Dimanche soir

Ce dimanche a Ă©tĂ© sombre et pluvieux. Je ne suis pas sortie. Du coup je suis triste. Un dimanche sans balade aux puces c’est tellement triste… Le Covid c’est triste. J’ai fait du crochet tous l’après-midi, un peu comme hier… C’Ă©tait pas folichon non-plus. Hier j’ai passĂ© mon entière journĂ©e Ă  chĂ©cker mon mail pour voir si j’avais un mail du labo. J’ai mĂŞme mis une alerte avec une musique sur mon tĂ©lĂ©phone pour ĂŞtre certaine de ne pas rater « le » mail. Et puis la journĂ©e a passĂ© et j’ai regardĂ© The Good Wife jusqu’Ă  23h passĂ© et El Joven Ă©tait toujours confinĂ© dans sa chambre avec le « room service » familial … On en avait tous tellement marre.

Il va m’en falloir combien pour faire un plaid?

Ce matin comme je ne pouvais pas aller aux puces (parce qu’il n’y en a pas, hein) j’avais pas envie de me lever, pas envie de lever les volets, pas envie de lutter contre le chat qui m’attaquait les pieds… Envie de rien. Tous les mails qui arrivaient faisaient une musique et c’Ă©tait jamais le labo, alors je me rendormais… DĂ©goutĂ©e de la vie, du covid, du ministre, du 21ème siècle. Et puis la musique a encore retenti Ă  11h08 et c’Ă©tait LE LABO! Pourquoi c’Ă©tait important? Parce que si El Joven Ă©tait positif il fallait qu’il reste encore isolĂ© et nous devenions cas contact etc etc…

Vendredi devant le labo

Bref, je n’arrivais pas ouvrir le pdf sur mon tel alors que tous les pdf s’ouvre très normalement sur mon tel et j’ai du me prĂ©cipiter au salon (dans la partie qui est mon bureau, l’ancienne salle Ă  manger su vous voulez) pour allumer mon ordi qui est lent comme octogĂ©naire se dirigeant vers la poste et enfin ouvrir le prĂ©cieux document après avoir envoyĂ© paitre El Marido qui me disait que je cliquais pas au bon endroit (il faut dire que j’Ă©tais presque au bord de l’Ă©vanouissement après m’ĂŞtre levĂ©e trop vite, un peu comme quand El Joven Ă©tait bĂ©bĂ© et que je me levais parce qu’il pleurait). Bref, j’ai vu « nĂ©gatif, nĂ©gatif, nĂ©gatif! » et j’ai couru chez le Titi qui dormait encore et je l’ai serrĂ© dans mes bras en le couvrant de bisous. Vous imaginez la tĂŞte de l’ado barbu-moustachu (18 ans dans 6 mois) quand sa mère lui bave dessus au rĂ©veil… Disons qu’il Ă©tait un peu « renfrognĂ© » mais pas non plus « grognon ».

Et vous ce weekend? C’Ă©tait plutĂ´t « L’Ă©tĂ© indien » ou « Sunday bloody sunday »?

Allez, bonne fin de dimanche et bonne semaine! Bisous.