TAG spécial rentrée scolaire ! de chez Roseleen

Preuve que je ne suis pas une élève très appliquée : je suis très en retard pour répondre au tag de Roseleen!!!!

« Voilà, comme chaque année, on entend parler que de çà, c’est LA rentrée. Çà m’a donné envie de créer un petit TAG sur la rentrée er plus largement sur l’école. » Roseleen.

C’est mon tour, c’est parti !

Aimais-tu la rentrée des classes ? Pas du tout ! En général j’étais hyper contente en vacances. Toujours avec mes frères, des cousins et des cousines. C’était le paradis, à Montélimar, à l’île de Ré, en Espagne… En plus à l’époque septembre était toujours pluvieux et frais… Et comme les étés n’étaient pas aussi chauds que maintenant je n’avais pas hâte d’en voir la fin. Bien sûr j’aimais retrouver les copines, mais bon… Retrouver les profs et les devoirs… ça non… Ça me fait penser que la nuit dernière j’ai (encore !!!) rêvé que je n’étais pas admise en terminale, ce qui me contrariait beaucoup beaucoup, jusqu’à ce que je dise : « de toutes façons j’ai déjà un bac, alors je m’en fiche. Je me suis inscrite en seconde parce que je voulais faire un stage, et puis j’ai fait la première parce que c’était sympa de rester avec les copines… Mais bon, hein, je m’en fiche de passer en terminale : j’en ai déjà un de bac, de toutes façons ! » Et je rentrais chez mes parents en me demandant comment j’allais bien pouvoir occuper mon année… Voilà qui prouve que le lycée m’a quand même pas bien perturbé !! 😀

La rentrée dont tu te souviens le plus et pourquoi ? La rentrée en 6ème. Je passais de mon école de quartier à l’école catho du centre-ville. Je ne connaissais personne. Dès la première récré tout allait très bien, mais quand je suis rentrée dans ce long couloir qui menait à la cour le matin de la rentrée… Je me rappelle encore la première fille à qui j’ai parlé ! On a été  ensemble jusqu’à la terminale.

Il ressemblait à quoi, ton cartable ? En primaire les cartables à bretelles en plastique ou en croute de cuir. Au lycée les besaces genre surplus américain…

Étais-tu bon(ne) élève ? En primaire plutôt oui (en dehors de l’orthographe), au collège pas trop mal (en dehors de l’orthographe), au lycée… Pas si mal (en dehors de l’orthographe) puisque j’ai eu mon bac 😉

Tu as déjà triché ? Je ne crois pas. En tous cas je me rappelle comme à la fac j’étais indignée et vraiment écœurée de voir des étudiants tricher pendant les exams.

Aimais-tu l’école ? Je crois que j’aimais bien le primaire, sans pour autant avoir envie que les vacances se termine comme certaines de mes camarades ! Vive les vacances !

T’as déjà fait l’école buissonnière ? on appelait ça sécher 😉  j’ai beaucoup séché au lycée. Notamment l’histoire géo en terminale et les maths. Je pense que c’est pour ça que je fais ces rêves à la con.

Stylo plume ou stylo bille ? De la sixième à la terminale le stylo plume était obligatoire. Je suis pas malheureuse de ne plus être obligée d’écrire avec ça. Même si j’ai continué encore longtemps après la fac….

Tu étais sage ? En primaire je suppose. Au collège je me rappelle de sortir à 4 pattes de la salle de classe  par la porte du fond pour revenir debout par la porte de devant et faire semblant d’arriver en retard auprès du prof 😀 Qui n’avait pas trouvé ça drôle. 😀 Au lycée j’en avais ma claque…Je me revois refuser de faire un devoir de physique, ou de math… Pauvres profs. Sachant l’élève pas si facile que j’avais été je n’avais jamais voulu devenir prof!!!

Quelle matière aimais-tu le plus ? Le français. L’espagnol, la philo, les travaux manuels.

Quelle matière détestais-tu le plus ? Les maths, la biolo, la physique, le sport… Enfin le sport ça dépendait de avec quel prof.

Passer au tableau, honneur ou atrocité ? suées froides

L’odeur dont tu te souviens le plus ?  la méchante odeur du gymnase.

Quel est le professeur ou instit qui t’a le plus marqué ? Franchement ? J’ai été fan d’aucun prof. A part peut-être des profs de musique.

Tu jouais à quoi à la récré ? E primaire : élastique, 123 soleil, balles, énormément à la corde à sauter, marelle et beaucoup à s’inventer des histoires entre les tilleuls, sur le figuier, avec les deux tortues de l’école. A ce moment-là on était que des filles et très sages.

Faisais-tu des activités extra-scolaires ? Je crois que ça devait être cher pour mes parents car mes demandes restaient lettres mortes. J’ai cependant fait quelques séances de poterie à la maison des jeunes. Une année ou deux d’optimiste au port des Minimes…

Cantine ou déjeuner chez toi ?  les jours ou ma mère n’était pas à la maison (elle était prof) je mangeais à la cantine. Ce qui était détestable car de cette manière je n’avais pas « ma place », je me mettais là où il y avait un absente et pas avec les filles de ma classe 😦 et s’il n’y avait pas d’absentes, je devais m’assoir à un petite table, seule, qui était la table de la surveillante 😦 la honte ! Au collège je rentrais. Parfois je n’avais qu’une demie heure pour manger vite fait et repartir. Du coup, au lycée je mangeais un sandwich en ville ou dans une cantine en ville avec les copines où mangeaient des employés pour pas cher… J’évitais de manger seule avec mon père, ce qui était très ennuyeux, mais qui arrivait quand même trop souvent.

Garderie, étude le soir ? En primaire je rentrais seule ou avec mes frères dès la fin de l’école. Il n’y avait pas de garderie d’ailleurs. Au collège j’ai fait un peu « d’étude » parce qu’une de mes bonnes copines m’avait supplié de la faire avec elle. C’était assez nul.

Voilà ! Ça m’a bien plu répondre à ce TAG créé par Roseleen, y répondre a fait remonter plein de souvenirs! Il est toujours temps de le faire s’il vous inspire!

Bisous et bon weekend!

Je ne teul’fais pas dire! Semaine 39 2020

Aujourd’hui je me sens : complètement sans énergie.

Ce matin la première personne à qui j’ai parlé une fois sortie de la maison : la femme de ménage de l’immeuble qui est une personne toujours souriante et pleine d’énergie. Elle chantonne « bonne journée » avec l’accent bordelais, celui qui a presque disparu de la surface de la CUB. Elle a été en arrêt maladie l’année dernière pour se faire opérer une épaule… Pfou…. Et tous les jours elle bosse vraiment dur.

J’ai été super contente de : qu’une ostéo géniale me débloque le dos hier, j’étais vraiment super bloquée.

Ça m’a franchement énervé de : mon ministre pour changer… Et ces histoires de « tenues républicaines ». Quel bouffon comme diraient les élèves.

Flèche Saint-Michel

La phrase/situation surréaliste de la semaine : à la télé un CRS qui demande aux gens de « s’étioler et de s’égrener », parce qu’ils sont trop proches les uns des autres (par rapport au corona).

Je suis grognon : parce que ce matin je me suis recouchée après avoir amené El Joven au tram, et j’aurais vraiment pas du.

Nan, mais franchement, tu trouves ça normal de/que : en 2020 les hommes en soient encore à dire aux femmes comment elles doivent s’habiller ?

C’est exquis de : de m’imaginer avec 30 kilos de moins, légère et sautant dans les vagues d’un océan ami.

Ça me rend extatique : des chips au paprika avec une petite bière.

En ce moment je lis : hier après-midi j’ai dévoré d’une traite « Chanson douce » de Leïla Slimani. Ça faisait très très très longtemps que je n’avais pas lâché un bouquin avant de l’avoir fini comme ça. Total respect pour l’écriture, la justesse, la sensibilité. Je suis très touchée par ce livre.

Rue du Parlement Sainte-Catherine

Je dis « respect Â» à : la femme de ménage de l’immeuble.

Je ne résiste pas à : aux sushis que j’ai achetés pour ce soir.

J’vais t’dire une bonne chose : je déteste cuisiner en fait. Si j’étais blindée de tunes je ne cuisinerais JAMAIS, je ne ferais jamais le ménage dans la cuisine et j’aurais un homme de ménage qui viendrait tous les jours briquer l’appart. Voilà.

Dans ma bagnole je n’ai besoin de personne et j’écoute à fond :

La pensée hautement philosophique de la semaine : « Je m’intéresse à l’avenir parce que c’est là que je vais passer le reste de ma vie ». Charles Franklin Kettering (entendu tout à l’heure sur France Inter, cité par Tatiana de Rosnay).

J’ai été raisonnable : je ne suis pas restée trop longtemps devant le PC comme me l’a conseillé l’ostéo.

Cette semaine pour la première fois j’ai : mis un peu en page mes écrits… Et ça prend forme… 97 pages en Arial. Ça ressemble presque à un bouquin. Il parait que beaucoup de français ont un bouquin cachés dans leurs petites affaires ?

Youri

L’émission de tv, de radio, ou l’article de presse qui m’a le plus frappé cette semaine c’est : Madrid : on reconfine certains quartiers, mais pas tous, juste les quartiers pauvres…

Plutôt que d’être assise à mon bureau, là tout de suite j’aimerais mieux : être sur une table massage avec des huiles qui sentent bon.

Sur ce, bonne soirée et faites-vous plaiz’ : n’hésitez pas à faire mon questionnaire de ronchonne!

Il m’a semblé que septembre était si joli

Ce mois de septembre est vraiment idyllique : je n’ai eu aucun problème de santé, je ne bosse pas, il fait un temps de vacances, une chaleur bienfaisante et je trouve que vraiment, autour de moi, tout le mon de est charmant. J’ai été agréablement surprise par la compétence de la nouvelle secrétaire du « bureau des suppléances » 😉
Thib est super content de son emploi du temps de terminal et trouve que le tram est beaucoup moins plein que l’année dernière. Du coup le port du masque ne lui est pas pénible. A moi non plus d’ailleurs. Heureusement surprise du comportement très mature et sympa de l’ex-mari d’une de mes mailleurs amies qui fait que leur divorce se passe vraiment bien! Et pour une fois je trouve que les hommes qui gouvernent gèrent grave! Je n’ai à me plaindre de rien, tout me paraît parfaitement comme il faut.

Rue des Faures

D’abord j’ai eu mal au sein et j’ai du prendre des antibios de la mort et ça s’est arrangé.

Mais j’ai eu le bide en vrac parce que la toubib ne m’avait pas donné d’ultra levure. Vraiment, très en vrac.

Ensuite j’ai été faire mamo et éco, ce que tout femme normalement constituée adore faire (mais donc tout était rentré dans l’ordre).

Ensuite j’ai appris que mon poste de l’année dernière était toujours un mi temps, mais sur 4 jours. (Il avait vaguement été question qu’il devienne un plein temps). Bref, je n’ai pas repris là-bas et j’en suis triste parce que c’était un peu comme chez moi et j’avais plein de choses que je voulais faire dans ce CDI.

Puis eu des échanges avec le bureau des suppléances (on l’appellera comme ça). On me proposait un mi-temps à l’autre bout du département, un mi temps dans un bahut où je ne veut revenir pour rien au monde et un plein temps jusque-là la fin du mois au delà de la rocade. (Ai été bien saoulée de constater que si je n’appelle pas, ils ne m’appellent pas). mais j’ai appelé, hauts les cÅ“urs tout va bien.

Alors j’ai pris ma voiture par 35°, pleine de bonne volonté pour rencontrer le chef d’établissement et son adjointe. Le boulot s’est révélé ne pas être un poste éduc nat’, ne pas être sympa, être trop loin, trop chaud, trop ras le bol. Bref, le lendemain je leur ai dit que je n’étais pas intéressée, je ne saurai jamais si eux l’était, mais je n’en mettrait pas ma main à couper.. De toute façon c’était de la merle et je l’ai bien remonté « au bureau ».

Puces

Et puis j’avais rdv chez une dentiste qui m’a fait le détartrage le plus agressif du siècle. Je l’ai soupçonné d’y prendre plaisir. Quand je suis ressortie je flageolais sur mes jambes et ai du prendre 3 paracétamol par jour pendant 3 jours avant que la douleur passe (à la base je n’avais mal nul part). Le premier soir je n’ai même pas puis me brosser les dents tellement j’avais mal. Le « détartrage à duré 55 minutes montre en main. J’ai du annulé un rdv avec Ursula (meilleure copine n°1)

Ensuite l’ex d’unE de mes amiEs m’a envoyé (ainsi qu’à beaucoup de gens) un mail effarant et parfaitement odieux la dénigrant, que j’ai jeté pour ne plus avoir jamais la tentation de le lire.

Finalement une chaleur monstrueuse s’est abattu sur Bx, une chaleur que même en juillet je ne trouverais pas du tout bienvenue. Marre de ruisseler en permanence.

Enfin les « jardiniers » envoyés par une entreprise contractée par mon syndic on ratiboisé tous les buisssons où des floppés de mésanges avaient leurs nids.

Marre de ne pas voir la tête des gens (la dentiste, le chef d’établissement et son adjointe)

Marre de la chaleur…

Marre de ce mois de merde. Marre des chèques qu’il faut faire. Marre des moustiques aussi.

Sorolla

Marre de la responsable des terminales du bahut del Joven qui remonte « les bretelles » d’un fille de sa classe parce que (par 37°) elle est venue au lycée en short. Marre des cons. De tous les cons. de leurs alliés et du grand chef de l’état qui recourt à la caricature pour faire passer ses idées de merle. Marre de mon ministre qui dit que si les filles s’habillaient correctement il n’y aurait pas de problèmes…. Marre marre et remarre.

Marre que El Joven est un emploi du temps avec 30 minutes pour déjeuner.

Marre que El Marido bosse pour une boite de nase.

Pour faire plaisir aux incorrigibles optimistes :

J’ai eu la vraie joie de diner avec un de mes frères. Le vraie plaisir de déjeuner avec une de meilleure amie n°2. Le vraie bonheur de me promener aux puces et d’acheter un chaise sublime dont je n’avait pas du tout besoin. Le vrai plaisir de bouquiner. Le vraie bonheur de regarder des tableaux de Sorolla sur mon ordi.

Maintenant je vais retourner en haut de la page et écrire quelque chose de très positif!

Je ne teul’fais pas dire! Semaine 36 2020

Le  « Je ne teul’fais pas dire! »  nouveau est arrivé! Vous pouvez le reprendre chez vous, y répondre dans les com’, en faire ce que vous voulez en tous cas … Ça me fera plaisir de vous lire! Pour copier les questions toutes prêtes sans vous embêter il faut dans la colonne de droite sur le canevas.

J’ajoute ici les liens vers les blogs qui participe :  Roseleen, Dr Caso, Peru y Francia, Valvita, Blanche, Catsud, Jenny, Cara, Un ange qui passe, Les empreintes du temps, si j’ai oublié de vous ajouter dites le moi.

Aujourd’hui je me sens : un peu reboustée après avoir rencontré un de mes collègues de l’année dernière qui m’a dit que j’étais une prof-doc exceptionnelle, qu’ils n’y en avait jamais eu de comme ça dans ce lycée, qu’il fallait que je revienne, que le poste n’était pas pourvu, etc, etc… Ça fait du bien. Vraiment j’avais besoin d’un peu de compliments et de baume au cÅ“ur.

Demain il va falloir que j’appelle à droite et à gauche, et peut-être reprendre dans le même lycée que l’année dernière?

Les puces ce matin

Ce matin la première personne à qui j’ai parlé une fois sortie de la maison : Carlo le serveur du petit bar où j’ai mon habitude du dimanche matin 🙂 C’est tellement sympa d’avoir un peu de complicité et d’amitié (toute superficielle je vous l’accorde) avec les gens que l’on voit tous les dimanches. Donc : toujours aussi extatique d’être revenue à Bx il y a presque 5 ans maintenant.

J’ai été super contente de : profiter de la douceur de la fin de l’été sans devoir faire la pré-rentrée et la première semaine de rentrée.

Ça m’a franchement énervé de : d’être malade à cause des antibios que j’avais pris sans ultra levure. Ça a été vraiment très douloureux.

Ma conversation/situation surréaliste de la semaine : pas tout à fait « surréaliste » il ne faut pas exagérer, mais avec mon maraîcher portugais c’est toujours un peu surréel cat on n’est pas trop sûr de s’il s’adresse à nous en français ou en portugais. Cela dit ce sont les plus sympas du marché et j’ai eu une grosse tomate gratuite 😉 profitons-en : c’est bienôt la fin des tomates!

Je suis grognon : parce que je bonne pour aller faire une mamo+éco (c’est pour la même raison que je suis sous antibios de cheval)

Nan, mais franchement, tu trouves ça normal de/que : l’éduc nat ne sache pas gérer mieux ses titulaires et ses suppléants?

C’est exquis de : manger du bon fromage de chèvre artisanal.

J’aimerais beaucoup : ne pas travailler le mercredi cette année

En ce moment je lis : j’ai beaucoup de mal à lire 😦 J’ai un bouquin sur ma table de nuit commencé en août, c’est pas gloire….

Joaquín Sorolla
(espagnol, 1863 – 1923) Pescadores Valencianos 1895

Et d’autre fois j’aimerais beaucoup : habiter dans un château d’eau, pour n’avoir aucun voisin. ou dans un hôtel particulier sans vis à vis. Je ne sais pas si c’est plus réaliste ou réalisable?

Je ne résiste pas à : boire des cafés partout où je vais.

J’vais t’dire une bonne chose : j’aimerais mieux être un garçon et ne pas avoir de seins. Ni de bite d’ailleurs. (cette déclaration n’a par ailleurs ni queue ni tête).

Dans ma bagnole je n’ai besoin de personne et j’écoute à fond : « Ã‰videmment » de France Gall.

La pensée hautement philosophique de la semaine : j’aimerais être mon chat.

Je me taperais bien : un bon régime! Légumes, légumes, légumes, fibres, fibres, fibres…

J’ai été raisonnable : je n’ai rien acheté aux puces. En même temps je suis arrivée tard (j’avais oublié mes sous, j’ai du retourner à la maison après mon premier café et ensuite j’ai pris un café avec mon collègue), y’avait du monde, c’était pas les conditions optimales.

Plutôt que d’être assise à mon bureau, là tout de suite j’aimerais mieux : faire une sieste sous les palmiers, au bord d’un lagon, sans moustiques, ni aucune bête qui donne des boutons.

Sur ce, bonne soirée et faites-vous plaiz’ : n’hésitez pas à faire mon questionnaire de ronchonne!