État d’esprit du vendredi

La photo de la semaine :

Dans cette rue ne doivent circuler que les trams et les vélos et les piétons.

AmitiĂ© : Hier passĂ©e une bonne partie de la journĂ©e avec ma niĂšce Ă  papoter en buvant du cafĂ© Ă  la terrasse de l’Utopia sans avoir ni chaud, ni froid… Juste en regardant les gens qui passent et en parlant du petit chien qu’elle veut adopter et de sujets aussi plus personnels. C’Ă©tait sympa, tranquille, apaisant.

Le message surrĂ©aliste de la semaine : Une montĂ©e dans le tram il s’est vite arrĂȘtĂ© :  » Mesdames et messieurs un convoi spĂ©cial transportant une grue s’Ă©tant bizarrement paumĂ© en centre ville et Ă©tant bloquĂ© juste devant nous, je ne peux pas avancer et suis obligĂ© de vous demandĂ© de sortir par la porte avant Ă  cĂŽtĂ© de la  cabine ». Le tram Ă©tait bondĂ©, ça a pris un certain temps. Tout le monde disait gentiment « au revoir » au chauffeur. J’ai marchĂ© 20 minutes jusqu’Ă  la barriĂšre oĂč j’ai retrouvĂ© El Joven. On a marchĂ© encore et finalement alors qu’on Ă©tait presque arrivĂ© on a pu prendre « le » tram pour rejoindre notre arrĂȘt.  C’Ă©tait mon sport forcĂ© du jour.

Humeur : Je regarde le parc de l’immeuble , les feuilles jaunes et rousses… J’aime tellement mieux l’automne que l’Ă©tĂ©. On ne chauffe pas. La porte fenĂȘtre est ouverte : mĂȘme pas froid!

El Joven : a les cheveux blonds foncĂ©s qui poussent de plus en plus (forcĂ©ment), souvent il les attache avec un de mes Ă©lastiques. Il ne s’habille plus que de noir. Il est trĂšs grand, trĂšs mince. Son bulletin est bon mĂȘme si le passage Ă  la seconde dans un Ă©tablissement « rĂ©putĂ© » a fait un peu chuter ses notes, elles restent trĂšs bonnes.

El Marido : Ă  sorti sa casquette en tweed. Ou plutĂŽt c’est moi qui l’ai sorti pour lui, un jour oĂč il allait geler.

SantĂ©: J’achĂšte des kilos et des kilos de pommes et de kakis au marchĂ© de producteurs ou au Capu. Mon jean commence Ă  m’ĂȘtre un peu grand… Est-ce qu’on a le droit de manger ça quand le diabĂšte est lĂ ? BientĂŽt un Ă©niĂšme rdv chez ma toubib.

Fatigue : je bois du café que je fais avec ma cafetiÚre électrique. Filtres compostables.

Miam : Ça sent la soupe au potiron et les pommes reinettes  qui cuisent. Il n’y a rien de meilleur que cette odeur lĂ .

Esprit :  VoilĂ  novembre qui s’achĂšve dans un doux soleil d’automne, une odeur de terre mouillĂ©e et de feuilles d’arbres rousses froissĂ©es.

Cerveau : Vocabulaire : Folksonomie : Étymologie : mot valise entre « folk » (usager) et « taxonomy » (ou taxinomie en français : rĂšgles de classification). Processus de classification collective par des mots-clĂ©s librement choisis ou le rĂ©sultat de cette classification (ouvert en lecture et en Ă©criture) // indexation par l’usager. Vocabulaire non-normalisĂ©, non-structurĂ©, non-spĂ©cifique Ă  un domaine, sans relation sĂ©mantique ou hiĂ©rarchique (c’est-Ă -dire ≠ thĂ©saurus et liste de vedettes).

Culture : je bouquine du Agatha Raisin. je ne sais pas si c’est de la culture…

PĂŽle Emploi : pour mon problĂšme de trop perçu je n’aurai pas de rĂ©ponse avant fin janvier. Ce mois-ci alors que je n’ai pas travaillĂ©, j’ai reçu une petite rĂ©munĂ©ration de l’Ă©duc nat. J’ai fait un mail au rectorat (on ne peut pas les avoir au tĂ©l) pour demander Ă  quoi cela correspondait et si je pouvais avoir un justificatif Ă  fournir Ă  Paul. Car si je dĂ©clare Ă  Paul que je n’ai pas bossĂ© mais que j’ai nĂ©anmoins Ă©tĂ© rĂ©munĂ©rĂ©e, je vais encore ĂȘtre partie pour un futur trop perçu… 😩 Grr. Affaire en cours!

ImpÎts : en attente de réponse.

Regret : Il ne faut avoir aucun regret pour le passĂ©, aucun remords pour le prĂ©sent, et une confiance inĂ©branlable pour l’avenir… C’est pas moi qui le dit c’est JaurĂšs, l’homme que tout le monde reprend Ă  sa sauce.

Penser Ă  : tout.

Envie : d’une troisiĂšme tasse de cafĂ©.

Bon weekend Ă  toutes et tous!

dW7Xg