Tu veux ou tu veux pas?

Si vous voyez passer une voiture qui fait boum-boum-boum comme une gros coeur qui bat avec des roues : c’est moi!!! One way ticket! Y’a bien que dans ma voiture où je peux tous les jours écouter Boney-M à fond 🙂

Voilà une première semaine de vacances (non payée) qui s’achève. Entre ma jambe folle et la pluie, ça n’a pas été vraiment Byzance.

Lundi un chouette pote Del Joven est venu passé deux jours à la maison depuis Pô. Ses parents mettent leur maison en vente et viennent s’installer à Bx. J’aime beaucoup ce petit grand pote et avec un peu de chance ils seront tout les deux dans le grand lycée du centre ville, où mon père avait été élève, l’année prochaine 🙂 Encore faut-il que tout se goupille bien comme nous voulons.

J’ai fait une écho de ma jambe et tout devrait rentrer dans l’ordre bien vite. J’ai aussi vu  « mon » « bon vieux kiné » et ce qu’il a fait à mon mollet m’a semble-t-il bien accélérer le rétablissement. Ma chute a été déclarée accident du travail et c’est déjà tout un merdier. Le kiné pense qu’il ne sera pas payé et à l’écho on a pas pu faire passer en « accident du travail ».

sketch264201135.png

Lundi une copine étudiante m’a envoyé par texto ma note de partiel de thème qui était étrangement élevée. Je lui ai demandé si il avait surnoté ou quoi? Peut-être que j’ai gaffé, elle ne m’a pas répondu… Mercredi ma prof de version (qui est considérée comme un dragon sans coeur par les autres)  m’a envoyé un mail me disant que j’avais toutes mes chances au CAPES et que je continue à bosser comme ça… Wao.  C’est déjà comme si je l’avais un peu d’avoir son « adoubement » (même si je le rate).

Là j’avoue que ça m’a un peu, beaucoup, perturbée.

Parce qu’après mon expérience comme remplaçante d’espagnol, je n’avais pas du tout envie de persévérer dans cette voie 😦 Je me sens beaucoup, beaucoup plus à l’aise comme prof-doc… Par ailleurs une prof d’esp(agnol) est venue faire plusieurs séances dans « mon » CDI (les élèves devaient faire des recherches documentaires pendant le cours) et je me suis dit que vraiment… C’était nul d’être prof d’esp. Entre le fait qu’elle parle 95% en français… (Autrement dit : elle a laissé tomber l’idée de communiquer en espagnol avec eux 😦 ) et le fait qu’elle a l’air tout le temps au bord de la crise de nerfs et que les élèves la détestent, et qu’ils ne comprennent pas grand chose… Je me sentais beaucoup mieux à ma place de prof doc… Même si avec ma jambe en vrac je me sentais au bord de l’agonie.

En même temps si j’avais le CAPES d’esp j’aurais un salaire assuré. Je me sens dé-chi-rée.

28071320_1713761161978596_6818463604832198162_o.jpg(Photo partagée sur un groupe de prof-doc)

Autrement vendredi dernier c’était « journée pédago » : ça veut dire que les jeunes étaient chez eux et que les profs travaillaient en ateliers sur des questions importantes. J’étais dans l’atelier « évaluation » où on parlait de comment « évaluer » « noter » etc… Mon groupe était dans le labo de langue. « Mon CDI » avait été réquisitionné pour un autre groupe : dans lequel il y avait l’indélicate prof d’hist&G…  Dès que j’ai vu ça j’ai eu comme un pressentiment… Qu’est-ce qu’elle va encore me pondre celle-là?

A la fin de la journée, elle est venu me voir pour me dire qu’elle avait emprunté des livres au CDI mais  qu’elle me les avait marqué sur un papier qu’elle avait laissé sur mon clavier! Grrr… Euh… Comment dire? Soupir.  (Vu qu’elle est couillonne et arrogante, je m’attendais au « pire ») Elle me dit « T’inquiète, j’ai noté la cote tout comme il faut et l’auteur et le titre etc…

-C’est à dire? Tu as marqué quoi?

-Hé bien, les références…

-C’est à dire? Le numéro rouge à l’intérieur du livre?

-Heu, non…

Alors sur le post-it il y avait marqué :

R FLA Flaubert, L’éduc sentimentale.

et 4 autres bouquins comme ça… Grrrr Grrrrr.

La bonne blague!! Petit rappel : la cote ça sert à ranger et à trouver un livre sur des rayonnages, pas à l’enregistrer dans un base de prêt! Parce que… comment dire? Dans un établissement et dans un bibliothèque normale il y a plusieurs exemplaires, dans plusieurs éditions, d’un même livres! Grrr!!! C’est tellement agaçant… Et pourquoi c’est agaçant? Parce que tous les profs doc vous le diront : les bouquins qui ne reviennent jamais au CDI sont proportionnellement, majoritairement, empruntés par… des profs!!! Grrrr. T’approche pas de mes bouquins salope!

… Et la prof doc son job c’est (entre autre) de rentrer les bouquins dans une base qui leur donne un numéro d’exemplaire, que la prof écrit en rouge sur la page de garde… 😛 Pour que le bouquin est un numéro parfaitement unique au sein du CDI . Morte-couille, comme dirait Dr K.

Bref. Je suis super zen.

Bisous.

Faut pas faire chier les licornes!

27972219_10156202874918421_3638116401199163431_n

Je suis en EMI* avec des sixièmes. Une gentille collègue se sert de mon PC quelques secondes pour imprimer UNE feuille.
Rentre une prof que je ne connais pas encore, elle contourne mon bureau, vire quasiment l’autre collègue qui part.Elle s’installe à mon PC et lance des impressions. J’arrive et je me présente et lui demande qui elle est, elle me répond vaguement et d’un ton agacé et continue sur mon poste. Je lui dit qu’elle pourrait avoir la politesse de me demander avant de se servir de mon post et de ma session… Elle me répond qu’elle a déjà demande à « la dame du CDI ». Je lui dit que c’est moi la prof-doc responsable du CDI et pas la personne qui vient de sortir…
Elle montent sur ses grands chevaux et me dit que de toutes façons « les dames du CDI » changent tout le temps ici (je suis la troisième mais je suis là pour rester 😉 ) et : « J’avais déjà demandé aux autres « dames » en début d’année! »
Je lui dit que je ne suis pas « les autres » et qu’elle pourrait avoir la politesse de me demander à moi avant de se servir de mon pc…. Qu’une faveur accordée une fois ne vaut pas pour l’année…Et que d’autre part ça fait depuis 1948 qu’il n’y a plus de « dames du CDI » dans notre établissement…

Les élèves sont pendus à nos lèvres et profitent de l’altercation avec délice. Le silence est là (enfin!!)
Donc là-dessus on se calme (les pendules sont remises à l’heure…)
La donzelle a imprimé resto-verso une soixantaine de pages couleur… (des cartes de géo) Et là elle pousse des cris d’orfraie : « Ah mais il ne me les fallait pas en recto-verso! Pourquoi c’est sorti comme ça!!! »
Bienveillante (gnaf gnaf…) je lui explique que si elle m’avait demandé je lui aurait imprimé avec plaisir en « recto »…
Demain journée pédagogique… J’aurais préféré passé la journée avec mes élèves. Une fois qu’elle est repartie une gamine me dit  » C’est comme si vous rentriez en cours d’histoire-géo et que vous effaciez le tableau pour écrire votre truc et que vous parliez aux élèves comme si elle était pas là!!! » Les enfants sont géniaux!
Bonus : la dame d’histoire-géo a fermé ma session avant de se barrer!

Post scriptum : les profs-doc’ se prennent toutes secrètement pour des licornes (et les messieurs du CDI, aussi)

*EMI : Education aux médias et à l’information.

tumblr_m9ckn3wgDj1qfc8cw

Bilan du dimanche soir

chanel.jpg

Lundi : j’avais rdv avec le directeur  du collège/lycée en centre ville. Il était très sympa et simple, moins « sapé » que d’autres directeur d’établissement et l’école m’a fait bon effet. la secrétaire de direction  chouette également.

Mardi  : 8h45 je suis arrivée et après un tour au secrétariat pour récupérer « mes clés », j’ai ouvert le CDI. Tous les élèves étaient super heureux de retrouver ce havre de paix, de science et surtout de PCs connectés à internet.  La journée a été crevante (pas de pause pour les profs doc en dehors de 50 minutes pour déjeuner… A la différence des autres profs, le prof doc travaille pendant la récré et a bien du mal à aller aux toilettes.

Mercredi : je ne travaille pas. Mes 30 heures sont réparties sur 4 jours. Pour le déjeuner en plus Del Joven j’avais mon neveu, étudiant ici et sa cousine ma nièce également, également étudiante ici. On a passé un moment sympa.

Jeudi : la journée au CDI s’est bien passé, j’ai commencé à me sentir chez moi. Même si il y a encore des trucs que je ne trouve pas : une commande de livre qu’il faut renvoyer au grand libraire bordelais et sur laquelle je n’arrive pas à mettre la main. Pas le temps d’ouvrir la messagerie du CDI. Difficile de rattraper le retard dans le courrier, les mails, les abonnements… Après deux semaines et un jour sans prof-doc, il y a beaucoup de choses à rattraper et un ou deux jours ne suffisent pas.

Vendredi matin : je bute sur un les mémo-notices, ça m’énerve. Je ne l’ai pas fait depuis l’année dernière et j’aurais besoin d’un coup de main. Le coup de main s’appelle « google » et j’y arrive pas car en même temps je dois gérer les « zèbres ». Je suis contente néamoins de l’ambiance. Les élèves sont très sympas. Même si entre 11h30 et 12h30 il y en a deux que je commence à gentiment menacer de sanctions…

 

12h30 : tout le monde sort. C’est l’heure du défi lecture : le CDI est réservé aux gros lecteurs qui s’inscrivent à l’avance pour discuter  bouquins autour d’un défi lancé il y a un mois. Je ferme le CDI à clé pour ne pas être dérangées tout le temps par des « Vous êtes ouverte madame? » Les deux loupiots de tout à l’heure et leurs potes, frappent sans cesse à la porte et repartent en courant et en hurlant de rire. Je pense qu’ils vont se lasser avant moi, mais comme cela gène vraiment je décide de sortir pour les calmer. Je leur cri un bon coup dessus et ils disparaissent comme un volée de moineaux. Je me retourne pour retourner dans ma salle. Là il y a 5 marches, là il y a moi qui me vois, horrifiée partir dans le vide et qui me rattrape comme je peux, par miracle d’un seul doigt à la rampe , évite le pire et m’affale en bas.

Ici je fais « forward » autrement ça serait trop long : pas bossé l’aprèm.  Accident du travail. Douleur. Canne. Médocs et massages. Si j’avais déjà signé mon contrat, clairement je me mettrais en arrêt maladie demain (je marche péniblement comme une tortue boiteuse) mais je n’ai pas encore signé mon contrat, alors j’irai demain. Pas envie qu’on me remplace alors que ce remplacement peut durer jusqu’à la fin de l’année.

Je ne sais pas trop comment je vais tenir la journée assise/debout sans pouvoir m’allonger. On verra bien. Je me suis entrainé hier à marcher avec une vieille canne d’ancêtre que j’ai dans mon entrée : hé bien c’est très difficile de prendre le bon rythme pour marcher avec une canne!!! En plus je crois qu’il vaudrait mieux une canne moderne. Avec celle-là je serai encore capable de me recasser la figure!!!

Demain : j’espère signer mon contrat. Faire ma déclaration d’accident du travail avec la secrétaire et tenir debout et le coup avec les élèves!

Besitos a tod(@)s!

ca8b0b4c1f7d38bf2fa947860f636605.jpg

Mais c’est tellement totalement ça!

Ne nous laissons pas abattre par la pluie! Sobrina et moi avons repris du poil de la bête dans la rue St-James rendue aux bordelais par ce temps morose.

26903664_10155663101403889_5742746123146195327_n

Pour en rire, une blagounette :

Jésus enseigne en 2018….

En voyant la foule de gens, Jésus alla sur la montagne,
Lorsqu’il fut assis, les 12 apôtres vinrent à lui.
Il leva les yeux sur ces disciples et dit :
 » Bienheureux les pauvres en esprit car le royaume des cieux leur appartient,
Bienheureux ceux qui souffrent car ils seront consolés,
Bienheureux les doux car ils possèderont la terre… »

Quand Jésus eut terminé, Pierre dit : » il fallait écrire ? »
Puis André demanda :  » est ce qu’on doit apprendre tout ça ? »
Et Jacques :  » il faut le savoir par coeur ? »
Philippe ajouta :  » cest trop dur « !
Jean dit :  » j’ai pas de feuille »
Et Thomas ajouta :  » moi , j’ai plus d’encre dans mon stylo »
Inquiet Barthelemy demanda :  » y aura une interro »?
Et Marc interrogea :  » comment ça s’ecrit bienheureux »?
Matthieu se leva, quitta la montagne sans attendre en disant :  » je peux aller aux toilettes »?
Simon précisa :  » ca va sonner « !
Et Judas dit enfin : » vous avez dit quoi après pauvres »?

Alors un grand prêtre du temple s’approcha de Jésus et dit :
QUELLE ETAIT TA PROBLÉMATIQUE DE DEPART?
QUELS ETAIENT LES OBJECTIFS TRANSVERSAUX?
A QUELLE COMPETENCE FAISAIS TU APPEL?
POURQUOI NE PAS AVOIR MIS LES APÔTRES EN ACTIVITÉ DE GROUPE?
POURQUOI CETTE PEDAGOGIE FRONTALE ? ETAIT ELLE LA PLUS APPROPRIÉE ?….

ALORS JÉSUS S’ASSIT ET PLEURA.

Ça vous étonne?

27072295_10155663101578889_6528942244485101070_n

Bisous de plume! Et pour se remonter le moral je propose le groupe que je ne renierai jamais, même sous la torture! Allez, laisse toi faire, tu verras… Ça fait trop de bien! 😀

tumblr_mdyfzslrF01qim17wo1_500

No me hables de usted

IMG_20171222_104356.jpgBooks and coffe, Rue Saint-James

La semaine dernière j’ai pris un café avec Julie, une ancienne collègue prof-documentaliste, de l’année dernière. C’était sympa de pouvoir échanger plein d’infos et de s’apercevoir que le monde des « remplaçants » est bien « petit » : « Ah, tu la connais?  »

J’aime bien cet endroit Books and coffee, c’est zen et les serveurs sont très cools, bonne ambiance. Julie se sentait rajeunie par le « mademoiselle » (elle n’a que 34 ans ou par là) et le tutoiement. J’aime bien le tutoiement, il me rappelle l’Espagne où le vouvoiement est réservé aux personnes que l’on doit « vraiment » respecter… Au collège par exemple on tutoie les profs et les parents de ses copains. On utilise « usted » dans un entretien d’embauche, mais une fois dans l’entreprise normalement on tutoie son chef … Dans les magasins vendeurs et clients se tutoient, on tutoie ses beaux parents, etc… Souvent quand j’ai vouvoyé des personnes en Espagne que j’aurais vouvoyé en français, ils ont été très surpris, voir vexés « Suis-je si vieux? » « Suis-je si impressionnant? »

En espagnol on utilise la troisième personne du singulier ou du pluriel pour le « vous »de politesse  (le « vous » pluriel de « tu » c’est « vosotros », 2ème pers. du sing .) usted renvoie au féminin comme au masculin.

L’espagnol est parlé dans tous les pays d’Amérique Latine, à l’exception du Brésil où on parle portugais. En Argentine, au Chili et en Uruguay, les pronoms « tú » et « usted » sont considérés comme étant formels, très peu de personnes les utilisent, ils emploient « vos » à la place :

Français : Tu peux venir. Espagnol : (Tú) Puedes venir. Argentine : Vos podes venir.

Français : Tu es grand (bon, je sais pas quoi dire) . Espagnol : (Tú) eres alto . Argentine : Vos sos alto.

Bon j’ai pas trouvé de vidéo illustrant parfaitement mon propos mais j’ai trouvé cet américain qui a un parfait accent argentin pour vous donner une idée! Y vos que queres?

Bonne fin de journée!

 

Mes chères amies…

IMG_20171216_150006Une pâtisserie des Grands-Hommes

C’est déjà presque Noël et je m’imprègne autant que je peux de « l’esprit » de Noël : chanter « Jingle bells » toute seule sous ma douche… Acheter 3 ou 4 nouvelles boules pour le sapin…Emballer des cadeaux… Sortir tous les matins en ville pour voir les décos de Noël et marcher 2h ou plus dans mon habitat naturel : les rues de Bx et la rue Sainte-Catherine-le matin… à 10h on y chantonne dans sa tête en marchant, l’après-midi, la semaine avant le 25, il y a beaucoup de monde et c’est surtout le retour en tram bondé qui est tendu.

IMG_20171219_112100La bib, le refuge, chaleureux et littéraire.

Ce matin j’avais rdv Chez Auguste avec une collègue d’esp* du lycée où j’ai fait mon dernier remplacement-avorté. C’est une collègue d’une quarantaine d’années, Frida, avec qui j’avais eu tout de suite un  super bon contact. J’adore l’hiver, je vous l’ai dit? On peut mettre des chaussettes, des bottes, une grosse écharpe, des gants en cuir, même un bonnet si on le souhaite ! On est pas en train de dégouliner de sueur comme un vieux fruit en train de pourrir sur place comme en été ; on est pas obligéE de montrer ses jambes blanchissimes, ses gros bras tout flasques et blancs… J’adore l’hiver et avoir le bout du nez gelé. Bref, Frida est arrivée en vélo (je choisis mes copines en fonction de leur empreinte carbone) avec son gros bonnet à pompon (Faut dire qu’il fait vraiment froid : entre -1 et 8 aujourd’hui!! Va bientôt falloir mettre des pulls!!!) et on s’est engouffré dans le vieux bar (rénové depuis un bail) ou on a bu café, re-café et re-re-café…On a blablaté pendant presque deux heures et ça fait du bien. J’avais besoin de débriefer avec elle, de parler du job de « prof d’esp », d’être rassurée, pour continuer dans ma voie, même si les poches sous ses yeux sont un peu inquiétantes et même si elle en dort déjà plus à l’idée d’être inspectée en janvier. Je suis super contente de la connaître et voilà une bonne chose au sujet de cette expérience dans ce lycée. Je me suis fait une bonne copine.

IMG_20171217_152009Ma crèche, qui mériterait un décor.

Au rayon bonne rigolade, la semaine dernière, dans l’institution ou je prépare le concours, j’ai rencontré une ex-collègue de ce fameux lycée (ne me demandez pas ce qu’elle faisait là : on va pas rentrer dans tous les détails) qui était toute étonnée que j’en sois partie : « c’est un lycée qui est tellement chouette! » ( c’est vrai il est génial ce lycée… Rappelez-vous la description que je vous en ai faite la première fois). Mais bon… les élèves m’ont pas trop épargné… Comme je faisait un  peu la moue, elle me dit « Oui… Enfin… Si on compte pas les élèves! Ah ah ah… Ah ah! »… J’en suis restée comme deux ronds de flan. Comme quand les irlandais disent « La France c’est super!!! Sans les français ! Ah ah ah!!! » Très drôle en effet… Et puis un lycée sans les élèves c’est chouette? Et puis elle m’énerve celle-là. Un lycée ce n’est pas que, une super salle des profs et du matériel high-tech! Diantre. Et une bonne cantine…  Un lycée c’est DES Elèves! Et même si ils sont difficiles, c’est quand même la raison d’être du lycée! Diantre. Bordel.

Par ailleurs, un autre jour, le monde des profs n’étant pas si grand que ça, j’ai su par une voie inattendue (une copine, une autre) que ma remplaçante ne nageait pas dans la joie.

IMG_20171219_112741Un livre que je feuillette, histoire de vérifier une traduc. J’aime mieux la mienne :p

J’ai eu le résultat de mon partiel de version (le texte particulièrement gratiné dont je vous avais peut-être parlé? J’ai eu la meilleur note de notre groupe de dix. 8/20, j’ai une bonne marge de progression. Je peux faire beaucoup mieux en m’appliquant . C ‘est très encourageant pour moi. (La pire note était un 0.5 pour info). Autrement l’ambiance est assez délétère dans l’école. Une des étudiantes s’est bien fritté avec une prof  en plein   cours et c’était assez dé -sa-gré-able… L’organisation est mauvaise et beaucoup de cours ne sont pas à la hauteur. La plupart des étudiantes (aujourd’hui le féminin l’emportera sur la masculin) sont très en colère car elles comparent avec les cours dispensés à la fac et ne décolèrent pas.

Demain soir ça sera spécial on verra les déco de Noël  by night, on va voir Vincent Dedienne au théâtre 🙂 On a pris les billets il y a quasiment un an! On en profitera pour manger chez Fufu! L’esprit de Noël est là je vous dit 😉

Bisous à toutes ! Et à mon frère (qui a le privilège de ne pas être englobé dans le féminin).

*agnol.