C’ est quand les vacances?

J’ai juste envie de me rĂ©fugier dans les cheveux d’or de la fille auprĂšs de qui je dors comme dans une araignĂ©e dans sa toile… L’amour ne peut plus voyager, il a perdu son messager…

La semaine a Ă©tĂ© fatigante, stressante… Suante… « Il est parti dans le ciel bleu, comme un oiseau… »

Hier je finissais Ă  15h30 et pourtant, je suis restĂ© jusqu’Ă  16h30 dans mon CDI, lumiĂšre Ă©lectrique Ă©teinte : Ă  mon bureau il n’y en a pas besoin, mais dans le fond de la salle oui… Et un seul interrupteur pour tous les plafonniers … Bref, je suis restĂ©e lĂ , Ă  travailler seule… Dans le silence… En attendant que la pression retombe. je n’avais pas envie de repartir vers la maison Ă©nervĂ©e comme j’Ă©tais. Deux petites 6Ăšmes adorables sont restĂ©es lĂ  aussi, attendant l’heure oĂč les parents viendraient les chercher. l’un lisant la BD Anne Franck (lisez-lĂ ! franchement vous ne serez pas déçu, vous serez surpris de l’aimer autant) et l’autre « Les enfants de la rĂ©sistance ». Deux des BDs que j’ai acquises l’an dernier pour mes Ă©lĂšves et qui cartonnent.

La semaine avait Ă©tĂ© rageante, mal organisĂ©e, les emplois du temps mal faits par K. la surveillante H toujours « de mala leche » limite agressive, quasiment me demandant des comptes. Je la renvoie dans les ronces de plus en plus vertement… Et je vais finir par l’envoyer valser un bon coup…

Vendredi : journĂ©e d’intĂ©gration des 6Ăšmes. JournĂ©e de dĂ©sintĂ©gration devrait-on dire… « pour l’enfant que j’Ă©tais… Pour l’enfant que j’ai fait… » J’apprends quasiment pas hasard que j’accompagne (avec 5 autres profs) les 6Ăšmes au jardin public 😩 Juste parfaitement le genre de choses que je dĂ©teste. Je ne suis pas prof de ballon. Je dĂ©teste me dĂ©placer avec une horde de gamins en furie. Je suis prof-doc : la reine du silence et du « chut ». Bref.

Midi : alors qu’on regroupe les malfrats pour l’appel, un attroupement se forme Ă  l’autre bout de la cour… Un gamin au sol qui convulse, du sang dans les cheveux. Il a perdu connaissance. Un autre gamin l’a apparemment rouĂ© de coup de pieds dans la tĂȘte et le dos aprĂšs lui avoir arrachĂ© des cheveux et broyĂ© les doigts. Plus l’histoire se raconte plus elle enfle comme la sardine dans le port de Marseille. Le fait est que le gamin (qui devait partir au jardin public) est inconscient. K au tĂ©lĂ©phone avec le 112… Moi je demande dans ma tĂȘte (ne versons pas d’huile sur le feu) oĂč Ă©taient ces foutus pions…

On part finalement sans l’agresseur et l’agressĂ©. (qui passera le reste de la journĂ©e aux urgences). Le pique nique avec les gosses est encore pire que ce que j’imaginais. C’est loin d’ĂȘtre gagnĂ© l’Ă©ducation des mĂŽmes… Suis vraiment choquĂ©e de les voir mettre des pommes (et des petites bouteilles d’eau) Ă  la poubelle parce « j’aime pas ça » et eux Ă©tonnĂ©s de m’entendre leur demander si ils ont demandĂ© Ă  leurs camarades « si ils voulaient une pomme pour plus tard? » et eux stupĂ©faits de me voir sortir des pommes de la poubelle. Pff. Y’a des moments oĂč je les dĂ©teste. Ils me faisaient honte de crier autant et d’ĂȘtre aussi grossiers devant les gens qui Ă©taient venus passer un moment de dĂ©tente dans ce « havre de paix »…

Bien sĂ»r toujours mes petits chouchous : le rĂȘveur sous arbre qui regarde le ciel et joue avec des petits bĂątons, la petite qui me supplie d’ouvrir un club thĂ©Ăątre, celle qui me dit que je suis sa prof prĂ©fĂ©rĂ©e… Et puis tous ceux qui sont supers sympas (bien les 3/4)… Mais bon : c’Ă©tait grosso modo une bonne grosse corvĂ©e!

De retour au collĂšge je devais remonter dans mon cidi-aille… Malheureusement pas pour ĂȘtre au calme, mais parce qu’un jeu de piste Ă©tait organisĂ©… Et j’ai vu 85 gosses par groupe de 3 ou 4 dĂ©filer pour avoir un coup de tampon sur leur fiche de « chasse au trĂ©sor »… Je les aimes, hein, faut pas croire, et je rigole avec eux. Mais bon… Y’a des jours j’aimerais mieux avoir que des enfants bien Ă©levĂ©s… PlutĂŽt que cette horde sauvage qui dĂ©ambule dans l’Ă©tablissement…

Autrement on a Ă©tĂ© au cinĂ© voir « les vieux Fourneaux » et on a passĂ© un vraiment bon moment.

Bisous et bon weekend.