État d’esprit du jeudi soir

Presque à  la fraiche aprĂšs une journĂ©e Ă  32° et beaucoup de sueur (dĂ©solĂ©e pour les dĂ©tails)… faisons le point sur ces derniers jours :

VidĂ©o qui m’a bien plu. Je me demandais combien de femmes autour de moi a un jour Ă©tĂ© violĂ©e ou en tous cas « forcĂ©e »… Nuance 😩

Fatigue : je  n’Ă©teins jamais la lumiĂšre avant minuit passĂ©… MĂȘme si je ne me lĂšve pas aux aurores : je suis un peu la tĂȘte Ă  l’envers…

Humeur : solitaire. El Marido et l’Ado sont parti depuis dimanche dans la famille Del Marido…

Peau : Ă  la nuit tombĂ© je suis sortie sur le balcon pour nettoyer le jardin zen du chat et arroser les plantes. RĂ©sultat : une trentaine de piqures de moustiques :-‘( Je me suis jetĂ© sur la crĂšme apaisante et m’en suis enduit entiĂšrement les jambes, quasi au bord des larmes. Une trentaine de piqures simultanĂ©es, ça fait sacrĂ©ment mal !

Cheveux :  aprÚs 20 jours de lavage quotidien de mes cheveux au shampoing en pain, je le déclare officiellement adopté : bye bye les bouteilles en plastoque!!!

Ma conversation surrĂ©aliste de la semaine : « Miaou! Oh ça va, hein! Miou miaou!!! Oui c’est bon j’ai compris, mais c’est non! miaaaou! Je te dis que non!  » Etc.

Objectif zéro déchet : ne plus acheter aucune bouteille en plastique. Aucune.

Cuisine : j’ai prĂ©parĂ© hier soir mes graines de chias au lait pour le petit dej’ : rĂ©ussite 100% J’a-do-re !!

Culture :  j’entends souffler le vent sur les dunes… dans le vide intersidĂ©ral…

Emploi : aprĂšs avoir dit au-revoir des larmes dans les yeux Ă  mon bahut de l’an dernier. AprĂšs qu’on m’ait demandĂ© de rendre les clĂ©s et fait un cadeau d’adieu… Il semblerait que j’y retourne jusqu’Ă  octobre, voir novembre!!! Qui veut du statut de contractuelle? Je parlais avec une collĂšgue qui me disait quand elle Ă©tait contractuelle on lui disait :  « Quand tu auras le CAPES tu auras enfin un poste Ă  toi! » Elle est TZR et n’est pas sortie de l’auberge (en dehors de la sĂ©curitĂ© de l’emploi et du salaire, of course).

Musique : jouĂ© un prĂ©lude de Bach (oui celui-lĂ  mĂȘme) sur le piano de C. en allant nourrir ses chats.

Penser à : aller au marché Capucins demain matin.

Avis perso : je suis heureuse que les filles d’aujourd’hui commencent Ă  se rĂ©veiller sĂ©rieusement sur l’Ă©galitĂ© des sexes! Il Ă©tait temps! J’ai vraiment cru qu’elles se complaisaient dans la pĂ©tasserie, qui semblait leur plaire depuis une vingtaine d’annĂ©es.

Message perso : Dis-donc le chat : tu pourrais arrĂȘtĂ© de vomir partout ?

AmitiĂ©s : 3Ăšme couple de palois qui s’installe Ă  Bx 🙂 Assez prĂšs de chez nous, avec Meilleur Copain de l’Ado et ils seront dans le mĂȘme lycĂ©e! Ça se fĂȘte! ApĂ©ro la semaine prochaine!

Envie :  de fruits. donc « penser Ă  ».

Bonne journée à toutes et tous et bon vendredi !

Celui qui m’avait prise pour une autre

Je suis en terrasse place d’Armes, la terrasse du cafĂ© de la Paix. Pas cĂŽtĂ© rue, sur la place, les serveurs et les serveuses doivent traverser la rue. 10h40. Je n’ai pas encore commandĂ© mon cafĂ©. Un type tout pomponnĂ© et rasĂ© de frais, chemise bleue marine neuve, fort probablement, aux jolis motifs en losanges blancs et violets, s’avance vers moi tout sourire, sans hĂ©sitation, bien content :

-Bonjour! » dit-il. Je le regarde un peu Ă©tonnĂ©e, ce n’est visiblement pas un serveur, en plus il n’arrive pas du bon cĂŽtĂ©.

-Sarah-Belle? S’enquiert-il. Je le regarde, les yeux rond.

-Pardon? Lui dis-je?

-Ah excusez-moi, ce n’est pas avec vous que j’ai rendez-vous que j’ai rendez-vous alors? »

Il tourne les talons trĂšs vite, confus, il es devenu rouge. Je n’ai mĂȘme pas eu Ă  rĂ©pondre.

15 minutes maintenant qu’il attend sous les platanes. Il regarde dans tous les sens et consulte frĂ©nĂ©tiquement, compulsivement, son smartphone. Il est Ă  l’ombre, un peu cachĂ©, en retrait… 20 minutes! Je touille mon grand crĂšme, non!!!!!! Il se barre! Non!!! reste! Elle va arriver! Je voulais la voir moi, Sarah-Belle! Non : il aborde une autre femme. Mince : elle Ă©tait avec son mari qui marchait quelques pas derriĂšre. Il est de nouveau trĂšs nerveux, allume une clope et ne dĂ©colle plus les yeux de son Iphone. Il est rouge, il n’en peut plus. Il revient vers ma terrasse… et  non : traverse la rue et monte dans sa Porshe Cayenne grise! A misĂšre! Folle Sarah-Belle qui laisse partir le pauvre Ă©namourĂ©, rasĂ© de prĂšs, avec sa belle chemise neuve et sa voiture de luxe!

Il s’assoit devant son volant. Il est indĂ©cis. Il ne dĂ©marre pas. 5 minutes passent. Il dĂ©marre la voiture :  il faut se rendre Ă  l’Ă©vidence, elle lui a posĂ© un lapin. Il lui avait donnĂ© 30 minutes. Il sort doucement de sa place de parking et se mĂȘle Ă  la circulation (ça c’est pour faire joli, car n’y pas vraiment ce que l’on appelle « de la circulation »).

Je touille mon cafĂ© et regarde l’heure sur mon smartphone, j’aperçois El Marido qui arrive. J’avais une demie heure d’avance.

État d’esprit du dimanche soir

Photo : C’est le temps des salades, le temps des tomates et de l’aventure, quand les salades vont et viennent on ne pense Ă  rien malgrĂ© la vinaigrette. (ça vous dit quelque chose?)

IMG_20180806_122623

Horticulture :  comment aurions nous pu jamais imaginer que ce petit bonzaĂŻ qui vivote (j’en prends quand mĂȘme grand soin malgrĂ© le peu d’intĂ©rĂȘt que je lui porte = une plante est une plante et je ne la laisse jamais mourir), comment aurions pu imaginer qu’il s’agissait, en fait, d’une azalĂ©e? PremiĂšres fleurs au bout de presque 3 ans.

IMG_20180809_195219

Humeur : ce matin quand j’avançais cours de l’Yser et que je voyais tout au fond la flĂšche St Mich, mon cƓur se gonflait de bonheur.

Peau :  Je ne mange jamais celle du poulet. Mais l’odeur, au marchĂ©, est irrĂ©sistible…

IMG_20180812_110020

Cheveux : j’ai coupĂ© une dizaine de centimĂštres ou plus. Ça, c’est l’Ă©tĂ©! A chaque fois il faut que je coupe tout ce qui a mis un an Ă  pousser! 😀

Ma conversation surrĂ©aliste de la semaine : la serveuse de Chez Jean-Mi qui me dit qu’il y en a marre de cette connerie de « chocolatine », est-ce qu’on dit « croissantine » ou « raisintine »? j’Ă©tais un peu agressĂ©e par son Ă©clat et je lui ai dit que c’Ă©tait une vilaine parisienne, Ă  quoi elle m’a rĂ©pondu qu’elle en Ă©tait fiĂšre, Ă  quoi je lui rĂ©pondu qu’elle ne devrait pas. Sur ce, nous nous sommes saluĂ© en riant et avec un large sourire, mais la semaine prochaine, je repose mon cul au bar de Chez Jean-Mi, je la repĂšre et je lui demande un cafĂ© avec une croissantine. Non mais. Je suis gentille mais je suis tĂȘtue, aussi.

Coup de sang : « BientĂŽt, il n’y aura plus que des touristes Ă  Alfama », regrette-t-il, craignant de devoir quitter son quartier d’enfance car, avec sa retraite de 600 euros, il n’a plus les moyens d’y vivre. »Â  Article Ă  lire lĂ  : lĂ .

PĂŽle Emploi : Ma nouvelle conseillĂšre m’a donnĂ© plein de conseils inutiles tout en sachant que cela ne me concernait pas. Elle dĂ©roulait son truc. A la fin on en a conclu que je n’avais pas besoin d’elle et on m’a remis avec mon ancienne conseillĂšre que j’adore qui ne s’occupe que des personnes qui n’ont besoin de rien (sic) mais qui reste inscrites pour cause d’une Ă©ducation nationale qui ne traite pas bien ses employĂ©s en en faisant des prĂ©caires, des contractuelles. Cela dit l’argent touchĂ© le 25 juillet correspondait bien Ă  des « congĂ©s  » payĂ©s et le 3 aoĂ»t j’ai touchĂ© un peu plus d’un demi salaire de la part de PĂŽle.

Musique : Oulala du grand, du splendide, du tragique, du paradis : El Concierto de Aranjuez de JoaquĂ­n Rodrigo. Mon cƓur se gonfle et crĂ©pite d’amour.

Regret :  C’est pas demain que je vais perdre du poids 😩

IMG_20180812_094233

Penser Ă  : retourner sur la cĂŽte avant la fin de l’Ă©tĂ©. La cĂŽte c’est la fraicheur, le vent et le marchĂ© le plus beau du monde, de France  de Charente-Maritime 😉

Message Ă  tous : arrĂȘtons les emballages superflus.  le vrac! le vrac! Le vrac!

AmitiĂ©s : Anne, Suzy, Coline… PrĂ©cieuses.

DĂ©couverte :   « Oven Heaven » 51 cours Marne 33800 Bordeaux. Sympa et un cafĂ© dĂ©licieux (mais pas donnĂ© : 1€90). J’y retournerai sĂ»rement. Cliquez sur la photo si vous voulez en savoir plus.

IMG_20180812_112239

Culture : sachez que Saint-Mich est une basilique , qu’elle se trouve au cƓur de ma ville, que tout autour il y avait en ce dimanche matin un marchĂ© aux puces que j’ai parcouru pendant presque 2 heures. Personne ne regardait Saint-Mich. D’ailleurs si je ne vous disais pas qu’autour grouillait une foule cosmopolite d’immigrĂ©s locaux (ou descendants) principalement d’Afrique du Nord et de moins du nord et de touristes hollandais et aussi de clients habituĂ©s, pauvres, riches, bordelais de souche et bobos parisiens, me croiriez -vous?

IMG_20180812_102735IMG_20180812_102916IMG_20180812_103002

Bonne fin de dimanche Ă  toutes et tous et bonne semaine !

 

Un dimanche de canicule

Ce matin il a vraiment fallu que je me fasse vi-o-lence pour sortit du lit Ă  8h… Le but : se promener Ă  la fraiche avec les hommes et revenir se calfeutrer Ă  la maison avant midi pour ne pas attraper un coup de chaud.

GarĂ© rue des Augustins : Ouf, le dimanche c’est gratuit! Balade Ă  l’ombre dans un Bordeaux presque dĂ©sert (quand mĂȘme une Ă©lĂ©gante touriste qui fait des photos), on sort des sous au LCL (des sous pas « gratuits » comme le pensait El Joven quand il Ă©tait tout petit) et puis, Ă  l’ombre des tilleuls-platanes du cours Victor Hugo on marche jusqu’Ă  Saint-Mich. Toujours Ă  l’ombre des arbres et des parasols, Ă  la terrasse de mon troquet prĂ©fĂ©rĂ©s (du quartier), on prend cafĂ© allongĂ© pour moi et El Marido un double, thĂ© Ă  la menthe pour El Joven. C’est comme des vacances…

Aux Capus on achĂšte tomates de saisons, bien charnues et pas jolies, melon, framboises,  chorizos chez Don Quichotte, et on se reprend un cafĂ© Ô LĂšve tĂŽt (Ça ouvre effectivement vers 4h30 ou 5h  selon les jours nous apprend la patronne qui se trouve habiter non loin de chez nous. Ce bar oĂč les patates sont pelĂ©es devant vous avant de finir en frites dans les assiettes est connu des noctambules : on y mange traditionnellement une entrecĂŽte/Ă©chalotes confites/frites en sortant de boite. Je n’ai jamais essayĂ©. On peut aussi y manger plus tard. Mais pas trop tard.

Pour nous c’est pas trop la pĂ©riode frites et fourneaux, ça serait plutĂŽt la pĂ©riode salade tomates/ haricots verts (en boĂźte), tartine de sardines Ă  la tomate, etc. Le thermomĂštre affiche 37° dehors. Je n’arrive pas Ă  me faire une raison : je culpabilise de ne pas me remettre aux bouquins de documentation, Ă  la peinture de l’arriĂšre cuisine, Ă  mes bracelets tissĂ©s en perle ou à  la prĂ©paration d’un peu probable vide-grenier. Je voudrais aussi dessiner mais mes petits yeux clignotent… Manque de sommeil.

Une douche fraiche. Je ne vois plus que ça…

Le mot de la fin : à la place de la douche je nous suis fait un mojito sans alcool à ma façon, un pur délice. Demain je recommence et je vous mets une photo.

Recette : La limonade : dans une bouteille qui ferme verser un  jus de citron vert, un jus de citron jaune, de l’eau pour 3 grands verres, du sucre selon votre gout. Secouer bien la bouteille pour que le sucre « fonde ». Mettre 4 glaçons dans chaque verre, ajouter un centimĂštre de crĂšme de cassis, puis faire couler le limonade doucement dessus pour qu’elle ne se mĂ©nage pas avec la crĂšme de cassis et ajouter plein de feuilles de menthe que vous garder dans votre congĂ©lo pour les urgences de ce type 😉 Et voilĂ !

Bonne fin de dimanche !

 

Etat d’esprit du vendredi

Photo : tarte aux nectarines 🙂

Une pĂąte toute faite, 6 nectarines, de la poudre d’amande dessous et dessus, du sucre. Au four Ă  200°, le temps que ça prenne un belle aspect 😉

IMG_20180802_152432

Fatigue : je dors assise. J’éteins la lumiĂšre beaucoup trop tard. 1h ce matin… J’attends « la fraiche » mais cette nuit elle n’est pas arrivĂ©e!

Humeur : excellente.

Peau :  est entrain de perdre ses couleurs rochelaises. 😩 Ici je sors moins, pour cause de grosse chaleur et de manque d’air 😩

420x340_6159

Cheveux : j’ai enfin achetĂ© mon premier shampoing solide. UtilisĂ© ce matin : ça sent  bon, ça mousse bien. C’est pas donnĂ© (8€) alors j’espĂšre qu’effectivement ça dure plus longtemps qu’une bouteille de shampoo. Ce qui est certain c’est que ça fait moins de plastique dans ma poubelle 🙂

Ma conversation surrĂ©aliste de la semaine : Une copine m’a parlĂ© de ma mĂšre comme si elle Ă©tait vivante. J’ai pas compris, j’ai pas relevĂ©.

IMG_20180802_153525

Esprit : ravi. Mon esprit est ravi de constater que ce que nous prenions depuis des annĂ©es pour un banal bonsaĂŻ (que je chouchoute autant que ma propre peau), va faire… DES FLEURS!!!!!!

Cerveau : Toujours victime de l’Ă©ducation nationale : j’ai encore rĂȘvĂ© que je revanis en terminale et que je rĂ©alisais que j’avais dĂ©jĂ  mon bac. Ezst-ce que je vais faire ce rĂȘve TOUS les jours?

Culture : le vide interstellaire. J’ai des bouquins Ă  lire, mais je joue Ă  des jeux dĂ©biles sur mon smartphone… Shame.

PĂŽle Emploi : officiellement sans emploi depuis le 30 juin puisque les contractuelles sont en CDD. Je me dĂ©clare sur PĂŽle, fais une demande d’alloc, etc… Et puis on me dit que je n’aurais rien avant dĂ©but aoĂ»t, au mieux… Et le 25 je reçois 925€ sur mon compte de « ex » employeur (Ă©duc nat). Je n’y comprends strictement rien. Heureusement j’ai rdv lundi avec ma nouvelle Paulette( conseillĂšre PĂŽle).

Musique : https://www.youtube.com/watch?v=mo6gaTsRwYY

IMG_20180802_160857

Regret : Ne pas m’ĂȘtre levĂ©e ce matin Ă  7 heures comme prĂ©vu pour faire un tour en ville.

Penser Ă  : Ă©crire ce bouquin qui dort en moi.

Avis perso : plus ça va et je dĂ©teste les coupeurs d’arbres!

Message perso : fais gaffe toi, heureux crétin, qui sévit dans les parcs et les jardins!

AmitiĂ©s : ex-meilleure collĂšgue et toujours bonne copine dĂ©mĂ©nage dans le coin 🙂

Envie : d’ĂȘtre une grosse bourgeoise qui aurait quelqu’un pour faire les courses, me mĂ©nage et les repas… Et une autre personne pour nettoyer la piscine et faire le potager. Car oui j’aurais aussi une piscine (naturelle, une sorte de source ou de riviĂšre) et un potager (bio).

Bonne journée à toutes et tous et bon weekend!
Sur une idĂ©e Zenopia et Postman en suivant l’exemple de Roseleen.

Prends les flammes et la chaleur de mon cƓur

J’avais Ă©cris un autre post. Je l’ai effacĂ©.

AprĂšs avoir publier ce post (celui que j’ai effacĂ©), je me suis aperçu que le titre Ă©tait trĂšs ambiguĂ«, et, pouvait ĂȘtre interprĂ©tĂ© de diverses façons, ce qui m’a fait rĂ©flĂ©chir sur le sens du verbe « prendre ».  Prendre pour soi? Prendre dans le sens de retirer?

Prends sous entendu : « et garde » = prends le livre qui se trouve sur la table

Prends = enlĂšve « take it away from me ».  Prendre quelque chose des mains de quelqu’un = to take something off somebody

Ou « prendre » comme le feu prend dans la garrigue ?

La chatte prend ses chatons par la peau du cou = The cat picks up her kittens by the scruff of the neck…

Prendre le train. Le voyage prend 2 heures. J’ai pris un sandwich. J’ai pris mon temps. J’ai pris une photo. La photo que j’ai prise.  J’ai pris un verre et je l’ai laissĂ© tomber par terre. J’ai pris un verre avec une amie. J’ai pris mon colis Ă  la poste, cela ne m’a pas pris longtemps, aprĂšs j’ai pris le tram pour rentrer.  On croirait presque le verbe schtroumpfer ! Qu’est-ce qui m’a pris? Prise de remords, je me suis pris la tĂȘte entre les mains. Plus tard je suis passer prendre une amie pour aller chez le coiffeur, « il ne prend pas cher », lui ai-je prĂ©cisĂ©. Comme tous les coiffeurs il nous a demandĂ© si nous prendrions un cafĂ©… En rentrant l’appartement avait Ă©tĂ© visitĂ© : ils avaient tout pris, il ne restait rien ! Alors j’ai pris un hĂŽtel. Le lendemain la police a pris mes cambrioleur la main dans le sac dans un autre appartement. Je ne sais pas ce qui m’a pris : j’ai embrassĂ© le policier! « Oh oui, prends-moi, lĂ  , tout de suite! » Et hier pas de vaine, mon psy n’a pas pu me prendre, lui. Ne me dites pas de conneries du genre… mais oui, vous savez trĂšs bien! Ça ne prend pas avec moi!!! De toutes façon je ne sais pas comment je dois prendre tous ces petits sous entendus… La derniĂšre qui m’a Ă©nervĂ©e, je vous prĂ©viens : elle a pris cher! Bien mal lui en avait pris! Non mais! Faut pas me prendre pour un jambon.  Mais je prends sur moi lĂ , je prends sur moi. Je ne vais pas m’en prendre Ă  vous.  Tiens, ma soeur a pris un  amant, elle l’a rencontrĂ© alors que son sac s’Ă©tait pris dans la porte du tram. Je le croise dans la rue, je le prends pour  Macron. ouf, y’avait eu mĂ©prise, c’Ă©tait pas lui.  Quoi qu’il en soi je l’ai pris en affection. Paf, le tĂ©lĂ©phone sonne : c’est lui! Je dis Ă  ma sƓur « Tu le prends? »… Il lui dit qu’il a pris un chat, si elle est contente? Bah oui, elle le prend bien. Pendant ce temps je sors mon gĂąteau du four, il a pas bien pris, il est tout ratĂ©. Mais je m’Ă©gare. Reprenons! oĂč en Ă©tais-je? Pour aller au Capu, je prends par Nasouty ou pas?  Je me suis prise Ă  rĂȘver… Je me prenais pour une reine… Je m’y prends un peu tard. Je me suis trop pris les pieds dans le tapis… Un type m’a prise pour une autre, je vous le raconterai, demain.

N’oubliez pas de prendre vos pilules divers et variĂ©es avant de dormir.