Il pleut sur ma ville

Il Pleure dans mon Cœur

Il pleure dans mon cœur

Comme il pleut sur la ville ;

Quelle est cette langueur

Qui pénètre mon cœur ?

Ô bruit doux de la pluie

Par terre et sur les toits !

Pour un cœur qui s’ennuie,

Ô le chant de la pluie !

Il pleure sans raison

Dans ce cœur qui s’écœure.

Quoi ! nulle trahison ?…

Ce deuil est sans raison.

C’est bien la pire peine

De ne savoir pourquoi

Sans amour et sans haine

Mon cœur a tant de peine !

***

Paul Verlaine (1844-1896)

3 commentaires sur « Il pleut sur ma ville »

  1. J’avais remarqué depuis longtemps que quand j’écris en commentaire un œ, celui-ci était comme mis en évidence au milieu des autres lettres ; c’est encore plus flagrant aujourd’hui avec ton billet où le mot cœur est répété. En lisant le poème à voix haute, ça me fait particulièrement insister sur « cœur », comme une indication sur une partition… Raison de plus pour t’envoyer un : haut les cœurs !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s