Nous vivons dans un monde merveilleux

Nan, mais franchement, c’est pas de l’ironie : nous vivons dans un monde merveilleux. La France est le meilleur pays oĂą j’ai jamais vĂ©cu. La sĂ©cu, les mutuelles, PĂ´le Emploi… Tout ça est beaucoup mieux qu’en Espagne ou en Irlande oĂą j’ai travaillĂ© pendant un bon nombre d’annĂ©es. C’est vrai, on a vraiment pas Ă  se plaindre. On ne voit pas, en France, de jeunes gens Ă©dentĂ©s (Hollande lui en voit), faute de remboursement des soins, comme en Irlande. On ne voit pas en France (ou peu) de gens cumulant deux emplois pour s’en sortir comme c’est monnaie courante en Espagne.

Digression : Pourtant en France ce qui m’avait choquĂ© en revenant d’Espagne c’Ă©tait cette gabegie permanente. Cette dĂ©bauche de dĂ©penses en brochures de tous gens, petits magazines communales »gratuits » sur papier glacĂ©s. Les tonnes de brochures « gratuites » et pĂ©rimĂ©es dans les toutes les administrations, bibliothèques, etc… Un gaspillage phĂ©nomĂ©nal de l’argent des contribuables.

Mais je m »Ă©loigne de mon sujet : nous vivons dans un monde merveilleux oĂą nous jouissons (si nous avons cette chance lĂ ) de mutuelles pour notre petite santĂ©… Et une sĂ©cu gĂ©niale. Ainsi, je peux aller chez what-mille toubibs et me faire prescrire plein de jolis mĂ©docs pour mon diabète et mĂŞme je ne paye pas les consultations en rapport avec celui-ci. Je paye les consultations n’ayant pas de rapport comme quand j’ai une boule de pue dans le sein ;-( Beurk. Bref, c’est gĂ©nial.

Ainsi depuis le 1er janvier j’ai achetĂ© des mĂ©docs sur ordonnance, j’ai fait une prise de sang en prĂ©vision d’un IRM et hier j’ai fait une IRM et je suis allĂ©e voir une neurologue. A chaque fois j’ai prĂ©sentĂ© ma carte de mutuelle virtuelle qui se trouve ĂŞtre sur mon tĂ©lĂ©phone super intelligent. Jusque lĂ  : tout va bien. Et puis tout d’un coup, hier, je me suis aperçu que, pourriture de chien de sa race, je ne figurais pas sur la dite carte! Ni ma pharmacienne, ni le labo, ni l’hosto n’avait tiltĂ© lĂ -dessus. Mais hier soir j’ai eu un courrier de l’hosto me demandant de leur renvoyer une carte oĂą mon nom figurerait bien!

Branle-bas de combat : je passe la matinĂ©e avec ma chère Sandrine de ma chère Mutuelle, qui se trouve ĂŞtre celle de mon « Ă©poux » comme disent les bourgeois du 19ème siècle (je dĂ©teste ce mot). Il rĂ©sulte de tout ça que selon Sandrine, le dit Ă©poux, aurait du envoyer une attestation sur l’honneur avant le 30/11/20 disant que je ne travaillait pas … (c’est nouveau avant je pouvais bĂ©nĂ©ficier de la mutuelle de mon jules mĂŞme si je travaillais) MAIS Jules n’a jamais au grand jamais reçu de mail ou de courrier papier l’informant de ça… Bref : je n’ai pas de mutuelle. Bref : il a fallu envoyer ce matin l’attestation demandĂ©e. MAIS l’aimable Sandrine ne pouvait pas me dire SI tout cela aurait un effet rĂ©troactif (comme le nuclĂ©aire) et si je serait couverte pour les « actes » dĂ©jĂ  effectuĂ©s et SURTOUT si je serai couverte pour l’acte effectuĂ© demain (une radio dentaire pas remboursĂ© du tout par la sĂ©cu) et pour le deuxième acte la semaine prochaine : la pose d’un implant… le troisième acte (de la pièce de théâtre) sera donc : La Merveilleuse Mutuelle de Charmant-Époux va-t-elle me reprendre en son sein? Vais-je avoir une facture de l’hĂ´pital Ă  payer? Vais-je-je pouvoir me faire poser une molaire toute neuve? (j’ai du annuler les rdv avec l’implantologue)*

Ne vivons-nous pas une Ă©poque merveilleuse?

Et voilĂ  une bien morne journĂ©e ou je m’imagine qu’on va tous finir SDF, enfin surtout moi… Les autres ça va je suppose…

Allez, zou, je vous souhaite une parfaitement joyeuse et brillante après-midi. Bisous.

*PrĂ©cisons qu’en 15 ans sur cette mutuelle on ne nous a demandĂ© qu’une seule fois justificatif et que quand cela a Ă©tĂ© le cas on nous a fait un courrier. C’est un peu fort de cafĂ© Simone de m’Ă©jecter de chez eux sans prĂ©avis, non? C’est la nouvelle formule : « La Mutuelle Rien Ă  Foutre ».