Comme un dimanche soir.

Aujourd’hui pris un mĂ©chant petit coup de soleil en me promenant aux puces et sur les quais. C’est bien cuisant. Quand je fais les puces ma mĂ©fiance tombe.

Je suis parti de la maison Ă  7h30, histoire de voir les brocs avant l’arrivĂ©e massive des « gens » et des touristes. Les antiquaires, eux, arrivent avant. Souvent ils partent quand j’arrive! Parfois je coĂŻncident avec eux et c’est intĂ©ressant de les Ă©couter parler, de les espionner un peu. AprĂšs quand ils sont au cul d’un camion, tu peux partir, ils ne te laissent pas trop de chance de t’approcher. Des mouettes au cul du chalutier.

Aujourd’hui j’ai fait une jolie rĂ©colte, un beau plat en « terre de fer » (j’ai pas encore fait les photos), une trĂšs jolie carafe en verre bleu… Deux petites tasses « bleuets » et un petit ravier « bleuets » en forme de coquille Saint-Jaques et quelques autres trucs Ă  photographier et Ă  mettre sur ma boutique.

J’ai vendu aux US une petite tasse achetĂ© vraiment le minimum, et quand je dis le minimum, c’est pas plus. La personne paye plus en frais de port que pour l’objet. Je suis heureuse de ne pas m’ĂȘtre trompĂ© le jour oĂč j’ai pensĂ© la vendre 13 fois le prix que je l’ai achetĂ©.

Le diamĂštre de la tasse est celui d’une piĂšce de un euro.

Mercredi il faisait une chaleur Ă©touffante, avec un soleil type « fer Ă  repasser », et c’est le jour que j’ai choisi pour aller avec ma cacahuĂšte, dont la vitre conducteur ne s’ouvre plus, rive droite, Ă  l’autre bout du monde pour essayer une Twingo et l’acheter (Ă  crĂ©dit sur 5 ans/ le crĂ©dit n’est pas encore acceptĂ©). La Twingo aura la clim. Ces derniers temps avec ma vieille guimbarde Ă  la fenĂȘtre bloquĂ©e et l’eau qui rentre dedans par je ne sais oĂč quand il y a de l’orage, les trajets Ă©taient devenus TRES pĂ©nible avec la mini canicule que nous avons eu.

J’espĂšre que je vais finir par l’aimer autant que ma pauvre Titine, si gentille et fidĂšle.

Autrement, officiellement c’est ma derniĂšre semaine au lycĂ©e. A moins que le mec que je remplace soit prolongĂ© jusqu’au 6 juillet, ce qu’il ne souhaite pas.

La semaine derniĂšre j’ai continuĂ© mon rĂ©colement, c’est un Ă©norme travail. Et j’ai beaucoup dĂ©sherbĂ© et mis au pilon. j’ai contactĂ© une entreprise « solidaire » qui viendra chercher tout ce que j’ai pilonĂ©. (j’en rajouterai sĂ»rement un peu d’ici lĂ .

Tout cela implique aussi quasiment mes sept heures de travail par jour de boulot sur la base de donnĂ©es. Il faut corriger, harmoniser, supprimer. Plein de trucs… Pis y’a toujours le prof qui passe la tĂȘte et qui dit « Ă‡a va tu t’ennuies pas trop Ă  rien faire? ». Alors que je bosse sans pause et que je me demande, non je ne me demande pas : je sais que je n’aurais pas le temps de faire tout ce que je voudrais faire. Mais j’aurai le temps de boucler les objectifs que je me suis fixĂ©.

Autrement la Dewey, ou plutĂŽt son utilisation acadabrantesque, me fait toujours rire ou me met en colĂšre je ne sais plus. Un/une doc, a une la bonne idĂ©e Ă  un moment donnĂ© de coter les « CĂ©dric » et les « Boule et Bill, BD rigolotes pour enfant/ado ou adulte restĂ© juvĂ©nile 😉 en Dewey. Ce qui nous nous donne :

741.508 3 = Albums de bande dessinĂ©e, romans graphiques, romans-photos, dessins humoristiques, caricatures, bandes dessinĂ©es – Étude en relation avec les jeunes.

C’est Ă  rire ou Ă  pleurer? Franchement? La personne qui a fait ça est complĂštement zinzin. Oser, faire une Ă©tiquette comme ça et la coller sur des BD… Chapeau!

Si j’ai le temps je recoterai toutes les BD, physiquement (le bouquin) et dans la base de donnĂ©e. C’est quand mĂȘme du boulot. Je ne le ferai que si je ne finis pas cette semaine. Il me reste encore un petit boulot d’archivages des magazines Ă  faire, qui peut facilement m’occuper jusqu’Ă  vendredi. Mais j’en ai dĂ©jĂ  fait Ă©normĂ©ment en dĂ©but de contrat et je vais faire juste une journĂ©e de plus. Faut pas charrier. Dix ans sans archiver ça se rattrape pas comme ça. En plus ça me gonfle, parce qu’on ne doit pas garder plus de cinq ans d’archives de presse. « Coucou, tu t’ennuies pas trop sans rien faire? » Grrr.

Les quais ce matin. Plusieurs grand et beaux bateaux Ă©taient Ă  quai.

Allez zou : demain matin 7h15 El Joven et moi partons, lui vers son grand oral, moi vers mes bouquins pourris, alors : dodo!

Bisous et Ă  bientĂŽt!

Ceci est un article sans titre

DrÎle de semaine. Mais commençons par le week-dernier :

Dimanche dernier j’ai eu le plaisir de faire les puces et le marchĂ© aussi un peu. J’ai marchĂ©, plaisantĂ©, marchandĂ©, bu du cafĂ©, profitĂ© du soleil et de la bonne humeur.

Sur ma boutique j’ai vendu les deux canevas Elle et Lui, une boule de sulfure et le petit miroir que j’avais mis en illustration de mon dernier post. La fille qui l’a achetĂ© Ă©tait super contente et m’a envoyĂ© une photo de comment elle l’avait installĂ©, ce qui m’a fait trĂšs plaisir Ă©galement.

J’ai aussi vendu le dessous de plat des annĂ©es 70 avec boite Ă  musique intĂ©grĂ©e qui joue « la vie en rose », j’ai fait une « remise en main propre » Ă  un homme qui l’achetait pour sa fille et s’Ă©tait une rencontre autour d’un cafĂ©, un peu « malaisante ». Je buvais un cafĂ© pour l’attendre et en arrivant il a commandĂ© un thĂ©. Je ne savais plus comment m’en dĂ©faire. Je suis quand mĂȘme partie avant qu’il ait fini son thĂ©. La politesse Ă  ses limites.

J’ai achetĂ© de nouveaux objets que j’ai bien nĂ©gociĂ©, c’est un jeu de « charme » que j’aime beaucoup et que certains vendeurs aiment aussi. Est-ce que je vous ai racontĂ© l’histoire du type qui baissait son prix, avant mĂȘme que j’ai ouvert la bouche?
– 10? 8? 5?
– Bon, ben ok alors » 😀

Je me donne un budget pour la matinĂ©e et faut que « Ă§a rentre ».

J’ai trouvĂ© ces petits marquis et marquise trĂšs sympas et les ai mis dans la boutique. Ce qui est horriblement difficile, c’est d’en trouver sans Ă©brĂ©chures, vu leur Ăąge et le fait qu’ils ont souvent Ă©tĂ© remisĂ©s dans des cartons Ă  la cave ou au grenier. Je les aime beaucoup, ils n’ont aucune Ă©brĂ©chure Est-ce fin XIXĂšme, dĂ©but XXĂšme? Je ne sais pas… La marque sur le dessous est ancienne Ă  la main, compliquĂ©e. Mais je n’ai pas rĂ©ussie Ă  trouvĂ© de quelle fabrique c’Ă©tait l’estampillage. Je m’y replongerai.

Lundi retour donc au taf : Lundi la semaine Ă  bien commencĂ© dans « mon » CDI, bien que je souffre beaucoup de l’Ă©tat du trafic sur les boulevards et du stress Ă©norme que ça gĂ©nĂšre pour moi, plus le fait de devoir se garer loin de mon lycĂ©e pour ne pas payer 35 € de parking par jour
 Pour ce qui est des boulevards : il n’y plus qu’une seule voie de circulation dans un sens comme dans l’autre. La deuxiĂšme Ă©tant rĂ©servĂ©e aux bus et aux cyclistes.

J’ai repris et terminĂ© le rĂ©colement* des « 843 ». Les 843 c’est la Fiction Française en Dewey. Je ne sais pas pourquoi dans ce CDI on utilise cette cotation pour les fictions-romans, alors que partout ailleurs et dans les bibliothĂšques on utilise R.

J’explique : dans mon CDI les bouquins de Zola vont ĂȘtre cĂŽtĂ© en 843 ZOL. Ce n’est pas trĂšs parlant pour les usager. « Ppartout ailleurs  » ça serait R ZOL. R comme roman. T comme thĂ©Ăątre P comme poĂ©sie, SF comme… devinez. Dans mon CDI, un ou une doc dans les annĂ©es 50 a dĂ©cidĂ© que ça ne serait pas simple et peronne n’a eu envie depuis de revenir Ă  quelque chose de plus intuitif et en usage partout.

Mais en plus, c’est bien ridicule car si on utilise la classification Dewey, il faut l’utiliser bien. Si non cela n’a aucun sens. Mais lĂ  non. Les documentalistes prĂ©cĂ©dents on mis HomĂšre, Shakespeare, Zweig, Balzac, Camus ou Pascal Sevran en 843 😩
840 = Littérature française. 843 = Roman/fiction français

Alors que… HomĂšre : devrait se trouver en… Je sais plus quoi. Mais surement pas parmi les romans français.
Shakespeare : devrait se trouver quelque part en 822 = LittĂ©rature dramatique anglaise (thĂ©Ăątre anglais) et mĂȘme en 822.3 pour affiner
Zweig : devait ĂȘtre en 830 (LittĂ©rature allemande)
Camus : en 843 on est d’accord, mais il devrait ĂȘtre en 843.91 = ƒuvres de fiction françaises (XXe siĂšcle) et puis on peut affiner : 843.913 ƒuvres de fiction françaises de 1945 Ă  nos jours…
Sevran ( moua ha ha ha!) : Ă  la poubelle et pis c’est tout, ou alors en autobiographie et encore…

Bref, la Dewey c’est pour les BU et les trÚÚÚÚÚs grandes bibliothĂšques avec tellement de bouquins qu’il faut affiner les classification Ă  l’infini.
Dans toutes les BM et CDI normaux on classe les bouquins simplement : Romans, thĂ©atre, poĂ©sie, policiers, SF, Manga,etc…
Enfin je m’Ă©nerve toute seule alors que ce n’est pas intĂ©ressant. mais quand mĂȘme j’ai trouvĂ© les deux seuls mangas en 843! 😩

Je j’ai pas pu rĂ©sister : j’ai sorti tous les contes et autres lĂ©gendes et j’ai crĂ©Ă© un petit rayon pour eux…. en 398.2 : LittĂ©rature populaire orale (contes, lĂ©gendes, ogres, ouvrages gĂ©nĂ©raux sur les mythes) … 398 – Folklore. Du coup physiquement ils ne devraient pas se trouver prĂšs de la littĂ©rature mais prĂšs dans la section 300 : Sciences sociales, sociologie et anthropologie. Mais je les ai quand mĂȘme mis avec de la littĂ©rature. Ça risque de dĂ©plaire. On aurait pas ce problĂšme si ils Ă©tait en « C »

Tout cela pour vous dire que ce matin je n’ai pas Ă©tĂ© aux puces. Pourtant il faisait grand soleil et ça aurait Ă©tĂ© super. Mais je suis en arrĂȘt maladie. Mardi matin je me suis rĂ©veillĂ©e avec un abcĂšs au sein droit. Mercredi j’Ă©tais trĂšs fatiguĂ©e et ça avait pris la moitiĂ© du sein. J’ai enfin pu avoir un RDV mĂ©dical jeudi (ça avait encore grossi). Prise de sang, arrĂȘt maladie, antibios, re-toubib demain, Ă©chographie mardi. C’est pas la joie. Pas la joie du tout. Je vous passe les dĂ©tails. Je suis trĂšs fatiguĂ©e mais j’ai hĂąte de retrouver mes bouquins pour pouvoir encore rĂąler.

Bon dimanche Ă  toutes et tous.

* RĂ©colement : Cette opĂ©ration a pour but de vĂ©rifier l’intĂ©gritĂ© des collections d’une bibliothĂšque. La comparaison entre le fonds rĂ©ellement prĂ©sent et le fonds thĂ©orique indiquĂ© par le registre d’inventaire permet de repĂ©rer les ouvrages manquants ou abĂźmĂ©s, de reclasser les ouvrages mal classĂ©s et de mettre Ă  jour et actualiser le catalogue. Le rĂ©colement peut orienter les acquisitions dans le cas d’ouvrages manquants ou en mauvais Ă©tat. Il permet Ă©galement bien sĂ»r, le dĂ©sherbage et la mise au pilon.
DĂ©sherbage : le dĂ©sherbage consiste Ă  retirer du fonds documentaire les livres en mauvais Ă©tat, trop vieux, trop sales, inadĂ©quates, obsolĂštes, ordinaires… Selon le CDI (collĂšge ou lycĂ©e) ou la bibliothĂšque, les critĂšres ne seront pas les mĂȘmes. Bon bref, on peut en reparler un autre jour.