est inutile.
      En ce qui concerne la voiture : je n’habite malheureusement pas Ă  Bordeaux (ce que j’ai plusieurs fois Ă©voquĂ© dans mon blog) , mais dans une ville proche certe, mais quand mĂȘme… Le tram qui va de cette ville a Bordeaux est interrompu pour 3 jours, ont peut prendre le bus ou la voiture en attendant le retour au tram que j’adore. Ne me jugez pas si vite.
      Vous dites : « pas un mot sur les attentats de Barcelone » et me traitez d’egoiste. Bien : je suis dĂ©vastĂ©e par les attentats de Barcelone et de Cambrils. Tout le monde sait ce qui s’est passĂ©. Mon blog n’est pas un blog d’information. Je n’ai pas non plus parlĂ© de Charli Hebdo quand c’est arrivĂ©… Je n’ai pas parlĂ© de Nice, et pourtant j’Ă©tais, autant que vous sĂ»rement, effondrĂ©e.
      Je suis horrifiĂ©e au delĂ  des mots qu’on peut Ă©crire par le terrorisme. Et comme hispanophile preparant le capes d’espagnol j’ai Ă©tĂ© trĂšs Ăšmue que la catalogne soit a son tour touchĂ©e. Je ne fais pas de diffĂ©rences entre les victimes : habitants de Barcelone, de cambrils ou touristes innocents… Comment pouvez-vous imaginez le contraire ?
      Je suis triste de votre commentaire. Croyez-moi j’essaie au quotidien d’ĂȘtre le contraire d’une egoiste. Et mes coups de gueule contre le tourisme, ne sont pas contre des individus touristes. Je ne me mĂ©prise personne soyez-en certaine.
      Aujourd’hui j’Ă©tais trĂšs dĂ©primĂ©e (N l’a senti) dĂ©primĂ©e par l’horreur des attentats et d’autres choses de ma vie. Je ne comprends pas votre « dĂ©couragement » face a mon « Ă©goĂŻsme ».
      Dommage que vous n’ayez pas pris plus souvent la parole quand vous appreciez ce blog…

  3. Je ne le dis pas car je ne sais pas toujours comment le faire : j’apprĂ©cie votre blog peut-ĂȘtre d’autant plus que j’habite Bordeaux. Et les petites rues, les endroits oĂč vous m’emmenez aussi, les cafĂ©s, les Capus, le quartier Saint Michel, je les connais pour certains et les redĂ©couvre -ou les vois autrement- avec vous et celleux qui commentent. J’y trouve parfois une certaine poĂ©sie, mĂ©lancolie ou nostalgie -quand vous regrettez l’ancien Bordeaux- et je m’y sens bien. Et puis, tout ce que vous avez expliquĂ© sur le travail d’une professeure en CDI m’a intĂ©ressĂ©e ainsi que ce que vous faites aujourd’hui avec la prĂ©paration du CAPES. Malheureusement, je ne parle pas espagnol, je l’ai Ă©tudiĂ© pourtant, je comprends quelques mots lorsque je connais le sujet de la conversation.
    Bonne journée et merci de tous ces posts que vous écrivez.

    1. Merci Chantal 🙂 On peut se tutoyer peut-ĂȘtre? Merci pour ce commentaire 🙂 Tu connais cette nouvelle boulangerie qui a ouvert en juillet avec une devanture rouge? TrĂšs sympa et du pain excellent! Rue Clare je crois qu’elle s’appelle, entre St-Mich et les capus… 🙂
      Le bar oĂč nous Ă©tions hier ne s’appellent pas le bar des amis (mais je ne peux pas tout dĂ©voiler ici n’est-ce pas ;-)) C’est sur la place, en face de la flĂšche un bar qui fait un coin de la rue Saint-François et c’est pas la mĂšre Michel…
      TrÚs bonne journée!

  4. Un jour j’irai au marchĂ© avec toi! Et tu m’emmĂšneras !EmmĂšne moi ! (Bon j’ai tĂ©lĂ©phone dans la tĂȘte moi maintenant! (C’est toujours mieux que « sur la plage Coco cĂąline »!)

RĂ©pondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s