« Ah ces profs, toujours en vacances! » Je ne teul’fais pas dire!

Le  « Je ne teul’fais pas dire! »  nouveau est arrivĂ©! Vous pouvez le reprendre chez vous, y rĂ©pondre dans les com’, en faire ce que vous voulez en tous cas 
 Ça me fera plaisir de vous lire! Pour copier les questions toutes prĂȘtes sans vous embĂȘter il faut dans la colonne de droite sur le canevas.

J’ajoute ici les liens vers les blogs qui participe :  Roseleen, Dr Caso, Peru y Francia, Valvita, Blanche, Catsud, Jenny, Cara, Un ange qui passe, Les empreintes du temps, se confier en secret
 Si j’ai oubliĂ© de vous ajouter dites le moi.

Aujourd’hui je me sens : heureuse qu’il y ait plein de soleil depuis quelques temps dĂ©jĂ .

Ce matin la premiĂšre personne Ă  qui j’ai parlĂ© une fois sortie de la maison : Je ne suis pas sorti, je n’ai parlĂ© qu’Ă  mes hommes.

J’ai Ă©tĂ© super contente de : me re-pencher un peu sur ma gĂ©nĂ©alogie et mes illustres ancĂȘtres… J’aime particuliĂšrement une des arriĂšres-grands-mĂšres, Henriette, la grand-mĂšre paternelle de ma mĂšre. D’abord parce que je sais que ma ma mĂšre l’adorait pour se tendresse et sa « bontĂ© (c’est le mot qu’employait ma mĂšre). Ma mĂšre n’aimait pas beaucoup, en revanche, sa grand-mĂšre maternelle qu’elle jugeait sĂ©vĂšre et un peu effrayante. Quand Ă  mes arriĂšres-grands-mĂšres paternelles, en dehors de leur nom et de leur visage surannĂ©s, je ne sais rien. Henriette, Ă©tait belle, douce, Ă©lĂ©gante, riche, Ă©duquĂ©e, protestante… et elle avait 8 frĂšres et sƓurs.

Henriette nĂ©e en 1868, je pense qu’elle Ă  moins de 20 ans sur cette photo

Ça m’a franchement Ă©nervĂ© de : que PĂŽle Emploi ne comprenne encore rien Ă  rien et me demande rembourser tout mon mois de mars alors que je n’ai travaillĂ© que 2 jours en mars. AprĂšs coup de fil Ă  Paul Ça devrait bien se passer. On croise les doigts.

Ma conversation/situation surrĂ©aliste de la semaine : avec une dame bulgare qui fait la manche et Ă  qui je donne 1€ de temps en temps. Elle m’a dit qu’elle Ă©tait en France depuis 1993 et que ça se passait bien pour elle. mĂȘme si elle est toujours assise dans la pisse en face du marchĂ© des Capus. C’est pas Byzance.

Je suis grognon : parce que je passe trop de temps sur mon « smartphone ».

Nan, mais franchement, tu trouves ça normal de/que : les puces soient fermĂ©es mais pas les cavistes? Vive l’alcoolisme? Mais pas les Tabacs? Vive le cancer des poumons? 😩

C’est exquis de : se promener dans les rues de ma ville, au soleil, mĂȘme s’il ne fait pas super chaud.

Ça me rend extatique : de boire un cafĂ© sur un banc, en regardant les pigeons et en Ă©coutant les converations des passants. Je suis une contemplative.

En ce moment je lis : Boule de Suif une nouvelle de Guy de Maupassant, Ă©crite en 1879, que j’aurais du finir en une heure.

Je dis « respect » à : ceux qui quittent leur pays en guerre pour tout reconstruire ailleurs.

Je ne rĂ©siste pas à : croquetas de jamon o queso del andaluz del mercado. Croquettes de jambon ou fromage de l’andaloux du marchĂ©.

J’vais t’dire une bonne chose : j’aurais tellement aimĂ© aller Ă  Buenos Aires. (Prononcer BouĂ©nos AĂŻrĂ©sse, por favor)

Dans ma bagnole je n’ai besoin de personne et j’écoute Ă  fond : rien lĂ  pour le moment mais El Marido m’a fait Ă©couter ça l’autre jour et ça m’a scotchĂ©. J’en ai eu des frissons sur les jambes.

La pensĂ©e hautement philosophique de la semaine : « Que es un soplo la vida, Que veinte años, no es nada »*

Je me taperais bien : une seconde jeunesse

La vĂ©ritĂ© : mais non ça va! Je ne suis pas siiiiii nostalgique que ça…. Bon d’accord un peu.

Cette semaine pour la premiĂšre fois j’ai : achetĂ© du matĂ©, mais je ne m’en suis pas encore prĂ©parĂ©. Ca m’a l’air trĂšs compliquĂ© cette affaire!

Ca m’ennuie un : j’ai trop de chose, de meuble, de linge , de vaisselle dans cet appartement.

L’émission de tv, de radio, ou l’article de presse qui m’a le plus frappĂ© cette semaine c’est : on a vu un chouette film qu’on avait ratĂ© Ă  sa sorti : « Le chant du Loup ». J’ai adorĂ©.

PlutĂŽt que d’ĂȘtre assise Ă  mon bureau, lĂ  tout de suite j’aimerais mieux : ĂȘtre Ă  un cours de tango avec de jolies chaussures exprĂšs faites pour

Le seul hic c’est que je dĂ©teste les chaussures Ă  talons…

Sur ce, bonne soirĂ©e et faites-vous plaiz’ : n’hĂ©sitez pas Ă  faire mon questionnaire de ronchonne!

*Carlos Gardel : Volver (la chanson et les paroles traduites par moi ici)