Bilan du dimanche soir

chanel.jpg

Lundi : j’avais rdv avec le directeur  du collĂšge/lycĂ©e en centre ville. Il Ă©tait trĂšs sympa et simple, moins « sapĂ© » que d’autres directeur d’Ă©tablissement et l’Ă©cole m’a fait bon effet. la secrĂ©taire de direction  chouette Ă©galement.

Mardi  : 8h45 je suis arrivĂ©e et aprĂšs un tour au secrĂ©tariat pour rĂ©cupĂ©rer « mes clĂ©s », j’ai ouvert le CDI. Tous les Ă©lĂšves Ă©taient super heureux de retrouver ce havre de paix, de science et surtout de PCs connectĂ©s Ă  internet.  La journĂ©e a Ă©tĂ© crevante (pas de pause pour les profs doc en dehors de 50 minutes pour dĂ©jeuner… A la diffĂ©rence des autres profs, le prof doc travaille pendant la rĂ©crĂ© et a bien du mal Ă  aller aux toilettes.

Mercredi : je ne travaille pas. Mes 30 heures sont rĂ©parties sur 4 jours. Pour le dĂ©jeuner en plus Del Joven j’avais mon neveu, Ă©tudiant ici et sa cousine ma niĂšce Ă©galement, Ă©galement Ă©tudiante ici. On a passĂ© un moment sympa.

Jeudi : la journĂ©e au CDI s’est bien passĂ©, j’ai commencĂ© Ă  me sentir chez moi. MĂȘme si il y a encore des trucs que je ne trouve pas : une commande de livre qu’il faut renvoyer au grand libraire bordelais et sur laquelle je n’arrive pas Ă  mettre la main. Pas le temps d’ouvrir la messagerie du CDI. Difficile de rattraper le retard dans le courrier, les mails, les abonnements… AprĂšs deux semaines et un jour sans prof-doc, il y a beaucoup de choses Ă  rattraper et un ou deux jours ne suffisent pas.

Vendredi matin : je bute sur un les mĂ©mo-notices, ça m’Ă©nerve. Je ne l’ai pas fait depuis l’annĂ©e derniĂšre et j’aurais besoin d’un coup de main. Le coup de main s’appelle « google » et j’y arrive pas car en mĂȘme temps je dois gĂ©rer les « zĂšbres ». Je suis contente nĂ©amoins de l’ambiance. Les Ă©lĂšves sont trĂšs sympas. MĂȘme si entre 11h30 et 12h30 il y en a deux que je commence Ă  gentiment menacer de sanctions…

 

12h30 : tout le monde sort. C’est l’heure du dĂ©fi lecture : le CDI est rĂ©servĂ© aux gros lecteurs qui s’inscrivent Ă  l’avance pour discuter  bouquins autour d’un dĂ©fi lancĂ© il y a un mois. Je ferme le CDI Ă  clĂ© pour ne pas ĂȘtre dĂ©rangĂ©es tout le temps par des « Vous ĂȘtes ouverte madame? » Les deux loupiots de tout Ă  l’heure et leurs potes, frappent sans cesse Ă  la porte et repartent en courant et en hurlant de rire. Je pense qu’ils vont se lasser avant moi, mais comme cela gĂšne vraiment je dĂ©cide de sortir pour les calmer. Je leur cri un bon coup dessus et ils disparaissent comme un volĂ©e de moineaux. Je me retourne pour retourner dans ma salle. LĂ  il y a 5 marches, lĂ  il y a moi qui me vois, horrifiĂ©e partir dans le vide et qui me rattrape comme je peux, par miracle d’un seul doigt Ă  la rampe , Ă©vite le pire et m’affale en bas.

Ici je fais « forward » autrement ça serait trop long : pas bossĂ© l’aprĂšm.  Accident du travail. Douleur. Canne. MĂ©docs et massages. Si j’avais dĂ©jĂ  signĂ© mon contrat, clairement je me mettrais en arrĂȘt maladie demain (je marche pĂ©niblement comme une tortue boiteuse) mais je n’ai pas encore signĂ© mon contrat, alors j’irai demain. Pas envie qu’on me remplace alors que ce remplacement peut durer jusqu’Ă  la fin de l’annĂ©e.

Je ne sais pas trop comment je vais tenir la journĂ©e assise/debout sans pouvoir m’allonger. On verra bien. Je me suis entrainĂ© hier Ă  marcher avec une vieille canne d’ancĂȘtre que j’ai dans mon entrĂ©e : hĂ© bien c’est trĂšs difficile de prendre le bon rythme pour marcher avec une canne!!! En plus je crois qu’il vaudrait mieux une canne moderne. Avec celle-lĂ  je serai encore capable de me recasser la figure!!!

Demain : j’espĂšre signer mon contrat. Faire ma dĂ©claration d’accident du travail avec la secrĂ©taire et tenir debout et le coup avec les Ă©lĂšves!

Besitos a tod(@)s!

ca8b0b4c1f7d38bf2fa947860f636605.jpg