C’est la fin de l’Ă©tĂ©, la fin des copains et de l’aventure…

Je ne sais pas ce qui s’est passĂ©.

Je bloguais, je bloguais, et puis un jour, j’ai arrĂȘtĂ©… Comme ça. Pour rien. Sans avoir rien d’autre de spĂ©cial Ă  faire.

Esnandes

Je ne suis pas partie en vacances, sauf deux jours en Charente-Maritime. Je ne me suis pas mise Ă  Ă©crire « mon livre ». Je n’ai rien fait. Je n’ai presque pas dessinĂ©. J’ai comatĂ© dans un Ă©tĂ© chaud et masquĂ©. J’ai continuĂ© Ă  aller au puces, au marchĂ©, en ville, tous les jours… J’ai arrosĂ© les lauriers roses et nourri le chat… J’ai veillĂ© Ă  ce que le fils ne manque de rien et il est parti en vacances chez un pote. El Marido a tĂ©lĂ©travaillĂ©.

Poupée cassée

L’Ă©tĂ© est passĂ© comme ça.

Avec Sarah nous avons pris plein de cafĂ©s et ri comme des ados. Nous avons dĂ©couvert que deux Perrier en terrasse du kĂ©bab sous les platanes de ma commune et Ă  bonne distance de tout autre consommateur valait moins cher qu’un seul Perrier oĂč que ce soit Ă  Bx. Comme il faut ĂȘtre rĂ©aliste, quand on gagne 700€ par mois (mi temps Ă©duc nat), c’est plutĂŽt un bon plan… MĂȘme si mĂȘme si je prĂ©fĂšre boire un cafĂ© Ă  Bx (moins cher qu’un Perrier oĂč que ce soit) en demandant un verre d’eau en sus et/ou en ayant une bouteille d’eau dans son sac…

Le livre que lit Sarah. elle me dira si c’est bien.

La fin du mois est arrivĂ©… Sarah a Ă©tĂ© recontactĂ©e par le lycĂ©e oĂč nous nous sommes rencontrĂ©es il y a deux ans. Moi pour l’instant je n’ai rien. Et pas la peine d’appeler le rectorat : « on vous appellera » et eux ne rĂ©pondent pas au tĂ©lĂ©phone avant le 15 septembre, autrement ils ne peuvent pas bosser. Je pourrais probablement re bosser d’ici une semaine dans mon lycĂ©e de l’an dernier car il probable que la titulaire ne revienne de nouveau pas. Mais je ne suis pas prĂȘte a rĂ©-accepter un mi-temps… Enfin on verra… On verra.

Je déteste les clowns, sous toutes leurs formes

Un brocanteur qui pour une raison qui lui appartenait cassait plein de vaisselle dans un carton m’a donnĂ© 4 grandes assiettes blanches assez chouettes… « vas-y prends-les, c’est cadeau » C’est que je commence Ă  ĂȘtre copine avec les vendeurs aux puces 😉 L’autre jour un autre m’a donnĂ© une petite boĂźte « vas-y prends-lĂ , c’est cadeau »… Le serveur choupinou de mon cafĂ© habituel du dimanche matin pour la premiĂšre fois m’a servi sans m’avoir prĂ©alablement demandĂ© ce que je voulais 🙂 (Un petit crĂšme et un croissant) C’est bĂȘte mais ça m’a fait super plaisir.

Dans un monde oĂč tout serait simple, dans un monde oĂč on ne serait pas obligĂ© de vendre la maison oĂč on a grandit j’aurais toujours un chez-moi Ă  LR.

Et vous l’Ă©tĂ©? C’Ă©tait comment?