Les eaux de novembre

Vous connaissez probablement cette chanson par Moustaki, c’est sa version de Aguas de Março chantée Pauline Croze, pas mal, non?… Une de mes chansons préférées tant en français qu’en portugais du Brésil… La douceur des années 70, quand on croyait encore en un monde de paix et d’amour.

Aujourd’hui c’est novembre et demain je retourne à la formation. Étonnement cela ne me semble pas si pénible, j’y retourne même presque avec plaisir. Le deuxième jour a été plus sympa que le premier…

Aujourd’hui j’ai envoyé ma candidature à une annonce de Pôle et fait une candidature spontanée, pour des centres d’appels.

La semaine dernière El Marido a avancé les peintures de l’appart. J’ai eu ma seconde piqure dans les genoux. Avons diner chez un pote. El Hijito a reçu son meilleur copain béarnais. J’ai été chez le coiffeur, aller chez le coiffeur parfois c’est vital . Les feuilles des arbres du parc rougissent.

Jeudi soir une dame a été retrouvé morte dans son appartement, elle était morte depuis 3 semaines. Elle avait une quarantaine d’années. Probablement une overdose. Notre nouveau gardien en était tout retourné lui qui croyait arriver dans une résidence « tranquille ».

La version originale : classieuse! Splendide!

J’espère que cette musique vous inspirera de beaux rêves!

Bisous et prenez bien soin de vous.

C’est pas ça qui va m’arrêter!

tenor

J’ai montré mes IRMs à Dr Hypster. 35 ans, pas drôle, pas spécialement causant, mais bon… Oui je sais tu vas me dire : c’est un toubib, pas un clown Mahie! Ouais je sais… Mais bon c’est déjà pas follement folichon cette clinique, gris, sombre, pas bien éclairée… Alors si le toubib avait un mot encouragent, le cil qui frise, une bonne claque sur les fesses et un pétard sur l’oreille, ça mettrai un peu d’ambiance. Enfin je dis ça je dis rien. Dans le genoux gauche il va me planter de piqures jeudi prochain. Il ne pouvait pas porté l’estocade dès aujourd’hui, car je dois acheter les seringues avant qu’il ne procède à son petit rituel. 😦 cette semaine, puis la semaine d’après et puis encore la semaine suivant. Ensuite on attend 6 semaines et je devrais ressentir du mieux! Youpi! (Je me demande pourquoi il en stocke pas dans son cabinet?)

Pour le genoux droit : alléluia! Il me fait faire une scanner en plus…..ZZZZzzzzzz…. Grr… Ce genoux aura donc eu droit à : la radio, l’IRM et le scanner! What’s next?  Ah oui après je reprendrai le kiné que j’ai arrêté depuis 8 jours.

Raaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaahhhh!

Heureusement il y a… Le soleil!

Bonne soirée à tous et bisous bordelais

PS : regardez le gif avec la musique. Ca le fait, non? 😉 Zoubis!

 

 

 

 

Salut à toi Courgette!

Bérurier Noir ou « les Béru » était un groupe « punk » ou « alternatif » des années 80.

ma-vie-de-courgette.jpg

Ce soir nous avons été voir un film vraiment chouette, très chouette. Ca s’appelle Ma vie de Courgette, c’est un film  d’animation suisse. Un film qui rocks. je vous le conseille qi vous avez garder une âme d’enfant et un coeur rebelle 😉 Vous pouvez voir la bande annonce en cliquant sur le lien. Et non je n’ai pas mis les Bérus en tête de ce mini post pour rien.

Bisous, prenez soin de vous! Plein de poutous et de roudoudous!

don't do it

Oui gros bisous à toi aussi!

Restons désinvolte

Morceau assez récurant sur ce blog, je l’avoue 😉

Monsieur le marocain est donc parti et j’avais vraiment de la peine pour lui qu’il ait du se farcir une heure de présentation pour rien… La vie du chercheur d’emploi est pleine de déconvenues…

Il restait Joël (j’imagine un nom) : 60 ans, les ongles plus longs et pointus qu’Amanda Lear (propres,les ongles), rouflaquettes et blouson noir à la Coluche. Il parle tout le temps. On s’en fout. Aurélie doit le « recadrer », c’est pas vraiment le lieu pour parler de ses problèmes d’impôts.

Un monsieur tendu et en colère contre tout. 50 ans. Pas content. Il a besoin de le dire.

Une Dame entre 45 et 60, anglaise ou américaine… Elle parle avec un accent bien anglo et un de ces problèmes est visiblement son niveau de français… J’aurais pu lui proposer des cours de FLE. Elle a beaucoup de chose à dire.

Il y a moi, 51 ans, qui n’a pas trop envie de parler, encore une fois, à ce genre de petite réunion festive… Je suis attentive, gentille et disciplinée, mais je ne vais pas en profiter non plus pour déverser mon désespoir… Restons désinvolte. N’ayons l’air de rien.

Et puis il y a mon voisin de droite. Il est au bord de l’implosion. 50 ans, portugais, stressé au delà du possible pour moi. Je ne sais pas si il veut se mettre en colère ou pleurer ou se jeter aux pieds de la formatrice.

Elle sort nous laissant face à nos dossiers à remplir. Sans rire il semble qu’il n’y ait que moi qui ait lu le SMS (le même a été envoyé à tout le monde). Ils gémissent tous qu’il ne savait pas qu’il fallait apporter un CV etc… Je rempli le mien en 3 minutes. Puis j’aide mon voisin de droite qui est en total panique. Il ne peut rien remplir lui même. Je le rassure, le calme, lui souris et je l’aide. Il se détend un peu. Il me montre son CV… Y’a du boulot. C’est pas un CV, même de très loin. J’ai vraiment envie de l’aider.

Aurélie revient, elle est dynamique, des collants jaunes moutarde parfaitement assorti à mes ongles peints pour l’occasion.Elle a une bouche rigolote, entre le Joker et Donald Duck. Elle dit qui vient avec moi? (pour l’entretien individuel). Comme je suis la seule à avoir terminé, je me lève et salue mes compagnons de dérive.

Dans son bureau je lui déroule mon parcours, mes dernières candidatures, entretiens etc. Puis on passe au contenu de la formation etc. Tout de suite je lui fais part de mes doutes quand à ma place dans ce groupe. Bon ça sera pas dans ce groupe précisément, on va être dispatché. Mais bon quand même, je lui redis que c’est peut-être pas ma place d’être avec des personnes qui savent tout juste écrire. Elle  trouve que le mélange est très enrichissant. Blablabla… Personnellement j’ai pas vraiment envie d’être vu comme une bêcheuse quand il faudra faire sa présentation « Mais qu’est-ce qu’elle fait là la bourgeoise avec ses diplômes? » Le truc est rémunéré. Quand on a pas de salaire et que les impôts vont bientôt tomber, on a pas envie de cracher sur ça. Mais bon. Je m’y vois vraiment pas. Aurélie insiste, ça peut être très enrichissant pour moi… Mis à part que je me suis senti une soudaine vocation d’assistante sociale plus tôt avec le monsieur portugais… Bah je reste : DUBITATIVE.

clope

Allez, il se fait tard. gros bisous à tout le monde!

autome

J’ai retrouvé mes gros collants et mes botillons : couleurs d’automne! 🙂

Woohoo!

Petit sondage express : quand je mets un morceau de musique vous l’écoutez ou pas? Comme ça je saurai si je continue à vous en mettre, ou pas! Remarquez celui-mà est très bref  😉

Le pas ferme et assuré ce matin je prends le chemin du tram, direction Bx, arrêt pas très loin de chez moi : je m’oriente dans un quartier inexploré jusqu’à un organisme de formation. Je suis contente que ce soit l’automne, il ne fait pas chaud, il pleuviote : le paradis!

J’ai pris le 20 minutes à l’arrêt de tram’, je sais que j’aurai le temps de le lire. Arrivée dans le hall, c’est encore plus le bordel que ce que j’imaginais : la fille a l’accueil est nouvelle et ne sais… rien (c’est vrai, elle est paumée). Deux nouvelles vagues de demandeurs d’emploi s’entrechoquent dans le hall, ceux qui viennent pour la « remobilisation » et ceux qui viennent pour la « réorientation »…

La moitié de tout ce monde n’a pas vraiment lu les SMS reçu vendredi et ne sait pas trop pourquoi il est là. Commence un charmant ballet de danseurs stressés qui passent d’une salle à l’autre, tandis que des formateurs énervés font la morale aux petits rats : « Qu’est-ce qu’il y avait sur le sms que vous avez reçu? » »Montrez-le moi! » « Pourquoi l’avez-vous effacé? » « Si vous ne savez pas pourquoi vous êtes là, comment voulez-vous que moi je le sache? ».

J’ai déplié mon 20 minutes et lu en détails de la première à la dernière page. Quand on aura besoin des « remobilisation » je suppose qu’on nous appellera… Je sais il aurait été plus simple que chacun passe à l’accueil, donne son nom, et qu’on lui indique la salle où il devait aller. Oui. C’est sûr. mais c’était pas du tout comme ça.

Finalement les remobilisation on été appelé au bout de 20 minutes. On est monté dans une salle et on s’est assis. Il y avait deux très jeunes qui faisait un peu tâches dans le groupe et ils ont dit qu’ils savait pas pourquoi ils étaient là mais que c’était parce qu’ils savait pas ce qu’ils voulaient faire… Allez hop, qu’elle dit la formatrice, vous redescendez en « Réorientation ». Là y’en a une qui arrive et qui s’excuse d’être en retard : « Vous venez pour quoi? » « Je sais pas bien, pour me réorienter! » « fallait passer à l’accueil on vous aurait dit d’aller au rdc… Une autre arrive : même chanson… j’ai recommencé à lire le 20 minutes au cas où j’aurais raté quelque chose.

Finalement tout s’apaise et la fille, Aurélie (ma conseillère aussi s’appelle Aurélie) Parfois j’ai l’impression que toutes les filles de 30 ans s’appelle Aurélie ou Audrey. Pendant 1h la fille nous présente en quoi consiste ce « module » de 8 semaines pour savoir si ça correspond à nos attente etc et si on va ou non, confirmer à notre Paulette (Emploi) que cela nous intéresse… Et elle nous distribue un dossier à remplir. Là un monsieur avec un bonnet marocain sur la tête qui n’a probablement pas plus de 65 ans, je suppose mais qui parait en avoir 75, dit qu’il ne va pas pouvoir le remplir car il ne sait absolument pas lire et écrire.

Je pense que ce monsieur n’a pas un conseiller Paul, très performant et qu’il est un peu dur d’oreille, car Aurélie à préciser dans les 10 premières minutes que l’un des seuls pré-requis pour faire cette formation était de savoir… Lire et écrire… J’avoue qu’à ce moment là j’avais ressenti un grand moment de solitude… J’aurais préféré que le pré-requis soit d’avoir un master, je me serais sentie plus à mon aise…

Bon la suite demain , là je dois partir pour l’IRM de mon genoux gauche!

Bisous et roudoudous