Petit vrac/brut de pommes

IMG_20200205_203208

Il y a quelque semaines j’avais entendu un Ă©crivain dire chez Augustin T. « On Ă©crit pas par excĂšs de modestie. » Ça m’a frappĂ© en temps que « modeste » (Ah ah) blogueuse Ă  peine lue et encore moins commentĂ©e!! Bien sĂ»r, comme mes copines (10, 20 ou 30 fois + commentĂ©es que moi) je me demande si Ă©crire pour un publique aussi restreint Ă  le moindre intĂ©rĂȘt? Qu’est- qui fait la diffĂ©rence entre Ă©crire pour soi et Ă©crire pour  une poignĂ©e d’inconnues bienveillantes? MystĂšre.

Le mĂȘme type disait que l’Ă©tat s’autorise fiĂšrement le « mensonge d’Ă©tat » comme un droit. (Ou quelque chose comme ça, c’Ă©tait mieux tournĂ©). C’Ă©tait suite Ă  des dĂ©clarations hallucinantes de la porte-parole… Et plus ça va, plus ce gouvernement me fait pleurer des larmes de sang. Cf l’histoire aberrante du nombre de jours d’absence autorisĂ©s (ou pas) en cas de dĂ©cĂšs d’un enfant.

Lundi il a fait 24° et cela m’a dĂ©primĂ© (dĂ©rĂšglement climatique sĂ©vĂšre) la nature qui ne sait plus si elle doit fleurir ou hiberner encore. Ce matin il faisait 3° et j’ai croisĂ© un Ă©tudiant en short, t-shirt et tongs. Les jeunes sont comme les fleurs, ils ne savent plus quoi faire et se font berner par un soleil Ă©clatant.

J’Ă©tais heureuse de soleil merveilleux qui nous rĂ©chauffe quand il fait froid. C’est comme cela que ça doit ĂȘtre un 6 fĂ©vrier.

Kirk Douglas est mort. Quand j’Ă©tais tout petite petite j’Ă©tais amoureuse de ce beau cow-boy en noir et blanc au sourire ravageur et Ă  la fossette sublime. Je me pinçait le menton dans l’espoir vain d’y voir apparaitre une fossette qui resterait pour toujours.

IMG_20200131_160859

J’ai fait un tableau, un portrait Ă  l’acrylique, d’une jeune femme blonde qui me regarde taper sur mon clavier. J’aime beaucoup mieux la peinture Ă  l’huile qui donne tellement plus de possibilitĂ©, et de sensualitĂ© dans le geste.  Mais attendre des mois pour que ça sĂšche, j’ai pas envie. Ça faisait plus de 5 ans que je n’avais pas fait de « peinture » et ça a Ă©tĂ© laborieux. La derniĂšre fois c’Ă©tait lĂ . C’Ă©tait beaucoup mieux. j’ai perdu la main.

Je dors trĂšs peu et trĂšs mal. Mes jambes gigotent dans tous les sens. Mon cerveau n’arrive pas Ă  se mettre en veille. Les rĂȘves insensĂ©s se bousculent dans ma tĂȘte, mĂ©langeant le passĂ© et le prĂ©sent.

J’ai pris un petit crĂšme dans un de me nouveaux repĂšres en ville, une vieille minuscule brasserie « dans son jus ». Je commence Ă  connaĂźtre les habituĂ©s. Il y en a un de 60 ans (c’est lui qui le dit. En fait il a l’air plus vieux) qui raconte toujours les mĂȘmes choses Ă  de nouveaux jeunes inconnus. Et puis quand son nouvel ami part, il en dit pis que pendre Ă  la cantonade ou au serveur 😩 Alors que le jeune qui quitte le rade se dit probablement qu’il a eu une conversation avec un monsieur charmant. Pourquoi je le pense? Parce que le dit jeune lui a payĂ© son cafĂ©, au vieux. Le vieux dira « C’est ça les gitans : pas de travail, mais du fric plein les poches, il t’invite grand seigneur… Connard! » 😩 Note pour moi mĂȘme : ne jamais lui parler. Il avait l’air de tellement kiffer son nouveau jeune ami.

Bonne fin de journée. Des bises.

26 commentaires sur « Petit vrac/brut de pommes »

    1. Merci 🙂 c’est trop gentil 🙂
      Non je n’ai pas essayĂ©… A vrai dire cela ne me tente pas. En revanche dessiner et peindre fait beaucoup de bien! Comme le crochet d’ailleurs 😉

  1. J’aime tes billets « carnet de notes » tout lĂ©gers. En tant que bloggueuse encore moins assidue et commentĂ©e que toi, j’avoue que ce qui me freine est plus l’autocensure (excĂšs de pudeur?) que le manque de lecteurs. En contradiction avec l’auteur que tu cites, quoi. Et puis, aussi, le manque de temps pour rĂ©flĂ©chir vraiment Ă  savoir si j’Ă©cris pour moi-mĂȘme ou pour les quelques Ăąmes passagĂšres qui viendront peut-ĂȘtre me lire…

  2. Je me dis qu’on Ă©crit dĂ©jĂ  pour soi, que ça fait du bien, que quand c’est un monologue, c’est moins drĂŽle que quand on a un avis, une rĂ©flexion, un sourire, ça donne de la vie aux mots posĂ©s, ça fait rĂ©flĂ©chir, ça fait du bien Ă  notre Ă©go. C’est surtout un partage, un bout de soi, un cadeau offert Ă  ceux qui passent…

    1. C’est vrai que ça fait beaucoup de bien d’Ă©crire. d’ailleurs avant d’avoir un blog j’avais toujours tenu des journaux « intimes » 😉
      Bises ma belle!

  3. Hehe, « peu commentĂ©e » dit celle qui reçoit six commentaires en trois heures! Ta vie me paraĂźt tellement exotique que j’espĂšre que tu continueras Ă  nous la raconter trĂšs longtemps 🙂 (et moi aussi je dors terriblement mal!)

    1. J’ai tellement moins de commentaires que toi! Je me demande toujours comme tu fais pour avoir autant de succĂšs! :-)?
      Ma vie exotique 😀 ? la vie d’une documentaliste de lycĂ©e fauchĂ©e qui Ăšre de cafĂ© en cafĂ© Ă  la recherche du meilleur capuccino! lol 😀

  4. Il y a un jeune de mon village que je vois rĂ©guliĂšrement en t-shirt, mĂȘme quand il fait 2 degrĂ©s, mĂȘme quand il en fait zĂ©ro. Il ne doit pas ĂȘtre fait comme nous 😉

    J’ai Ă©crit toute mon enfance / adolescence dans un journal intime que j’Ă©tais la seule Ă  lire, avec l’idĂ©e que je le donnerais Ă  ma fille un jour, quand je serais maman. J’ai arrĂȘtĂ© Ă  peu prĂšs Ă  l’Ă©poque oĂč j’ai commencĂ© mon premier vrai blog, l’annĂ©e que j’ai passĂ©e comme Ă©tudiante Ă  la RĂ©union. Je n’ai pas eu de fille, et je suis heureuse d’Ă©crire pour les quelques personnes (peut-ĂȘtre plus nombreuses que je ne le crois ?) qui me lisent.

    DrĂŽle de bonhomme, qui discute avec un inconnu et le laisse lui offrir son cafĂ© pour en dire du mal juste aprĂšs…

    1. Nous voilĂ  un point commun! Quand j’Ă©tais toute petite j’ai commencĂ© Ă  Ă©crire mon « journal (tradition familiale chez les filles) et je n’ai arrĂȘtĂ© qu’en commençant mon blog!! (Je remplie encore des carnets perso cela dit 😉 ) Je le faisais aussi pour une fille imaginaire que javais appelĂ© AnaĂŻs… mais j’ai eu un garçon! Comme toi : pas de fille! 😀

      Je crois que c’est un vieil homo (c’est encore lui qui le dit) trĂšs aigri et extrĂšmement seul… Mais vraiment pas gentil du tout…

  5. Je ne sais pas vraiment pour qui j’Ă©cris mais je sais que je ne dis absolument pas tout puisque je sais que je suie lue, mĂȘme par peu de personnes.
    Tous les jours dans le train, il y a un gars en shorts et t-shirts. L’hiver il met des baskets alors que l’Ă©tĂ© il est en sandales. Sa garde-robe ne lui coĂ»te pas cher au moins !
    Quant au vieux monsieur, il a peut-ĂȘtre un problĂšme psy qui lui fait dire ces mĂ©chancetĂ©s….ou c’est juste un sale type.

    1. Oui juste un sale type trĂšs malheureux et trĂšs seul qui radote et tourne en boucle… Alors que je ne lui ai jamais adressĂ© la parole je suis lassĂ©e de l’entendre raconter tous les dimanches les mĂȘmes histoires!! Il parle malheureusement trĂšs fort dans l’espoir d’ĂȘtre entendu et d’engager la conversation avec le premier qui tombe dans ses filets… C’est intĂ©ressant Ă  observer d’un point de vu « observateur ». mais parfois je quitte le cafĂ© plus vite que prĂ©vu car il parle trop fort et m’empĂȘche de me concentrer sur ma lecture!

  6. Il est « riche » ce billet. TrĂšs humain et touchant. Je ne commente pas toujours, mais j’aime beaucoup te lire. Merci.
    Je crois que l’on Ă©crit pour soi, mais aussi par dĂ©sir de partager, de communiquer.
    Le vieux monsieur malheureux a dĂ» faire le vide autour de lui. Maintenant, il ne changera plus. En bien, je veux dire. Il ne va pas se remettre en question et devenir sympa… Le patron du bistrot ne lui dit pas de se taire parfois ?

    1. Le patron et la patronne ont Ă©normĂ©ment de patience 🙂 Il y aussi une femme (cantatrice?) qui lit des partitions et parfois se mets Ă  chanter… Quand elle chantonne ça va, quand elle chante trop fort ils lui demande de baisser un peu le ton 😉 Mais elle je l’aime bien. Il y aussi un vieux vieux marocain en fauteuil roulant qui reste lĂ  toute la matinĂ©e Ă  regarder fixement devant lui, parce que son fils ou petits fils tient une brocante. Il ne boit qu’un seul cafĂ© je crois, mais le patron est aux petits soins avec lui, bien qu’apparemment il ne le connaisse que depuis quelques semaines 🙂 C’est une petite brasserie trĂšs humaine. Et jolie!

  7. Muy interesante anĂĄlisis sobre la motivaciĂłn real de la escritura, con o sin modestia, con o sin lectores, ese efecto de catarsis o liberaciĂłn frente a una hoja en blanco son mi mayor estĂ­mulo. Es verdad que existe un velo de pudor y en mi caso crece proporcionalmente al nĂșmero de lectores, aĂșn asĂ­ me libera el espĂ­ritu y es lo que importa. Un abrazo 🙂

    1. Es verdad que escribir actua como una terapia y nos libra de lo que si no, seguiria rodando/grirando/dando vueltas en nuestra cabeza 😉
      Besitos

RĂ©pondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s