Je cours apr√®s le temps en claudiquant

Je cours apr√®s le temps en claudiquant. J’arrive pas √† me lever t√īt. El Marido et El Hijito quitte l’appart vers 7h35. Je voudrais me lever mais je n’y arrive pas, je suis trop engloutie tout au fond de mon sommeil et de mes r√™ves. Tous les soirs je me dis que je devrais me lever en m√™me temps qu’eux et tous les matins (avant l’aube) mon esprit plonge au plus profond de mon sommeil et refuse de faire surface avant que le jour ne se l√®ve que les bruits de la ville fassent leur chemin jusqu’√† mes trompes d’eustache.

mon-chat-et-moiFaut avouer que mes nuits ressemblent assez à ça.

Plus de 8 jours ont passés depuis la dernière fois.

Samedi matin j’avais dans ma boite aux lettres une lettre du directeur de l’√©tablissement de 3i√®me cycle dans lequel j’avais postul√© qui m’informait que j’√©tais 2i√®me sur la liste secondaire. Ca veut dire que je suis arriv√©e 3i√®me sur leur liste, ce qui est pas mal… Mais qui n’est pas aussi chouette que d’√™tre embauch√©e.

Dimanche j’ai √©t√© voir Victoria. El Marido et le Fiston ont √©t√© voir un film d’animation, fantastique… Contre toute attente j’ai ador√© ce film. Je croyais que Virginie Efira serait juste la m√™me que d’habitude et en fait je l’ai trouv√© super, vraiment g√©nial, je lui trouve une petite place dans le club priv√© des acteurs que j’aime bien. Et j’ai trouv√© Vincent Lacoste qu’on avait d√©couvert ado boutonneux dans Les Beaux Gosses, absolument parfait: un vrai acteur! Plus un gamin… Tr√®s chouette! Ca m’a donn√© envie de faire leurs portraits.

Ensuite on a mang√© un hamburger moyen avec des frites moyennes dans un endroit moyen o√Ļ on attendu 35 minutes voir plus, pour avoir enfin notre plateau. Ce qui √©tait d√©cevant c’est que le lieu √©tait « prometteur ». D√©sol√©e les gars de Upper Burger, on a pas trop appr√©ci√© qu’on nous cause limite tr√®s mal et qu’El Marido se prenne de la part du tenancier un grand coup de marmite dans le dos. On a √©t√© se consoler en buvant un caf√© by night √† la terrasse d’un caf√© ou les serveurs sont adorables et mettent un petit canel√©* avec le caf√© ūüėČ On √©tait bien bien bien… Pey Berlan by night c’est trop beau.

cathedrale.jpg

Lundi j’ai rappel√© la DRH pour l’avoir de vive voix et pouvoir papoter de mon entretien. Etc. J’avais le trac mais mon kin√© (avec qui je cause beaucoup) m’avait encourag√© √† ne pas me d√©courager de le faire en me disant que √ßa ne servirait √† rien. D√©j√† √ßa m’a servi √† √™tre fi√®re de l’avoir fait et puis elle m’a donn√© un nom qui pourra m’√™tre utile et elle a √©t√© encourageante et sympa : un √™tre humain, pas une horrible DRH! Elle voulait m√™me pas raccrocher presque!

Il me semble que tous les jours j’avais envie de vous raconter un truc et puis la semaine a pass√© comme √ßa, √† travailler pour trouver un job, √† dessiner, √† faire du crochet, du m√©nage et encore du m√©nage et puis des courses.

Vendredi P√īlette m’a appel√© pour me donner en primeur une annonce de P√īle pour un poste d’aide documentaliste dans un autre √©tablissement de troisi√®me cycle. Une annonce compl√®tement diff√©rente de la derni√®re √† la quelle j’avais r√©pondu. J’ai pass√© l’apr√®s midi enti√®re √† refaire une lettre qui colle √† l’annonce et √† retravailler ce foutu CV. Ce matin elle m’a confirm√© que l’annonce n’√©tait toujours pas en ligne.

Dimanche matin on est parti en courant (vers le tram) au cinoche pour avoir la s√©ance moiti√© prix : El Hijito et moi avons √©t√© voir Comme des B√™tes et on a ri comme des bossus tout du long, tandis que le mari allait voir le Burton, je n’aime pas du tout Burton. Ensuite on est all√© manger march√©s des Chartrons des burritos avec des bi√®res. Il y avait un monde fou, plein de soleil. Les gens √† Bx mangent principalement des huitres pour bruncher le dimanche. L’ambiance est assez chicos du c√īt√© des mangeurs d’huitres c’est vrai. Puis on a redescendu la rue Ste Cath noir de monde : les magasins sont maintenant ouverts le dimanche. Autrefois la rue Ste Cath le dimanche c’√©tait √ßa :

dans-les-annees-1950-en-plein-centre-ville-de-bordeaux.jpg

15 aout 1949, rue Sainte-Catherine. dans les ann√©es 80-90, le dimanche c’√©tait toujours comme √ßa. Surtout le 15 ao√Ľt! Maintenant c’est comme √ßa :

dimanche.jpgPas tout à fait comme un samedi.

Aujourd’hui lundi, je suis heureuse de mettre mes collants de laine et mes docs. Il ne fait pas chaud mais le soleil brille : c’est parfait.¬† Tout n’est pas parfait mais au moins l’est.

Prenez soin de vous, la vie est trop courte pour être triste!

*Oui c’est la bonne orthographe du Canel√© de Bx.

 

Julieta

La chanson du film « Si no te vas » de Chavela Vargas (je vous mets la traduction demain.) On remarquera le tableau de Freud en arri√®re plan (ou premier)!

Depuis sa sortie il y a une quinzaine de jours, je tr√©pignais d’aller voir le dernier Almodovar, surtout avant d’en savoir trop sur le film : j’aime voir les films quand je ne sais rien, que c’est comme un roman qu’on ne m’a pas racont√©, que je d√©couvre tout au fur et √† mesure… Je tr√©pignais parce qu’Almodovar presque tous ces films me touchent vraiment de tr√®s pr√®s, parce que il me fait prendre un bain d’hispanitude, parce qu’il me ram√®ne √† Madrid, tout √ßa, tout √ßa ūüôā Parce qu’il est de ma g√©n√©ration, de ma culture, etc.¬† Et c’est chouette, √ßa me met en joie √† chaque fois!

Photo1506

L√†, malgr√© la bande annonce que j’avais vu : je n’avais vraiment aucune id√©e de √† quoi m’attendre et c’√©tait parfait. J’aime pas trop les films dont tu ressors en te disant : « Ben en fait : tout √©tait dans la bande annonce! » Non, la rien de tout √ßa : tout √©tait surprise, inattendu, romanesque, presque envoutant.

Donc, puisqu’El Marido ne semblait pas trop chaud pour le voir et qu’il pensait qu’un film d’Almodovar √ßa pouvait √™tre un peu trop sombre, voir une peu trop « tordu » pour un jeune ado : je devais y aller seule. Je me suis programm√©e la s√©ance de midi, √† l’Utopia ūüôā Ni vu, ni connu pendant qu’El Hijito ( o tendria que decir « El Joven ») √©tait √† la cantine.

√áa tombait bien : il y avait sur la Place Camille Julian (celle de l’Utopia) un « mercadillo » que j’avais tr√®s envie de voir . Hier, c’√©tait l’√©t√© et je me suis vraiment senti en vacances en train de d√©ambuler entre les stands en bavardant avec les artisans. Bien, je n’ai pas r√©sister √† m’acheter une petite bricole avant de rejoindre la salle obscure.

julieta.jpg

En dehors de Rossy de Palma je ne connaissais aucun acteur, ils m’ont tous enchant√©.

Mais j’en viens au film : je l’ai trouv√©… Magnifique, juste magnifique, juste pfiou! Juste quasiment parfait! Enfin je ne sais comment l’expliquer mais tout dans ce film m’a touch√© au plus profond. √Čvidemment √† partir d’un moment j’ai sorti mon mouchoir et puis finalement √ßa n’y suffisait plus, j’ai laiss√© les larmes d√©gouliner!¬† Mais j’√©tais pas triste! Juste √©mue! Tellement √©mue! Apparemment j’√©tais pas la seule, parce que pour la premi√®re partie les autres spectateurs venus √† plusieurs bavardaient pas mal (mais pas de fa√ßon g√™nante, juste des « Ohlala », « Mais c’est qui elle? » Et puis vers la fin on entendait plus rien… Tout le monde √©tait trop √©mus (enfin je crois). Bref.

Je ne veux rien vous raconter de l‚Äôhistoire pour ne rien « spo√Įl√© » √† ceux qui iront. La seule chose que je peux dire c’est que √ßa se passe entre les ann√©es 80/90 (√ßa me parle!!!)¬† et aujourd’hui, entre Madrid et le village de Redes dans la province de La Coru√Īa, et un chouilla d’Andalousie aussi. La « Bretagne espagnole » je crois que c’est la premi√®re fois qu’on la voit chez Almodovar… La temp√™te sur l’Atlantique, les vagues, la pluie… C’est un th√®me nouveau chez lui.

pelicula-julieta-almodovar.jpgLe thème marin inhabituel chez Almodovar.

Un des lieu du film est un « Talgo »le train moderne des ann√©es 80, que j’ai souvent pris, la nuit, aussi. J’ai ador√© les couleurs et le look de Julieta qui m’ont fait m’identifier √† elle tellement facilement : le pull bleu √† col roul√©, la mini-jupe… Le cerf par la fen√™tre du train… Les cartons de d√©m√©nagement! La maison basque avec ses fen√™tres sur la mer, tellement po√©tique et onirique. Rah! J’ai tellement aim√© ce film!

Ce n’√©tait pas gagn√© d’avance : il y a bien deux ou trois des film d’Aldmodovar qui ne m’ont pas vraiment emball√© ou juste, pas plus que √ßa… Mais l√†! L√†!¬† Ah j‚Äôoubliais c’est √† partir de nouvelles ou de plusieurs romans d’Alice Monroe, une √©crivaine canadienne. Je n’ai rien lu de cette auteur. Du coup √ßa me tente.

On est tous ressorti avec nos petits mouchoirs chiffonn√©s dans nos maisn et c’√©tait bien. dehors le soleil √©clatant, la ville pi√©tonne et estivale, les terrasses partout bond√©s. La rue du Loup en travaux. Le tram de retour : le bonheur.

Je vous fais plein de bisous et vous souhaite un très bon weekend!

Passion piano

Sergue√Į Vassilievitch Rachmaninov,¬† Serge Rachmaninoff , –°–Ķ—Ä–≥–Ķ–Ļ –í–į—Ā–ł–Ľ—Ć–Ķ–≤–ł—á –†–į—Ö–ľ–į–Ĺ–ł–Ĺ–ĺ–≤,¬† 1873 Novgorod- 1943 Beverly Hills (USA), compositeur, pianiste et chef d’orchestre russe, naturalis√© am√©ricain.

SergeiRachmaninoff

J’avais envie de vous faire partager plus de piano. J’ai pens√© √† Rachmaninov que j‚Äôavais d√©couvert dans un vieux film avec Marilyn Monroe, probablement au cin√© club. Je pense qu’il s’agissait de « 7 ans de r√©flexion » (Oui c’est bien √ßa), je suis tomb√© amoureuse de ce compositeur. Dans le film c’√©tait le concerto n¬į2 : un ouragan de passion ( non, pas « comme un ouragan » de la princesse St√©phanie)

Un concerto √ßa serait un peu long sur le blog. Je vous propose donc le Pr√©lude op. 23 n¬į5 en Sol mineur, « Alla marcia ». D’abord je tombe sur cette interpr√©tation de Cristina Casale, pianiste espagnole qui (c’est pour Bleck) parle aussi 5 langues et fait tr√®s bien la paella.¬† Je ne la trouve pas √† mon go√Ľt. Mais je ne me sens pas habilit√©e non plus √† en faire la critique. Allez hop on passe √† une autre… Du coup si vous n’en voulez √©couter qu’une passez √† la deuxi√®me ūüėČ

 

Valentina Lisitsa,¬†–í–į–Ľ–Ķ–Ĺ—ā–ł–Ĺ–į –õ–ł—Ā–ł—Ü—Ź,¬†pianiste ukrainienne n√©e en 1973 , habite actuellement au USA.

Valentina joue plus rapidement, plus passionn√©ment, avec plus d’√©clat. Son interpr√©tation me touche tout de suite comme une urgence, comme un coeur qui palpite follement. Rien √† voir avec la pr√©c√©dente interpr√©tation.L’interpr√©tation fait tout. Mais¬† je n’√©carte pas le fait que certains puissent pr√©f√©rer celle de Cristina.

Allez hop au boulot! malheureusement y’a pas que la musique dans la vie!

clope.gif

Poutous et roudoudous, bijoux, cailloux, choux, bisous à tous!

 

 

 

Nuage de sucre

La pluie tombe drue. Je n’ai pas √† me pr√©occuper de savoir si elle tombe d’Ouest en Est ou d’Est en Ouest et de me pr√©cipiter au rdc pour v√©rifier que l’eau ne d√©gouline pas par la porte du jardin dans le couloir au risque d’imbiber je ne sais quel meuble. Le vent peut souffler fort, tr√®s fort : je ne me demande pas si la chemin√©e va tenir ou le toit tenir bon… Bien s√Ľr les volets roulants n’ont pas l’air tr√®s solides et je n’aimerais pas qu’ils s’arrachent et l’autre jour les portes fen√™tres n’avaient pas l’air tr√®s solides contre les rafales de vents… Mais grosso modo, au deuxi√®me √©tage, d’un immeuble en b√©ton de 4 √©tages, on ne craint pas trop qu’une tuile se d√©place et que l’eau se mette √† gouter du plafond. J’aime cette sensation.

Hier des potes sont venus d√©jeuner, on a fait plusieurs fois le tour du parc de la r√©sidence. Le mimosa est d√©j√† en fleurs! Il y avait du gui tomb√© un peu partout pendant les jours de temp√™tes… Des champignons. Des bancs pour s’assoir : on se croirait dans un petit parc public. C’est sympa. Il faisait beau. Aujourd’hui la pluie est revenue. Des soucis que je n’arrive pas √† prendre avec d√©contraction. Des contrari√©t√©s. Des nuages dans le ciel et dans ma t√™te.

L’autre jour on a regard√© un film un peu perturbant mais excellent (j’ai peur qu’il n’ait pas am√©lior√© mon humeur!)

« Gone Girl »¬† un thriller am√©ricain de David Fincher, sorti en 2014. Il s’agit de l’adaptation cin√©matographique du best-seller am√©ricain Les Apparences (Gone Girl) de Gillian Flynn, qui en est √©galement la sc√©nariste. Une dr√īle d’histoire d’une femme qui disparait et o√Ļ tout m√®ne √† croire que son mari l’a assassin√©, sauf que nous, on sait bien qu’il ne l’a pas fait! Enfin, on est presque s√Ľr… Jusqu’√†…

J’ai beaucoup aim√© mais apr√®s j’ai pas pass√© une bonne nuit. R√™ves agit√©s…

Samedi matin on est parti se balader dans Burdigala. Bus jusqu’√† la Victoire, puis promenade : rue du Mirail, cours Victor Hugo, place Fernand Lafargue, rue St-R√©mi, place de la Com√©die, rue St-Catherine, rue des 3 Conils, place Pey Berland… Le petit tour classique. L’apr√®s-midi je suis all√©e √† un club de crocheteuses et tricoteuses √† la m√©diath√®que, des adeptes de yarn bombing*. C’√©tait sympa on se regroupe pour papoter et se donner des conseils. L√† il y avait un projet de recouvrir un ^point d’interrogation g√©ant qui sera en relation avec une expo sur le « myst√®re ». J’ai particip√© √† recouvrir ce grand « ? » sans savoir vraiment toute l’histoire mais c’√©tait cool de papoter.

800px-Yarn_Bombing_Madrid_1

Sur ces « bonnes » paroles, je vous laisse √† vos activit√©s et vous souhaite une bonne soir√©e.

*Yarn bombing : Le yarn bombing est une forme d’art urbain ou de graffiti qui utilise le tricot, le crochet, ou d’autres techniques (enroulements, tissages, tapisserie, accrochages….) utilisant du fil.

 

Du soleil

Faut √™tre pr√™t pour lundi 8h ou 8h30 quand le camion et les gros bras vont arriver… Le lendemain √† la m√™me heure, il arriveront √† Bx avec nos casseroles et nos chaussettes! Et bien plus encore… Des ann√©es de vie dans un camion… On a fait pas mal de tri bien que j’en aie fait pas mal au cours des ann√©es depuis que nous ici et bien s√Ľr je n’ai pas de trucs entass√©s ici de puis 30 ans puisque nous sommes dans la maison que depuis 8 ans et avant 4 ans √† St Ger et avant nous n’√©tions pas ensemble et j’√©tais un an l√†, deux ans ici, 4 ans par l√† etc… Donc je n’ai jamais vraiment « entass√© »… J’adorerais papoter plus avec vous mais faut vraiment que j’aille m’habiller et que je retourne √† mes cartons!

Je vous laisse avec la bande annonce d’un film que nous avons regard√© avant hier avec El Marido et qui nous a bien ensorcel√©… Je vous le conseille. C’est du m√™me gars qui avait fait Dans la t√™te de John Malcovitch que j’avais ador√© √©galement.

Bisous et portez-vous bien.

Une fianc√©e pas comme les autres

C’est un type qui est tellement timide qu’il n’arrive √† parler avec personne, qui est tellement « √©trange » qu’il ne supporte pas quand on le touche : √ßa lui fait mal, ou alors √ßa le « brule ». √Čvidement il est trop fragile, coup√© du reste des gens, trop peu s√Ľr de lui pour avoir une copine. Il arrive m√™me pas √† prendre un repas avec son frangin et sa belle sŇďur. Il veut rester dans sa bulle et que rien ne le touche… Mais il est gentil, il a un bon sourire, on voit que √ßa pourrait √™tre un chouette type si il n’√©tait pas submerg√© par toutes ses √©motions…

Enfin bref un jour son coll√®gue de cube dans l’open space lui dit que sur Internet on peu acheter des nanas qui sont exactement comme des vrais… Alors il s’en fait livrer une… Mais l√† o√Ļ c’est diff√©rent c’est qu’il lui invente une histoire : elle est arriv√© en avion, elle est paralytique mais on lui vol√© son fauteuil et sa valise… Il se sont rencontr√© sur Internet, c’est une chouette fille mais comme ils sont tr√®s catholique tous les deux ils ne coucheront pas ensemble avant le mariage… Bon il a pas l’air de r√©alis√© que c’est une poup√©e gonflable de luxe… Mais comme il est sympa, tout le monde est sympa avec lui, alors √ßa se passe plut√īt bien tout √ßa…

C’est le film que j’ai regard√© cette apr√®s-midi parce qu’il faisait tr√®s froid et que j’avais besoin de regarder une com√©die. Com√©die c’est ce qu’il y avait marqu√© sur le DVD que j’ai pris √† la bib, mais c’√©tait absolument pas une com√©die. C’√©tait un superbe film que j’ai vraiment beaucoup aim√© et que je vous conseille si vous ne l’avez pas d√©j√† vu.

Je vous souhaite à tous une très bonne semaine et de surmonter la peine et la douleur que nous sentons tous en ce moment (du moins je le crois). Bisous.