Je ne teul’fais pas dire! 8Ăšme Ă©dition

Le  « Je ne teul’fais pas dire! »  nouveau est arrivĂ©! Vous pouvez le reprendre chez vous, y rĂ©pondre dans les com’, en faire ce que vous voulez en tous cas 
  ça me fera plaisir de vous lire! 🙂 Pour copier les questions toutes prĂȘtes sans vous embĂȘter il faut dans la colonne de droite sur le canevas.

J’ajoute ici les liens vers les blogs qui participe :Roseleen, Dr Caso, Peru y Francia, Valvita, Blanche, Catsud, si j’ai oubliĂ© de vous ajouter dites le moi

Aujourd’hui je me sens : plutît bien plutît sereine.

Ce matin la premiĂšre personne Ă  qui j’ai parlĂ© une fois sortie de la maison : c’Ă©tait pas ce matin! Diantre, je n’ai pas Ă©mergĂ©e avant midi! Heure Ă  laquelle j’ai rĂ©veillĂ© El Hoven et El Marido!!!

teacup1

J’ai Ă©tĂ© super contente de : mardi, de marchander Ă  4€ une tasse « Coalport » miniature du XIXĂšme siĂšcle aux puces.  C’est pas vraiment pour la garder je pense la revendre sur ma boutique Etsy en construction. Quelqu’une parmi vous Ă  une boutique Etsy?

Ça m’a franchement Ă©nervĂ© de : que le chat vomisse encore une fois sur la moquette du salon 😩 (Qui va bientĂŽt ĂȘtre remplacĂ©e heureusement par du parquet flottant).

Ma conversation/situation surrĂ©aliste de la semaine : avec ma future chef d’Ă©tablissement.

Je suis grognon : non.

Nan, mais franchement, tu trouves ça normal de/que :

C’est exquis de : lire Queneau :

« Doukipudonktan, se demanda Gabriel excĂ©dĂ©. Pas possible, ils se nettoient jamais. Dans le journal, on dit qu’il y a pas onze pour cent des appartements Ă  Paris qui ont des salles de bains, ça m’étonne pas, mais on peut se laver sans. Tous ceux-lĂ  qui m’entourent, ils doivent pas faire de grands efforts. D’un autre cĂŽtĂ©, c’est tout de mĂȘme pas un choix parmi les plus crasseux de Paris. Y a pas de raison. C’est le hasard qui les a rĂ©unis. On peut pas supposer que les gens qu’attendent Ă  la gare d’Austerlitz sentent plus mauvais que ceux qu’attendent Ă  la gare de Lyon. Non vraiment, y a pas de raison. Tout de mĂȘme quelle odeur. Gabriel extirpa de sa manche une pochette de soie couleur mauve et s’en tamponna le tarin. »

IMG_20191107_101918

Ça me rend extatique : de glisser mes pieds dans des chaussons! Cet Ă©tĂ© j’en ai rĂȘvĂ©!

En ce moment je lis : « Sfar, c’est arabe » de Joann Sfar. PrĂ©sentation de l’Ă©diteur :
Le (nouveau) carnet de Joann Sfar couvre la pĂ©riode de juillet 2015 Ă  juillet 2017. Il mĂȘle texte et dessins pour rĂ©agir Ă  l’actualitĂ© politique, sociale et culturelle. Lors de cette pĂ©riode riche en Ă©vĂ©nements, Sfar prend son lecteur Ă  partie comme une invitation Ă  la rĂ©flexion et Ă  la polĂ©mique.

Je dis « respect » à :  El Joven pour avoir Ă©crit un poĂšme en moins de 20 minutes qui m’a Ă©mu presque aux larmes. j’espĂšre qu’il aura une bonne note.

Je ne résiste pas à : une bonne tasse de chocolat Van Houten sans sucre trÚs chaud.

J’vais t’dire une bonne chose : La sĂ©rie Bull, c’est super con, mais j’adore.

Dans ma bagnole je n’ai besoin de personne et j’écoute Ă  fond : Goodbye stranger de Supertramp 🙂

La pensĂ©e hautement philosophique de la semaine : Aucun homme n’a reçu de la nature le droit de commander les autres. L’homme le plus heureux est celui qui fait le bonheur d’un plus grand nombre d’autres. Il ne suffit pas de faire le bien, il faut encore le bien faire. Quand on est indiffĂ©rent Ă  tout, on n’est rien, ou l’on est une pierre. (Diderot).

Je me taperais bien : j’hĂ©site…

J’ai Ă©tĂ© raisonnable : pas plus que d’habitude.

IMG_20191107_094600

Cette semaine pour la premiĂšre fois j’ai : regrettĂ© Ă©goĂŻstement que le pont de pierre ne soit plus ouvert au voiture… Mais c’est juste parce que j’Ă©tais Ă©nervĂ©e, qu’il pleuvait et que je me suis un peu perdue. En vraie je suis toujours trĂšs contente qu’il soit fermĂ©. Et de toutes façons j’irai en tram Ă  mon nouveau lycĂ©e.

C’est bien la derniùre fois que je : vais à Bastide en voiture.

L’émission de tv, de radio, ou l’article de presse qui m’a le plus frappĂ© cette semaine c’est : aujourd’hui un Ă©tudiant s’est suicidĂ© en en rendant coupable not’ prĂ©sident et ses prĂ©dĂ©cesseurs…

PlutĂŽt que d’ĂȘtre assise Ă  mon bureau, lĂ  tout de suite j’aimerais mieux : ĂȘtre dans un jacuzzi avec un verre de champagne et des petits fours.

Sur ce, bonne soirĂ©e et faites-vous plaiz’ : n’hĂ©sitez pas Ă  faire mon questionnaire de ronchonne!