Qué dia!

Il y a des jours où la pluie ne me plait pas. Lundi il faisait 30°, en montant dans mon pot de yaourt noir et cabossé (voiture) El Hijito me dit, en sortant du collège en plein cagnard à 16h00 :

« D’un côté j’aime bien l’été parce que ça va être les grandes vacances, tout ça…

… Mais de l’autre, il fait trop chaud, on sait pas comment s’habiller, la nuit on peut pas se couvrir, et puis il faut ouvrir la fenêtre pour dormir et j’aime pas ça et puis il y a les moustiques, et puis en français on a fait « Cyrano » dans l’amphithéâtre de la cour et on crevait de chaut et j’ai super soif et… JE PRÉFÈRE VRAIMENT L’HIVER!!! »

J’ai souri : ça c’est bien mon fils! Tel mère, tel fils!!!

Pourtant j’ai bien aimé cette journée à 30°, pour une fois, ça ne m’a pas dérangé. Hier les nuages sont arrivés et la température à un peu baissé.

Ne pas bosser est une véritable prise de tête. Je m’étais vite habituée, à bosser. Je me retrouve à tourner en rond entre le ménage, les courses, les impôts, Pôle, les lettres de candidatures, un dossier pour la Dédé Eucé, etc… L’incertitude…. Déprime, déprime, déprime, de ne plus avoir un salaire qui rentre pour faire face, entre autre aux impôts qui viennent de nous tomber dessus pour l’année 2016 (déménager ça complique pas mal les choses) Du coup lundi ma toubib m’a prescrit un médoc pour le stress et l’anxiété. J’en prends un hier soir et puis je le gouguelise : le médoc devrait être retiré ! Selon le magazine « Prescrire » : « L’étifoxine (Stresam), un anxiolytique, n’est pas un médicament à proposer aux patients : ses effets sur l’anxiété sont mal cernés et ses effets indésirables graves sont peu prévisibles. » Bon je vous passe le reste de l’article. Mais j’en ai conclu qu’il valait mieux boire une bière que de se doper avec ce truc… Retour au recyclage pharmaceutique dans les prochains jours.

IMG_20170518_121133[2].jpgDu coup j’ai acheté un énième parapluie…

Cette nuit il pleuvait comme vache qui pisse avec un petit air frais dehors et dedans une chaleur poisseuse, pas possible d’ouvrir : la pluie serait arrivée directement sur le lit… Nuit de crotte intégrale. 6h30 mon téléphone sonne : s’affiche le nom de la documentaliste que j’ai remplacée avant les vacances…. Nan mais c’est pas vrai… 2 minutes après j’écoute le message : apparemment sont téléphone m’a appelé tout seul : bruit de frottement, de pas etc…

7h30 je prends mon pot de yaourt noir et cabossé pour aller à mon « ancien collège » pour assister à une matinée de cours d’espagnol en observatrice : 5ème, 4ème, 3ème… Je veux voir comment ça se passe, avant de décider ou pas, si je peux demander à faire des remplacements en espagnol.

Je veux me garer au même endroit que d’hab pour prendre le tram : arrivé là-bas : STRESS l’endroit est squatté par un cirque!!! Je dois trouver une autre place fissa si je veux pas arriver en retard au collège. Je manque de me faire emboutir par un pot de yaourt vert en changeant de file sans mettre mon cligno. Je trouve une place mais suis tellement énervée que je m’y reprend à 10 fois pour mon créneau (et bing devant et bing derrière, bing bing prends ça!) (D’haitude je suis la reine du créneau, faut le savoir!) Il pleut des tonnes, je meurs de chaud. Entre le tram et le collège je trace. J’arrive là-bas : 4 étages à monter : je passe la première heure de cours à ruisseler… Je suis crevée, stressée, assoiffée, énervée d’être stressées comme ça, énervée de ruisseler comme ça… Je me maudis d’être toujours comme ça : en transe…

IMG_20170518_122153[1]

Les deux profs qui m’ont accueilli était adorables. Les élèves aussi. Ce qui me préoccupe c’est l’organisation de la « séance pédagogique »…  Faut voir… Faut voir. D’ailleurs je ne sais même pas si avec ma licence on me proposerait des replacements… Je crois que oui.

Après 2 cafés et la pression qui ne redescend pas (pourquoi suis-je sous pression tout le temps comme ça?) je sors du collège en trombe sous une pluie battante et sans parapluie (je l’ai laissé sur le siège passager) pour attraper le tram, direction les quais… J’ai rdv avec Meilleure Copine dans sa cantine habituelle. Tellement contente de la voir. Elle a jamais plus d’une heure : faut arriver à manger et à se raconter vite vite notre vie entre la salade et le café…

Pas de longue promenade dans les rues avant de revenir à l’appart. Dans le tram je lis le 20 minutes en entier en 20 minutes (ou moins?).

J’ai une lettre de motive à faire, toujours un questionnaire à remplir pour la Dédé Eucé… Plein de trucs à faire qui me déprime…

IMG_20170518_124321[2]

La pluie redouble de force si c’est encore possible, oui c’est encore possible. j’ai atant envie de faire les courses que de me donner un coup de marteau sur un orteil et pourtant c’est ce que je pars faire avant de récupérer El Hijito!

Bonne fin de journée à ceux qui me lisent! Bisous et keep calm (il me faudrait vraiment un de ces mugs : Keep calm and vote Macron 😀 !!! Keep calm and drink tea… Etc….) Allez les amis : Keep calm and read my blog!

Triste journée dans l’appart…

Vilhelm Lundstrøm,(1893-1950) est un peintre danois associé aux mouvements du modernisme et du cubisme qu’il a introduit au Danemark. Il est aujourd’hui célèbre pour ses tableaux représentant des natures mortes avec oranges et ses nus cubistes.

Vilhelm-Lundstrøm-Opstilling-med-kander-FKM488-822x1024.jpg

IMG_0609

Je l’ai découvert en regardant des photos d’intérieurs nordiques. J’adore les belles photos de maisons et d’appart qui me font rêver. J’en regardais beaucoup juste avant de déménager pour imaginer comment nous pourrions faire un petit bijou de notre nouvel appart…

J’étais tombé sur cette photo :

the-living-room

Bien plus que l’appart c’est le portrait de « la dame en jaune » qui m’avait fasciné, et j’ai gardé cette photo dans mon dossier « déco ». Aujourd’hui seulement, j’ai cherché qui était le peintre et le proprio de la maison. C’est le portrait d’une certaine Hanne Wilhelm Hansen en 1946. C’est une personne connue dans son pays, il y a des pages en danois et en anglais à son sujet, pas en français.

the-open-plan-layout-of-finn-juhl-s-home-in-ordrup.jpg

J’adore cette pièce. Ce matin j’ai envoyé un texto à mes collègues pour leur souhaiter une bonne rentrée, ma collègue adorable m’a répondu « Aaaaaah tu mets du sel sur la plaie de ton absence. On s’est dit en ouvrant avec Collègue-Relou que tu allais bien nous manquer! ». Snif, moi aussi ils m’ont manqués aujourd’hui tandis que je vidais la litière du chat et que je rangeais mes bouquins, suite aux travaux de peinture Del Marido ce weekend… Le salon est terminé! (Enfin la vieille moquette est toujours là.) J’ai eu un peu la larme à l’œil toute la journée, j’avoue.

the-family-dining-room

C’est la maison de Finn Juhl près de Copenhague. Finn Juhl (1912-1989) est considéré comme le père du design scandinave. Ses créations ont inspirées un grand grand nombre de designers.
Les dites créations ne sont pas limitées aux musées et salles de ventes, ont continue à pouvoir en acheter les rééditions. C’est pas donné. Vous pouvez voir les prix ici.

Donc vu le profil de feu le proprio de la maison, je pense que le tableau était bien un original 😉 remarquez, moi aussi j’ai plein d’originaux dans ma maison, pas de quoi en faire un flan.

Bisous et roudoudous, poutous et scoubidous. prenez soin de vous.

 

 

Documentaliste-orientaliste

Édit : pour les articles protégés par MDP, c’est toujours le même! Et mes lecteurs réguliers peuvent toujours me le demander par mail ou dans les com’…

Je m’aperçois que le temps passe beaucoup plus vite depuis que je bosse, surtout depuis que je bosse sur deux établissements en même temps! Et que je n’ai jamais le temps de finir ce que je commence…

Tout d’abord il faut que je vous dise : je suis super heureuse de mon nouveau taf. C’est bien simple je suis payée à faire ce que j’aime, alors j’ai pas l’impression de bosser! C’est fou ça quand même! Je bosse toute la journée, j’arrête pas, et j’ai pas l’impression de bosser! Je sais que j’ai bossé parce que tous les soirs je suis crevée et souvent j’ai un peu la migraine.

Hier j’ai fait une séance d’une heure (1h30) d’orientation avec une élève, oui une seule élève : dans mon établissement n°1 la fréquentation du CDI est « maigre ». Bref, je me suis convertie en « orientaliste ». J’ai adoré. Ce matin je l’ai croisé avec sa famille devant le bureau du dirlo et sa mère m’a remercié d’avoir pris du temps pour sa fille hier. Le plaisir était pour moi.

L’après-midi j’étais dans mon établissement n°2 ou au contraire il y a une foule d’élèves qui adoooore le CDI, surtout à la pause méridienne. J’aime les renseigner, leur prêter des bouquins, les aider dans leurs devoirs ou sur une recherche internet. Je kiffe de voir tous ces jeunes toute la journée, qui sont vraiment sympas. Et même quand je passe mon temps à dire « chuuut » je les aime quand même.

couv_les_petites_reines

Ce matin j’entrais des bouquins tout neufs dans notre base documentaire, je leur mettais leur petites étiquettes, je les recouvrais avec amour… Je lisais les résumés, je vérifiais si c’était « jeunesse » ou « adulte »… Je faisais du ménage dans les magazines… Pas beaucoup de passage : j’ai passé la journée à établissement n°1. Pourtant je suis partie  bien après mon heure, car j’avais envie de finir ce que j’avais commencé.

Mangé avec les collègues sympa dans la petite salle à manger réserver au profs, on rigole, on débat, c’est cool. La bouffe est inimaginablement dégueu et pour tout dire parfaitement immangeable et en quantité TRES réduite, raison pour laquelle aujourd’hui j’ai apporté ma « boite », ce que je n’aime pas faire car j’adore me mettre les pieds sous la table à la cantoche! Dans mon précédent établissement c’était toujours bon et dans mon établissement n°2 c’est carrément Byzance et très abondant : dans la salle à manger des profs : vin (que je ne bois pas), desserts maisons à volonté (que je ne mange pas) etc etc… Globalement c’est donc super même si je ne profite pas de tout !

La partie que j’aime aussi énormément (en dehors de faire des séances de formation aux élèves aussi, j’en parlerai une autre fois), c’est devoir m’intéresser à tous les bouquins qui me passe entre les mains et lire des bouquins jeunesse que je ne lirais pas si je bossais par exemple au hasard : dans les assurances!

Je viens donc de dévorer en deux jours (ou deux nuits) Les Petites Reines de Clémentine Beauvais. C’est un bouquin estampillé « jeunesse », mais bien franchement n’importe quel adulte peut s’en délecter. Je vous le conseil chaudement, mais vraiment chaudement de chaudement : surtout si vous voulez rire toute seule comme une baleine à la lumière de la loupiote sur le coup de minuit…

Voilà : à table!

@+ Bisous et roudoudous!

tenor