Je ne teul’fais pas dire « ma petite fille »!

Le  « Je ne teul’fais pas dire! »  nouveau est arrivĂ©! Vous pouvez le reprendre chez vous, y rĂ©pondre dans les com’, en faire ce que vous voulez en tous cas 
 Ça me fera plaisir de vous lire! Pour copier les questions toutes prĂȘtes sans vous embĂȘter il faut dans la colonne de droite sur le canevas.

J’ajoute ici les liens vers les blogs qui participe :  Roseleen, Dr Caso, Peru y Francia, Valvita, Blanche, Catsud, Jenny, Cara, Un ange qui passe, Les empreintes du temps, se confier en secret
 Si j’ai oubliĂ© de vous ajouter dites le moi. Et si vous ne voulez plus le faire dites le mois je corrigerai 😉

Aujourd’hui je me sens :soulagĂ©e et mieux qu’hier. Hier je pensais que tout partait en cachuĂšte : l’achat de ma nouvelle bagnole d’occas’, mon sein droit, PĂŽle Emploi, le chat qui fait caca n’importe oĂč… Mais aujour’hui ça va mieux.

Ce matin la premiĂšre personne Ă  qui j’ai parlĂ© une fois sortie de la maison : Ă©tait Clothaire, le serveur du restau oĂč nous avons fĂȘtĂ© le bac del Joven, mention « bien ».

J’ai Ă©tĂ© super contente que : El Joven ait 20/20 au Grand Oral du bac!

Ça m’a franchement Ă©nervĂ© de : un peu Ă©nervĂ© que les serveurs de l’Ă©duc nat’ soient en vrac et qu’on doivent attendre au moins une demie heure avant de voir les rĂ©sultats et une demie heure de plus pour voir les notes. J’Ă©tais pas Ă©nervĂ©e, mais impatiente.

Ma conversation/situation surrĂ©aliste de la semaine : c’Ă©tait probablement de passer une aprĂšs-midi avec ma meilleure amie de fac que je n’avais pas vu depuis dĂ©cembre 1988. C’Ă©tait gĂ©nial, on Ă©tait hyper contentes et sur la mĂȘme longueur d’onde. On a prĂ©vu d’aller voir les deux Alfred ensemble ce mois-ci

Je suis grognon : parce que j’ai achetĂ© Ă  crĂ©dit une Twingo de 2017 en concession et qu’au moment de partir avec (je l’avais essayer 15 jours avant) la batterie Ă©tait Ă  plat 😩

Nan, mais franchement, tu trouves ça normal de/que : ce bip de vendeur ne m’ait pas trouvĂ© le moyen de changer la batterie illico statim?

C’est exquis d’ : aller se faire prendre les empreintes des mĂąchoires chez le dentiste? Non, je ne crois pas, non.

Ça me rend extatique : bof je sais pas. La fin de l’annĂ©e ne m’a pas rendue extatique et j’ai un peu de mal Ă  m’extasier.

En ce moment je lis : Bon il faut que je commence L’attrape-coeurs de J. D. Salinger. Je manque de motivation. Il me faudrait une villa Ă  la plage pour me motiver.

Je dis « respect » à : mon fils, of course. Le sujet de son « Grand Oral » (C’est tellement pompeux), Ă©tait la stĂ©ganographie.

Je ne rĂ©siste pas à : chiner et Ă  vendre sur ma petite boutique. C’est rigolo.

J’vais t’dire une bonne chose : ma grand-mĂšre disait toujours « J’me suis dit « ma p’tite fille… » et s’en suivait la dĂ©cision qu’elle avait prise. Ma grand-mĂšre mettait de l’eau dans son vin, c’est pas bĂȘte. Mon frĂšre fait pareil, d’ailleurs.

Dans ma bagnole je n’ai besoin de personne et j’écoute Ă  fond : alors dans ma nouvelle bagnole, l’autre jour j’ai mis France Cu’ pour changer et j’ai trouvĂ© ça intĂ©ressant jusqu’Ă  ce que je trouve ça franchement barbant.

La pensĂ©e hautement philosophique de la semaine : « Si j’avais su, j’aurais pas v’nu »

Je me taperais bien : un « Cuba libre ». Ça me rend malade mais au moins j’aurais une raison de vomir.

J’ai Ă©tĂ© raisonnable : je n’ai pas bu de Cuba Libre

Cette semaine pour la premiĂšre fois j’ai : vu mon chat lĂącher 4 crottes sur mon linge propre en attente de pliage et ça ne m’a pas fait rigoler.

C’est bien la derniùre fois que je : je prends un chat en appartement.

L’émission de tv, de radio, ou l’article de presse qui m’a le plus frappĂ© cette semaine c’est : ma langue au chat

PlutĂŽt que d’ĂȘtre assise Ă  mon bureau, lĂ  tout de suite j’aimerais mieux : ĂȘtre dans une faille spatio-temporelle, avoir 25 ans et faire la planche dans un lagon.

Sur ce, bonne soirĂ©e et faites-vous plaiz’ : n’hĂ©sitez pas Ă  faire mon questionnaire de ronchonne!

Comme un dimanche soir.

Aujourd’hui pris un mĂ©chant petit coup de soleil en me promenant aux puces et sur les quais. C’est bien cuisant. Quand je fais les puces ma mĂ©fiance tombe.

Je suis parti de la maison Ă  7h30, histoire de voir les brocs avant l’arrivĂ©e massive des « gens » et des touristes. Les antiquaires, eux, arrivent avant. Souvent ils partent quand j’arrive! Parfois je coĂŻncident avec eux et c’est intĂ©ressant de les Ă©couter parler, de les espionner un peu. AprĂšs quand ils sont au cul d’un camion, tu peux partir, ils ne te laissent pas trop de chance de t’approcher. Des mouettes au cul du chalutier.

Aujourd’hui j’ai fait une jolie rĂ©colte, un beau plat en « terre de fer » (j’ai pas encore fait les photos), une trĂšs jolie carafe en verre bleu… Deux petites tasses « bleuets » et un petit ravier « bleuets » en forme de coquille Saint-Jaques et quelques autres trucs Ă  photographier et Ă  mettre sur ma boutique.

J’ai vendu aux US une petite tasse achetĂ© vraiment le minimum, et quand je dis le minimum, c’est pas plus. La personne paye plus en frais de port que pour l’objet. Je suis heureuse de ne pas m’ĂȘtre trompĂ© le jour oĂč j’ai pensĂ© la vendre 13 fois le prix que je l’ai achetĂ©.

Le diamĂštre de la tasse est celui d’une piĂšce de un euro.

Mercredi il faisait une chaleur Ă©touffante, avec un soleil type « fer Ă  repasser », et c’est le jour que j’ai choisi pour aller avec ma cacahuĂšte, dont la vitre conducteur ne s’ouvre plus, rive droite, Ă  l’autre bout du monde pour essayer une Twingo et l’acheter (Ă  crĂ©dit sur 5 ans/ le crĂ©dit n’est pas encore acceptĂ©). La Twingo aura la clim. Ces derniers temps avec ma vieille guimbarde Ă  la fenĂȘtre bloquĂ©e et l’eau qui rentre dedans par je ne sais oĂč quand il y a de l’orage, les trajets Ă©taient devenus TRES pĂ©nible avec la mini canicule que nous avons eu.

J’espĂšre que je vais finir par l’aimer autant que ma pauvre Titine, si gentille et fidĂšle.

Autrement, officiellement c’est ma derniĂšre semaine au lycĂ©e. A moins que le mec que je remplace soit prolongĂ© jusqu’au 6 juillet, ce qu’il ne souhaite pas.

La semaine derniĂšre j’ai continuĂ© mon rĂ©colement, c’est un Ă©norme travail. Et j’ai beaucoup dĂ©sherbĂ© et mis au pilon. j’ai contactĂ© une entreprise « solidaire » qui viendra chercher tout ce que j’ai pilonĂ©. (j’en rajouterai sĂ»rement un peu d’ici lĂ .

Tout cela implique aussi quasiment mes sept heures de travail par jour de boulot sur la base de donnĂ©es. Il faut corriger, harmoniser, supprimer. Plein de trucs… Pis y’a toujours le prof qui passe la tĂȘte et qui dit « Ă‡a va tu t’ennuies pas trop Ă  rien faire? ». Alors que je bosse sans pause et que je me demande, non je ne me demande pas : je sais que je n’aurais pas le temps de faire tout ce que je voudrais faire. Mais j’aurai le temps de boucler les objectifs que je me suis fixĂ©.

Autrement la Dewey, ou plutĂŽt son utilisation acadabrantesque, me fait toujours rire ou me met en colĂšre je ne sais plus. Un/une doc, a une la bonne idĂ©e Ă  un moment donnĂ© de coter les « CĂ©dric » et les « Boule et Bill, BD rigolotes pour enfant/ado ou adulte restĂ© juvĂ©nile 😉 en Dewey. Ce qui nous nous donne :

741.508 3 = Albums de bande dessinĂ©e, romans graphiques, romans-photos, dessins humoristiques, caricatures, bandes dessinĂ©es – Étude en relation avec les jeunes.

C’est Ă  rire ou Ă  pleurer? Franchement? La personne qui a fait ça est complĂštement zinzin. Oser, faire une Ă©tiquette comme ça et la coller sur des BD… Chapeau!

Si j’ai le temps je recoterai toutes les BD, physiquement (le bouquin) et dans la base de donnĂ©e. C’est quand mĂȘme du boulot. Je ne le ferai que si je ne finis pas cette semaine. Il me reste encore un petit boulot d’archivages des magazines Ă  faire, qui peut facilement m’occuper jusqu’Ă  vendredi. Mais j’en ai dĂ©jĂ  fait Ă©normĂ©ment en dĂ©but de contrat et je vais faire juste une journĂ©e de plus. Faut pas charrier. Dix ans sans archiver ça se rattrape pas comme ça. En plus ça me gonfle, parce qu’on ne doit pas garder plus de cinq ans d’archives de presse. « Coucou, tu t’ennuies pas trop sans rien faire? » Grrr.

Les quais ce matin. Plusieurs grand et beaux bateaux Ă©taient Ă  quai.

Allez zou : demain matin 7h15 El Joven et moi partons, lui vers son grand oral, moi vers mes bouquins pourris, alors : dodo!

Bisous et Ă  bientĂŽt!

Ceci est un article sans titre

DrÎle de semaine. Mais commençons par le week-dernier :

Dimanche dernier j’ai eu le plaisir de faire les puces et le marchĂ© aussi un peu. J’ai marchĂ©, plaisantĂ©, marchandĂ©, bu du cafĂ©, profitĂ© du soleil et de la bonne humeur.

Sur ma boutique j’ai vendu les deux canevas Elle et Lui, une boule de sulfure et le petit miroir que j’avais mis en illustration de mon dernier post. La fille qui l’a achetĂ© Ă©tait super contente et m’a envoyĂ© une photo de comment elle l’avait installĂ©, ce qui m’a fait trĂšs plaisir Ă©galement.

J’ai aussi vendu le dessous de plat des annĂ©es 70 avec boite Ă  musique intĂ©grĂ©e qui joue « la vie en rose », j’ai fait une « remise en main propre » Ă  un homme qui l’achetait pour sa fille et s’Ă©tait une rencontre autour d’un cafĂ©, un peu « malaisante ». Je buvais un cafĂ© pour l’attendre et en arrivant il a commandĂ© un thĂ©. Je ne savais plus comment m’en dĂ©faire. Je suis quand mĂȘme partie avant qu’il ait fini son thĂ©. La politesse Ă  ses limites.

J’ai achetĂ© de nouveaux objets que j’ai bien nĂ©gociĂ©, c’est un jeu de « charme » que j’aime beaucoup et que certains vendeurs aiment aussi. Est-ce que je vous ai racontĂ© l’histoire du type qui baissait son prix, avant mĂȘme que j’ai ouvert la bouche?
– 10? 8? 5?
– Bon, ben ok alors » 😀

Je me donne un budget pour la matinĂ©e et faut que « Ă§a rentre ».

J’ai trouvĂ© ces petits marquis et marquise trĂšs sympas et les ai mis dans la boutique. Ce qui est horriblement difficile, c’est d’en trouver sans Ă©brĂ©chures, vu leur Ăąge et le fait qu’ils ont souvent Ă©tĂ© remisĂ©s dans des cartons Ă  la cave ou au grenier. Je les aime beaucoup, ils n’ont aucune Ă©brĂ©chure Est-ce fin XIXĂšme, dĂ©but XXĂšme? Je ne sais pas… La marque sur le dessous est ancienne Ă  la main, compliquĂ©e. Mais je n’ai pas rĂ©ussie Ă  trouvĂ© de quelle fabrique c’Ă©tait l’estampillage. Je m’y replongerai.

Lundi retour donc au taf : Lundi la semaine Ă  bien commencĂ© dans « mon » CDI, bien que je souffre beaucoup de l’Ă©tat du trafic sur les boulevards et du stress Ă©norme que ça gĂ©nĂšre pour moi, plus le fait de devoir se garer loin de mon lycĂ©e pour ne pas payer 35 € de parking par jour
 Pour ce qui est des boulevards : il n’y plus qu’une seule voie de circulation dans un sens comme dans l’autre. La deuxiĂšme Ă©tant rĂ©servĂ©e aux bus et aux cyclistes.

J’ai repris et terminĂ© le rĂ©colement* des « 843 ». Les 843 c’est la Fiction Française en Dewey. Je ne sais pas pourquoi dans ce CDI on utilise cette cotation pour les fictions-romans, alors que partout ailleurs et dans les bibliothĂšques on utilise R.

J’explique : dans mon CDI les bouquins de Zola vont ĂȘtre cĂŽtĂ© en 843 ZOL. Ce n’est pas trĂšs parlant pour les usager. « Ppartout ailleurs  » ça serait R ZOL. R comme roman. T comme thĂ©Ăątre P comme poĂ©sie, SF comme… devinez. Dans mon CDI, un ou une doc dans les annĂ©es 50 a dĂ©cidĂ© que ça ne serait pas simple et peronne n’a eu envie depuis de revenir Ă  quelque chose de plus intuitif et en usage partout.

Mais en plus, c’est bien ridicule car si on utilise la classification Dewey, il faut l’utiliser bien. Si non cela n’a aucun sens. Mais lĂ  non. Les documentalistes prĂ©cĂ©dents on mis HomĂšre, Shakespeare, Zweig, Balzac, Camus ou Pascal Sevran en 843 😩
840 = Littérature française. 843 = Roman/fiction français

Alors que… HomĂšre : devrait se trouver en… Je sais plus quoi. Mais surement pas parmi les romans français.
Shakespeare : devrait se trouver quelque part en 822 = LittĂ©rature dramatique anglaise (thĂ©Ăątre anglais) et mĂȘme en 822.3 pour affiner
Zweig : devait ĂȘtre en 830 (LittĂ©rature allemande)
Camus : en 843 on est d’accord, mais il devrait ĂȘtre en 843.91 = ƒuvres de fiction françaises (XXe siĂšcle) et puis on peut affiner : 843.913 ƒuvres de fiction françaises de 1945 Ă  nos jours…
Sevran ( moua ha ha ha!) : Ă  la poubelle et pis c’est tout, ou alors en autobiographie et encore…

Bref, la Dewey c’est pour les BU et les trÚÚÚÚÚs grandes bibliothĂšques avec tellement de bouquins qu’il faut affiner les classification Ă  l’infini.
Dans toutes les BM et CDI normaux on classe les bouquins simplement : Romans, thĂ©atre, poĂ©sie, policiers, SF, Manga,etc…
Enfin je m’Ă©nerve toute seule alors que ce n’est pas intĂ©ressant. mais quand mĂȘme j’ai trouvĂ© les deux seuls mangas en 843! 😩

Je j’ai pas pu rĂ©sister : j’ai sorti tous les contes et autres lĂ©gendes et j’ai crĂ©Ă© un petit rayon pour eux…. en 398.2 : LittĂ©rature populaire orale (contes, lĂ©gendes, ogres, ouvrages gĂ©nĂ©raux sur les mythes) … 398 – Folklore. Du coup physiquement ils ne devraient pas se trouver prĂšs de la littĂ©rature mais prĂšs dans la section 300 : Sciences sociales, sociologie et anthropologie. Mais je les ai quand mĂȘme mis avec de la littĂ©rature. Ça risque de dĂ©plaire. On aurait pas ce problĂšme si ils Ă©tait en « C »

Tout cela pour vous dire que ce matin je n’ai pas Ă©tĂ© aux puces. Pourtant il faisait grand soleil et ça aurait Ă©tĂ© super. Mais je suis en arrĂȘt maladie. Mardi matin je me suis rĂ©veillĂ©e avec un abcĂšs au sein droit. Mercredi j’Ă©tais trĂšs fatiguĂ©e et ça avait pris la moitiĂ© du sein. J’ai enfin pu avoir un RDV mĂ©dical jeudi (ça avait encore grossi). Prise de sang, arrĂȘt maladie, antibios, re-toubib demain, Ă©chographie mardi. C’est pas la joie. Pas la joie du tout. Je vous passe les dĂ©tails. Je suis trĂšs fatiguĂ©e mais j’ai hĂąte de retrouver mes bouquins pour pouvoir encore rĂąler.

Bon dimanche Ă  toutes et tous.

* RĂ©colement : Cette opĂ©ration a pour but de vĂ©rifier l’intĂ©gritĂ© des collections d’une bibliothĂšque. La comparaison entre le fonds rĂ©ellement prĂ©sent et le fonds thĂ©orique indiquĂ© par le registre d’inventaire permet de repĂ©rer les ouvrages manquants ou abĂźmĂ©s, de reclasser les ouvrages mal classĂ©s et de mettre Ă  jour et actualiser le catalogue. Le rĂ©colement peut orienter les acquisitions dans le cas d’ouvrages manquants ou en mauvais Ă©tat. Il permet Ă©galement bien sĂ»r, le dĂ©sherbage et la mise au pilon.
DĂ©sherbage : le dĂ©sherbage consiste Ă  retirer du fonds documentaire les livres en mauvais Ă©tat, trop vieux, trop sales, inadĂ©quates, obsolĂštes, ordinaires… Selon le CDI (collĂšge ou lycĂ©e) ou la bibliothĂšque, les critĂšres ne seront pas les mĂȘmes. Bon bref, on peut en reparler un autre jour.

Brocanteuse du dimanche

Hier et aujourd’hui j’ai beaucoup travaillĂ© sur ma petite boutique de brocante. Les photos prennent du temps Ă  faire mais ce n’est pas le plus long. Il faut ensuite les tĂ©lĂ©charger, les recadrer, Ă©liminer les moches, etc. Le plus long, c’est de bien se renseigner sur l’objet pour ne pas dire de bĂȘtises, surtout concernant la pĂ©riode. Quand j’achĂšte quelque chose, je sais que j’achĂšte un objet ancien ou pas. Je sais qu’une coupe est ancienne quand il y a avait la mĂȘme chez ma grand-mĂšre couverte de poussiĂšre noire et collĂ©e et qu’elle considĂ©rait que c’Ă©tait bien dĂ©modĂ©… C’Ă©tait des choses d’avant guerre… Des trucs qui Ă©taient au grenier depuis trĂšs longtemps. Et puis j’ai toujours adorĂ© les objets anciens.

Chez mon autre grand mĂšre il y a avait une dinette qui datait de l’enfance de sa mĂšre. Donc quand je vois des objets similaires, je sais tout de suite que c’est vers 1880 et pas 1980 😉 Je sais que des bulles dans un verre, que ce soit les carreaux d’une fenĂȘtre (comme dans un de mes anciens appart du vieux Bx) ou dans un verre pour boire vont nous rapprocher du dĂ©but du 20Ăšme ou de la fin du 19Ăšme… AprĂšs ça dĂ©pend de plein de choses… Et personne n’est infaillible. Mais les marques sous les porcelaines, nous donne des indications trĂšs prĂ©cises, mĂȘme si parfois ça demande beaucoup de recherches…

Bien sĂ»r on peu chipoter sur mes connaissances. Mais bon. J’ai l’Ɠil. Je me rappelle trĂšs bien d’intĂ©rieurs anciens, chez des cousins, des amis de ma grand-mĂšre, mariĂ©s dans les annĂ©es 20 ou tout Ă©tait restĂ© dans son jus… J’ai toujours Ă©normĂ©ment REGARDER les objets anciens, plus ou moins anciens.

Ce matin j’ai achetĂ© un petit canard, tout simple, mais trĂšs fin. AprĂšs recherche, il s’avĂšre que je ne me suis pas trompĂ© : c’est de la porcelaine allemande et sa « marque » (marque qui peut ĂȘtre imprimĂ©e ou faite Ă  la main. Le signe, l’emprunte, le symbole.) comme rĂ©vĂšle qu’il est des annĂ©es 1920. Cette recherche m’a pris du temps et m’a passionnĂ© aussi. Je sais que mon petit canard paraitra tout bĂȘte, et mĂȘme kitch, Ă  certains que je ne nommerai pas… Mais je l’ai mis sur ma boutique et j’espĂšre bien qu’il trouvera acquĂ©reur. Peut-ĂȘtre en Allemagne sont pays d’origine?

Vous pouvez le trouver sur ma petite brocante en ligne https://www.etsy.com/fr/shop/BrocAndArt

J’apprends des tonnes de choses sur les verreries, les porcelaines de France, d’Angleterre, d’Allemagne, d’Espagne…

Sur les brocantes il y a beaucoup de choses « dans le gout de », beaucoup moins fins… On voit tout de suite que c’est plus grossier. Mon petit canard lui est ravissant.

Par exemple une porcelaine de Lladro est un truc trĂšs kitch mais extrĂȘmement fin et qui a sa petit cote. Alors qu’une imitation de Lladro est un truc banal et qui ne vaut rien… Bizarrement j’ai une oie de Lladro que j’aime bien. Canard. Cliquez lĂ  pour voir le prix des danseuses de la fameuse marque catalane-espagnole.

J’aime aussi acheter des choses vĂ©ritablement kitch et pas chĂšres des annĂ©es 70. C’est amusant, moins cher et et tout aussi charmant dans un genre diffĂ©rent. Il faut de tout pur faire un monde.

Ce matin, premier dimanche de broc’, aprĂšs des mois « sans », tout le monde Ă©taient joyeux et et trĂšs animĂ©. Les brocs voulaient vendre beaucoup car ils avaient beaucoup de stock, les acheteurs avaient envie d’acheter. Avec chaque vendeur je fĂȘtais les retrouvailles par un peu plus d’Ă©changes et de plaisanteries qu’habituellement. Habituellement je suis dĂ©jĂ  trĂšs bavarde et blagueuse avec les vendeurs. Bref, ce fĂ»t une matinĂ©e vraiment super agrĂ©able, avec le soleil, le cafĂ© et « les affaires ».

Bon je vous laisse j’ai pas fini de « travailler » sur ma brocante.

Bisous et bonne soirée.

Je ne teul’fais pas dire! En paus’dĂ©j’

Le  « Je ne teul’fais pas dire! »  nouveau est arrivĂ©! Vous pouvez le reprendre chez vous, y rĂ©pondre dans les com’, en faire ce que vous voulez en tous cas 
 Ça me fera plaisir de vous lire! Pour copier les questions toutes prĂȘtes sans vous embĂȘter il faut dans la colonne de droite sur le canevas.

J’ajoute ici les liens vers les blogs qui participe :  RoseleenDr CasoPeru y FranciaValvitaBlancheCatsudJennyCaraUn ange qui passeLes empreintes du tempsse confier en secret
 Si j’ai oubliĂ© de vous ajouter dites le moi.

Aujourd’hui je me sens : un peu frigorifiĂ©e. Il fait 17° dans mon CDI. Mais je laisse les deux portes ouvertes. Faut Ă©vacuer le virus au cas oĂč il oserait entrer…

Ce matin la premiĂšre personne Ă  qui j’ai parlĂ© une fois sortie de la maison : Juliette (c’est pas son nom) la fille de l’accueil. Les gens de ce bahut sont Ă  98% charmants. J’en connais deux qui sont pas charmants.

Je suis super contente que : tous les profs me félicitent pour mon taf.

Ça m’a franchement Ă©nervĂ© de : qu’une prof rentre dans « mon CDI » sans masque et avec un parfum dĂ©gueu. J’ai mĂȘme ouvert les fenĂȘtres quand elle est sortie alors qu’il pleut (et qu’on se caille).

Ma conversation/situation surrĂ©aliste de la semaine : « J’ai priĂ© pendant 4 jours et ça va beaucoup mieux ».

Je suis grognon : Ă  cause de la voie de circulation en moins sur les boulevards. Et oui, j’ai toujours pas digĂ©rĂ©.

Nan, mais franchement, tu trouves ça normal de/que : les Ă©diteurs envoient des tonnes de catalogues papiers pour les profs ? Alors que tout es accessible sur le net et que donc je n’ai qu’Ă  jeter ces dizaines de catalogues?

C’est exquis de : de penser que dimanche il y aura les puces.

Ça me rend extatique : de penser que dimanche il aura les puces.

En ce moment je lis : Je vais commencer « Agua para chocolate » titre traduit par « Chocolat amer » Roman de Laura Esquivel. La traduction comme toujours est une trahison. « Agua para chocolate » littĂ©ralement « de l’eau pour le chocolat » signifie « de l’eau trĂšs chaude, voir bouillante, prĂȘte pour faire du chocolat chaud ». Une traduction comme « Chaud bouillant » serait pas mal mais on perdrait le chocolat qui ajoute une note « sucrĂ©e ».Bref, le titre Ă©voque de toutes façons, plus l’explosion proche, la tension, que l’amertume…

Je dis « respect » à : tous ceux qui sont dans la merde et garde la tĂȘte haute.

Je ne résiste pas à : mettre un pull.

Tu sais pas quoi ? L’Ă©lĂšve, AĂŻssa, n’a pas Ă©tĂ© chez le mĂ©decin, n’a pas Ă©tĂ© Ă  l’assoc’, sa mĂšre « va » lui prendre rdv chez un psychologue. Sa grand-pĂšre est venue chez elle et pendant 4 jours, elles ont priĂ© non stop et ça lui a fait beaucoup de bien.

Dans ma bagnole je n’ai besoin de personne et j’écoute Ă  fond : la lambada. Oui ce matin c’Ă©tait la surprise de la radio.

La pensĂ©e hautement philosophique de la semaine : si seulement j’avais un vrai poste!

L’émission de tv, de radio, ou l’article de presse qui m’a le plus frappĂ© cette semaine c’est : un film! « Edmond » Ă  la tĂ©lĂ©, j’ai adorĂ© 🙂 Vous l’avez vu?

PlutĂŽt que d’ĂȘtre assise Ă  mon bureau, lĂ  tout de suite j’aimerais mieux : ĂȘtre dans ma brasserie prĂ©fĂ©rĂ©e. BientĂŽt!!!

Sur ce, bises, bonne soirĂ©e et faites-vous plaiz’ : n’hĂ©sitez pas Ă  faire mon questionnaire de ronchonne!
Pas de photos parce que je suis en train de manger alors il faut faire vite!

Je ne teul’fais pas dire!

C’est clair, ça fait presque un mois que je vous dĂ©laisse… Mais : le  « Je ne teul’fais pas dire! »  nouveau est arrivĂ©! Vous pouvez le reprendre chez vous, y rĂ©pondre dans les com’, en faire ce que vous voulez en tous cas 
 Ça me fera plaisir de vous lire! Pour copier les questions toutes prĂȘtes sans vous embĂȘter il faut dans la colonne de droite sur le canevas.

J’ajoute ici les liens vers les blogs qui participe :  Roseleen, Dr Caso, Peru y Francia, Valvita, Blanche, Catsud, Jenny, Cara, Un ange qui passe, Les empreintes du temps, se confier en secret
 Si j’ai oubliĂ© de vous ajouter dites le moi.

Aujourd’hui je me sens : sur les rotules : Le dos en vrac Ă  en crier quand ça se coince sans prĂ©venir, par exemple quand je marche tranquillement dans la rue, les yeux qui font mal, et Ă©nervĂ©e (mais de bonne humeur)

Ce matin la premiĂšre personne Ă  qui j’ai parlĂ© une fois sortie de la maison : diantre, ça doit ĂȘtre la fille de l’accueil du lycĂ©e dont je n’ai pas encore mĂ©morisĂ© le prĂ©nom. Mais c’est surtout, Ă  8h05, IsaĂŻ, une jeune fille d’origine africaine, en pleurs. Le fait qu’elle soit d’origine africaine a son importance.

J’ai Ă©tĂ© super contente de : d’aider des lycĂ©ens dans leur travail et de faire un gros gros travail de signalĂ©tique et de gros gros rangement dans mon CDI. Cela implique beaucoup de nettoyage d’Ă©tagĂšres Ă©cƓurantes de saletĂ©.

Ça m’a franchement Ă©nervĂ© de : que le gars que je remplace soit aussi nĂ©gligent. Limite syndrome de DiogĂšne 😩 Il garde des dossiers des annĂ©es 90′ et des bouquins de poche des annĂ©es 70’… No comment. Mahie a commencĂ© le grand dĂ©sherbage de printemps!!!

Ma conversation/situation surrĂ©aliste de la semaine : malheureusement avec la jeune IsaĂŻ* avec qui j’ai parlĂ© une heure (alors que l’infirmiĂšre l’a expĂ©diĂ© en 15 minutes). Elle ne dort plus. Sa mĂšre lui fait du chantage au suicide. Sa famille entiĂšre veut l’envoyer dans un couvent au BĂ©nin, alors qu’elle est nĂ©e en France et d’origine congolaise. La pression familiale est Ă©norme et la jeune fille en dĂ©pression totale. Sa PP* a aussi passĂ© une heure Ă  parler avec elle, ainsi que la CPE.

Je suis grognon : parce que les boulevards sont devenus un vĂ©ritable enfer depuis qu’on est passĂ© de deux voies Ă  une, l’autre Ă©tant rĂ©servĂ©e au bus. Clairement : le temps de trajet Ă  doublĂ©. Et en plus, je n’arrive pas Ă  me garer Ă  moins de dix ou quinze minutes Ă  pieds de mon lycĂ©e. Ne me proposez pas l’option transport en commun : c’est pire. Ni le vĂ©lo, je ne sais plus en faire. Ne me dites pas que ça ne s’oublie pas. J’ai pas envie de faire une heure de pĂ©dalage et d’arriver bonne pour une douche..

Nan, mais franchement, tu trouves ça normal de/que : je mette minimum 50 minutes pour arriver au taf (pas de parking dans le lycĂ©e), alors que quand j’allais plus loin sur les boulevards (dans un Ă©tablissement avec parking) et avec les deux voies de circulation, je mettais 25 minutes max de chez max au heures de pointes!

C’est exquis de : de se sentir utile

Ça me rend extatique : de manger des sushis

Je ne résiste pas à : un yaourt au café de la marque Péchalou

J’vais t’dire une bonne chose : je suis crevĂ©e par la tension que procure les bouchons. Pour rentrer chez moi ce soir et que ça aille beaucoup vite que « tout droit » : je suis partie du Parc Bordelais pour aller Ă  MĂ©riadeck et revenir sur la barriĂšre St GenĂšs!!! Tu trouves ça normal toi?

Dans ma bagnole je n’ai besoin de personne et j’écoute Ă  fond : j’adore ce morceau

La pensĂ©e hautement philosophique de la semaine : mieux vaut ĂȘtre riche et en bonne santĂ© que pauvre et malade.

PlutĂŽt que d’ĂȘtre assise Ă  mon bureau, lĂ  tout de suite j’aimerais mieux : en train de dormir

*J’ai bien sĂ»r changĂ© son prĂ©nom

*PP : prof principale

*CPE : « surveillante gĂ©nĂ©rale » pour les anciens 😉

Sur ce, bonne soirĂ©e et faites-vous plaiz’ : n’hĂ©sitez pas Ă  faire mon questionnaire de ronchonne!