Le zéro déchet (ou presque!), c’est pas compliqué (ou presque!)

Allez hop, je me lance pour l’article « Le zéro déchet c’est pas compliqué » de la semaine! Oui,enfin, le 1er ! Ça fait longtemps que je voulais le faire, alors c’est parti!

Je sais pas si vous avez regardé Cash Investigation cette semaine? Je parie que la plupart d’entre vous va me dire dire « Non », parce qu’il semble qu’aucun de mes amis ne regarde jamais la télé. Bref, si vous avez regardé la tv, vous aurez vu comme moi le Cash Investigation sur le plastique : comment vivre sans et  son « recyclage » en Malaisie 😦 Affligeant. Le reportage de « cash » n’est peut-être pas encore en ligne. En revanche vous pouvez regarder ce petit reportage (n’oubliez pas de zapper la pub 😉 qui parle du même sujet.

Un truc dont je suis super heureuse c’est que le gros boum des couches lavables (pour bébé) ait eu lieu juste au moment ou El Joven (à cet époque c’était El Bebe) n’en avais plus besoin. J’aurais me sentir totalement obligée d’y passer, car j’avais été vraiment horrifiée  de remplir des poches poubelles de putains de couches jusqu’à ce que le petit soit « propre ». J’imaginais une décharge constituées de millions de couches et j’étais complètement effarées. Mais revenons à nos moutons : que fais-je déjà et que puis-je faire pour réduire  les montagnes de déchets que ma ville doit traiter chaque jour?

Bon, qu’est-ce que je fais déjà?

Depuis des années je refuse toutes les poches/sacs en papier ou en plastique que l’ont veut si gracieusement me refourguer quand j’achète quelque chose : j’ai toujours sur moi deux ou 3 tote-bags (sac fourre-tout) et à l’intérieur environ 4 poches/sacs en tissus très fin pour les fruits par exemple. Si je vais faire le marché, j’emporte en plus des poches/sacs en papier que je prends les fois où j’ai pas prévu de faire des courses ou oublié de prendre mes sacs en tissus. Bon du coup je n’ai pas de sac à main : juste un tote, avec d’autres tote dedans et mon bazar.

tote.jpg

Je n’achète pas de bouteilles d’eau. J’ai une gourde en alu que je trouve un peu lourde pour quand je sors, alors je ne la prends pas aussi souvent que je voudrais, mais au taf c’est pratique : je la remplie au robinet, ou je demande à un élève de le faire pour moi, parce que je suis pas entièrement libre de sortir quand je veux.

Je n’ai pas acheté de bouteilles de shampooing ou de gel douche ou de savon liquide depuis un an ou deux. J’achète du shampoing solide, en forme de savon et des savons le plus naturels possible. Pour Thib je prends du shampoing/gel pour le corps dans une bouteille (plastique) que je recharge depuis plus d’un an à une « fontaine ». J’achète en vrac le plus d’aliments possible : riz, sucre, farine, raisins secs, lentilles etc. J’achète le minimum de produits ménager. Quasiment pas. Par exemple je nettoie les vitres avec du vinaigre et un torchon. J’ai encore du produit vaisselle, mais je ne vais pas en racheter, le savon de Marseille sur l’éponge fait l’affaire une fois sur deux, donc il peut le faire tout le temps. Pour la plaque à induction, pareil : savon de Marseille.

savon

C’est bien joli tout ça, mais qu’est-ce que je ne fais pas? Qu’est-ce que je continue à faire et que je ne veux plus faire?

Alors y’a un truc qui me chagrine ce sont les boites à pizza. Chaque semaine on mange de délicieuses pizza achetées chez notre pizzaiolo préféré, qui fait lui même sa pâte et fait des pizzas avec des tomates fraiches, etc. Un délice. Mais à chaque fois : 3 cartons à pizz’ dans la poubelle à recyclage 😦 A Pô (où j’habitais avant, je rapportais les boites, d’une fois sur l’autre pour ne pas les gaspiller). Ici les pizzas sont déjà dans les boites quand on passe les chercher. Faut que j’en parle avec lui. Comment s’organiser pour arrêter cet énorme gaspillage de boites en cartons?

Les pots de yaourt : à moi seule je mange deux yaourt par jour. Nature. Deux pots en plastoc/jour minimum dans la poubelle, El Joven aussi en mange aux myrtilles ou au fraises et El Marido aussi… La solution serait de se remettre, encore une fois, à faire nos propre yaourt! La yaourtière est dans le placard! Y’a plus qu’à! Ca me saoule rien que d’y penser.

Yaourt-maison.jpg

Pour le lait? Ça fait un bail que je prends les tétra-packs (qui contiennent aussi du plastoc) plutôt que les sales bouteilles en plastique, mais bon… Faut bien un emballage autour du lait? Bouteilles en verre? Je ne sais pas s’il y en a, pas l’impression.A voir.

J’aimerais aussi  me passer des récipients en plastique des sushis… Des nouilles du vietnamien… La solution ? Passer avant pour donner son contenant en verre. Du coup ça élimine l’achat de dernière minute. Chercher une solution.

Le déo. J’utilise un déo industriel. Celui le moins chimique, avec le moins de plastique autour. Mais c’est quand même trop. Pas de déo du tout : ça le fait pas. J’ai essayé un déo bio compact dans une petite boite : la réaction chimique est pas terrible : ça pu beaucoup plus que mon odeur naturel. Trouver une autre marque ou fabriquer le mien? Écrire à l’entreprise pour qu’il fasse un emballage en carton recyclé autour de mon déo?

Et vous? Vous en êtes où? On partage nos expériences?

Bonne soirée et bonne fin de weekend!

 

30 commentaires sur « Le zéro déchet (ou presque!), c’est pas compliqué (ou presque!) »

  1. Il est beaucoup question de ces sujets autour de moi (et avec moi partie prenante), je n’ai pas du tout envie de remettre ça ici, car même les sujets intéressants et primordiaux finissent par gonfler…

    Bon je te dis quand même que j’utilise du liquide vaisselle, de marque « bionatura », dans une bouteille en plastique que je vais bientôt faire re-remplir chez le marchand, et que ce liquide ne nettoie pas que la vaisselle : il est aussi très bien, pas agressif, pour les vieux disques vinyles récupérés crasseux.

    En cherchant un lien, j’ai découvert le suivant qui est pile en rapport avec ce que j’écrivais :
    http://droguerie-neige.com/nos-gammes/lessives/

    1. Sympa la droguerie!
      Moi aussi j’utilise mon liquide vaisselle bioquelquechose pour beaucoup plus de choses que la vaisselle 😉
      Merci pour le lien, même si je ne vais pas allée à Tulle, ça donne des idées. Comme utiliser des copeaux de savon de Marseille…

  2. Je n’ai pas vu l’émission d’Elise Lucet.
    Je suis à cent lieues de ce que tu fais à part le tri sélectif, je ne fais rien d’autre. Les yaourts, je suis aussi une grosse consommatrice, mais je me vois mal les faire (manque d temps !), j’ai jeté (il y a longtemps) la yaourtière.
    Je suis contre tous ces produits ménagers, mais à la maison ce n’est pas moi qui m’occupe du ménage :il y a une personne qui vient chez moi, une fois par semaine et elle me demande d’acheter un produit pour ça, un produit pour ci, une éponge pour ci et une éponge pour ça! Si c’est moi qui fait le ménage (environ une fois par an, j’utilise du vinaigre (idem comme assouplissant dans le lave linge).
    Pour les courses (ce n’est pas moi non plus qui m’en occupe), c’est essentiellement le drive, et pour les fruits et légumes, nous allons chez « Gran Frai ».
    Il y a encore du boulot, chez moi, mais je n’ai pas envie de m’embêter surtout par manque de temps.
    Bon dimanche.
    Bisous.

    1. Hello Chutney,
      peut-être acheter au drive des produits ménager certifiés bio pour la personne qui fait le ménage? Je sais pas je dis ça comme ça… Je ne connais pas « Gran Frai » mais il doit être possible d’utiliser les mêmes poches d’une fois sur l’autre ou des poches en tissus pour les fruits et légumes 🙂
      Bonne semaine
      Bisous

      1. Grand Frais est une moyenne surface essentiellement de fruits et légumes.
        J’utilise, comme toi, une gourde en alu, que je remplis. De tous petits gestes, c’est déjà pas si mal.
        Bonne journée.
        Biz.

  3. J’ai trouvé la solution depuis que je suis allée à Tahiti, pour le deo, je mets un peu de monoi sous l’aisselle et hop une pincée de bicarbonate de soude. Je transpire énormément et franchement je trouve ça très efficace. Le souci du monoi c’est qu’il faut le faire fondre vite fait dans l’eau chaude l’hiver.
    Pour les yaourts, c’est le circuit court avec pots en verre consignés.

    1. Je vais essayer de faire le mien avoir du bicarbonate. Ça ne t’irrite jamais?
      Pour le monoï pourquoi ne le mets tu pas dans un petit pot, comme ça pas besoin de le faire fondre pour l’utiliser, non?
      Tu prends tes yaourts où? Dans une amap?

      1. Pour le bicarbonate, je prends du bicarbonate pharmaceutique, très fin, et non, ça ne m’irrite jamais. Le monoi solidifié ça s’étale pas bien. Mes yaourts je les prends par l’intermédiaire d’une association de produits courts bio, il y a aussi des fromages ou yaourts de chèvre, de la farine, des oeufs… et parfois des gambas 😉

        1. Ah ok pour le bicarbonate. En effet j’ai l’impression qu’il y a un éventail de qualités différentes… Je vais essayer.
          Pour les yaourts j’ai fait ça avec l’amap dans laquelle j’étais avant de démanger : mais les yaourts étaient au lait entier et je préfère manger des yaourts moins gras. En revanche vive le fromage de chèvre! 🙂

  4. Heu…. je ne te dirai pas ce que je fais ou ne fais pas parce que tu ne voudra plus être ma copine après… Bon, une petite chose récente: tous les automnes, je m’achète des nouvelles fringues, mais cette fois-ci, j’ai décidé de ne pas le faire, parce que la production et les transports de fringues sont des processus hyper polluants.

    1. Mais si je serai toujours ta copine 😛 T’inquiète, je sais bien que tu n’es pas super branchée écologie et ça ne m’ a jamais empêché de t’estimer 🙂
      Bon j’espère qu’il te reste assez de fringues convenables. Mais c’est un bon début.
      Perso j’aime beaucoup acheter des fringues. Il faut que j’en achète de meilleur qualité (pas si facile) pour en consommer moins! Je mets au secours Catho (ou recyclage) toutes les fringues que je ne porte plus ou je les revends sur internet pour leur donner une vie plus longue et ne pas perdre complètement mon argent 😉

    2. Ne t’inquiète pas Docteur Caso, ce que nous faisons sert essentiellement à nous donner bonne conscience. Je ne peux pas t’en vouloir, à moins que tu sois à la tête d’une entreprise destructrice et pollueuse…

      1. Je n’ai pas les mêmes motivations que toi, Christophe. Moi ce n’est pas pour me donner bonne conscience (je n’y arrive pas) mais parce que j’ai la trouille du monde qu’on se prépare, vraiment la trouille, et que je veux faire tout ce que je peux pour limiter les dégâts.

        1. Mon commentaire était du genre « je me fous de la gueule du monde (y compris de la mienne) », car j’aime bien faire cela même sur ce sujet, c’est mon côté punk, ça me détend. Je trouve qu’en général on est toujours trop sérieux, même avec les choses très sérieuses ; c’est ainsi que des militants deviennent milichiants…

  5. J’ai fait mon propre déo et je l’adorais et il était efficace et très économique. Ça fait des mois que je dois en refaire et que je ne le fais pas par manque de temps… Cette semaine, je m’y mets. Je te donne la recette si tu es intéressée. Les ingrédients se trouvent en magasin bio et il faut d quoi faire un bain marie et un petit fouet.

  6. Ce n’est pas facile d’arriver au « zéro déchet », loin de là! Mais si tout le monde en parle le sujet serait sur le tapis tout le temps et l’effet boule de neige ferait de l’écologie un mode de vie populaire. C’est vrai qu’il faut du temps, de la gestion et de l’investissement personnel, nous avons tous (toutes) de réussites et des échecs, parfois les mauvais gestes reviennent mais si on voit tout le parcours engagé ces 10 dernières années, ce n’est pas mal !!!

    J’habite à la campagne et faire 60 bornes pour chercher des produits en vrac me fait mal au cœur, donc les recettes maison des produits d’hygiène sont les bienvenues! Dans notre village nous avons uniquement un tri pour le verre et un autre pour les emballages (carton, plastiques, conserves, etc.) ce n’est pas le top! et il y a un an nous avons accueilli 3 poules, donc on arrive au « zéro restes » au moins ça!

    1. Entièrement d’accord : plus on en parle, plus ça devient naturel 🙂
      Depuis les années 70 on avait fait vraiment un très mauvais parcours et c’est indispensable de revenir à moins de plastique 🙂 Et oui depuis l’âge qu’à mon fils (16 ans) j’ai indéniablement énormément réduit ma conso de plastique et de toxique en tous genre , comme toi, comme beaucoup de mes amis et c’est tant mieux.
      Les poules c’est génial 🙂 Mon frère en a 3. Nous nous sommes en appart….
      Nous avons un lombricomposteur dans l’arrière cuisine.

  7. C’est un sujet qui me passionne, je suis effarée du nombre de personnes qui ne se sentent absolument pas concernées, c’est ainsi, je fais ce qui me semble ma part et j’évolue dans ce domaine comme dans d’autres.
    J’achète très peu d’objets en général et encore moins de neufs. Si je regarde la composition d’aliments transformés, je les repose souvent dans les rayons, sachant que je vais très peu dans les grandes ou moyennes surfaces. Je vais aux Capus, un peu à Biocoop, à la Recharge -où vous trouverez de grands yaourts nature, très bons, notamment en pots de verre consignés- et j’ai un 1/2 panier d’Amap. Je n’achète pas d’eau en bouteille, je lave la vaisselle au savon de Marseille et aussi à la machine je ne sais pas si j’en rachèterai une. Je n’ai quasiment pas d’appareil électrique pour la cuisine, j’utilise un presse-purée et une râpe à légumes mécaniques. Le grille pain et le mixer-blender attendent d’être réparés, je ne sais pas si c’est possible.
    J’ai décidé de ne plus prendre l’avion sauf si mes filles s’installent définitivement à l’étranger et que c’est quasiment le seul moyen de leur rendre visite.
    En fait, tout ça fait l’objet de négociations entre moi et moi, j’essaie d’être souple surtout pour mon entourage même si je dis ma façon de voir les choses, de préférence avec le sourire.
    Et puis, le plus important, c’est que j’ai vécu ainsi dans ma famille. Nous consommions ce qui était produit sur place, nous avions deux grands jardins entretenus par ma mère, mes parents achetaient très peu par économie et par manque d’intérêt aussi, je ne les ai jamais entendu dire : j’ai envie, je rêve d’avoir ceci ou cela. L’air de rien, ça laisse des traces.
    Bon, je vais m’arrêter là en nous souhaitant de progresser à notre rythme afin d’être le plus en harmonie avec notre propre éthique.

    1. Nous allons toutes les deux aux Capus (peut-être en même temps? 🙂 ) et au Biocoop! (Le même? Va savoir…) je passe souvent à La Recharge aussi… Pas essayé les yaourts là-bas, je vais faire les miens de toutes façons 😉
      Je te rejoins avec la rappe à légumes : j’ai une moulinette à l’ancienne trouvée à St-Mich, très solide.
      Je me demande si ils ne réparent pas les grilles-pains à l’Emmaüs du cours de la Somme? Je demanderai.
      En tous cas merci pour ton commentaire 🙂 C’est sympa de partager nos expériences!
      Et si tu veux prendre un café chez Jean-Mi fais moi signe 😉

      1. Je vais à celui du cours Pasteur. Merci de demander à Emmaüs s’ils réparent les grille-pains et autres appareils.
        Et je fais signe car je veux bien prendre un café chez Jean-Mi.

  8. Rapidement, en vrac et de façon non exhaustive :
    – J’ai utilisé des couches lavables pour ma fille née il y a 10 ans (on faisait moit-moit, pour les changes en déplacement, c’est quand même plus facile les jetables, mais on se déplaçait peu…). Même la crèche s’y était mise 🙂
    – Je n’achète pas de produits ménagers industriels et je fais tous mes produits moi-même, y compris la lessive, mais à l’exclusion du liquide vaisselle (pas – encore – trouvé de recette satisfaisante !)
    – Je fais environ la moitié de mes produits cosmétiques maison (j’en consomme très peu à la base, donc c’est pas contraignant)
    – Nous achetons/consommons très peu de façon générale et faisons durer au maximum ce que nous avons déjà (meubles, appareils électro, vêtement, etc.)
    – Nous recyclons-compostons au maximum de ce qui est possible sur notre commune, y compris le verre
    – Nous essayons d’acheter le moins possible de produits sur-emballés et j’utilise comme toi mes propres sacs de course réutilisables
    – Je n’achète pas d’eau en bouteille et n’utilise que des versions durables de tout ce qui est jetable traditionnellement (de type essuie-tout > torchons, kleenex > mouchoirs en tissus, etc.)

    Le point noir pour nous, c’est la voiture car nous habitons à la campagne et sommes obligés de l’utiliser beaucoup, un peu malgré nous (peu ou pas du tout de transports en commun).

    1. Hello isis,
      merci de partager ton expérience 🙂 je ne suis pas encore revenu aux mouchoirs en tissus mais j’y pense très sérieusement. je me rappelle très bien quand ma mère a commencé à acheté des paquets de Kleenex et décrété qu’elle ne voulait plus laver de mouchoirs en tissu parce que c’était « dégoutant »… j’avais été choquée de ce nouveau gaspillage. Ma mère étant très écolo dans toutes ses pratiques, c’était étonnant. Et puis c’est devenu la norme. Je ne vois pas où je pourrais acheter des mouchoirs en tissu? Et toi?
      Bises

      1. Coucou,
        Je n’ai pas acheté un seul mouchoir en tissu. Ils viennent tous soit de mon enfance par ma mère (ma sœur n’est pas intéressée par ce type d’article donc c’est moi qui ai tout récupéré !) soit du côté de M. Isis, qui vient d’une famille où il y en avait plein aussi !
        Mais, en googlant vite fait, je vois qu’on trouve ça assez facilement : https://www.becquet.fr/becquet/rayon.jsp?r=550
        On doit sûrement trouver ça ailleurs dans de vraies boutiques ?

        On m’a déjà aussi fait la réflexion : »quoi, mais tu laves tes mouchoirs à la machine avec ton linge ??? »
        « Bah oui, tu y mets bien tes petites culottes, non ? »
        « Ah ben ouais, c’est pas faux… »

        Quant à savoir si les mouchoirs lavés sont dégoutants ou pas, franchement, sur la quantité de mouchoirs que je lave régulièrement, il y en a peut-être quelques uns qui sont un peu plus imprégnés que les autres, et encore… S’ils ressortent pas trop nets, e relave une deuxième fois en machine, et hop, tout beau tout propre.
        (Ma grand-mère faisait tremper à l’eau chaude les mouchoirs les plus tâchés. Je ne l’ai pour ma part jamais fait.)

  9. Je fais quasiment les mêmes choses que toi ! Pour le déo, j’en trouve des faits par une femme de ma région, dans des petits pots en verre, qui sentent super bon. Je crois qu’elle s’est inspirée de cette marque française : https://www.officialveganshop.com/deodorant-le-fleuri-clemence-et-vivien-8465.html

    Sinon, on achète aussi des brosses à dents en bambou même si ça coûte un bras, surtout celles pour enfants qui finissent mâchouillées au bout d’une semaine :/

    Ah oui, et je fais ma propre lessive au lierre ! Très facile à faire et gratuite. (Bon, j’ai quand même toujours un paquet de lessive industrielle pour les fois où je n’ai pas eu le temps d’en refaire, car ma bouteille me dure environ 3 semaines).

    Mais ces temps-ci, c’est un peu la galère financièrement, alors on s’est remis à acheter plus de choses au supermarché, et donc dans des emballages en plastique :/ Ça ne me plaît pas du tout, mais c’est difficile de faire autrement pour le moment…

  10. Hola Cara,
    Je vais regarder ton lien.
    Pour les brosses à dents toutes celles que j’ai essayé en bois ou bambou étaient trop dures pour moi et me faisaient saigner… 😦
    Lessive avec du lierre? Tu fais comment?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s