Celui qui m’avait prise pour une autre

Je suis en terrasse place d’Armes, la terrasse du cafĂ© de la Paix. Pas cĂ´tĂ© rue, sur la place, les serveurs et les serveuses doivent traverser la rue. 10h40. Je n’ai pas encore commandĂ© mon cafĂ©. Un type tout pomponnĂ© et rasĂ© de frais, chemise bleue marine neuve, fort probablement, aux jolis motifs en losanges blancs et violets, s’avance vers moi tout sourire, sans hĂ©sitation, bien content :

-Bonjour! » dit-il. Je le regarde un peu Ă©tonnĂ©e, ce n’est visiblement pas un serveur, en plus il n’arrive pas du bon cĂ´tĂ©.

-Sarah-Belle? S’enquiert-il. Je le regarde, les yeux rond.

-Pardon? Lui dis-je?

-Ah excusez-moi, ce n’est pas avec vous que j’ai rendez-vous que j’ai rendez-vous alors? »

Il tourne les talons très vite, confus, il es devenu rouge. Je n’ai mĂŞme pas eu Ă  rĂ©pondre.

15 minutes maintenant qu’il attend sous les platanes. Il regarde dans tous les sens et consulte frĂ©nĂ©tiquement, compulsivement, son smartphone. Il est Ă  l’ombre, un peu cachĂ©, en retrait… 20 minutes! Je touille mon grand crème, non!!!!!! Il se barre! Non!!! reste! Elle va arriver! Je voulais la voir moi, Sarah-Belle! Non : il aborde une autre femme. Mince : elle Ă©tait avec son mari qui marchait quelques pas derrière. Il est de nouveau très nerveux, allume une clope et ne dĂ©colle plus les yeux de son Iphone. Il est rouge, il n’en peut plus. Il revient vers ma terrasse… et  non : traverse la rue et monte dans sa Porshe Cayenne grise! A misère! Folle Sarah-Belle qui laisse partir le pauvre Ă©namourĂ©, rasĂ© de près, avec sa belle chemise neuve et sa voiture de luxe!

Il s’assoit devant son volant. Il est indĂ©cis. Il ne dĂ©marre pas. 5 minutes passent. Il dĂ©marre la voiture :  il faut se rendre Ă  l’Ă©vidence, elle lui a posĂ© un lapin. Il lui avait donnĂ© 30 minutes. Il sort doucement de sa place de parking et se mĂŞle Ă  la circulation (ça c’est pour faire joli, car n’y pas vraiment ce que l’on appelle « de la circulation »).

Je touille mon cafĂ© et regarde l’heure sur mon smartphone, j’aperçois El Marido qui arrive. J’avais une demie heure d’avance.