On commencera par Mauriac

Après plus de deux mois sans horaires, la rentrée est dure. Et encore je ne me lève pas aussi tôt qu’El Joven… Mon réveil est calé à 7h30 tous les jours sauf le vikend.

Mardi c’était la journée de rentrée à l’Institut ou je prépare le CA/PES/FEP. Pas de cours, juste une présentation avec tous les M1 et M2 d’Hist-G, Lettres et Espagnol. On était une quinzaine. Hier il y avait le premier cours de prépa à la compo, mais comme je vais faire le 3ème concours je ferai pas la compo, donc je ne vais pas aux cours de prépa à la compo(sition). Qui n’est pas une banale compo, puisqu’elle dure 5h. En revanche aujourd’hui il y avait le cours de préparation à la traduc’, qui n’est pas une banale traduc’ non plus car nous aurons 5 heures pour la faire, en comptant les choix de traductions, qui sont des questions (une question depuis cette année, mais à bien développer) portant sur un certain point du texte qui présente une difficulté particulière, par ex :

La traduction du verbe être  : ser ou estar. Encore preuve de la complexité de la langue espagnole qui comporte deux verbes être, pas un, et ils ne sont absolument pas interchangeables!

La Traduction « on » (on est un con) mais en l’occurrence c’est aussi un pronom neutre singulier, toujours sujet. Il a 3 signification principales.

On ne doit pas jeter de papiers par terre : les gens

On a frappé à la porte, va ouvrir : une ou plusieurs personnes déterminées

On ira au cinéma : nous, en langue familière.

Le On n’existant pas en espagnol il faudra trouver par quoi on va le traduire et justifier son choix, dans un exposé pas si bref que ça, plutôt exhaustif.

Un autre « fait de langue » ou « difficulté de traduction » pourra être la traduction de « dont » qui ne fonctionne pas comme en français etc, etc, etc…

Mais passons. J’étais quand même assez stressée ce matin de retrouver mon fameux prof M. Marchoucrève. Alors j’ai décidé de partir à 8h45 pour être sûre d’arrivée à 9h15 pour un début de cours à 9h30… Ben tu vois, j’ai tout de suite stressée, en arrivant sur la barrière, parce que ça bouchonnait grave et que du coup, ben, je voyais l’heure tourner beaucoup plus vite que prévue! Du coup je suis arrivée au 3ème étage de l’Institut à 9h31! Sur les boulevards, quand ça veut pas, ça veut pas (et y’a pas de tram sur les boulevards pour les pointilleux). Quand je suis rentrée dans ma salle j’ai été un peu estomaquée, y’avait seulement 2 étudiantes. Et j’ai été vraiment surprise quand Marchoucrève est rentré (frais comme une rose) et a dit :

-Ah, je suis heureux de voir que les effectifs ont triplé depuis hier!

Comme je n’étais pas là hier, je me suis présenté et l’ai informé du fait que nous nous connaissions déjà. Ce dont il ne peux pas se rappeler car cela fait très longtemps d’une part et que d’autre part je n’avais jamais cherché à me faire remarquer de lui. Et tout le monde sait qu’à la fac, si tu ne veux pas te faire remarquer tu es transparent, ce qui est bien normal vu le nombre d’étudiants. Bref revenons à nos moutons :

0J9Kr.gif

-Voilà qui ne me rajeunit  pas, me rétorqua-t-il en riant. Le vieux à l’oeil qui frise quand il rit. C’est bien ça. Et nous voilà parti pour 3 heures de grammaire et choix de traduction…

L’homme n’a eu aucun mal à retenir nos prénoms… 3 étudiantes en présentiel! C’est du jamais vu! De l’inédit! Il y en a quelques autres « par correspondance »… Mais face à lui en général, ce sera seulement nous. L’âge aidant j’ai été la moins timide ou complexée pour répondre à ses questions :

-« Dont » c’est quoi? Il prononce « donte », faut avouer : il a très très fort accent du sud-ouest. Un accent à l’ancienne, j’adore! « Alors!? Mais réveillez-vous! Les vacances sont finies! « Donte » c’est quoi?

-Un pronom relatif, dis-je d’une voix claire et forte. J’ai tout de suite noté qu’il a perdu pas mal d’audition. Si tu murmures, c’est comme si tu pissais dans un violon. Il entend pas. Bref. Il me fait plus peur du tout. Au bout d’un moment il était bien content que je sois là pour lui répondre car Barbara ne parle pas assez fort et Lisette n’ouvre pas beaucoup la bouche…

Bref, c’était vraiment bien, vraiment cool, j’adore la grammaire, comme toujours… Les choses qui me passionnent sont étranges je le reconnais. Alors? M Marchoucrève? Il est comment? Ben il est sympa! Très bavard. Il a blanchi, s’est ridé, et à un main qui tremblote tout le temps… Et finalement, il est tellement passionnant que j’ai été super heureuse de cette matinée! Voilà. Y’avait pas de quoi s’angoisser!

Je vous embrasse.

Ps : On a commencé par une traduction de l’incipit de Thérèse Desqueyroux. Si vous voulez vous entrainer. C’était du premier mot à « Je suis rompue ».

 

17 commentaires sur « On commencera par Mauriac »

  1. Si je comprends bien, tu as connu ton prof trop jeune pour l’apprécier à sa juste valeur 😉
    Comme quoi, on a tous droit à un deuxième essai.
    Bonne soirée, bises.

    1. Et puis aussi en vieillissant il est peut-être moins cassant et plus relaxe, moins stressé qu’à l’époque 😉
      Imagine qu’il a 82 ans!!! Oui oui : il est plus relaxe! Plus bienveillant… En tous cas je le trouve drôle 🙂

    1. Et comme moi aussi, on s’entend bien aujourd’hui 🙂
      Cela ne m’étonne pas. Avant d’aller en cours j’avais regardé une vidéo où il présentait son dernier bouquin et je l’avais trouvé sympa! 🙂

    1. En français. La question peut porter sur la version ou le thème.
      1 On analyse la phrase ou la séquence de mots de la langue source, donc on doit connaâitre notre grammaire française aussi bien que la grammaire espagnole, d’une manière « érudite ».
      2 On pose la problématique de traduction, en quoi consiste la difficulté…
      3 On décrit les solutions de la langue cible et on explique le fonctionnement celles-ci
      4 On rappelle le choix qu’on a fait et pour quelles raisons
      C’est donc une grande question 😉
      J’adore!

  2. Merci 🙂 J’essaye d’y mettre une forme un peu amusante à lire…
    J’aime la traduc’, la grammaire, la linguistique 🙂 Ce qui n’est pas du tout ma tasse de thé c’est les cours de métrique 😦 Tu avais ça en anglais?
    Pfiou je me rappelle d’un cours ou un prof comparait je ne sais plus quel poète espagnol à Byron… Passant de l’anglais à l’espagnol sans arrêt 😀 Bouah!!!
    Tu as fait quoi LLCE anglais?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s