NO

Vers 1985 j’ai découvert Mercedes Sosa alors que j’étais au pair quelque part dans les hauteurs près de Palma de Majorque. C’était cet album là. Je l’ai acheté en revenant, je ne pouvais plus me passer de cette voix profonde, d’une immense force et des paroles qui m’ouvrait sur un monde un peu plus… Vaste.

Mercedes Sosa  (1935-2009)  est « la » chanteuse argentine. A l’origine de la « nueva canción » (nouvelle chanson) , elle est connue comme « La voix de l’Amérique Latine. De gauche, membre du parti communiste dans les années 60. Après le coup d’état de 1976 elle est sur la Liste Noire de la dictature militaire et ses disques interdits… Elle reste en Argentine malgré les menaces qui pèsent sur elle jusqu’en 1979 quand elle s’exile finalement à Paris, puis Madrid, comme de très nombreux argentins, chiliens, péruviens… Il ne fait pas bon vivre sous les dictatures militaires…

Argentine : Le  Proceso de Reorganización Nacional = « Processus de réorganisation nationale » est le nom que s’est donné la dictature militaire argentine de 1976 à 1983. La dictature argentine en quelques chiffres : 30 000 « disparus »… 15 000 fusillés… 9 000 prisonniers politiques… 1,5 million d’exilés pour 32 millions d’habitants… Au moins 500 bébés enlevés aux parents « desaparecidos » (disparus) et élevés par des familles proches du pouvoir…

Uruguay : La dictature militaire de l’Uruguay commença avec un coup d’État en 1973. En 1980  les militaires entamèrent une relative ouverture politique, qui conduit finalement aux premières élections démocratiques en 1984.

En quelques chiffres : 1 prisonnier politique pour 450 habitants, certaines ONG parlent de 15 000 détenus  dont au moins 67 enfants dans un pays de 4 millions d’habitants. L’Uruguay a connu sous la dictature  une des pires répressions politiques au monde. Cent seize morts (assassinés, morts en détention et « suicides ») et cent soixante-douze « disparitions » forcées (la dernière en 1984) ont été recensés jusqu’à présent. La torture, généralisée, s’appliquait aussi aux enfants et aux femmes enceintes. Tout comme en Argentine, il y eut des bébés volés aux prisonniers politiques et adoptés par les familles des militaires et des policiers (dont celui de la belle-fille du poète argentin Juan Gelman).

Chili : Le régime militaire d’Augusto Pinochet gouverna le Chili pendant 16 ans, du coup d’État du 11 septembre 1973 jusqu’au 11 mars 1990, à la suite du référendum de 1988.

Cette période de dictature militaire commença quand les commandants des forces armées et de la police renversèrent par un coup d’État le gouvernement du président démocratiquement élu Salvador Allende, et se termina par un référendum révocatoire perdu par Augusto Pinochet qui, au bout d’une brève transition démocratique, permit la restauration de la démocratie le 11 mars 1990.

La dictature de Pinochet c’est : 3 200 morts et « disparus », 38 000 personnes torturées, plusieurs centaines de milliers d’exilés…

Je continue? La Guerre Sale, c’est comme ça qu’on l’a appelé, La Guerra Sucia… Vous pouvez en lire plus sur Wiki si ça vous intéresse.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s