¡Feliz mes de diciembre!

24301265_10155536124058889_8636418923464128737_n.jpg

Notre petit arbre  est le même que celui que nous avons acheté il y a deux ans en arrivant ici 🙂 Juste le 23! Il est bien vivant mais pas super joli. Il faudrait le mettre dans un pot plus grand, en terre. Le pot en plastique c’est pratique parce que c’est léger, mais quand il fait chaud c’est pas trop pour les plantes… Mais bon il fait toujours son job de sapin de Noël! 🙂 J’ai ressorti le petit lutin que j’avais acheté quand El Joven (ex Hijito) avait un ou deux ans… Le calendrier de l’avant qu’on a décoré il y a bien longtemps et cette semaine on installera la crèche.

La semaine dernière j’ai lu ce bouquin qui m’a complètement bluffé. J’ai trouvé son écriture tellement fine et sans fioritures inutiles. J’ai tout de suite pensé à Mauriac. Je ne sais pas pourquoi. Il peut le prendre comme un compliment. J’irai pas voir le film. Forcément il m’énerverait.  Quand j’ai aimé un bouquin les films m’énervent presque toujours.

9782021117707_1_75.jpg

Maintenant j’ai commencé celui-là :

9782253000723-T

Très bon  choix aussi : je suis fan, ultra fan… Ça commence pendant la 1ère guerre mondiale. Je ne m’y attendais pas… Une chouette écriture, sans artifices, un vrai écrivain. Il a tout les talents…

Cette semaine je retourne en cours. Moi.  J’ai pas raté grand chose. Pendant que je faisais mon remplacement les autres étaient en stage… Au moins j’ai été payé!

De la lecture (suite)

giphy.gif

L’objective donné par la prof de version, qui pour la petite histoire a eu son agreg’ et son capes la même année. C’est ce que j’appelle une méga grosse tête bien faite. Respect. L’objectif donné est donc, en plus de tout le boulot qu’on a  par ailleurs, de lire au moins 10 pages d’un roman français, par jour. Et bien entendu autant ou plus en espagnol…  Et bien sûr aussi, lire quotidiennement la presse espagnole (Vive Internet!).

J’ai commencé en septembre des bouquins entiers, mais là je me demande si je ne vais pas me mettre « morceaux choisis » en refaisant l’acquisition d’un Lagarde et Michard XXème siècle par exemple. J’adôôôre les Lagarde et Michard 🙂 Parce que mine de rien les bouquins entiers (j’ai du mal à ne lire que 10 pages par jour) ça prend du temps sur le temps « lecture de la presse »… Bref. Hier j’ai commencé avec la liste construite sur vos suggestions. Et au risque de me répéter je voulais des bouquins qui donnent la patate et le sourire…

La première punition (lire ou relire Bel Ami!) sera donc pour Isis qui m’a suggéré Les Choses Georges Pérec. Non mais c’est pas drôle du tout les Choses!

Incipit : L’oeil, d’abord, glisserait sur la moquette grise d’un long corridor, haut et étroit. Les murs seraient des placards de bois clair, dont les ferrures de cuivre luiraient. Trois gravures, représentant l’une Thunderbird, vainqueur à Epsom, l’autre un navire à aubes, le Ville-de-Montereau, la troisième une locomotive de Stephenson, mèneraient à une tenture de cuir, retenue par de gros anneaux de bois noir veiné, et qu’un simple geste suffirait à faire glisser. La moquette, alors, laisserait place à un parquet presque jaune, que trois tapis aux couleurs éteintes recouvriraient partiellement…

Ça dure comme ça interminablement, j’avais envie de me pendre à la fin j’avoue… Je fais un 😦 sur ma liste papier à côté du titre. Ah ben oui, je suis comme ça moi! Faut que ça pulse! Oui je sais : Pérec est un très grand écrivain. Mais j’avais bien stipulé, qu’après Maupassant, je voulais quelque chose de guilleret.

Après j’ai lu un chapitre ou deux de « Demain j’arrête » conseillé par Lulu. Ça se laisse lire, pas prise de tête. Style très contemporain. J’attends de voir. Je vous dirai. Il était gratuit sur mon Kindle en plus!

Le livre espagnol que je lis en ce moment c’est celui que je vous ai conseillé hier. Et le prochain ça sera « La vie de Pascual Duarte » que j’avais lu en première année de fac  et dont j’ai traduit un passage en cours aujourd’hui et qui m’a fait bien marrer, bien que ce ne soit pas « drôle ».

Voilà. Autrement ma préparation au CAPES se passe très bien. J’ai eu une première note, trèèès encourageante. Yes!

Je vous fait des bises.

tenor.gif

Je suis une fille. Je suis un cours. Tu suis le cours… Tu ne suis pas? Tu es…

IMG_20170918_123405

Chaque jour je pense à des choses que je voudrais vous raconter, qui m’étonnent,  me plaisent, m’énervent, me font rire ou m’agacent…  Et puis la semaine passe. Les cours que je suis se succèdent et je travaille à la maison le plus possible pour être prête le jour du CAPES. Grammaire, conjugaison, orthographe… Littérature… Traduction…

Lundi je suis allée d’un coup  de tram (après avoir garé ma voiture non loin de l’arrêt le plus proche de chez moi) jusqu’aux quais pour déjeuner avec ma copine Sarah, qui travaille là. Il faisait très beau. Ça la tente mon histoire de concours. Mais elle a déjà raté celui d’allemand. Il y a un bail… J’aime papoter avec elle. On se comprend bien. On est sur la même longueur d’onde. Pas besoin de décodeur, d’explications sans fin. Pas qui pro quo… Ni de poudre aux yeux.

IMG_20170918_123415

Les paquebots de touristes sont détestables pour bien des raisons. La plus importantes étant la pollution énorme qu’ils produisent.

Mais revenons aux études : Dans la traduction, hormis le vocabulaire (cela va de soi) le plus important de loin c’est la grammaire. Alors on bosse en cours, je bosse à la maison beaucoup beaucoup de grammaire. Le grand sujet de mardi dernier était le futur du passé :

« Comme elle lui demandait s’ils arriveraient à temps pour le diner, il lui répondit que oui. »

Pas de condition dans cette phrase. Pas de conditionnel. SI n’introduit pas toujours une condition et « arriveraient » n’est pas la 3ème personne du pluriel du conditionnel.

Si introduit une subordonnée complétive au futur du passé.

Si on passe la phrase au présent on a : « Comme elle lui demande s’ils arriveront à temps… »

On voit que le verbe « arriver » est bien au futur et que donc dans la première phrase il s’agit bien d’un futur du passé.IMG_20170918_123440

Voilà le genre de chose qui occupe mes journées et que j’adore. On décortique. On analyse. On doit tout pouvoir expliquer. Ce sont les questions de « choix de traductions » qu’il faut bosser et bosser encore.

Exemple de « questions de choix de traduction » :

  1. « Elle avait peur d’être attendue » ; « comme s’ils eussent été épiés » ; « tu es contente? » ; « qu’elle était là » ;  » je suis rompue ». Analysez ces 5 expressions verbales en français, et justifiez votre traduction en espagnol du verbe « être » dans chacune d’elles. (Les phrases sont sorties d’un des deux textes qu’on vient de traduire)
  2. Après avoir analysé les phrases suivantes :  » (il) répondait à mi-voix, comme s’ils eussent été épiés » et  » comme elle lui demandait s’il arriveraient assez tôt »; justifiez votre traduction en espagnol en ce qui concerne notamment le mode et le temps des verbes.

Mon vieux prof est bien parfois un peu stressant quand il s’énerve sur certaine chose. Mais bon, je profite à 200% de son enseignement.

IMG_0814

L’interdisciplinarité, pas si facile à mettre en œuvre.

Nous avons aussi des cours de « Culture numérique » pas terrible pour moi qui suis assez « au point » à ce sujet et « d’histoire du système éducatif » (jeudi dernier) où j’ai un peu l’impression moi-même de faire partie de l’histoire quand on parle des différentes réformes entre 1975 et 1989 😀 On parle aussi de la dernière reforme et de l’interdisciplinarité : comment les profs doivent travailler ensemble pour donner plus de « sens » à l’enseignement…

Il est également très important de lire « tous les jours » de la littérature française, afin de se maintenir dans un bon niveau pour la version. J’ai commencé Bel Ami, c’est très prenant, on a du mal à le laissé. En revanche je découvre Maupassant et ne lirait rien d’autre lui. Je n’ai jamais lu un auteur du 19ème aussi misogyne! Beurk.

Le cours version, avec une une prof que j’apprécie apporte son lot de drôlerie car une de mes collègue étudiante la prise en grippe immédiatement, ce qui donne des « altercations » tendue entre elles deux.  Ça va pas s’arranger j’en ai peur.

En dehors de cela,  sachez que certains jours je hais mon GPS qui me fait passer en partant du boulevard Godart par le jardin public, la rue Fondaudège, la place des Martyrs de la résistance, devant Mériadeck et enfin par la rue de Pessac et al rue St-Genès pour me rendre barrière de Toulouse!!!! J’ai failli péter un câble et à la fin j’avais les genoux complètement douloureux  pour plusieurs jours (je vous le rappelle j’ai les genoux TREEEEES fragiles et que je vais devoir retourner bientôt m’y faire faire des piqures, dans les genoux), car ce con de GPS m’avait fait prendre TOUTES les plus minuscule rues afin d’éviter TOUS les feux et donc avait transformé mes genoux en usine à pédaler. Bref j’étais très contrariée et il fallait que ça sorte. Je n’en aurais pas « voulu » à ce foutu GPS si il m’avait fait faire le même trajet dans les grandes lignes, mais là, là « il » mettait un point d’honneur à compliquer le trajet au-delà de l’imaginable!

Le weekend a été studieux.

Un abrazo.

 

Les plus beaux escaliers du monde (Dr Jekyll)

Je ne savais pas qu’il y avait « toujours » eu un musée des Beaux-Arts rue Gargoulleau, au-dessus de la bibliothèque.  J’avais appris qu’un musée de Beaux-Arts était installé « à la place » de la bibliothèque municipale bien après son transfert (de la bib) en 99 vers la nouvelle médiathèque.

facade-musee-beaux-arts-rochelle.jpg

Mais aujourd’hui, je repense à ce beau bâtiment et je lis sur Wiki :

« Pendant la Révolution, la municipalité hérite de l’hôtel et en 1795, la bibliothèque municipal s’y établit. Le musée des Beaux-Arts est installé en 1845 au deuxième étage du bâtiment, au-dessus de la bibliothèque municipale. »

bmlr.jpg

C’est dommage que je n’y sois jamais allée « à l’époque ». Je veux dire du vivant de mes parents. Ça m’échappe que mes parents, peintres, et ma mère faisant ses études d’Histoire de l’Art, ne m’y ait pas emmené… Ou peut-être que si? Peut-être l’y ai-je suivi là, une fois, comme tant d’autres… En pensant à autre chose? C’est possible.

La-Rochelle-façade.jpg

Pendant mon enfance et mon adolescence j’y passe beaucoup de temps, dans la salle jeunesse (porte du fond à droite dans la cour), pendant que ma mère dans la salle réservée aux gens sérieux, au premier étage, qui étudient, bosse pour sa maîtrise, son DEA, son doctorat. Je suis envoutée par la bibliothèque. Je pourrais y vivre. Lire lire lire, dans cet endroit bien chauffé l’hiver, cet endroit si beau,  si feutré, où l’eau de la pluie glisse sur les vitres des immenses fenêtres, donnant au fond sur un jardin secret. Souvent je finis l’après-midi à l’étage. Je suis toujours la seule enfant ou ado à y entrer, parce que ma mère y est, et qu’on sais que je suis  trèèèèès sage. Je m’assois à côté d’elle en attendant qu’elle termine ses recherches du jour. Je regarde les magazines de décorations. Je me encore demande pourquoi les magazines de déco étaient à l’étage (la salle des chercheurs) au lieu d’être au rez de chaussée, dans la « salle adultes romans etc ». J’aime les chuchotements, le parquet ancien qui grince… Les fiches cartons dans leurs drôles de tiroirs… J’adore la double porte pour entrer et sortir de cet étage. Je connais toutes les bibliothécaires, les gardiennes du silence et du savoir.

Page_MBA.jpgLe musée actuel.

Spleen de ma ville natale après une semaine de contrariétés sans fin…

 

Vacances…

20429720_10214001646100434_1593371168048246500_n

20476623_10155212585438889_1685990371949565032_nAya, notre hôte à LR, que nous nourrissons et choyons 🙂 Chez Mi Hermano (N°2)20375899_10155212585168889_1016525645785932132_nNegrito, le chat-lingère chez Mi Hermano Indiana (N°3)

20374587_10155212585278889_4727471665074927119_nFiguette, la copine de Negrito, dans le magnifique jardin d’Indiana. J’ai oublié de photographier le chat chez n°1…

Je pourrais vous raconter beaucoup plus, mais je suis en vacances : on se promène, on lit… J’avance dans Paraiso Inhabitado. On profite de l’air frais de l’océan 🙂

Bonnes vacances à toutes et tous!

Sage comme une image

Je cours à droite, je cours à gauche, je ne fais pas ce que je « dois » faire (impôts etc…), je me pose un instant rue Sainte Colombe à la terrasse de L’Oiseau Cabosse…  Avec le café à 1€50 (Ce qui est raisonnable, non?) le serveur, un jeune sympathique, apporte aux consommateurs une bouteille d’eau fraiche : délicate attention ces jours-ci! Personnellement je ne sais plus si je souffre de bouffées de chaleur ou de la chaleur : j’ai des sueurs glacés en quasi permanence….

IMG_20170530_152341

Clémentine Beauvais : « comme des images ». Clic si tu veux.

Je suis passé à la bibliothèque tenter de rendre le livre que le chat a grignoter l’autre jour. Ils m’ont dit qu’il fallait que j’en rachète un neuf. Je m’y attendais. Ca tombe mal j’ai pas aimé le bouquin et maintenant je vais devoir le payer et le garder chez moi avec le tampon de la bib et pendant des décennies et même après ma mort, probablement en l’an 3000 mes petits enfants diront : « Oh bé mamie Mahie elle l’avait volé ce livre! ». Je crois que quand je leur donnerai le bouquin neuf, je demanderai de mettre un tampon PILON, sur le mâchouillé par le chat que je vais garder. pour sauver mon honneur auprès de ma descendance du 22ème siècle.

IMG_20170530_152409

A côté c’est un bar argentin qui est bien sympa également. On y a bu des bières un soir avec des palois.

IMG_20170530_152444

Je vous laisse admirer les antiques portes du vieux Bx…

IMG_20170530_152606

La poissonnerie, n’est pas  comme son nom l’indique un commerce de poissons, mais un restau. Actuellement fermé. Ils sont à Blaye pour « la » saison.

IMG_20170530_153104

Je vous ai déjà parlé plusieurs fois des efforts de la municipalité pour végétaliser la ville. J’adore ces plantes qui poussent partout! Tout près de l’Oiseau Cabosse un petit chèvrefeuille vient d’être planté et bien protégé par sa petit cagette. A chaque que je passerai dans le coin je vérifierai si il pousse bien. Ce qui prends très bien et donne un air vraiment sympa à la ville, ce sont les roses trémières. Il y en a beaucoup dans les rues maintenant… J’en avais déjà parlé .

Je vous souhaite une bonne soirée, sans moustiques. Prenez soin de vous!